Test du Ryze Tello by DJI : le mini drone pour jouer et apprendre

Stéphane Paput
Expert Drones
01 décembre 2019 à 18h01
0
La note de la rédac
Poussé par deux poids lourds de la Tech, le DJI Ryze Tello fit une entrée remarquée sur le marché du drone de loisir. Au-delà de proposer un simple jouet, l'idée générique du projet était de créer un drone ludique et éducatif, embarquant suffisamment de technologie pour donner une fantastique expérience de vol. Une combinaison de caractéristiques qui distingue fort bien le Tello de ses petits camarades.

Annoncé au CES 2018, le Tello est un mini-drone issu d'un partenariat entre DJI, premier constructeur mondial, une startup chinoise nommée Ryze Tech, et Intel. Avec le soutien technologique de tels partenaires, Ryze avait tous les atouts en main pour bousculer le marché, en englobant cette fois un public plus jeune. Equipé de capteurs de positionnement, d'une caméra et d'un système de programmation, le Tello se veut fun et facile à manœuvrer, et offre une initiation divertissante aux rudiments du code. Pour une centaine d'euros, l'investissement est séduisant.

Ryze Tello by DJI : la fiche technique

Prix conseillé : 109€ en version standard - 159€ en version Boost Combo

  • Catégorie : Mini-Drone
  • Disponible en 2 couleurs : Blanc ou Edition Iron Man
  • Dimensions : 9,8 x 9,2 x 4,1 cm
  • Poids : 80 gr
  • Batterie : 1100 mAh, donnée pour 13 minutes d'autonomie

  • Vision Positioning System (VPS) :
    • Capteur optique en dessous
    • 2 Capteurs infrarouge en dessous
    • Détection d’obstacles en dessous

  • Capteur CMOS 1/5 pouces
    • 5Mpx
    • FOV 82,6°
    • Stabilisation électronique

  • Résolutions Vidéo : 720p@30fps

  • Processeur Intel® Movidius™ Myriad™ 2
    • Traitement de l’image et du positionnement
    • Fonctions de programmation

  • Accessoires :
    • Stockage sur smartphone
    • 4 paires d’hélices
    • Protections d’hélices
    • 3 batteries
    • Câble USB
    • Station de recharge

La découverte du Boost Combo


Dans sa version Combo Boost, le Ryze Tello se présente dans un packaging aux codes visuels de DJI, avec un rappel de couleur orange de chez Ryze Tech, mais sans logo distinctif. Le drone vient prémonté dans une boite protectrice bien conçue qui resservira formidablement pour son transport. Les 2 paires d'hélices supplémentaires et leurs protections sont utiles pour tous les pilotes, débutants et expérimentés. Les 3 batteries et la station de recharge assurent une durée de vol satisfaisante. Même si l'absence d'un chargeur est excusable, celle d'une radiocommande peut l'être beaucoup moins. On verra par la suite si le pilotage par smartphone est décemment ergonomique.

L'ensemble est assez bien fini, avec un design moderne aux couleurs de DJI. On remarque curieusement que les batteries sont d'une marque tierce. Elles s'enclenchent et se rechargent aisément sur la station de recharge à led ou sur le drone. Faciles à monter, les protections d'hélices en plastique souple remplissent pleinement leur tâche. Comme la majorité des mini-drones, prévoyez cependant un remplacement régulier des hélices. Celles-ci, dont le marquage est un peu trop discret, sont détachables à l'aide de la spatule fournie pour éviter d'endommager les axes des rotors. Le corps et les bras du drone sont construits solidement, mais résisteront modérément à la torsion. Le poids du drone est léger. La coque supérieure est interchangeable. Attention à la prise d'air inférieure qui peut être endommagée ou obstruée. Prenez soin aussi du capteur photo, et du capteur optique inférieur, qui sont dépourvus de lentille de protection.

Acheter le Ryze Tello by DJI

Une mise en route instantanée

Tello_Interface

Le paramétrage du Tello est très simple. Pensez à régler l'alerte de batterie faible à 30% pour allonger sa durée de vie. Deux qualités photos sont possibles. Optez tout de suite pour la plus haute en 5 Mpx. Lors du test, un problème a été rencontré en connectant le smartphone au drone par Wifi. La seule solution sembla de basculer en mode Avion. Une fois ceci résolu, une pression sur le bouton d'allumage enclenche la synchronisation. Après 2 minutes de paramétrage hors vol, une alerte de surchauffe s'est déclenchée, engendrant un arrêt d'urgence. Le corps du drone et sa batterie étaient en effet assez chauds. On constate aussi que le retour vidéo ne se lance qu'à partir du décollage.

L'aisance de navigation

Toutes les manœuvres ont été effectuées par une matinée ensoleillée, avec un vent léger.

Tello_Manoeuvre
Zone de Manœuvres - Vieux pressoir de la Chamary - Saint-Vincent de Boisset - Loire

Manœuvres standards

Globalement, on est agréablement surpris par la fluidité des contrôles. Malgré l'absence de radiocommande, la précision des joysticks virtuels est bluffante, même dans les passages étroits. Le système de positionnement produit une excellente stabilisation, du moins jusqu'à l'arrivé du vent. Le drone est réactif, guidé par les joysticks qui suivent intelligemment vos doigts s'ils dépassent un peu trop des zones délimitées. En mode Slow, l'accélération est bonne et la vitesse est plafonnée à 14 Km/h. Les déplacements latéraux et la gestion du lacet sont efficaces, mais prenez garde aux longues distances de freinages. Impressionnant, le mode Fast multiplie la vitesse et l'accélération par 2, en avant et en arrière, et améliore les mouvements de cotés et le freinage. La prise d'altitude reste cependant moins franche. A 21m de haut, le signal de retour vidéo devient instable, et le drone devient difficile à stabiliser. A une telle altitude, on suppose que le système de positionnement optique perd grandement de son action.

Démuni de GPS, le Tello ne résiste pas au premier courant d'air. Le vent fait perdre de la précision et de la réactivité dans les commandes, rendant le contrôle difficile. Pendant une manœuvre rapprochée, la perte de stabilisation entraîna un crash dans la branche d'un arbre à 1m de distance, puis une chute de 5m dans l'herbe. Fort heureusement, l'appareil n'a subi aucun dégât, preuve d'une bonne construction. Dernier détail pratique, le système de positionnement en dessous du drone détecte le sol et offre la possibilité d'atterrir automatiquement dans la main.

Si vous souhaitez parfaire vos compétences de pilotage et d'acrobatie, on recommande d'investir dans une manette bluetooth. Hélas, pour l'instant, seules les manettes de jeu des marques Gamesir et Gamevice sont compatibles.

Manœuvres automatisées

Plusieurs modes de vol automatisés sont disponibles sur le Ryze Tello.
Les modes Throw & Go et 8D épateront la galerie, particulièrement ce dernier qui facilite le back-flip du drone dans toutes les directions. Quant au premier, vous lancez le drone d'une main et il s'envole. Néanmoins, ce mode manque un peu de praticité, car il faut tenir le drone dans une main et contrôler le smartphone avec l'autre.



Les modes EZ Shots, censés fournir des prises de vues vidéo rapides et stylées, montrent tristement vite leurs limites. Le plan Bounce fait rebondir inutilement le drone. Le plan Circle fait tourner le drone autour d'un point d'intérêt, mais malheureusement, le rayon est très court et non extensible. Entrainez-vous en terrain dégagé pour estimer la surface de vol. Le plan Up & Away fait prendre légèrement de l'altitude au drone à reculons. Mais là encore, la distance parcourue est courte et produit un champ de vision étroit. Seul le plan 360 (degrés) donne une bonne valeur ajoutée.

En vol, le problème de chauffe disparait si le drone ne fait pas trop de surplace. Dans le cas contraire, le Tello se met en arrêt d'urgence et chute, peu importe l'altitude. Il agit de même s'il percute un mur. Une batterie trop faible le fera atterrir automatiquement, mais leur durée de vie est accommodante pour un format si petit. En fin de vol, le rangement du matériel est rapide. Les 3 batteries se rechargeront progressivement l'une après l'autre sur la station de recharge, permettant la réutilisation immédiate d'une batterie chargée.

Une capture photo vraiment pas dégueulasse

Le Tello n'étant pas pourvu d'un stockage interne, ni d'un port micro-SD, notez bien que l'enregistrement des photos et des vidéos se fait directement sur votre smartphone.

Tello_Resolution

En mode photo, le petit capteur CMOS 1/5 pouces du Tello délivre une qualité étonnante, avec pourtant une modeste résolution de 5Mpx. Le niveau de détail ainsi que le grain de l'image sont acceptables. On constatera une distorsion de l'image plus prononcée dès lors que l'appareil est en mouvement, mais cela sans dégradation de la netteté, prouvant un excellent travail de la stabilisation électronique EIS. Regrettablement, les seuls formats disponibles sont un ratio 4:3 et un enregistrement en PNG. Un format 16:9, a minima en 1920x1080, et un fichier en JPG, répondraient mieux aux normes et aux usages d'aujourd'hui.

Tello_Luminosite

La plage dynamique procure un aspect relativement naturel. La gestion de la luminosité est suffisamment pointue pour traiter correctement les détails dans les ombres. Bien que légèrement trop poussée, la correction d'exposition demeure équilibrée. Attention toutefois aux zones trop lumineuses. Sans être fades, les couleurs manquent peut-être d'un peu d'intensité. De manière générale, le rendu photo peut faire penser à un smartphone d'entrée de gamme, quoique certains feront sans doute moins bien.

Une capture vidéo en retrait



Le Ryze Tello capture des vidéos en 720p@30fps, encodées en H.264, avec un bitrate maximum de 4 Mb/s. Dans les meilleures conditions, la qualité vidéo atteint un niveau surprenant, avec une bonne gestion de l'exposition et une bonne définition de l'image, à l'instar de la capture photo. Pourtant performante en vol stationnaire, la stabilisation de l'image se détériore en déplacement ou sous les courants d'air. L'enregistrement étant géré par le smartphone et non le drone lui-même, la capture du signal vidéo est impactée par les aléas de la transmission WiFi, et est très vite entachée par divers défauts. L'image peut devenir tremblante. On peut aussi voir apparaître des artefacts, des coupures de flux ou de la pixellisation avec l'affaiblissement du signal.

On regrette aussi une réalisation délicate des prises de vues. L'angle de la caméra n'étant pas parallèle à l'horizon, et dû à un champ de vision assez étroit, le cadrage est assez difficile, obligeant à éloigner le drone du sujet. L'enregistrement vidéo ne sera donc pas un choix judicieux pour une utilisation artistique. Notez que l'application de contrôle permet de coupler le Tello avec un casque VR pour smartphone, usage dans lequel cette qualité vidéo sera plus appréciable.

La programmation de vol pour les nuls

L'une des caractéristiques phares du Tello réside dans ses fonctionnalités de programmation. En effet, Ryze a aussi voulu créer un drone créatif en offrant la possibilité de programmer des plans de vols dirigés par ordinateur. Grâce au logiciel Scratch, les débutants, adultes comme enfants, apprennent à coder via une interface simplifiée. Quelques étapes préliminaires sont tout de même nécessaires. Il faudra tout d'abord installer quelques applications, importer les paramètres spécifiques au Tello, et connecter le drone par Wifi à votre ordinateur. Pour les plus téméraires, voici le détail de la procédure.

Tello_Scratch

Une fois votre ordinateur prêt, vous pourrez créer votre propre plan de vol automatisé à l'aide des blocs de commandes à glisser-déposer. Une commande simple s'articule autour de 3 paramètres : quelle commande, quand l'activer, et si applicable, quelle instruction spéciale ? Malheureusement, vous ne pourrez pas enregistrer de photo ou de vidéo de cette manière.

Si l'exercice ne s'adresse tout de même pas au premier venu, le principe est relativement accessible dès lors que l'on a quelques bases en informatique, ou un peu de patience et de volonté. Pour les initiés, Ryze pousse la fonctionnalité jusqu'au bout en mettant aussi à disposition un logiciel de développement d'application mobile, dédié au contrôle du Tello.

L'Avis de Clubic

Malgré sa petitesse, le Ryze Tello répond contre toute attente à plusieurs critères d'un bon drone de loisirs. Bien construit, le mini-drone souffrira sans doute moins des désagréments courants de ses congénères. L'aisance des manœuvres est agréable et la qualité photo se montre exploitable. Mêlant le jeu à l'apprentissage, ses fonctionnalités de programmation en font un parfait outil éducatif. On réprouve toutefois les vols automatisés à améliorer, et l'enregistrement vidéo trop aléatoire.

Pour une expérience complète, optez pour le Combo Boost et ses 3 batteries, et pour une radiocommande Bluetooth, essentielle pour un bon entrainement à la dextérité et pour une meilleure minutie des contrôles.

Ryze Tello by DJI

Les plus
+ L'autonomie avec le combo boost
+ La stabilisation (sans vent)
+ Le rendu photo
+ Les fonctions de programmation simple
Les moins
- L'enregistrement vidéo instable
- Les plans vidéos automatiques trop limités
- Les formats photo
- La radiocommande non incluse
Qualité du matériel
Navigation
Qualité photo
Qualité vidéo
3

Acheter le Ryze Tello by DJI
Modifié le 03/12/2019 à 10h54
1
2
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Devenez rédacteur

Si vous êtes expert ou passionné de nouvelles technologies et que vous aimez écrire, n’hésitez pas à nous contacter !

Nous écrire
scroll top