Non, vous n'êtes pas forcé de passer à Windows 10

06 juin 2016 à 15h42

Une capture d'écran, en fin de semaine dernière, a quelque peu agité la toile : Microsoft imposait la mise à jour vers Windows 10, sans autre forme de procès. Une information inexacte.


Microsoft tente par tous les moyens d'imposer son nouveau système d'exploitation. Tous ? Pas tout à fait. Car si la mise à jour est gratuite (jusqu'à la fin juillet), et si Microsoft pousse effectivement son OS via une fenêtre à la fois intrusive et incitative, le géant de Redmond s'est toujours défendu de forcer les utilisateurs de Windows 7 et Windows 8 à franchir le pas.

Vendredi dernier, une capture d'écran diffusée par le site The Register a pourtant mis le feu aux poudres. On y distingue une fenêtre qui n'offre pour seuls choix qu'une installation immédiate ou différée à une date ultérieure, sans possibilité de refuser la proposition (en fermant la fenêtre par exemple).

01F4000008463706-photo-mise-jour-windows-10.jpg

Sauf que cette fenêtre ne peut être obtenue que lorsqu'un utilisateur a explicitement accepté la migration vers Windows et accepté les conditions de l'éditeur. C'est Mary-Jo Foley, spécialiste ès Microsoft, qui est à l'origine de cette correction, que Microsoft a également publiée via un communiqué de presse, rappelant que « l'installation de Windows 10 est un choix ».

Microsoft n'a donc pas (encore ?) franchi le Rubicon. Mais l'emballement médiatique généré ces derniers jours est sans doute proportionnel à la défiance qu'inspire le géant de Redmond aux utilisateurs, qui ne goûtent que très modérément les « propositions » de migration plus qu'insistantes vers Windows 10.

Une mise à jour qui peut coûter cher



C'est d'ailleurs le cas de ces personnes, travaillant pour le projet Chinko. En plein milieu de la forêt centre-africaine, ces défenseurs de la vie animale sauvage (qui se battent contre les braconniers et les milices armées de la région) utilisent des ordinateurs portables confiés par des donateurs. L'un d'entre eux est utilisé pour coordonner les combattants. Et cet ordinateur a migré sous Windows 10.

Cette opération a consommé la précieuse bande passante dont a besoin le groupe, qui n'était pas vraiment ravi de télécharger que très lentement les cartes nécessaires à leurs manœuvres. « Si une mise à jour avait eu lieu au moment où nous synchronisions les emplacements d'hommes pris sous le feu ennemi, Microsoft aurait littéralement eu du sang sur les mains ».

A lire sur ce sujet :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
Renault Clio 5 hybride : tout ce que l’on sait de la future citadine au losange
DeepNude : les copies de l'app aussi se font bannir de Github
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La gamme Intel
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
scroll top