Bouygues Telecom lance son réseau dédié à l'Internet des objets

Thomas Pontiroli
26 mars 2015 à 16h22
0
Bouygues Telecom ajoute une corde à son arc en ouvrant, dès le mois de juin, un réseau très bas débit en France reposant sur la technologie LoRa. Elle complétera son offre de machine to machine.

En test depuis un an à Grenoble, le réseau très bas débit de Bouygues Telecom va se développer en France. Très bas débit, car il s'adresse à l'Internet des objets, un terrain occupé depuis 2009 par Sigfox - depuis, la start-up française a attiré Intel et d'autres grands noms à son capital, et a levé 100 millions d'euros en 2014. L'atout de la filiale du groupe de BTP est de s'appuyer sur une technologie censée être plus performante.


0230000007973369-photo-smart-city.jpg
Gestion du trafic, gestion de l'éclairage public, gestion des ordures ménagères... feront partie des usages. Crédit : Fotolia.,


LoRa, c'est son nom, a été mise au point par un partenaire de longue date de Bouygues : le grenoblois Cycleo. Franck Moine, directeur du département machine to machine (M2M) chez l'opérateur, nous explique que LoRa est nativement bidirectionnelle, ce qui permet d'émettre mais aussi de recevoir des données (sur une bande de fréquences comprises entre 863 et 870 MHz) - ce que Sigfox propose aussi depuis février 2014.

De premiers clients dans l'industrie

Le débit montant moyen varie de 300 o/s à 50 ko/s, ce qui est largement suffisant pour des objets. À titre d'exemple, un compteur connecté émet seulement 50 octets lors d'un « relevé ». « Avec la technologie de Sigfox, il faut cinq messages pour envoyer la même information, alors que LoRa n'en réclame qu'un », compare Franck Moine, qui vante aussi un temps de latence de 1 seconde, contre 30 secondes chez Sigfox.

Déjà présent dans l'industrie avec ses cartes SIM pour les machines, c'est aussi par l'industrie que Bouygues Telecom fait son entrée dans l'Internet des objets. La principale différence d'ailleurs entre « M2M » et « IoT » repose sur l'utilisation d'une carte SIM pour le premier et d'une clé de chiffrement (AES-128) pour le second, alors que l'Internet des objets concerne aussi le grand public. Franck Moine reconnaît enfin un effet de mode.

Dans 500 villes d'ici la fin de l'année

Les premiers clients de l'opérateur sont de grands industriels, comme des filiales du groupe Bouygues, à l'image de l'entreprise de travaux publics Colas. D'ici la fin de l'année, 500 villes françaises devraient être couvertes et à terme, tout le territoire. Bouygues Telecom s'appuiera pour cela sur son maillage territorial de 15 000 sites, déjà exploités pour ses réseaux GSM. Les communes concernées sont Paris, Marseille, Lyon, Lille, Nice, Rennes, Nantes, Montpellier ou encore Angers. Plusieurs milliers d'antennes seront ainsi nécessaires.

Les applications visées sont multiples. Bouygues Telecom évoque, pêle-mêle, les parkings intelligents, la gestion du trafic et de l'éclairage public, la détection d'incendies, la gestion de l'eau potable, le calcul de stock dans les silos, les véhicules et même les animaux, le paiement sans contact, le suivi des vignes, la traçabilité du pâturage, la détection d'intrusion, le suivi sportif ou la gestion des ordures ménagères.


A lire également :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Dyson laisse tomber son projet de voiture électrique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top