Enchères 5G : statu quo entre les opérateurs avec des enchères qui grimpent fort, le bilan de ce jour 2

30 septembre 2020 à 18h06
21

La deuxième journée d'enchère, qui vient de s'achever, a donné lieu à une flambée des prix des blocs à vendre. L'État peut sourire.

À 9h30 ce mercredi 30 septembre à Paris, les enchères 5G ont repris. Elles doivent aboutir, dans les prochains jours, à l'attribution de fréquences dans la bande 3,4 - 3,8 GHz de la technologie de cinquième génération. Sur cette deuxième journée, chaque opérateur a maintenu ses positions, et personne n'a cédé sur le moindre bloc demandé. En conséquence : les enchères flambent !

De 85 à 111 millions d'euros le bloc unique

Les comptables des quatre opérateurs télécoms français commencent à s'arracher les cheveux. Il faut dire que la deuxième journée des enchères 5G fut synonyme de flambée des prix.

En résumé, les choses n'ont pas bougé concernant les blocs demandés. L'historique Orange, qui s'était positionné sur le maximum de blocs possibles la veille, reste donc à cinq, SFR et Bouygues Telecom à trois, et Free Mobile ferme la marche avec deux blocs.

Ce qui a changé, en revanche, c'est le coût de ces blocs. Après quatre tours d'enchères mardi, chaque bloc de 11 MHz était fixé à 85 millions d'euros. Les huit tours d'enchères ayant eu lieu mercredi pour la seconde journée ont fait passer le prix unitaire du bloc de 85 à 111 millions. La note devient salée pour les opérateurs.

L'État se rapproche des 3 milliards d'euros de recettes grâce aux fréquences 5G

Mardi, l'État avait déjà réalisé une plus-value de 200 millions d'euros sur ces seuls 11 blocs et sur cette seule journée d'enchères. Celle-ci grimpe à 451 millions d'euros ce mercredi soir. Au total, et à la fin de cette deuxième journée, les fréquences 5G dans la bande cœur de la technologie ont déjà théoriquement rapporté 2,62 milliards d'euros à l'État.

Rappelons que les opérateurs ont déjà chacun acquis en début d'année un bloc de 50 MHz. Tous peuvent s'emparer de cinq blocs additionnels de 10 MHz. Mais vous aurez compris que seul Orange peut encore viser cet objectif ambitieux, et coûteux.

La procédure reprendra ce jeudi 1er octobre à 9h30 à Paris, avec le tour d'enchère n°13. L'ARCEP a décidé de maintenir l'incrément entre les tours du prix d'un bloc de 10 MHz à 3 millions d'euros. Les enchères ne seront terminées qu'une fois que les demandes cumulées de blocs (actuellement 13) seront égales au nombre de blocs disponibles (11).

Qu'en pense-t-on chez Clubic ?

Ce serait presque une surprise. Alors que seul Orange s'était positionné sur un nombre de blocs qui aurait pu déstabiliser ses concurrents, les trois autres opérateurs ont serré les dents et aligné les millions d'euros sur la table, pour le plus grand bonheur de l'État. Car il s'agit maintenant de se disputer la deuxième place, telle une équipe de Ligue 1 face à l'intouchable PSG. La grande question que l'on se pose est : jusqu'où les opérateurs pourront-ils monter ? Un SFR très endetté ou un Free en mal de trésorerie peuvent-ils se permettre de tels surcoûts ? Les réponses ne devraient plus tarder.

Source : ARCEP

Modifié le 01/10/2020 à 09h06
21
17
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Raspberry Pi : notre top 10 des projets les plus insolites
C'est officiel, le film Willow (de 1988) aura droit à une suite, sur Disney+
Road trip électrique : tout ce que vous devez savoir pour voyager sereinement
eToro : une plateforme crypto alléchante mais risquée pour les débutants - Avis 2020
Retour dans la matrice avec Matrix Reloaded, au delà des apparences
Après Lewis Hamilton, Nico Rosberg rejoint l'Extreme E
Xbox Series X : nos impressions après trois semaines de test
Forfait 4G : Sosh revient à la charge avec son forfait 80 Go à 14,99€
Bon plan CyberGhost : le VPN fait chuter les prix ce week-end
Rogue, le jeu de 1980 et père des « rogue-likes », est désormais disponible sur Steam
scroll top