Bouygues Telecom pourrait supprimer un quart de ses effectifs

Thomas Pontiroli
12 mai 2014 à 10h50
0
Deux ans après s'être séparé de 556 collaborateurs, Bouygues Telecom pourrait cette fois supprimer près d'un quart de ses effectifs, alors qu'il ne réussit pas à redresser la barre dans un marché tendu.

00F0000005575691-photo-logo-bouygues-telecom.jpg
Bouygues Telecom promettait de ne pas licencier en cas de rachat de SFR et ce, malgré les potentiels emplois doublons. La filiale du groupe de BTP ne l'a pas emporté face à Numericable. Le résultat sur l'emploi pour Bouygues Telecom s'en fera tout de même ressentir : l'opérateur pourrait se séparer de 1 500 à 2 000 collaborateurs sur un total de 9 000 personnes, soit environ 23% de ses effectifs.

« Une sévère cure d'austérité », estime Le Figaro qui rapporte cette information de source syndicale, et présentée comme « la conséquence directe » de l'échec de la reprise de SFR. D'après Force ouvrière, cité par le quotidien, aucune annonce ne devrait être faite avant les élections européennes le 25 mai. Pour rappel, Bouygues Telecom avait déjà supprimé 556 postes suite à l'arrivée de Free Mobile en janvier 2012.

Deux ans plus tard, l'opérateur n'est toujours pas parvenu à redresser la barre. Il a laissé s'échapper son chiffre d'affaires de 13% sur un an encore au quatrième trimestre 2013. Et si son bénéfice décollait de 26%, ça n'était que le résultat des restructurations autour du mobile depuis 2011. Quant au parc d'abonnés, il s'affichait en recul fin 2013 - à l'exception des offres B&You, mais dont les marges sont moins élevées.

Réduction des coûts

Pour reprendre du poil de la bête, Bouygues Telecom a bien sûr compté sur son réseau 4G, le premier de France avec 6 655 antennes déployées en janvier 2014 selon l'ANFR et ce, même si Orange rattrape son retard avec 4 458 relais. Mais pas de quoi combler la perte de 200 000 abonnés en deux ans, ni la dégringolade du revenu moyen par abonné (Arpu) de 18% sur la période. Selon la CFDT, citée par Le Figaro, Bouygues Telecom n'a pas réussi le pari commercial de la 4G car il « n'a pas assez valorisé cet atout ».

Pour tenter de capter de nouveaux abonnés, Bouygues Telecom a relancé la guerre des prix sur le fixe, avec l'annonce en février dernier d'une offre triple play Bbox à 20 euros par mois. Les premiers retours seraient positifs. Mais ça n'est pas en baissant les tarifs que l'opérateur va regagner des points de marge. Pour cela il compte d'abord rationaliser ses dépenses via la mutualisation des réseaux 2G, 3G et 4G avec SFR.

Un autre moyen d'abaisser les coûts serait de réduire le catalogue de forfaits à la portion congrue, peut-être à la manière de Free Mobile, qui ne propose que deux choix, contre six pour Bouygues Telecom. Le quotidien évoque en outre la possible cession de la tour Sequana à Issy-les-Moulineaux, abritant son siège social.


A lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Square-Enix avance (officieusement) la date de sortie de Final Fantasy VII Remake !
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Tesla Cybertruck : quelle est la répartition mondiale des précommandes ?
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top