Pour Zennstrom, Kazaa & Napster ont été bénéfiques

0
Comme le montre l'émergence de services comme eMusic (vente de musique sans DRM) ou Spiralfrog (téléchargement légal et gratuit financé par la publicité), le marché de la musique est en train de connaitre de profonds bouleversements. De l'avis général, la démocratisation d'Internet et l'engouement pour les réseaux d'échange de fichiers de type peer-to-peer y sont pour beaucoup. Pour Niklas Zennstrom, cofondateur de Kazaa et actuel PDG de Skype, les évolutions induites par le succès des plateformes de téléchargement sont loin de remettre en cause l'industrie du disque : au contraire, elles se seraient révélées tout à fait positives dans la mesure où elles ont permis aux ténors du secteur de prendre conscience rapidement de la nécessité de s'adapter aux nouveaux modes de consommation de la culture.

« Kazaa est arrivé cinq ans trop tôt, mais sans lui et sans Napster, nous n'aurions jamais connu les transformations actuellement à l'oeuvre dans l'industrie de la musique », a déclaré Niklas Zennstrom cette semaine lors d'une conférence à Barcelone. « Les sociétés de la musique sont en train de se rendre compte qu'Internet profite à leurs affaires et c'est nous qui avons rendu cela possible », a-t-il ajouté.

Avec Skype, mis sur pied après que les deux fondateurs de Kazaa ont vendu leur logiciel à la société Sharman Networks, Niklas Zennstrom et Janus Friis peuvent sans doute se féliciter d'avoir opéré des transformations similaires dans le domaine des télécommunications, en participant à la démocratisation de la voix sur IP. Là encore, les deux entrepreneurs ont pris le parti de miser sur des technologies réseau décentralisées, sur le modèle du peer-to-peer.

Ils s'apprêtent maintenant à se lancer sur le marché de la vidéo en ligne avec un ambitieux projet baptisé The Venice Project, au sujet duquel viennent de filtrer les premières informations. Pour la troisième fois, les deux larrons souhaitent opposer au modèle traditionnel centralisé des YouTube, Google Video et autres services de vidéo à la demande une plateforme tirant parti de la connexion des utilisateurs pour assurer la diffusion des contenus. La récente acquisition de YouTube par Google pour 1,65 milliard de dollars est symptomatique de l'ébullition qui gagne aujourd'hui le marché de la vidéo en ligne. Janus Friis et Niklas Zennstrom sauront-ils encore une fois jeter un pavé dans la mare ?
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page