Bouygues et SFR détaillent leur mutualisation : relais, fréquences, emploi…

03 février 2014 à 12h47
0
Bouygues Telecom et SFR sont revenus ce matin sur la mutualisation de leurs réseaux mobiles, officialisée vendredi. Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom, et Jean-Yves Charlier, PDG de SFR, ont détaillé les tenants et aboutissants de cet accord à l'occasion d'une conférence de presse.

Bouygues Telecom et SFR ont annoncé vendredi la signature d'un accord de mutualisation visant à améliorer leur couverture tout en réalisant des économies. Ils se partageront pour ce faire ce qu'on appelle communément leurs relais. L'objectif est de faire face à « l'explosion des usages dans un contexte économique difficile » et donc « d'optimiser les investissements ».

0000007802978540-photo-logo-bouygues-telecom.jpg
0000007803946032-photo-ancien-logo-de-sfr.jpg

7000 relais démantelés mais une couverture améliorée

Cet accord fait suite à une récente évolution de la règlementation. Pour les zones denses couvrant les 42 premiers pourcents de la population, les opérateurs doivent maintenir leurs propres réseaux. Pour les zones blanches couvrant le dernier pourcent de population les 2500 relais requis sont déjà mutualisés. Mais pour les 57% restant, en dehors des 32 agglomérations de plus de 200 000 habitants, les opérateurs peuvent désormais mutualiser leurs réseaux d'accès.

Concrètement, Bouygues Telecom et SFR ont fondé une coentreprise (joint venture) chargée de bâtir un nouveau réseau unique et de gérer les équipements passifs (les pylônes par exemple). Chacun des deux opérateurs assurera l'exploitation des équipements actifs dans les grandes zones qu'ils se sont réparties, pour son propre compte ainsi que pour le compte de son partenaire.

À terme les deux opérateurs exploiteront ainsi 11 500 sites mutualisés, alors qu'ils en totalisent aujourd'hui 18 500. Mécaniquement, l'exposition aux ondes « diminuera sensiblement », a souligné Olivier Roussat. 7000 relais seront effectivement démantelés : ils seront soit revendus à d'autres opérateurs, soit réutilisés ailleurs. La couverture devrait donc globalement s'améliorer, puisque moins de la moitié des relais seront mis hors service. À petite échelle, certains usagers pourront néanmoins constater une baisse ou une hausse de signal.

0190000007125082-photo-mutualisation-bouygues-telecom-et-sfr-carte-cible-fin-2017.jpg
Bouygues Telecom en bleu, SFR en rouge, les zones denses en gris

Pas de partage de fréquences

Sur le plan technique, les dernières évolutions en matière de RAN sharing permettent de faire fonctionner deux réseaux sur un site avec une seule baie technique.

Pour autant chacun des opérateurs restera indépendant et autonome, non seulement sur le plan de l'offre mais aussi sur le plan technique. En particulier il n'y aura pas de partage de fréquences, conformément à la règlementation : SFR n'accèdera pas à la bande des 1800 MHz avec laquelle Bouygues Telecom couvre plus de 63% de la population en 4G. Les deux opérateurs ne porteront pas non plus leur spectre à 20 MHz sur la bande des 800 MHz, contre 10 aujourd'hui, ce qui leur aurait permis de porter le débit maximal de 100 à 150 Mb/s en 4G, et de s'aligner ainsi sur Orange et Free.

Calendrier et perspectives

Cet accord de mutualisation ne se concrétisera qu'en fin d'année. 2014 sera effectivement essentiellement consacré à la conception du réseau, seuls quelques centaines de sites devraient être mutualisés d'ici la fin de l'année. Les interventions ne s'accélèreront qu'en 2015, pour s'achever fin 2017/début 2018.

D'ici là les opérateurs promettent qu'il n'y aura « aucune réduction d'emploi », « au contraire ». Au-delà, après un investissement de départ de plusieurs centaines de millions d'euros, ils comptent réduire leurs dépenses d'investissement et d'exploitation d'environ 20%, soit des économies de 100 et 200 millions d'euros pour Bouygues Telecom et SFR selon les prévisions des analystes.

0000019007125074-photo-olivier-roussat-pdg-de-bouygues-telecom-et-jean-yves-charlier-pdg-de-sfr-accord-de-mutualisation.jpg


Ils pourraient économiser encore plus en accueillant un 3e voire un 4e opérateur — « il n'y a pas de clause juridique dans notre accord qui nous en empêche », ont précisé les deux PDG ce matin — mais ils n'y semblent pas favorables, se justifiant par les « plus de six mois de négociations pour se mettre en place rien qu'à deux ».

Pour aller plus loin
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Renault annonce une perte record de près de 7,3 milliards d'euros
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
Pour Windows Defender, CCleaner est une app indésirable
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
L'évasion Carlos Ghosn financée en Bitcoins
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
scroll top