🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Essai Suzuki Across hybride rechargeable : le faux jumeau du Toyota RAV4

12 février 2021 à 09h55
10
Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

De coutume composée de petites voitures pragmatiques, la gamme Suzuki accueille désormais l’Across, le premier SUV hybride rechargeable du constructeur. Directement dérivé du Toyota RAV4 de même technologie, il promet une puissance et des émissions de CO2 jamais atteintes chez Suzuki.

Les ultimatums gouvernementaux sont désormais posés, et l’heure est plus que jamais à l’électrification chez tous les constructeurs. Sous l’épée de Damoclès représentée par la loi CAFE européenne (Corporate Average Fuel Economy), les fabricants automobiles devront toutefois anticiper leur virage énergétique avant l’interdiction des ventes de voitures thermiques sur les différents marchés.

S’il existe une poignée de constructeurs déjà dans la bonne voie, d’autres peinent à satisfaire les normes ou à rester sous le seuil radar de 95 g/km de CO2. C’est notamment le cas de Suzuki qui, malgré une gamme de petites voitures peu polluantes, fait montre d'une certaines fragilité. Pour garder le cap, il n'y a pas 36 solutions : supprimer de la gamme les modèles les plus polluants, comme ça été le cas avec le Suzuki Jimny, ou développer des technologies électriques ou hybrides plus performantes que les systèmes Mild-Hybrid actuels.

Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

Une chirurgie esthétique bienvenue

Suzuki n’ayant pas la puissance financière d’un groupe pour développer à la fois une technologie hybride rechargeable et un véhicule suffisamment grand pour l’accueillir, la firme d’Hamamatsu a dû se rapprocher d’un autre constructeur. C’est donc chez Toyota que Suzuki a trouvé son salut, avec une banque d’organes mécaniques en matière de motorisation hybride et hybride rechargeable bien garnie. Pour limiter les coûts, les deux constructeurs japonais se sont rapprochés autour d’un partenariat : Suzuki fournit son expertise à Toyota en matière de petites voitures pour s’incruster sur le marché indien, et Toyota ouvre ses rayons mécaniques à Suzuki.

Du côté de la marque au S, la première concrétisation est baptisée Across, qui offre une sensation de déjà-vu. Et pour cause : le SUV n’est autre qu’un Toyota RAV4 hybride rechargeable rhabillé pour l’occasion. Les stylistes Suzuki ne se sont toutefois concentrés que sur la proue de l’Across, qui présente une bouille plus agréable que les lignes torturées du RAV4. Depuis le capot jusqu’aux deux sorties d’échappement en passant par les jantes de 19 pouces, l’Across est donc parfaitement similaire à son faux jumeau.

Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France
Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

Si la calandre béante fait pousser la longueur à 4,64 mètres (contre 4,60 mètres sur le Toyota RAV4), l’empattement est similaire, tout comme l’espace habitable. N’apparaît qu'une différence sur la fiche technique au niveau du volume de coffre, où Toyota indique une valeur de 520 litres quand Suzuki met en avant un volume de 490 litres. Sans doute une méthode de calcul différente puisqu’à l’usage, le coffre des deux SUV est parfaitement similaire.

Un équipement en série plus riche que sur le RAV4

Les habitués du RAV4 trouveront rapidement leurs aises à bord de l’Across puisque que seul le logo au centre du volant diffère. Le combiné d’instrumentation numérique et analogique, l’écran central tactile de 9 pouces et l’ergonomie globale sont repris du RAV4. Tout comme la réactivité dépassée du système d’infodivertissement. 

C’est en revanche au niveau de l’équipement que le Suzuki Across se différencie de celui qui lui sert de base. Mais cela profite au client car, si la navigation est purement absente, même en option (contrairement au RAV4), la dotation en série est riche pour le seul niveau de finition 1ère Edition. Il embarque ainsi d’office la sellerie bi-matière cuir/synthétique, l’affichage tête-haute, la connectivité Apple CarPlay et Android Auto , une hi-fi à 6 haut-parleurs, la caméra de recul, les sièges avant et arrière ainsi que le volant chauffants, le régulateur adaptatif ou le freinage d’urgence. Il faudra toutefois se passer de toit panoramique (pas même proposé en option), mais toutes les peintures extérieures sont gratuites.

Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

306 ch sous le capot pour 1,0 l/100 km

Pas de surprise non plus sous la robe à peine retravaillée du Suzuki Across. Il reprend à son avantage la plateforme TNGA-K du groupe Toyota, qui supporte ici un tandem hybride rechargeable. Le groupe se compose d’un moteur essence de 2,5 litres de 185 ch et de deux moteurs électriques : l’unité installée à l’avant promet 182 ch et le moteur arrière compose avec 54 ch. Un recette somme toute habituelle pour transformer en 4x4 un SUV imaginé avec des roues avant motrices. La fiche technique présente alors une puissance totale disponible de 306 ch. Une grosse cavalerie comme seuls quelques SUV hybrides rechargeables premium avancent.

Dans le plancher se trouve une batterie de 18,1 kWh de capacité qui promet une autonomie moyenne de 75 km sur un cycle WLTP, voire même 98 km sur un cycle d’homologation en conditions urbaines. Avec de telles résultats, la norme fait chuter le niveau de consommation à 1,0 l/100 km pour 22 g/km de CO2. Un DS 7 Crossback e-Tense, qui propose lui aussi 300 ch et une transmission intégrale, ne peut rivaliser avec ses 58 km d’autonomie électrique homologués et ses rejets de 30 à 35 g/km de CO2 selon les niveaux de finition.

Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France
Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

Une autonomie électrique très correcte

A l’usage, l’Across est aussi exemplaire que le RAV4. C’est notamment le cas sur le mode tout électrique (disponible jusqu’à 135 km/h), où l’autonomie a touché les 55 km lors de notre essai, sous une température de 0 °C dans le pays de Gex. Un score qui pourrait toutefois se rapprocher des valeurs annoncées sur la brochure avec des températures plus clémentes et avec un parcours moins vallonné. Si Suzuki n’annonce pas la puissance disponible dans ce mode de fonctionnement (comme Toyota, d'ailleurs), la cavalerie semble suffisante pour faire avancer les plus de 2 tonnes du SUV en ordre de marche.

Lorsque la batterie est vide, le Suzuki Across ne démérite pas au chapitre des consommations. Car c’est à ce moment là que le naturel revient au galop dans la plupart des voitures hybrides rechargeables, qui voient leur appétit exploser. Le SUV d’Hamamatsu a avoué lors de nos essais un appétit de 6,3 l/100 km sur le réseau secondaire et près de 7,4 l/100 km sur autoroute, ce qui équivaut finalement à des niveaux assez proches des modèles diesel de la catégorie.

Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

Des reprises canon mais un comportement doux

Avec une batterie suffisamment chargée, l’ensemble mécanique est à la hauteur de sa fiche technique. Les 306 ch permettent de tomber le 0-100 km/h en 6,0 secondes et, c’est plus souvent le cas dans notre quotidien, expédient le 80-120 km/h en à peine plus de 4,0 secondes. Mais l’ensemble n’est pas explosif au chapitre des sensations, puisque ce SUV à vocation familiale privilégie davantage le confort que le sport avec une distribution du couple d’autant plus lissée par la transmission à trains épicycloïdaux chère à Toyota. Même trajectoire au chapitre dynamique, avec une suspension typée confort et un comportement parfois pataud dans les enchainements de virages qui n’incitent pas à hausser le ton.

Avec son réservoir de 55 litres, l’Across promet 928 km d’autonomie sur route secondaire dans les conditions hivernales de notre essai. Le rayon d’action tombe à près de 800 km si la grosse majorité du trajet est effectuée sur autoroute. Mais pour continuer d’abaisser les niveaux de consommation, il conviendra plus que jamais de penser à recharger le SUV. A ce chapitre, l’Across propose un chargeur embarqué AC de 6,6 kW qui permet de faire le plein en 2h40 sur Wallbox ou en 9h45 sur une prise domestique.

Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

L'Across n'est-il pas trop bourgeois dans la gamme Suzuki ?

En se reposant sur le Toyota RAV4 hybride rechargeable, Suzuki a fait un pari gagnant. La base offerte par son concurrent japonais se montre à la hauteur des annonces. S'il est naturellement impossible de viser les valeurs annoncées par la norme WLTP, déconnectée de la réalité, il présente une autonomie électrique et des consommations bien plus avantageuses que certains de ses concurrents premium, le DS 7 Crossback e-Tense 4x4 et le BMW X3 xDrive30 en tête.

Mais là est le revers de la médaille : en prenant sous son capot une motorisation hybride rechargeable de 306 ch, le Suzuki Across (le plus puissant modèle de série dans l’histoire de la marque) vient dangereusement frapper à la porte du segment premium avec son prix de vente unique de 53 990 €. C’est deux fois plus que la plus chère du reste de la gamme, la Suzuki Swace (copie de la Toyota Corolla hybride).

A ce tarif, le SUV présente un rapport prix/équipement plus intéressant que le RAV4 Design d’entrée de gamme (49 650 €) mais il ne profite pas du bonus écologique temporaire de 2 000 € pour ce genre de véhicule. Il perd ainsi un argument commercial qui peut avoir du poids sur la balance aux yeux d’une clientèle qui sera sans doute plus sensible au prestige du blason à ce niveau de prix.

Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

Fiche technique Suzuki Across hybride rechargeable

  • Dimensions L x l x h : 4,64 m x 1,86 m x 1,69 m
  • Empattement : 2,69 m
  • Volume du coffre : de 490 l à 1 604 l
  • Poids à vide : 1 940 kg
  • Nombre de places : 5
  • Moteur thermique : 4 cylindres essence A25A-FXS
  • Cylindrée : 2 487 cm3
  • Puissance : 184 ch
  • Moteurs électriques : synchrones à aimants permanents
  • Puissances : 182 ch + 40 ch
  • Capacité de la batterie : 18,1 kWh
  • Temps de recharge sur secteur : 9h45
  • Puissance totale cumulée : 306 ch
  • Couple total cumulé : n.c.
  • Transmission : intégrale sans lien mécanique
  • Direction : électrique à crémaillère
  • Suspension avant : jambes de force de type McPherson
  • Suspension arrière : double triangulation
  • Roues : 235/55 R 19
  • 0-100 km/h : 6,0 s
  • Vitesse maximale : 180 km/h
  • Autonomie électrique (WLTP) : 75 km
Essai-Suzuki-Across-Hybride-Rechargeable © Suzuki France

Prix Suzuki Across hybride rechargeable

  • Suzuki Across 1ère Edition : 53 990 €
  • Bonus écologique : 0 €
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
10
8
remy9991
50 000 euros…<br /> cela concerne 0,1% de la population ?
Nmut
Bien moins que ça. Ils n’en vendront jamais 7 millions! <br /> Et même en France, pas sur qu’il y ait 60 000 personnes intéressées (par exemple le RAV4 s’est vendu à moins de 10 000 exemplaires en 2019)…
dante0891
Et Suzuki a des tarifs corrects par rapport à la concurrence car les véhicules ont déjà une tonne d’options intégrés et très peu voir pas du tout d’options en sus.<br /> Il y a seulement le choix entre des finitions (qui chaque apporte un gain en plus par rapport à la précédente).<br /> La marque n’est pas très connu et en marge par rapport aux autres constructeurs mais les autos sont fiables et bien fini dans la qualité perçu.
dante0891
C’est surtout que les personnes ne connaissent pas trop ce type de marque.<br /> Ils vont aller sur des modèles français ou allemand.<br /> Pourtant pour le même prix ailleurs il n’y a pas autant d’options par rapport aux japonaises.<br /> Après chez Toyota le C-HR est quand même plus beau que le RAV4.<br /> En plus je viens d’aller voir et le premium pack est inclus dans le prix du véhicule (garantie 5 ans + entretien inclus également pendant 5 ans ou durant un nombre kilomètre max).
Proutie66
C’est un cercle vicieux. Ta Golf tu la revendra. Ton Suzuki Across aura moins de gens «&nbsp;intéressés&nbsp;».<br /> En clair, tu es sur un marché de Niche.<br /> Donc si c’est cher, tu t’y risques pas… etc.<br /> C’est malheureux mais on n’y peut pas grand chose.
dante0891
Au moins le marché de niche s’intéresse aux connaisseurs et savent ce qu’ils achètent <br /> Oui peut-être que la Golf se revendra un peu plus chère et plus facilement mais il y a tellement de différence entre les motorisations, les options… qu’au final le consommateur est perdu et l’acheteur d’occasion n’en aura pas pour son argent.<br /> Pour ce Suzuki il y a qu’une finition. C’est à prendre ou à laisser ^^<br /> Alors qu’ailleurs il va y avoir le modèle sans rien, puis tu vas vouloir prendre une finition donc le prix va augmenter de 2-5k€ et puis 2-3 options à 500€ chacune. Et au final le véhicule vaudra 10k€ de plus voir largement plus.<br /> Après je comprends ce que tu veux dire. Vaut mieux un véhicule grand public pour une revente plus facile, ce qui est normal mais sortir 10k€ de +…
Palou
dante0891:<br /> Vaut mieux un véhicule grand public pour une revente plus facile<br /> Disons qu’à la base, à part quelques modèles d’exception italiens et rouges, on n’achète pas une voiture en pensant à sa revente de suite
Proutie66
Archi faux. Navré <br /> Pour preuve :<br /> La couleur des voitures actuelles.<br /> Majoritairement blanc/noire.<br /> Pourquoi ?<br /> Car c’est les couleurs qui sont les plus neutres qui peuvent le plus facilement se revendre.<br /> «Si vous envisagez d’acheter une voiture, vous envisagez aussi de la revendre d’ici cinq a six ans, et vous vous dites que votre acheteur sera plus enclin à acheter une voiture noire, argent ou blanche.»
Blackalf
Perso je trouve ça pathétique quelque part, acheter une voiture d’une couleur passe-partout et même aller jusqu’à choisir une marque et un modèle x dans l’optique de la revente des années plus tard…autrement dit, on ne choisit même pas ce qu’on veut vraiment. <br /> Il faut quand même avoir une mentalité particulière pour faire ça…ça me rappelle ces gens qui laissaient les plastiques de protection sur les fauteuils (quand ils ne plaçaient pas des housses bon marché et moches), juste pour dire de revendre plus tard avec un intérieur bien propre, mais en attendant ils utilisaient leur voiture pendant des années sans même profiter de leur intérieur.
ilas
Le RAV4 est le SUV le plus vendu au monde avec le Honda CR-V. C’est clair que Suzuki vendra moins de Suzuki Across que Toyota de RAV4, mais on final c’est la même voiture, avec la fiabilité qui va avec (habituellement avec Toyota). Et ce modèle de RAV4 hybride rechargeable a vraiment très bonne presse, notamment dans les tests nord-américains. Un hybride rechargeable avec cette autonomie et cette puissance, il n’y en a pas beaucoup. Les concurrents allemands à puissance équivalente sont beaucoup plus chers (X3 e30, q5 tfsi e, glc 300e) et offrent une autonomie bien inférieure (expérience vécue avec le glc 300e). Donc même s’il est cher pour un Suzuki, il l’est quand même un peu moins que le jumeau RAV4 et est donc plutôt une bonne affaire. Après, je ne sais pas ce qu’il en est du réseau Suzuki en France.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Renault fait de sa 4L une voiture volante, et ce n'est pas une blague
Voilà à quoi ressemble une trottinette de course, faite pour passer les 100 km/h
Bornes de recharge : coup d'accélérateur sur le réseau en 2021 en France avec près de 50 000 bornes recensées
Finalement, Waze, Coyote et cie pourront continuer à signaler les contrôles de vitesse !
Les trottinettes électriques finalement bridées à 10 km/h dans tout Paris (sauf sur les grands axes)
Kia dévoile son nouveau Niro, disponible en hybride, PHEV ou entièrement électrique
NIU lance le plus rapide de ses scooters, un scooter hybride, des trottinettes électriques, et aussi une moto
Tesla aurait pour 80 milliards de dollars de commandes pour le Cybertruck
À partir de l’été 2022, les nouveaux modèles de voitures biperont en cas d’excès de vitesse : tout savoir sur le système d’Adaptation Intelligente de la Vitesse
Les prises pour véhicules électriques obligatoires dans les nouvelles maisons au Royaume-Uni dès 2022
Haut de page