Aides à l'achat : comment acheter sa voiture hybride ou électrique moins cher ?

23 mars 2022 à 18h20
43
Voiture électrique

Les véhicules électriques commencent à se faire une vraie place dans les habitudes de consommation, avec 9 % de parts de marché en 2021. Les annonces de nombreux constructeurs en Europe, couplées aux exigences de réduction des émissions de CO2 de l'Union européenne, ne vont probablement faire qu'accroitre cette tendance.

Mais si les véhicules électriques sont encore décriés pour leur prix d'achat élevé, de nombreuses aides existent pour économiser plusieurs milliers d'euros à différents niveaux. Aides nationales, régionales, métropolitaines ou communales : vous pouvez bénéficier de plusieurs subventions cumulables après avoir testé votre éligibilité. Pour vous y aider, Clubic propose fait l'état des lieux des aides disponibles pour l'achat d'un véhicule électrique en 2022 en France métropolitaine.

Vélo électrique VAE
flydragon / Shutterstock.com

Comment acheter son vélo électrique moins cher ?

Découvrez dans ce guide l'intérêt d'opter pour un vélo à assistance électrique, les différentes aides disponibles et, surtout, les conditions requises pour les obtenir.

Quelles sont les aides nationales disponibles ?

Que ce soit pour un véhicule 100% électrique ou hybride rechargeable, le gouvernement a confirmé par décret en décembre 2021 que les taux actuels doivent être maintenus au moins jusqu'à mi-2022, aussi bien pour le bonus écologique que la prime à la conversion. Rappelons d'ores et déjà que ces deux aides sont cumulables pour les personnes physiques ou morales éligibles.

Le bonus écologique

Le bonus écologique constitue l'une des aides principales pour acheter un véhicule électrique moins cher en France. Il a l'avantage d'être ouvert à davantage de personnes (physiques comme morales) et il n'exige pas de critère lié au revenu fiscal de référence (RFR) pour constituer un dossier.

Vous pouvez dès à présent accéder au formulaire dédié sur le site de l'Etat et simuler le montant auquel vous avez droit en fonction de votre situation et du prix d'achat de votre véhicule électrique, neuf comme d'occasion.

Bon à savoir :

Tout au long de cet article, notez bien que le revenu fiscal de référence demandé varie en fonction de la date d'achat ou de location de votre véhicule. Ainsi, pour un achat en 2021, c'est le revenu fiscal de référence 2020 (calculé sur les revenus 2019) qui est pris en compte. Pour un achat facturé dès le 1er janvier 2022, le revenu pris en compte est celui de 2021, calculé sur vos revenus de 2020.

Recharge voiture

Comment bénéficier du bonus écologique ?

La demande de bonus écologique peut prendre la forme d'une avance concédée par le professionnel qui vous vend le véhicule (déduction du bonus sur votre prix d'achat), ou il peut être versé sur demande de remboursement postérieure à l'achat. Plusieurs critères doivent être respectés.

Au niveau personnel, les deux seules conditions à remplir sont d'être majeur et domicilié en France.

Au niveau du véhicule en revanche, cela varie suivant son profil : voiture ou camionnette neuve, ou véhicule d'occasion. Pour une voiture ou camionnette électrique neuve (100% électrique ou hybride rechargeable), celle-ci ne doit pas avoir un taux d'émission de CO2 supérieur à 50 g/km, être neuve (sauf véhicule de démonstration), immatriculée dans une série définitive, ne pas être revendue dans les 6 mois après achat ou location ni avant d'avoir parcouru 6 000 km minimum, et être achetée ou louée pour une durée minimale de deux ans. Pour que votre dossier soit pris en compte, votre demande de bonus écologique doit advenir 6 mois au plus tard après votre date d'achat (facture à l'appui) ou 6 mois après le versement du premier loyer dans le cas d'une location.

Pour une voiture ou camionnette électrique d'occasion, les conditions sont plus exigeantes. En effet, celle-ci ne doit pas avoir un taux d'émission de CO2 supérieur à 20 g/km, doit être un véhicule d'occasion immatriculé dans une série définitive depuis au moins 2 ans, ne pas être revendue dans les 6 mois après son achat ou location, être achetée ou louée pour une durée minimale de deux ans et le véhicule ne doit pas vous être cédé par un membre de votre foyer fiscal, comme un époux ou un enfant rattaché. Là encore, pour que votre dossier soit pris en compte, votre demande de bonus écologique doit advenir 6 mois au plus tard après la date d'achat ou 6 mois après le versement du premier loyer dans le cas d'une location.

Voiture electrique

A quel montant pouvez-vous prétendre ?

Le montant de bonus écologique alloué varie selon plusieurs paramètres. Le premier dépend du type de véhicule et de son état : voiture neuve, camionnette neuve ou véhicule d'occasion. Le deuxième concerne votre lieu de résidence, car les dispositions varient si vous vous trouvez en métropole ou en Outremers (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, La Réunion). Le troisième dépend de sa motorisation : électrique ou hybride rechargeable. Enfin, le quatrième dépend de son prix d'achat.

Ainsi, pour une demande en métropole d'une voiture 100% électrique neuve ayant un prix d'achat inférieur à 45 000 € avec un taux d'émission de 20g de CO2/km, le bonus écologique versé sera au plus de 27% du prix d'achat TTC de votre voiture, plafonné à 6 000 € si vous êtes une personne physique et 4 000 € si vous êtes une personne morale. Ce plafond chute à 2 000 € si votre voiture coûte entre 45 000 et 60 000 €. Le montant du bonus écologique est donc plus favorable à l'achat des véhicules les plus abordables.

Voiture prix © By PHOTOBUAY / shutterstock.com
PHOTOBUAY / shutterstock.com

Autre exemple : pour une demande en métropole d'une voiture hydride rechargeable neuve ayant une autonomie minimale (en mode électrique) de 50 km, un prix d'achat maximal de 50 000 € avec un taux d'émission compris entre 21 et 50 g de CO2/km, le bonus écologique est de 1000 €.

Pour une demande en métropole concernant une camionnette 100% électrique neuve avec un taux d'émission de 20 g de CO2/km, le bonus écologique versé est de 40% du prix d'achat TTC de votre voiture maximum, plafonné à 7 000 € pour une personne physique et 5 000 € pour une personne morale.

Enfin, pour un véhicule d'occasion (100% électrique ou hybride rechargeable) répondant aux critères listés dans la partie précédente, le bonus écologique est de 1 000 €.

Bon à savoir :

Lorsqu'il est plus avantageux, le montant de l'aide en vigueur en vigueur avant juillet 2021 (bonus écologique comme prime à la conversion) reste applicable à un véhicule neuf commandé avant le 30 juin 2021 inclus, si sa facturation intervient au plus tard le 31 décembre 2021. Il en va de même pour un véhicule neuf dont le contrat de location a été signé avant le 30 juin 2021 si le versement du 1er loyer intervient au plus tard le 31 décembre 2021.

Voiture électrique © Moritz Denke / Shutterstock.com
Moritz Denke / Shutterstock.com

La prime à la conversion

Cumulable sous conditions avec le bonus écologique, la prime à la conversion offre une possibilité de subvention publique supplémentaire en échange de la restitution d'un autre véhicule de votre part, destiné à partir à la casse.

Comment bénéficier de la prime à la conversion ?

Pour renouveler le parc de véhicules automobiles en France et réduire le nombre de véhicules thermiques les plus anciens et polluants encore en circulation, la prime à la casse a été instaurée. Dans tous les cas, notez que les montants cumulés du bonus écologique et de la prime à la conversion sont plafonnés et varient en fonction de votre revenu fiscal de référence. Pour un RFR inférieur ou égal à 13 489 €, le montant est plafonné à 11 000 € (véhicule 100% électrique neuf dont le prix d'achat est de 45 000 € maximum) et 7 000 € (véhicule neuf dont le prix d'achat entre 45 000 et 60 000 €). Pour un RFR supérieur à 13 489 €, les montants plafonnés chutent, respectivement, à 8 500 € et 4 500 € maximum. Vous pouvez tester votre éligibilité sur le site de l'Etat.

Au niveau personnel, vous devez remplir plusieurs conditions préalables pour demander la prime à la conversion. La première est d'être domicilié en France pour une personne physique, ou de fournir un justificatif d'établissement en France pour une personne morale. D'ici le 1er janvier 2023, cette aide ne pourra être obtenue qu'une seule fois par personne.

Voiture electrique

Le véhicule destiné à la casse doit répondre à plusieurs critères. Pour un véhicule essence, celui-ci doit être considéré comme une voiture particulière ou une camionnette, ne pas être gagé, avoir fait l'objet d'une première immatriculation avant le 1er janvier 2006, être immatriculé en France dans une série normale, appartenir au bénéficiaire de la prime depuis un an minimum, et être remis dans les trois mois précédant ou jusqu'à 6 mois après la facturation de votre nouveau véhicule à un centre dédié aux véhicules hors d'usage ou tout autre centre de ce type agréé. Si votre véhicule bénéficie, après expertise, du statut de véhicule endommagé (coût des réparations plus élevé que sa valeur actuelle), il doit être assuré depuis au moins 1 an à la date de sa remise pour destruction ou à la date de facturation du véhicule acquis ou loué pour que vous bénéficiez de la prime à la conversion.

Pour un véhicule diesel, les conditions sont les mêmes que pour un véhicule essence, sauf que sa première immatriculation doit être antérieure au 1er janvier 2011.

Voiture electrique

A quel montant pouvez-vous prétendre ?

Le montant de la prime varie suivant votre revenu fiscal de référence. Pour en bénéficier, cinq conditions doivent être remplies par votre nouveau véhicule électrique :

  • Ne pas émettre plus de 20 g de CO2/km (100% électrique) ou 50 g de CO2/km (hybride rechargeable) ;
  • Le prix d'achat ne dépasse pas 60 000 € TTC ;
  • Une immatriculation en France avec numéro définitif ;Il ne doit pas s'agir d'un véhicule classé comme « endommagé » ;
  • Le véhicule ne doit pas être revendu dans les 6 mois, ni avant d'avoir parcouru 6 000 km.

Les mêmes conditions s'appliquent aux camionnettes 100% électriques comme hybrides rechargeables, sauf qu'aucun seuil d'émission de grammes de CO2/km n'est fixé.

Voiture electrique

Ainsi, pour une voiture 100% électrique neuve disposant de 50 km d'autonomie minimum avec un prix d'achat inférieur ou égal à 45 000 €, le montant de la prime à la conversion est de 80% du prix d'achat de votre nouveau véhicule dans la limite de 5 000 € si votre RFR est inférieur ou égal à 13 489 €. Vous devez également remplir, au minimum, l'une des trois conditions suivantes : un RFR par part inférieur ou égal à 6 300 €,
plus de 12 000 km par an avec votre véhicule personnel pour votre travail
, ou une distance entre votre domicile et votre lieu de travail supérieure à 30 km. Si aucune des trois conditions n'est respectée, votre prime est de 2 500 € maximum.

Toujours pour une voiture 100% électrique neuve disposant de 50 km d'autonomie avec un prix d'achat inférieur ou égal à 45 000 €, le montant de la prime à la conversion est de 2 500 € si votre RFR est supérieur à 13 489 €.

Pour une hybride rechargeable ayant 50 km d'autonomie électrique avec un prix d'achat maximal de 60 000 € et un taux d'émission inférieur à 50 g de CO2/km, a prime à la conversion est de 5 000 € pour un RFR inférieur ou égal à 13 489 €, et de 2 500 € pour un RFR supérieur.

Voiture electrique

Le rétrofit électrique

Instaurée le 1er juin 2020, l'aide au rétrofit électrique consiste à aider celles et ceux souhaitant conserver leur véhicule thermique actuel mais désireux de lui substituer un moteur électrique.

Plusieurs conditions sont nécessaires pour en bénéficier, elles sont les mêmes pour une voiture comme une camionnette. Tout d'abord, vous devez être majeur et domicilié en France, posséder le véhicule depuis au moins un an et ne pas le revendre dans les 6 mois de la transformation ni avant d'avoir parcouru 6 000 km. Surtout, la transformation de votre véhicule doit être faite par un professionnel habilité. C'est d'ailleurs le professionnel qui vous fait automatiquement l'avance de l'aide, qui doit figurer sur votre facture.

Voiture électrique

Pour une voiture avec un revenu fiscal de référence (RFR) inférieur ou égal à 13 489 €, le montant de la prime rétrofit est de 80% du prix d'achat de votre nouveau véhicule dans la limite de 5 000 €. Vous devez également remplir au moins l'une des trois conditions suivantes : un RFR par part est inférieur ou égal à 6 300 €,
plus de 12 000 km par an avec votre véhicule personnel pour votre travail
, ou une distance entre votre domicile et votre lieu de travail supérieure à 30 km. Pour un RFR supérieur à 13 489 €, votre prime est de 2 500 € maximum.

Pour une camionnette, quel que soit votre RFR, les barèmes sont les mêmes que pour la prime à la conversion, à savoir 40% maximum du prix d'achat, ce qui donne un plafond de 5 000 € pour un véhicule de classe 1, 7 000 € pour un véhicule de classe 2, et 9 000 € pour un véhicule de classe 3.

Voiture electrique en charge

Un cas particulier : la Zone à Faibles Emissions (ZFE)

La prime Zone à Faibles Emissions (ZFE) est une aide supplémentaire allouée pour « une personne physique dont le domicile ou le lieu de travail est situé dans une commune dont une partie du territoire est située au sein d'une zone à faibles émissions » ou « une personne morale justifiant d'un établissement dans une commune dont une partie du territoire est située au sein d'une zone à faibles émissions ». En d'autres termes, plusieurs communes et métropoles ont mis en place des ZFE, telles que le Grand Paris, Grenoble et son agglomération, Lyon et son agglomération, Saint-Etienne et son agglomération, les villes de Nice, Reims et Rouen.

La liste des communes comportant une ZFE s'agrandit, et toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants en feront partie d'ici 2025.

Les personnes physiques comme morales y sont éligibles lorsqu'elles remplissent les conditions citées ci-dessus. Plus encore, la prime ZFE est en fait une surprime de la prime à la conversion et donc conditionnée à votre revenu fiscal de référence (RFR), et peut vous permettre de recevoir 1 000 € supplémentaires maximum. Pour l'obtenir, il est préalablement nécessaire de recevoir une subvention à l'échelle locale dans les conditions fixées à cette même échelle pour l'achat ou la location d'un véhicule électrique. Même si cette somme locale dépasse les 1 000 €, la surprime ZFE reste, elle, plafonnée à 1 000 € maximum.

assurance-voiture.jpg © Pixabay

Quelles sont les aides locales à votre portée ?

Bonus écologique, prime à la conversion, rétrofit électrique, voilà autant d'aides disponibles au niveau national qui peuvent aussi être cumulées avec des subventions locales. Dans tous les cas, prenez bien le temps de vous renseigner auprès des autorités locales, aussi bien au niveau des conditions, des délais, et comme des seuils (voire des cumuls maximum entre aides nationales et locales), car les aides pour l'achat/location d'un véhicule électrique varient d'une collectivité locale à une autre.

Les aides régionales

Les conseils régionaux, dans la lignée de l'Etat, sont nombreux à proposer des subventions pour l'achat d'un véhicule électrique. Ainsi, dans le cas précis de la région Occitanie, vous pouvez obtenir une aide sous forme d'écochèque mobilité. Celle-ci équivaut à 30% du prix d'achat de votre véhicule électrique d'occasion achetée en 2022 (prix TTC, bonus écologique et remises potentielles déduits) et est plafonnée à 2 000 € pour une personne majeure non imposable ou 1 000 € pour une personne majeure dont le RFR n'excède pas 50 000 € en 2021.

Autre exemple, la région Île-de-France propose quatre aides dédiées aux véhicules électriques, dont 2 500 € pour une conversion rétrofit, ou encore jusqu'à 6 000 € de prime à la conversion + surprime ZFE selon votre éligibilité.

voiture électrique © shutterstock.com

Les aides métropolitaines

Autres collectivités locales à même de subventionner l'achat d'un véhicule électrique, les métropoles figures en bonne posture, d'autant plus lorsqu'elles font l'objet d'un classement en Zone à Faibles Emissions.

Par exemple, au sein de l'Eurométropole de Strasbourg, vous pouvez bénéficier, pour l'achat d'un véhicule électrique neuf ou d'occasion à compter du 1er janvier 2022, d'une prime à la conversion pouvant grimper jusqu'à 3 500 € si votre RFR 2021 est inférieur ou égal à 6 300 €. Vous pouvez également obtenir jusqu'à 1 500 € si votre RFR 2021 est compris entre 13 490 et 20 966 €. Plus encore, une prime rétrofit de 2 500 € est cumulable avec la prime rétrofit nationale, ici pour les personnes dont le RFR n'excède pas 20 966 €.

Les aides départementales

Comme pour les régions et les métropoles, les opportunités de subventions publiques sont variables d'un département à un autre. Par exemple, le département des Bouches-du-Rhône est l'un des plus généreux de France et offre, pour l'achat d'un véhicule 100% électrique neuf, et sans condition de revenu, une aide de 5 000 €. Les seuls justificatifs demandés sont que la résidence principale du demandeur doit se trouver dans les Bouches-du-Rhône, que celui-ci soit majeur, ainsi que présenter une copie de la carte grise et une preuve d'achat du véhicule.

Néanmoins, nous vous le rappelons, ces aides évoluent rapidement. Ainsi, le département du Lot, qui offrait une aide pouvant atteindre 4 500 € pour l'achat d'un véhicule électrique neuf, a cessé d'accepter les nouveaux dossiers à compter du 31 janvier 2021.

Voiture electrique

Les aides communales

Il existe des communes attribuant, à leur niveau, une aide pour favoriser la transition vers les véhicules électriques. C'est par exemple le cas de la ville de Drancy, en Seine-Saint-Denis. Vous pouvez obtenir jusqu'à 1 500 € pour l'achat d'un véhicule électrique neuf, ainsi que 750 € pour un véhicule électrique en LOA (location avec option d'achat) et 750 € supplémentaires si le véhicule est acquis à l'issue de la LOA. Attention aux délais : dans ce cas précis, la facture d'achat ou de leasing ne doit pas être antérieure à trois mois au moment de la demande de subvention.

Les aides pour l'achat d'un véhicule électrique en bref :

  • Les aides nationales (bonus écologique, prime à la conversion, prime rétrofit) sont cumulables entre elles. Le cumul des aides nationales et locales, de plusieurs aides nationales, comme de plusieurs aides locales, peuvent faire l'objet d'un plafond.
  • La disponibilité des aides est fluctuante et évolue dans le temps.
  • Testez votre éligibilité.
  • Conservez tous les justificatifs en cas de contrôle.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
43
22
zoup01
Non concerné, revenu trop élevé, mes deux voitures thermiques sont critair 1 et 2.
oudiny
Perso mes 2 véhicules sont Critair 1 &amp; 2 également ( une essence et une diesel ) !<br /> Le gazoil c’est toujours 60% ++ du parc auto en France en cette fin d’année 2020 et les aides sont en générales pour des ménages qui de toute façon n’ont pas les moyens d’acheter électrique.<br /> Perso mes priorités en 2021 et avec le contexte économique actuel et surtout à venir c’est tout sauf les bagnoles
Yannk
L’électrique n’est pas pour moi, je dois pourtant bientôt changer mes 2 véhicules et le diesel fera encore bien l’affaire pour les 10 ans a venir.
Faryaak
A plus de 2€ le litre, c’est de l’argent jetté par la fenêtre. Racheter un diesel neuf est une hérésie.
smover
Merci pour ce super article !!
gamez
mauvaise foie, comme si 2€/litre était le prix normal…
fredolabecane
mauvaise foi effectivement, et on va rigoler quand l’électricité de recharge coutera un bras, les taxes de TIPP, va bien falloir que l’état les récupère a un moment où a un autre… et tout les moyens seront bon vous inquiétez pas, même votre compteur Linky « saura » quand vous rechargez, vous voyez où je veux en venir?
twist_oliver
C’est amusant la quantité d’aides qui existent… mais au final ceux qui peuvent en bénéficier (revenus déclarés trop faibles) n’ont, en théorie, pas les moyens d’acheter une voiture neuve. Le pire étant que l’on sait que les constructeurs tiennent compte des primes dans leur marge, si les primes n’existaient pas les voitures seraient moins cher !
clockover
Partir sur un véhicule neuf thermique maintenant, c’est peu stratège.<br /> A moins qu’il soit « rincé » en 10 ans comme vous dites.
clockover
Ba euh oui, 2€ ici, 2.2 en allemagne, 2 Frs en Suisse, …<br /> Il vous faut quoi pour qu’un prix soit « normal » ?
clockover
Bien sûr on est pas dupe, il faudra bien compenser la TIPP.<br /> Sauf que Linky ne saura jamais que vous rechargez votre voiture.<br /> Sauf que l’électricité n’a pas … d’origine
ifebo
Article intéressant, mais existe t’il un simulateur qui répertorie toutes les aides disponibles en fonction de votre adresse ?
fredolabecane
Je pense qu’en enlevant la guerre comme magnifique prétexte pour spéculateurs le carburant reviendra a un cours disons…normal.
clockover
Mais c’est quoi normal ?<br /> Il n’y a pas de normalité dans le cours. On prend celui de de 1960 ? de 2005 ?<br /> Il y a plus de demande que d’offre, le prix augmente c’est tout.
gamez
ne fais pas semblant de ne pas comprendre.<br /> un prix normal est un prix qui ne nécessite pas qu’on en parle aux informations…<br /> je suis sûr que tu peux le comprendre
clockover
D’accord <br /> Ca fait bien longtemps que je ne regarde plus les informations !
AtomosF
Ne jamais dire jamais.
MattS32
gamez:<br /> un prix normal est un prix qui ne nécessite pas qu’on en parle aux informations…<br /> Ce qui ne veut strictement rien dire…<br /> La première fois que le litre à passé les 1€50, on en a sans doute aussi parlé aux infos. Tout comme la première fois qu’il a passé 1€ et la première fois qu’il a passé 5F…<br /> Tiens, juste pour rire :<br /> 01/03/1971 : Augmentation du prix de l'essence | INA<br /> 30/10/1976 : Réaction à l'augmentation du prix de l'essence | INA<br /> 05/05/1979 : Augmentation du prix de l'essence | INA<br /> 10/07/1984 : Les réactions après augmentation essence | INA<br /> 20/04/1989 : Duel sur la 5 : "Pourquoi l'essence est elle si chère ?" | INA<br /> 10/01/1995 : Réaction pompistes | INA<br /> 08/08/2006 : Nouveau record du prix du pétrole | INA<br /> 09/03/2011 : Hausse du prix des carburants | INA<br /> Alors du coup, c’est quoi le prix « normal » ? Un prix d’avant 1971 ?<br /> La tendance des prix des carburants est globalement à la hausse depuis toujours, même s’il y a parfois des baisses passagères, c’est inéluctable, et avec la raréfaction du pétrole exploitable facilement, obligeant à se tourner de plus en plus vers des pétroles non conventionnels plus coûteux à exploiter, il n’y a aucune chance que la tendance s’inverse…
MattS32
AtomosF:<br /> Ne jamais dire jamais.<br /> Disons que pour que Linky puisse distinguer la consommation de la voiture électrique, il faudrait… remplacer Linky par une nouvelle version, avec une sortie dédiée à la voiture… Donc non, ça n’arrivera pas de si tôt.<br /> Ce qui serait techniquement plus facile, c’est par contre d’exploiter les capacités de communication de la voiture pour qu’elle indique combien elle a consommé.<br /> Mais en réalité le plus probable est sans doute qu’il y aura une taxation assez forte sur l’électricité des bornes publiques et une taxation plus faible mais générale (donc pas spécifique à l’utilisation dans une voiture) de l’ensemble de l’électricité.
gamez
ce que tu montres, illustre juste le fait que les prix « anormaux » deviennent à la longue la norme.<br /> comme les très chaudes temperatures on en parlait au début quand c’était exceptionnel, et plus elles se feront de plus en plus fréquentes et moins on en parlera, elles deviendront « normales » comme le prix à 1,5€ que tu cites.<br /> du coup ce que j’ai dit tient bien la route.<br /> 2€ à la pompe n’est toujours pas normal
MattS32
gamez:<br /> ce que tu montres, illustre juste le fait que les prix « anormaux » deviennent à la longue la norme.<br /> Non. Il y a une offre, il y a une demande, il y a de l’inflation, il y a des taxes, et ces 4 facteurs varient et les prix varient en fonction de ça. Il n’y a donc pas de prix « normal ». D’ailleurs, tu es bien incapable de dire quel est le prix « normal » et pourquoi il est « normal ». Parce qu’il n’existe tout simplement pas.<br /> Parler de prix anormal, ça sous entend qu’il devrait revenir à la normale. Ce qui n’est pas le cas, la tendance est en permanence à la hausse, parce que l’inflation et la baisse de l’offre dominent à long terme.<br /> Peut-être qu’à court terme le carburant repassera à 1€50, mais clairement à long terme, il passera durablement au-dessus de 2€, c’est inévitable.
gamez
MattS32:<br /> clairement à long terme, il passera durablement au-dessus de 2€, c’est inévitable.<br /> non cela dépend directement de la guerre. Si elle cesse tout reviendra progressivement à la « normale », le blé comme le carburant.
AtomosF
Je pense à peu prêt pareil, par contre cela créerait une forte discrimination entre ceux qui ont la possibilité de recharger à domicile et ceux qui ne peuvent pas. A moins de mettre un crédit d’impôt en place pour compenser (par exemple)…
MattS32
gamez:<br /> non cela dépend directement de la guerre. Si elle cesse tout reviendra progressivement à la « normale », le blé comme le carburant.<br /> La guerre ne fait qu’accélérer la tendance. Quand ça se calmera, le prix rebaissera peut-être un peu (mais c’est pas sûr du tout, car on va pas reprendre des relations commerciales avec la Russie avant longtemps, et ça ne reviendra sans doute pas au niveau d’avant), et reprendra sa hausse progressive. C’est inéluctable.
ygloo_one
Le compteur Linky est bien prévu pour suivre plusieurs consommation, dont recharge véhicule, chauffage. Il est de plus capable d’historiser ces consommations assez finement, afin de détecter une anomalie de consommation sur un des compteurs.
ygloo_one
C’est surtout les taxes qui augmentent, ainsi que l’optimisation/évasion fiscale. Même actuellement le pétrole brut n’est pas à son plus haut.
MattS32
ygloo_one:<br /> Le compteur Linky est bien prévu pour suivre plusieurs consommation<br /> Il a plusieurs sorties ? Le compteur qui a été installé chez moi (c’est pas un Linky, je suis dans une zone sous régie locale), il n’en a qu’une seule.<br /> À partir du moment où il n’y a qu’une seule sortie, le compteur ne peut pas différencier de façon suffisamment fiable les différentes consommations.
Anti-troll
Et voilà encore le troll number one du site qui vient ramener sa science alors qu’il ne connait rien à rien… Pour ton info le prix du baril n’est pas plus haut qu’en 2008 où il avait atteint +140$, quasiment 150 (il est à 112$ actuellement). Ce qui fait la différence sur les prix à la pompe, c’est l’évolution récente du taux de change EUR/USD due à la situation en Europe. Donc rien ne dit qu’il ne reviendra pas à un niveau bien moindre bientôt. Sauf si la situation de certains pays continue de plonger vers la faillite et détériore durablement le taux de change, mais c’est ça c’est encore une autre histoire…
Palou
Anti-troll:<br /> Et voilà encore le troll number one du site qui vient ramener sa science alors qu’il ne connait rien à rien…<br /> Ce genre de phrase est à éviter à l’avenir
MattS32
Anti-troll:<br /> Pour ton info le prix du baril n’est pas plus haut qu’en 2008 où il avait atteint +140$, quasiment 150 (il est à 112$ actuellement). Ce qui fait la différence sur les prix à la pompe, c’est l’évolution récente du taux de change EUR/USD due à la situation en Europe. Donc rien ne dit qu’il ne reviendra pas à un niveau bien moindre bientôt. Sauf si la situation de certains pays continue de plonger vers la faillite et détériore durablement le taux de change, mais c’est ça c’est encore une autre histoire…<br /> Effectivement, il y a ce cinquième facteur qui entre en compte. Mais il aurait été bon de le présenter sans commencer par des insultes, surtout quand on à la lâcheté de se planquer derrière un nouveau profil pour le faire… Dans ces conditions, je prends l’insulte comme un compliment, elle ne fait que rabaisser celui qui la profère.<br /> Cela dit, ça ne change rien au fait qu’à long terme, ce qui prédomine, c’est l’inflation et la chute du ratio offre/demande. Et donc, je persiste : si on peut effectivement envisager qu’à court ou moyen terme le prix baisse de nouveau, à long terme la barre des 2€ le litre va être durablement dépassée.<br /> Surtout que c’est sans doute pas l’évolution du taux de change qui est la principale raison de l’évolution récente : entre début janvier, où le litre était à 1.60 et aujourd’hui, où il est 25% plus cher, le taux de change n’a varié que de 5% environ (et seulement de 15% par rapport au plus haut ratio €/$ de ces 5 dernières années, début 2018, quand le litre de super était aux alentours de 1.4€)…
Anti-troll
« L’inflation » dit comme ça, ça ne veut rien dire : si c’est celle du prix de l’essence en France (donc en Euro), elle est directement liée à l’inflation du prix du baril (qui est en dollar) x les variations du taux de change. L’un ne va pas sans l’autre. En l’occurrence depuis janvier peut-être que le prix du baril a augmenté, il n’empêche que son prix de long terme (le prix du baril) reste bien en-dessous de ce qu’on a connu avant le début de la crise financière de 2008. En revanche, fin 2008, l’EUR/USD était à 1,40 contre 1,09 maintenant ! C’est ça qui explique économiquement la flambée du prix de l’essence à la pompe sur le long terme. Pas le rapport de l’offre et de la demande qui est pour le moment bien plus favorable qu’avant crise. Dans cette évolution, la montée du prix du baril depuis le 1er janvier n’est qu’un détail, qui certes se rajoute à la situation compliquée de l’économie européenne. Il est bien évident que la fin du pétrole russe devrait encore faire nettement augmenter le prix du baril (potentiellement au-dessus du prix haut de 2008), mais on n’y est pas encore. Et ce n’est pas comme tu l’affirmes le fait de « la chute du ratio offre/demande ». Il y a des réserves d’énergies fossiles encore malheureusement à foison, qui plus est avec le gaz de schiste, et je crois que les problèmes climatiques qui découlent de leur consommation auront nettoyé l’espèce humaine avant qu’elle n’ait pu les vider…<br /> Quoi qu’il en soit, il est faux de venir répondre aux interlocuteurs sur ce site que la tendance est à l’augmentation du prix de l’essence par rapport à aujourd’hui pour des questions d’offre et de demande, et qu’il ne peut pas revenir à des niveaux plus bas, même durablement. Je ne suis pas optimiste car je prévois à moyen terme un crash de l’économie européenne (et donc un faible taux de change EUR/USD), mais encore une fois c’est un autre débat.
mikrocefal
Salut , « Sauf que Linky ne saura jamais que vous rechargez votre voiture. » J’espère que dans 5 ans , tu te rappelleras de ta phrase .
zoup01
Pas besoin d’attendre…mais c’est pas demain la veille…<br /> C’est aujourd’hui techniquement possible sous réserve que 2 conditions soient remplies :<br /> 1/ que ton habitation soit équipée d’un gestionnaire d’énergie compatible tic standard.<br /> 2/ que ton fournisseur d’énergie utilise la possibilité de différencier les différents postes de consommation ( chauffage, recharge ve , etc…)<br /> Sur les 8 postes de consommation qui pourraient être mesurés séparément, la ligne 5 serait prévue pour la recharge ve.<br /> Et même si tu remplis ces conditions, brancher sa voiture sur la prise de la machine à laver restera toujours totalement invisible et indétectable.<br /> Synthèse de la liste des postes de consommation possibles.<br />  Contact n°1 : Eau chaude sanitaire ECS (reprise du contact sec C1-C2 toujours disponible sur Linky)<br />  Contact n°2 : Chauffage principal<br />  Contact n°3 : Chauffage secondaire<br />  Contact n°4 : Climatisation ou pompe à chaleur<br />  Contact n°5 : Recharge de véhicule électrique<br />  Contact n°6 : Stockage et injection<br />  Contact n°7 : A définir – pas d’attribution à ce jour<br />  Contact n°8 : A définir – pas d’attribution à ce jour
mikrocefal
Comment sera facturé l’electricité consommé par la charge d’un véhicule electrique : tout simplement quand la batterie de la voiture sera en charge dans votre habitation , celle-ci enverra une info sur le reseau ,en début de charge et en fin de charge ,en passant par le compteur linky et arrivera chez votre fournisseur d’electricité qui aura l’obligation d’appliquer une taxe (c’est pour ça que la TIPP s’appelle aujourd’hui TICPE taxe intérieur de consommation sur les produits énergétique … ) Eh oui , la TIPP ne pouvait pas s’appliquer sur l’electricité ,ah,ah,ah)
Hellvtic
Le compteur Linky est incapable de déterminer la source qui pompe de l’électricité, en tout les cas pas d’une façon formelle, et honnêtement pourquoi ils changeraient les compteurs pour faire cette distinction. Il suffit d’augmenter les taxes sur le prix du KW heure pour tout le monde pour compenser la perte de la TIPP. Et ils vont le faire parce qu’économiquement l’état ne peux pas se passer d’un partie des revenus de la TIPP. Bon par contre le mec qui a un diesel à 2 euros le litre et un KW heure augmenté de disons 30%… bon ca va piquer un peu.
Lepered
C’est plus une question de pouvoir d’achat et de coût au km qu’une question de stratégie. J’ai un diesel de 12 ans d’âge avec 160.000 km. Je roule moins de 8000 par an. Et bien je vais le garder encore des années car le coût au km est ridicule comparé à une électrique neuve. Si besoin je rachèterai une thermique d’occasion. L’électrique c’est super dans 15 ou 20 ans.
nemesis_als
Si vous raisonnez uniquement en terme financier, l’électrique n’est pas forcément rentable, surtout si vous faites des trajets fréquenta nécessitant des recharges sur autoroute ou usage de bornes à tarifs excessif.<br /> Moi j’ai changé la voiture de ma femme pour une petite citadine électrique d’occasion.<br /> Occasion + prime à la casse + 1000€ pour l’électrique = voiture a 5500€ de an et 4000km<br /> La ok, très bien, j’ai 100km d’autonomie et pour le besoin ça passe.<br /> EN revanche, j’aimerais changer la mienne. Nos familles respectives sont à 300 et 600Km, j’ai donc besoin d’une voiture pouvant faire de la route.<br /> J’habite en IDF et travaille en zone ZFE, mais n’habite pas en zone ZFE. Je n’ai donc pas le droit aux différentes aides (en quoi quelqu’un qui fait le trajet inverse est plus légitime à les recevoir ?)<br /> Je pourrai garder une seules voitures et prendre les transports en commun… Hidalgo me dit que c’est idéal… Ah, mais non, le projet de métro à côté de chez moi ne se fera pas, car sois disant pas rentable… (Dans le 92 il ralent car ne seulement pas du métro, car cela fait de la poussière et du bruit… donnez, nous on prend…)<br /> AH si on nous met a la place un…BUS… super… il longe un tracé déjà desservi et nécessite la suppression de la voie pour voiture.<br /> En revanche construire de quoi loger 25000 personne en plus dans la ville… pas de problèmes…<br /> Donc:<br /> Pas le droit aux aides.<br /> Bientôt plus le droit de prendre la voiture (thermique)<br /> Pas de transport en commun<br /> …
Hellvtic
Oui et non tout est une question de probabilité, de conscience et d’usage, les messages du style moi j’ai une vieille voiture mais je vais me mettre au vélo ne font pas avancer le débat. J’avais un vieux diesel, je roule 10000 km par ans, et j’ai choisis une électrique et je trouve ca génial dés maintenant. Après un diesel qui ne roule pas c’est un moteur qui s’encrasse, des frais parfois très important, une pollution aux particules fines qui tue plus de 48 000 personnes par ans. C’est un choix, mais économiquement je m’y retrouve aujourd’hui financièrement
Hellvtic
Et moi je pense que non, faudrait citer vos sources, aujourd’hui ma voiture n’envoi pas de signal et mon compteur n’en reçoit pas. Finalement vous n’en savez rien, et toute la tuyauterie que vous décrivez n’existe pas, elle ne fait même pas l’objet d’un commencement de déclaration. Un compteur c’est un compteur et l’électricité est déjà fortement taxée. et amenée déjà à augmenter avant l’avènement de la fusion en tout les cas. donc nul besoin de taxer des types de consommation, ce qui n’a d’ailleurs jamais été réalisé.
clockover
Je partais du principe que si il cherchait à en acheter une c’est bien qu’il en avait le besoin maintenant. Et je parlais bien qu’il soit « rinçé » donc mort d’ici 10 ans.<br /> Car d’ici 10 ans justement avoir un véhicule thermique va sûrement être une grosse contrainte (zones interdites, carburant à prix excessif,…).<br /> Je suis dans le cas de figure que vous.<br /> Un essence critair 1 avec 130 000 km, aujourd’hui je fais peut-être 5k km/an. Je l’entretien moi-même et n’a aucun soucis technique.<br /> Bref aucun intérêt d’en changer pour l’instant.<br /> Mais si cela devenait nécessaire, je ne partirais pas sur une thermique c’est absurde.
eagle6
Non non, cela a été débunké mainte fois, le linky ne peux déterminer exactement quel appareil consomme combien, donc impossible de facturer quelque chose sur une approximation. Et ce fameux signal envoyé par la prise de la voiture vers le linky ne pourrais être qu’un genre de CPL et là bon courage pour qu’il passe les disjoncteurs / différentiels sur sa route
Micky_35
Le linky est CPL justement… et s’il ne peut déterminer modèle/marque, il sait l’ampérage/puissance demandés, pas besoin d’un énorme algorithme pour déterminer si c’est votre frigo ou votre voiture.
MattS32
Micky_35:<br /> Le linky est CPL justement…<br /> Oui, pour communiquer avec le concentrateur de l’opérateur de distribution électrique.<br /> Mais de l’autre côté, entre les appareils du client et le Linky, il y a le tableau électrique, et le CPL passe très mal à travers ça, rendant la communication directe entre Linky et une voiture (par exemple) quasi impossible.<br /> De toute façon, matériellement, je pense pas que Linky dispose d’un circuit pour gérer une communication CPL avec des équipements côté client.<br /> Il est prévu une possibilité de communication avec des appareils clients (gestionnaire TIC) permettant de suivre la consommation de façon plus fine que ce qui est remonté à l’opérateur (de mémoire, un pas de l’ordre de la seconde au lieu de 15 min ou 1 jour), mais ça ne passe pas par CPL, l’appareil doit être branché directement par câble au compteur.<br /> Ce protocole de communication permet d’ailleurs à Linky de piloter l’allumage/extinction de certains appareils (8 voies prévues), mais ça ne marche pas avec Linky seul, il faut un gestionnaire TIC et c’est lui qui va effectivement effectuer le pilotage sur la base des demandes reçues depuis Linky. Et même dans ce cas là, il n’y a pas de remontée vers Linky du détail des consommation de chaque appareil (à la limite, il pourrait donc savoir quand ta voiture électrique est en charge, puisqu’il pilote la charge, mais il n’a aucun moyen de savoir pendant cette période quelle est la part de ta consommation qui correspond effectivement de la recharge de la voiture).<br /> Micky_35:<br /> et s’il ne peut déterminer modèle/marque, il sait l’ampérage/puissance demandés, pas besoin d’un énorme algorithme pour déterminer si c’est votre frigo ou votre voiture.<br /> Il ne mesure que la tension et l’intensité sur l’ensemble de l’installation (et ce qui est remonté à l’opérateur électrique, c’est la moyenne sur 15 minutes au sur la journée, l’opérateur n’a pas de données plus précises). Impossible de distinguer de façon FIABLE la consommation de différents appareils.<br /> Au pas 15 minutes, il n’y aura aucune différence visible entre la courbe de consommation d’un four de 2.3 kW, d’un radiateur de 2.3 kW ou d’une voiture chargeant à 2.3 kW… Et même avec une mesure plus précise, la différence est loin d’être flagrante, et surtout, pas garantie du tout, tu peux avoir plus de différence entre la courbe de deux voitures qu’entre celle d’un four et d’une voiture…<br /> Or pour pouvoir facturer différemment en fonction de l’appareil, il faut que la détection soit absolument indiscutable…
Voir tous les messages sur le forum

Derniers articles

Saliout 5 : quand les stations avaient encore beaucoup à nous apprendre
Faut-il réellement installer un antivirus sur vos appareils ?
RFID : quels sont les dangers et comment s'en protéger ?
We choose to go to the Moon… Le discours qui engagea la course à la Lune
Les lancements de fusées orbitales portées par avion, un délicat compromis
O’clock, une école de développement web pas comme les autres
Iridium, le rêve avant l'heure de la communication globale
Rentrée 2022 : notre sélection pour équiper les étudiants, les télétravailleurs et tous les autres
Les meilleures applications mobiles pour une rentrée 2022 réussie !
8 mythes et réalités sur l'impact écologique de Bitcoin
Haut de page