Sécurité: 200 PS3 pour générer de faux certificats SSL

Alexandre Habian
31 décembre 2008 à 09h38
0
00C8000001473574-photo-dossier-s-cu-s-curit-informatique.jpg
Sept experts en sécurité informatique viennent de publier les résultats de leur dernière étude au sujet de la vulnérabilité partielle du protocole « HTTPS » utilisé entre autres pour finaliser les transactions financières sur des sites de e-commerce ou pour accéder à son compte bancaire en ligne.

Plus précisément, ce sont 200 consoles Playstation 3 de Sony qui ont été reliées entre elles pour cumuler leur puissance brute (on parle de cluster) dans le but de mettre en évidence la faiblesse de l'algorithme de chiffrement MD5 (fonction qui permet d'avoir une empreinte numérique d'un fichier) pour créer un certificat SSL.

En exploitant donc un procédé, connu, de collision MD5 - qui part du principe qu'il est possible d'avoir une même signature pour deux valeurs différentes -, ces chercheurs ont mis en évidence la possibilité de créer de faux certificats SSL, pouvant berner la plupart des navigateurs web récents en faisant croire aux internautes que le site visité est sécurisé. De quoi permettre aux hackers de mettre au point des méthodes de hameçonnage (phishing) quasiment indétectables, voire de créer des applications Java pour prendre le contrôle à distance d'un ordinateur...

Mais avant de remettre en cause tout le procédé technique visant à valider les certificats SSL lors de l'affichage d'une page web dite sécurisée, il faut noter que cette faille de sécurité, inhérente à l'algorithme de chiffrement MD5, touche encore aujourd'hui de nombreuses autorités de certification (entité qui gère des certificats numériques pour une utilisation par des tiers). Et ce malgré le fait que cet algorithme est depuis de nombreuses années déjà potentiellement « cassable ». Différentes autorités de certification procèdent donc à des opérations de signatures basées sur le MD5. Il est possible de citer entre autres RapidSSL, FreeSSL, TrustCenter, RSA Data Security, Thawte ou encore verisign.co.jp. Un algorithme de chiffrement plus récent, SHA-2/SHA-3, est dores et déjà disponible mais pas encore utilisé par toutes les autorités de certification évoluant sur Internet.

« Nous venons de casser le SSL », aurait déclaré l'un des experts en sécurité informatique lors d'une présentation de sa trouvaille au salon « 25C3 ». « Le résultat de notre étude montre que nous sommes en possession de certificats 'maître' en provenance des autorités de certification. Cela nous fait passer comme une source sûre et valide pour de nombreux navigateurs web. En conséquence de quoi, les sites web que nous certifions ensuite seront également jugés comme sécurisés. Les navigateurs web afficheront alors une icône 'site sécurisé' en plus d'une adresse qui commence par https:// », précise-t-il enfin.

Pour palier cette faille de sécurité, les experts conseillent aux autorités de certification et aux éditeurs de navigateurs web d'arrêter d'utiliser des certificats signés avec le MD5 et de migrer progressivement vers des alternatives plus robustes basées sur le standard SHA-2 ou sur son alternative encore plus sécurisée, le SHA-3.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top