Le FAI français des objets connectés a levé 100 millions d'euros

01 juin 2018 à 15h36
0
L'Internet des objets ne se matérialisera pas sans des infrastructures adaptées. Le pari du toulousain Sigfox est de déployer une infrastructure ultra bas débit, suffisante pour les objets, et peu onéreuse.

Article mis à jour en bas de page


Sigfox est probablement la nouvelle perle française. En cinq ans, la start-up de Ludovic Le Moan s'est imposée comme le fournisseur d'accès de l'Internet des objets. Un pari qu'il a réussi dans l'Hexagone en couvrant tout le territoire, qu'il essaie de répliquer en Europe, notamment en Espagne, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, et qu'il va tenter de renouveler ailleurs, grâce à une levée de fonds attendue de 100 millions d'euros.


0230000007796087-photo-sigfox.jpg


Alors que Sigfox cherchait à obtenir 50 millions d'euros en octobre dernier, Le Figaro apprend que le FAI a relevé ses ambitions à la hausse, valorisant la société à près de 1 milliard d'euros. Parmi les investisseurs intéressés par ce projet, le quotidien évoque des opérateurs singapouriens, de même que des actionnaires britanniques et américains. Sigfox compte déjà dans son capital un acteur de poids comme le fondeur Intel.

La force de la société est de réussir à couvrir un territoire au moyen de peu d'antennes (1 300 suffisent en France), et d'exploiter des fréquences hertziennes libres de licence, ce qui réduit considérablement le coût des infrastructures, et permet à Sigfox de se déployer d'autant plus rapidement. Plus vite que la demande. Autre avantage : les modems (UNB) pour rendre possibles ces communications ne coûtent presque rien.

En position de leader mondial

Dans le secteur de l'automobile par exemple, les communications de machine à machine (le terme savant pour l'Internet des objets), ont généré 90 millions d'échanges en 2011, et sont attendues à plus de 1 milliard d'ici 2020. « Les véhicules sont bardés de systèmes électroniques qui gagneraient à être indépendamment connectés à notre réseau afin de transmettre les informations directement aux fabricants », argue Sigfox.

Les applications de l'Internet des objets sont multiples : relevés de terrain sur des parcelles agricoles, détection de présence dans les bâtiments, gestion des stocks dans les entrepôts, relevés de consommation dans les compteurs électriques, amélioration du trafic routier, bref, une infinité. En se positionnant très tôt comme opérateur d'infrastructure, Sigfox essaie de devenir incontournable et pourrait rafler la mise.


Mise à jour :

La société toulousaine confirme sa levée de fonds de 100 millions d'euros. Ses investisseurs traditionnels sont de la partie mais Sigfox annonce également l'arrivée d'un nouvel entrant dans son capital, à savoir le fonds Elliott Management Corporation

Dans un communiqué, Sigfox précise que cette somme va lui permettre d'accélérer son déploiement en Europe, en Asie mais également en Amérique du Nord et du Sud.

Article initialement publié le 05/12/2014



Pour aller plus loin




Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

DJI : un drone prêt à l'emploi digne du cinéma ?
Zipperbot, le petit robot qui s'occupe des fermetures Éclair
Coding for fun : un navigateur remplace le porno par des poneys
Frais cachés, tromperie : la répression des fraudes attaque comparateurs et sites de réservation
Applications de rencontre : IBM met en garde contre les risques sur la sécurité
Une taxe sur la bande passante des géants du Net à nouveau sur la table ?
Mesure de soi : les smartphones aussi précis que les bracelets connectés
DDL : Rapidshare fermera ses portes fin mars
Brevets : Microsoft et Samsung enterrent la hache de guerre
Nouveaux pilotes GeForce 347.52 prêts pour Evolve (mise à jour)
Haut de page