Test du drone DJI Mavic Air 2 : plus loin, plus haut, plus fort

Stéphane Paput
Spécialiste Drones
11 mars 2021 à 09h41
16
La locomotive DJI réitère et fait une nouvelle fois trembler le marché du drone grand public. Malgré une annonce dans une période forte en bouleversements, le Mavic Air 2 présente de solides arguments pour séduire les dévots de la marque, recruter des fidèles, et même convertir les impies.

Sorti en plein printemps 2020, le Mavic 2 Air vient compléter la série de drones devenue emblématique de DJI. Remplaçant 2 ans plus tard un Mavic Air déjà disruptif, mais un peu décevant, ce nouveau modèle promet une flopée d'innovations photographiques et de navigation, pouvant satisfaire un large public en soif de renouvellement. Pour un prix public de 849€, vous accédez à de la photo haute résolution, de la vidéo 4K@60fps, une navigation intuitive et sécurisante et toujours plus de fonctions automatisées. Que vouloir de mieux ?

DJI Mavic Air 2 : fiche technique

Prix public : 849€ en pack Standard - 1049€ en Bundle Fly More

  • Catégorie : Ultraportable
  • Dimensions : 18×9,7×8,4 cm (plié) et 18,3×25,3×7,7 cm (déplié)
  • Poids : 570 gr
  • Batterie : 3500 mAh, donnée pour 34min d'autonomie
  • Système de positionnement
• 4 capteurs optiques devant et arrières
• 2 capteurs optiques et un capteur laser en dessous
• 1 LED d'éclairage en dessous
• Détection d'obstacles devant et derrière, et détection du sol
  • Nacelle de stabilisation 3 axes
  • Capteur CMOS 1/2” 12MP
• 48MP en mode High Resolution
• Technology Quad Bayer
• Ouverture f/2.8, Focal 24 mm, FOV 84°
  • Résolutions vidéo : 4K@60fp, 1080p@240fps
  • Accessoires :
• 8 Go de stockage interne
• Nouvelle radiocommande ergonomique
• 1 batterie
• 6 hélices
• 2 paires de joysticks

Avec un poids de 570 grammes, le Mavic Air 2 échappe à la réglementation française en vigueur, et n'oblige le pilote qu'à une utilisation en loisirs hors agglomération. Attention, cette réglementation évoluera à la fin de l'année 2020.

Une découverte palpitante

MA2_Decouverte

La première vue de l'emballage nous suggère tout de suite que le Mavic Air 2 sera d'un encombrement minimum. En effet, l'ensemble drone-radiocommande-accessoires tiendrait dans une besace. Le package de base est toutefois sans excès de générosité, à part le set de joysticks de rechange. Souples, mais fermes, les hélices ressemblent à celle du Mavic 2 pro. Le chargeur peut accueillir une batterie et la RC. Tout semble de très bonne facture.

La vision de la RC nous met instantanément en émoi. Enfin une vraie manette ! Est-ce que DJI aurait écouté ses consommateurs pour l'adoption de ce nouveau format ? On adore son accommodante prise en main, l'impression de solidité qui s'en dégage, la qualité et la texture du plastique et les poignées en grip. Même si un peu imposante, son profil est ergonomique et son poids modéré. Le feeling des commandes bouton/joystick/molette est excellent. On s'habitue rapidement au positionnement un peu étriqué des joysticks et à la petitesse des boutons de façade. Les joysticks sont démontables et se logent dans la RC. Un switch bienvenu permet de basculer entre les modes Normal, Tripod ou Sport. L'antenne est comprise dans un support de smartphone dépliable et costaud.

Quant au drone, il reprend fièrement le design du Mavic 2 Pro et du Mini. Le look général de technologie industrielle et son poids sont subjuguant. La caméra, la nacelle et les moteurs se démarquent du corps par leur grosseur. Le ventre et la caméra comprennent un dissipateur en alu avec la visserie apparente. Les multiples capteurs, les prises d'air et les ports usb/sd sont très bien intégrés. Les patins du corps sont par contre à ras le sol près des capteurs, donc méfiez-vous des cailloux sur le terrain. Replié, le drone reste fantastiquement petit, mais déplié, il gagne beaucoup d'ampleur et quadruple de largeur avec les bras et les hélices. Tout semble robuste, le corps, les bras, la batterie et même la nacelle.


Une mise en route sobre

MA2_Miseenroute

Le drone se déploie succinctement, bien aidé par le bon repérage des hélices. La batterie se clipse et déclipse parfaitement. Le cache camera aussi, mais il sera plus délicat à remettre en place.

Pouvant accueillir des smartphones de toutes tailles, la mâchoire du support de la RC se soulève et dévoile le câble de connexion en USB-C,facile à manipuler sauf pour les gros doigts. Bien maintenu, le téléphone se centre sans problème de chevauchement des boutons contre les mâchoires.

Un peu rustique, l'interface de DJI Fly se limite aux indicateurs de base. Le changement de ratio de capture photo se fait dans le menu Paramètres, sans raccourci possible, comme beaucoup d'autres réglages. Le menu photo Manuel, comprenant le réglage d'exposition EV, la sensibilité ISO et l'obturation, est assez petit et difficile d'accès en bas de l'écran. Pas top, vu qu'il n'y a pas de molette pour régler l'exposition sur la RC. Paramétrable, le bouton Fn se limite pour l'instant à recentrer la nacelle ou allumer la LED auxiliaire. À part ça, les menus et sous-menus pour l'opération de la caméra et des paramètres généraux sont aisément accessibles.

Une navigation sans faille

Tous les vols ont été effectués en journée par temps nuageux, avec un vent de force nulle à moyenne.
MA2_Mouvement
Zone de Manœuvres - Grange de la Chamary - Saint Vincent de Boisset

• Manœuvres standards
Après un décollage automatique bref et sans soucis, ça saute aux yeux dès les premiers mètres parcourus. Le Mavic Air 2 fait preuve d'une incroyable stabilité. En mode Normal, les vitesses de déplacements horizontales et la rotation sont parfaites, avec une accélération franche, mais progressive. Les vitesses verticales et les distances de freinages sont impressionnantes. Même à grande vitesse, il s'arrête vite. Les commandes sont précises et réactives, facilitant grandement la gestion des courbes. En mode stationnaire et en déplacement, le drone est prodigieusement stable sans vent, et ne bronche pas trop face à un vent moyen.

La détection d'obstacle est redoutablement efficace. Devant et derrière, le drone capte l'objet à 3m de distance, ralentit, puis freine complètement à proximité. Si l'APAS est enclenché, il dévie sa trajectoire de 1m environ pour contourner l'objet. L'épatant mode Tripod, prévu pour les captures lentes, réduit toutes les vitesses, de manière bien équilibrée. On gagne en précision sans perdre en mobilité. C'est tellement fluide que l'on croirait un robot autonome. Avec le mode Sport, le drone devient ultra-rapide et ultra réactif dans toutes les sens de déplacements, avec une stabilité exceptionnelle. Les distances de freinage n'existent plus.

• Manœuvres automatisées



Avec le mode FocusTrack, DJI fait évoluer son système de tracking et amène de nouvelles évolutions au travers des modes ActiveTrack 3.0, POI 3.0 et Spotlight 2.0. En test, le mode ActiveTrack fonctionne à merveille. A 15m du sujet en mouvement, il est réactif, précis et stable. Le suivi en mode POI est également parfait et sans anicroche. En mode Spotlight, à 40m, le drone semble avoir plus de difficulté à cerner la cible, mais cela ne nuit pas à la capture. Les vitesses sont réduites pour garder en vue un sujet. Très sommaire, l'interface ne propose pas de bouton pour l'activation de FocusTrack, mais une fois dans le menu, les commandes des 3 modes sont assez intuitifs et bien designés.

DJI innove une nouvelle fois en matière de capture automatisée et nous présente cette fois le mode Hyperlapse, dans lequel vous accédez à 4 modes dont Free, Circle, Courselock et Waypoint. Ces trois derniers sont déjà connus et calqués sur le fonctionnement des modes de vols intelligents de DJI. Nous nous sommes penchés sur le mode Waypoint, qui a le plus d'intérêt à nos yeux. À partir d'une interface simplifiée, on est invité à créer des points de passage à la volée en positionnant le drone. Très pratique, l'angle de rotation entre chaque point est contrôlé pour que les trajectoires soient optimales pour l'esthétisme de la vidéo. Vous pouvez également modifier les intervalles de capture et le nombre de prises. La vidéo est générée automatiquement en fin de mission. Tout est fait pour simplifier l'accès à l'hyperlapse. À première vue, la fonction a un énorme potentiel. Le nombre de waypoints est par contre limité à 5.



Tous les Quickshots de la série Mavic sont disponibles, avec quelques améliorations. Les modes Dronie, Helix et Rocket bénéficient d'un plus large choix de distances de déplacements. La précision des trajectoires nous encourage à voler à proximité des obstacles avec confiance. La fluidité et les vitesses sont adéquates pour un admirable rendu esthétique des captures. Le tracking est sans défaut même si le sujet est perdu de vue. En fin de mission, le drone retourne à sa position de départ, et télécharge les vidéos sur le téléphone en basse résolution pour faciliter le partage.

Sur toute la durée des vols, l'Ocusync 2.0 nous a garanti aucune perte de signal ou de flux vidéo ni artefact et aucun problème de synchronisation. Confortable, l'autonomie semble conforme à ce qui est annoncé. En fin de vol, l'atterrissage auto est efficace avec correction possible de la trajectoire. Le changement de batterie et le rangement du matériel sont brefs.

La splendide photographie

MA2_Resolutions
JPEG VS DNG - 4:3 VS 48MP VS 16:9

La caméra du Mavic Air 2 apporte son petit lot d'évolutions techniques. Le capteur CMOS passe sur une taille 1/2 pouces, et s'équipe de la technologie Quad Bayer, ce qui lui permet de basculer d'un mode standard à 12Mp à un mode haute résolution à 48Mp. L'adoption de ce nouveau procédé technique offre une plage dynamique beaucoup plus large et un niveau de détail supérieur. Ces deux résolutions seront uniquement exploitables sur un ratio 4/3, en JPEG et/ou DNG, mais le 16/9 est disponible.

En résolution standard, l'image est nette avec une bonne plage dynamique, et les couleurs sont harmonieuses, mais on est victime de la compression en JPEG et du bruit apparait dans les zones détaillées. On gagne drastiquement en piqué avec le format RAW, et les couleurs sont plus vives, mais l'image est légèrement distordue. Il faudra appliquer un profile de correction. Le mode High-Resolution 48MP améliore considérablement la netteté. La plage dynamique est légèrement plus large et les couleurs plus vives, et on atteint le meilleur niveau en format RAW.

MA2_AEB
Images issues du mode AEB & Fusion sous Adobe Lightroom

Le mode AEB permet de capturer à 3 ou 5 expositions différentes en variant de 0,7 EV. Faute d'un mode HDR manuel, on peut créer soi-même sa fusion post-traitement comme ici, avec de très bons résultats. Pour dédier un mot sur la gestion de l'exposition du Mavic Air 2, celle-ci fonctionne fantastiquement bien, sous tous les modes testés. Les conditions de luminosité y étaient assez propices, mais on note quand même l'auto-exposition gère extrêmement bien les variations d'ensoleillement sous un ciel partiellement nuageux.

MA2_Smartphoto
Images issues du mode SmartPhoto

Encore une nouveauté, le mode SmartPhoto permets de calibrer automatiquement la caméra en fonction de l'environnement capturé, et produit des images optimisées en fonction de plusieurs modes : Scene Recognition (sunsets, blue skies, grass, snow, and trees), HDR et Hyperlight. Malheureusement, à l'heure où l'on écrit ses lignes, cette fonction reste automatique. L'utilisateur n'a pas le choix du mode. L'interface n'indique pas non plus quel mode est détecté ou a été appliqué. En analysant les tags des fichiers, on a identifié une des prises de vues comme étant HDR. Le rendu est supérieur, mais relativement différent de ce que l'on produit manuellement.

MA2_Shutter_ISO
Mode Manuel - Vitesse d'Obturation & Sensibilité

En mode manuel, la Vitesse d'Obturation et la Sensibilité sont débrayées ensemble. Étrangement, l'auto-exposition reste enclenchée, selon les données des fichiers. Sur une plage de 8s à 1/8000s, on constate une augmentation du bruit à partir de 1/1000, ce qui parait plutôt faible. En revanche, le capteur assimile très bien la montée en sensibilité, et l'image ne se dégrade qu'à partir de 1600 ISO.

MA2_Pano180V2

Le mode Panorama HDR nous a sublimé. La fonction est exécutée automatiquement avec une fusion des captures à la fin. Quoiqu'un peu trop dénaturant, le rendu HDR du mode Sphere offre une immersion vibrante et surréaliste, sans problème de fusion. Il reste dommage que le HDR soit imposé à l'utilisateur, l'option n'étant pas désactivable.

L'enivrante, mais titubante qualité vidéo

Poussant une nouvelle fois l'innovation, le Mavic Air 2 propose un large choix de résolutions de capture vidéo jusqu'à 4K à 60fps, encodées en H.264 ou H.265, sous un bitrate maximum de 120 Mb/s. Pour la mise en forme, nous avons regroupé les prises vues par codec sous une résolution 1080p@30fps, mais toutes les vidéos ont été étudiées indépendamment.



En 1080p@24fps, la netteté est frappante et les couleurs sont vibrantes, aidées par une élégante plage dynamique. La fluidité est bonne, surtout en 1080p@30fps, même en déplacement rapide. La gestion de la 4K est cependant plus difficile. En 4K@24fps, l'image gagne en niveau de détail, mais perds un peu en fluidité. Le passage en 30fps la bonifie, mais ce n'est pas encore parfait.



L'encodage en H.265 sera le plus profitable pour le 1080p@30fps, perfectionnant sa fluidité, mais n'apportant rien au 4K@24fps. Le sommet est atteint avec le 4K@60fps. L'image ne souffre d'aucun défaut, et le niveau de détail est incommensurablement bon.



Le SlowMotion s'invite aussi sur le Mavic Air 2 avec des modes 120fps et 240fps. La vidéo ralentie en 1080p@30fps est générée automatiquement en fin d'enregistrement. Le rendu est bon et exploitable, mais le niveau de détail est impacté par un flou globalisé dans les deux cas. On dispose également d'un profil D-Cinelike, permettant un étalonnage des couleurs en post-traitement. Enfin, le mode HDR est applicable sur toutes les résolutions jusqu'à 30fps. Même sans écran compatible, on constate une nette élévation dans la vivacité des couleurs et dans la plage dynamique. Sur nos tests, le format 1080p@30fps H.265 affiche le meilleur rendu général. La qualité monte d'un cran en en 4K@30fps, mais la perte en fluidité s'amplifie.

L'avis de Clubic : le HDR à toutes les sauces

Sans réel point de faiblesse, on est conquis par la haute qualité du matériel et ses capacités de production audiovisuelle. Le nouveau profil de la RC et l'encombrement minimaliste du drone comble toutes les attentes. La navigation manuelle et les captures automatisées peuvent ravir les initiés, et convenir à tous les débutants. On est totalement séduit par la puissance de la caméra, qui à la base ne produit qu'un maigre 12Mp. On regrette cependant ne pas avoir le choix du HDR en Panorama ou en SmartPhoto, et l'interface aurait besoin d'être un peu plus explicite par moment.

Malgré une excellente autonomie, comptez 1H30 pour une recharge complète. Pour apprécier totalement vos sorties drone, optez immédiatement pour un bundle Fly More, qui propose un prix très intéressant considérant le matériel supplémentaire.

DJI Mavic Air 2

9

Les plus

  • L'ergonomie de la radiocommande
  • L'aisance de navigation
  • La détection et l'évitement d'obstacle
  • 48 MP
  • 4K@60fps

Les moins

  • L'interface précaire
  • L'absence de choix de l'utilisateur sur certaines fonctions

Qualité du matériel9

Navigation9

Qualité photo9

Qualité vidéo9



Retrouvez le Mavic Air 2 et les autres drones testés par notre expert dans le comparatif des meilleurs drones grand public.
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
16
10
KinG_GanG
Vraiment super mais un cher quand chers quand même dommage
oximini
Et ça fonctionne jusqu’à quelle distance ce genre de drone ? Parce qu’il y a quelques années j’en avais offert un à mon fiston, sans stabilisation rien,un petit truc premier prix sans prétention aucune, juste pour tester. Mais alors autant vous le dire, c’était très vite pénible , passé 30-40m de distance, ça ne répondait plus et il se crashait lamentablement a chaque fois (sauf si le fiston avait le temps de courir derrière pour reprendre le signal). J’ai du grimper plusieurs fois quelques arbres pour le récupérer (une fois il a fallu attendre 4 mois qu’un bon coup de vent le ramène à terre, bien planté à la cime qu’il était ). Mais je vous l’accorde, nous ne sommes pas du tout dans la même catégorie je suppose (enfin, je l’espère ! Je l’avais payé 80€ celui-là, ça doit en valoir pas plus de 30 maintenant, vu que c’était vraiment il a quelques années) ^^<br /> Mais n’empêche, c’était assez sympathique, mais j’en ai vraiment souvenir d’un dégoût de tout le temps perdre le signal à peine éloigné. Et le fiston, lui, a abandonné a cause de l’absence de stabilité, il n’arrivait pas du tout à le contrôler, vu que le moindre petit souffle le faisait se décaler de plusieurs mètres.
leochok
Je viens de me procurer le MAVIC MINI et j’ai testé une fois. C’est bluffant. Sachant qu’il faut voler a vue en France selon la législation, clairement a 300 400m on le distingue plus, mais il peut aller à 1k50 mini.<br /> C’est pas la même catégorie qu’un drone jouet a 80e. Et le MAVIC Air 2 encore moins !
oximini
Mais alors du coup, si tu ne le vois plus, tu fais comment pour le contrôler ?
philouze
tu regardes à travers son retour vidéo
oximini
Ah oui, c’est pour ça qu’il faut le téléphone ! Je n’avais pas ça sur le truc à 80€
ddrmysti
«&nbsp;On est totalement séduit par la puissance de la caméra, qui à la base ne produit qu’un maigre 12Mp&nbsp;»<br /> Depuis quand le nombre de pixel est rapport de la qualité de l’image ? Difficile de trouver de la crédibilité à un test fait par quelqu’un qui n’y connait visiblement rien en vidéo…
Oncle_Picsou
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, pour un drone, plus il est cher, plus il sera simple a contrôler <br /> Ils ont le vol stationnaire automatique, c’est à dire que si tu ne touches pas au commande, le drone ne bouge pas. Du coup c’est pratiquement incrashable ce genre de trucs.<br /> Pour ce qui est de la distance, il a 8km de portée, tu as de la marge <br /> C’est génial, parce que c’est vraiment possible pour n’importe qui de s’amuser avec!<br /> Avec le mien, j’ai déjà fait piloter un gamin de 4 ans et une mamie de 80, au fin fond de la chine.<br /> Les 2 étaient tout fou
ddrmysti
Bah en fait c’est crashable si t’es trop concentré sur ton cadrage et que tu fais pas gaffe aux arbres, mais ouai en soit c’est c’est super simple à utiliser ^^.<br /> Après aujourd’hui tu trouve des chinoiseries à 30€ qui sont très stable et facile à manier, le problème étant le poids. Plus de drone est lourd et plus il résistera au vent. Les gadgets de quelques dizaines/centaine de gramme s’envole d’un rien et n’ont pas la puissance moteur nécessaire pour compenser.
Oncle_Picsou
Oui, c’est pour ca que je dis pratiquement ^^<br /> Mais c’est délibéré dans ce cas là, suivant les modèles tu as plus ou moins de capteurs de proximité, du coup pour voler proche des branches c’est que tu les as désactiver et que tu voulais faire un shot un peu difficile
ddrmysti
Pas forcément, il arrive que des branches ou des feuillages pas trop touffu, voir des arbres nu en hiver, ne soient pas correctement gérés par les capteurs de proximité, et que du coup en plein tracking le drone se prenne des branches, voir un poteau, des câbles ou un grillage (c’est pour ça que malgré les automatismes, le droneur doit toujours avoir son engin en visuel pour pouvoir empêcher ça (autant pour le matériel que pour des personnes qui pourraient se trouver en dessous).<br /> De plus, certains type de vidéo nécessitent de la vitesse et de la réactivité, obligeant sur certains drones (personnellement j’ai une des versions du phantom 4) à passer en mode sport, mode dans lequel les capteurs de proximité sont désactivé, et donc risque accru de crash dans des zones où on a pas forcément tout l’espace voulu pour manœuvrer.
Oncle_Picsou
Oui bien sur, je parlais d’une utilisation «&nbsp;casual&nbsp;», c’est pour ca que j’ai dit pratiquement incrashable ^^<br /> C’est sur qu’il faut faire gaffe aux obstacles, mais a comparer avec un drone jouet (sans maintien de l’altitude) ou un drone de freestyle FPV, c’est vraiment très dur de planter un mavic ^^
flonc
La distance max est de 10 kilometres
oximini
Merci pour toutes ces précisions <br /> 10km de portée ! c’est énorme… mais effectivement pas très utile en France si la réglementation impose d’avoir l’engin toujours en vue, mais sûr qu’il y a de quoi s’amuser déjà à lui faire un bon tour
cto
Bonjour, ne pas oublier la réglementation sur l’altitude !<br /> Et pour ce faire, je vous invite à saisir le lieu de vol ici &gt; https://www.geoportail.gouv.fr/donnees/restrictions-pour-drones-de-loisir<br /> Vous constaterez que la France fait partie des pays ou le vol de Drone est plus que contraignant…
notolik
La règlementation est trop contraignante. Ne pas survoler les gens, les jardins, les zones sensibles… ça me parait évident, mais les parcs, les parcs naturels, la cote, …<br /> Cette législation est du routage de gueule avec ou sans limite d’altitude.
cto
C’est vrai tu as raison… Mais elle reste la réglementation tout comme la limitation à 80 ou encore la feuille de sortie dérogatoire…
ddrmysti
Je suis d’accord, la réglementation française est un non sens, tous les pays devraient adopter celle de l’Afrique du sud, ça règlerait les problèmes.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers tests

Test Fitbit Sense 2 : la montre connectée sport de Google rate le coche
Test de l'option Power de Shadow : nos impressions sur le PC dans le cloud sous stéroïdes
Test Sennheiser Ambeo Soundbar Plus + Ambeo Sub : une immersion sonore sacrément bien négociée
Test Withings Body Comp : la balance connectée qui prend soin de votre santé
Test Marshall Acton III : une mini enceinte de salon à la puissance surprenante
Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Test JBL Bar 1000 : séance de rattrapage pour la barre de son avec enceintes d’effets détachables
Haut de page