Fondation, l'œuvre qui a posé les bases du big data ?

09 décembre 2021 à 10h10
15
asimov

À l'heure du véritable phénomène de société que constitue le big data, la série de David S. Goyer et Josh Friedman est venue nous rappeler que Fondation, l'œuvre littéraire complexe et foisonnante d'Isaac Asimov, était plus que jamais d'actualité. Foules en délire, ovations, sourires émus et larmes contenues, la palme des inventions de l'imaginaire est ainsi décernée au brillant concept de psychohistoire qui, en plus de voir son principe se réaliser dans la réalité, a eu la malice de nous expliquer précisément… qu'il savait prédire le futur !

Que serait la science-fiction sans ses inventions qui nous fascinent ? Anticipations perspicaces de l’avenir ou véritables sources d’inspiration pour les scientifiques, certains de ces fantasmes technologiques ont transcendé la fiction pour accéder aux portes du réel. À travers les inventions de l'imaginaire, nous parlons d’une technologie qui a d’abord été mentionnée dans une œuvre de science-fiction avant d'apparaître au grand jour. Embarquez pour un voyage tantôt littéraire, tantôt cinématographique, où l’imaginaire fait plus que jamais partie de la réalité…

Une œuvre fondatrice pour la SF

Suite à la sortie de la série Foundation sur Apple TV+, nous avons eu envie de nous replonger dans l'univers original de la plus culte des œuvres d'Asimov qui est également un récit emblématique de toute la science-fiction : Fondation. Et comme vous vous en doutez peut-être, dans notre esprit quelque peu obsédé par la relation entre fiction et réalité, une petite lumière rouge s'est vite allumée. La psychohistoire, voilà une invention de l'imaginaire, et non des moindres !

Commençons par introduire ce génie de la SF - qui était d'ailleurs un génie tout court, membre de l'association internationale Mensa réunissant ce que l'on appelle aujourd'hui communément les hpi ou hauts potentiels intellectuels - que fut Isaac Asimov. Né en Russie en 1920, il passa à peine quelques années dans ce pays et fut naturalisé aux États-Unis à l'âge de huit ans.

Biochimiste, caporal mais surtout écrivain prolifique, sa bibliographie dépasse les 500 œuvres, partagée entre récits, essais de vulgarisation scientifiques et anthologies, et comporte même un étonnant ouvrage critique La Bible expliquée par Asimov ainsi qu'une autobiographie Moi, Asimov. Ses trois cycles monumentaux, celui des Robots, Empire et bien sûr de Fondation firent de lui, pour toujours et à jamais, un auteur majeur du paysage littéraire et en particulier de l'univers science-fictionnel.

asimov
Isaac Asimov

Fondation est donc le premier recueil d'un vaste cycle qui s'étend sur sept œuvres parues entre 1942 et 1993. Au début des années 1940, la science-fiction compte ses premiers succès, et sans craindre le jeu de mot on peut dire que Fondation pose les bases : l'œuvre marquera l'histoire de la SF et influencera de nombreux auteurs. Composée de cinq nouvelles dont quatre furent d'abord publiées dans l'iconique pulp américain Astouding stories, Fondation sortit chez Gnome Press sous forme de roman en 1951. Vinrent ensuite s'ajouter les tomes Fondation et Empire (1952) et Seconde Fondation (1953), qui se suivent chronologiquement et constituent la première trilogie du cycle. Elle fut d'ailleurs décorée du prestigieux prix Hugo de la « meilleure série de science-fiction de tous les temps » en 1966, titre qui n'a jamais plus été décerné depuis. Trente ans après ce premier volet, le public découvrait la suite et fin des aventures de l'Empire galactique avec Fondation Foudroyée (1982) et Terre et Fondation (1986), avant que l'auteur donne une genèse à ce monument avec Prélude à Fondation (1988) et L'Aube de Fondation (1993).

« Cette continuité offre un point de vue de spectateur particulièrement intéressant : nous voyons en effet la société évoluer, les événements historiques s'ancrer ou être oubliés, les énigmatiques prédictions statistiques prendre corps dans la réalité »

L'intégralité du cycle de Fondation se déploie sur quelques 500 ans. Chaque roman ou nouvelle traite d'une période différente, avec des personnages et intrigues propres qui s'inscrivent dans la « grande » histoire. Les lecteurs découvrent des événements qu'ils peuvent ensuite mettre en perspective, les personnages des nouvelles générations faisant parfois référence à certains de leurs prédécesseurs, notamment à la figure tutélaire d'Hari Seldon. Cette continuité offre un point de vue de spectateur particulièrement intéressant : nous voyons en effet la société évoluer, les événements historiques s'ancrer ou être oubliés, les énigmatiques prédictions statistiques prendre corps dans la réalité.

Il convient alors de s'arrêter un instant sur le concept de psychohistoire, cette discipline fictive qui fait dialoguer les sciences humaines telles que le psychologie, l'histoire et la sociologie, avec les mathématiques et sur laquelle est basé Fondation.

Dans le roman, Hari Seldon, son fondateur, affirme qu'il est parvenu à anticiper l'histoire future par l'étude des événements passés, et ce, grâce à de pointus calculs statistiques. Il a ainsi traduit les phénomènes sociaux, économiques et politiques en probabilités.

"PSYCHOHISTOIRE : …partant de concepts non mathématiques, Gaal Dornick a défini la psychohistoire comme la branche des mathématiques qui traite des réactions des groupes humains confrontés à des phénomènes socio-économiques consistants…

Toutes ces définitions sous entendent que le groupe humain en question est assez important pour qu'on puisse valablement lui appliquer la méthode statistique. L'importance numérique minimale de cet ensemble peut être déterminée par le Premier Théorème de Seldon qui… Une autre condition nécessaire est que le dit groupe humain ignore qu'il est soumis à l'analyse psychohistorique, afin que ses réactions soient authentiquement aléatoires… […]"

Encyclopedia Galactica

Isaac Asimov, Fondation

Les prémices du concept de psychohistoire viendraient de Nat Schachner, un des écrivains préférés d'Asimov qui, de 1933 à 1941, multipliait les publications dans Astounding stories (avant de se lancer par la suite dans la rédaction de biographies historiques). Dans sa nouvelle Beyond all Weapons (L'Arme suprême), un professeur en psychohistoire lance la rumeur qu'un homme providentiel viendrait faire basculer l'infame dictateur qui se fait appeler « Le Directeur » et qui gouverne alors grâce aux S.S.S. (Services de la Surveillance Secrète). Galvanisé par cet espoir, le peuple entre en rébellion contre le régime jusqu'à mener une révolution.

Cette intrigue inspirée des terribles événements qui se jouaient alors en Allemagne sortit en 1941, soit un an avant la parution de la première nouvelle de Fondation. Tout comme Schachner, Asimov donne les moyens à ses personnages de résoudre les crises, et son récit n'est pas un scénario apocalyptique. Pour écrire son œuvre, l'écrivain s'est inspiré de la construction politique de l'empire romain et a également été influencé par les grands bouleversements politiques qui secouèrent la première moitié du XXe siècle.

fondation asimov

Un point reste à éclaircir. Dans la réalité, la psychohistoire existe bel et bien, mais elle n'est pas dirigée vers le futur. La discipline fait son apparition aux États-Unis plusieurs décennies après la publication de Fondation, en 1973, avec la création de la revue Journal of psychohistory par Lloyd de Mause, un psychanalyste également diplômé en sciences politiques. Dans ce cadre, le but de la psychohistoire est de comprendre rétrospectivement ce qui a permis à des événements historiques de voir le jour à travers l'étude de la psychologie des communautés, notamment en revenant à leurs fondements émotionnels, sociaux et culturels dans l'enfance. Mais revenons à ce cher Asimov.

« L'auteur doit beaucoup à John W. Campbell, le rédacteur en chef du fameux Astouding Stories »

Lorsqu'il s'apprête à prendre la plume dans le courant de l'année 1941, le jeune écrivain n'imagine pas une seconde que son désir de raconter la chute de l'Empire galactique (dans la continuation de son deuxième Cycle, Empire) le mènerait à écrire cette nouvelle et incroyable histoire de plusieurs milliers de pages. Sur ce coup-là, l'auteur doit beaucoup à John W. Campbell, le rédacteur en chef du fameux Astouding Stories qui, trouvant les idées d'Asimov absolument géniales, l'incita vivement à développer le récit et participa même à l'élaboration du concept de psychohistoire.

john w campbell
John W. Campbell, rédacteur en chef d'Astouding stories

D'ailleurs, à cet endroit la fiction et le réalité pourraient bien s'être entremêlées… En effet, il se trouve que lorsqu'il était jeune étudiant au Massachusetts Institute of Technology (MIT), Campbell était ami avec un certain Norbert Wiener, père fondateur de la cybernétique, cette forme de modélisation de l'échange que l'on retrouve, aussi, dans la psychohistoire. Wiener développa son concept quelques années plus tard en 1948 avec son ouvrage Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine (Théorie de la commande et de la communication chez l'animal et dans la machine). Les conférences organisées entre 1946 et 1953 par Josiah jr. Macy furent alors déterminantes, lui permettant de faire reconnaître la notion de cybernétique par ses paires.

Que les préoccupations et l'état des connaissances de l'époque, ainsi que le caractère interdisciplinaire de la cybernétique aient mené Asimov, Campbell et Wiener à réfléchir sur les mêmes sujets ou bien qu'ils en aient réellement discuté entre eux, cela reste un mystère. Mais qu'importe finalement : on peut toujours faire le constat que les intelligences les plus fines d'une même société et d'une même époque, pour peu qu'elles aient des appétences communes, pressentent et se passionnent pour les enjeux qui se révèleront effectivement être des concepts clés dans le futur. En bref, comme dirait l'autre, les grands esprits se rencontrent.

Cybernétique : Science qui utilise les résultats de la théorie du signal et de l'information pour développer une méthode d'analyse et de synthèse des systèmes complexes, de leurs relations fonctionnelles et des mécanismes de contrôle, en biologie, économie, informatique, etc.

CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales).

Et le pitch alors ?

Fondation, c'est l'histoire d'un gigantesque empire galactique de 26 millions de planètes habitées par un trillion d'être humains, le tout dans une futur fort fort lointain. Ce monde n'est qu'au seuil de son déclin, mais grâce au calcul des probabilités psychohistoriques, Hari Seldon sait que l'avenir de Trantor, la planète capitale de l'Empire, comme celui de toutes les autres cités est condamné. Après l'effondrement, le scientifique prévoit une période de chaos de 30 000 ans, toutefois - toujours via ses statistiques - il avance qu'il est possible de la réduire à seulement 1 000 ans. Pour ce faire, il s'arrange pour créer une colonie scientifique, sur Terminus, une planète située à l'extrémité de la galaxie et qui, officiellement, doit répertorier tous les savoirs humains existants dans l'Encyclopedia Galactica afin de faciliter la reconstruction de la civilisation. Une autre planète, Finistelle, située « là où finissent les étoiles » fait également partie du plan.

L'intrigue se lance, déployant les enjeux de différentes périodes politiques, et le mythique Seldon meurt rapidement, mais son héritage reste. Ses successeurs devront prendre le relais, parfois en se demandant s'ils doivent appliquer littéralement les théories de Seldon, sans les interroger, ou tenter plutôt d'en restituer l'esprit - comme on peut par exemple questionner un texte religieux.

Asimov, né d'une famille juive, était un athée convaincu, et cela se ressent dans Fondation. Il moque parfois le christianisme et les liens que la religion peut entretenir avec le pouvoir, mais questionne surtout l'influence des dogmes et des croyances sur les foules, croisant cette réflexion avec celle portant sur la position du scientifique érigé en figure presque sacrée. La science, et plus largement la connaissance, sont perçues de façon positive : c'est indéniablement elles et la collaboration, la communication entre les individus qui permettra à l'humanité de s'en sortir.

foundation
Foundation de David S. Goyer et Josh Friedman sur © Apple TV+

Un mot sur la série

La série Foundation diffusée par Apple TV+ a le mérite de proposer une adaptation libre qui parvient à restituer globalement l'atmosphère de l'œuvre papier, et c'est une qualité à souligner. Cependant, elle a peiné à nous convaincre… Et ce, malgré un casting plutôt séduisant (dont Jared Harris, qui a récemment impressionné dans la série Tchernobyl), quelques idées innovantes non dénuées d'intérêt (comme celle de proposer un empereur éternellement cloné que l'on découvre à trois âges de sa vie), une place faite aux femmes absolument nécessaire (dans Fondation, il faut le dire, leur représentation est assez désastreuse) ou, enfin, de somptueux décors et un important budget… Serait-ce la musique, trop présente, qui vient meubler et accompagner des plans visuellement très réussis mais que l'on admire sans passion, comme un vain spectacle technique ? Ou peut-être avons-nous personnellement atteint notre quota d'adaptations grand public qui fatiguent par leur esthétique lisse et leur nécessité de plaire ?

Foundation big data © © Apple TV+
Foundation opening © Apple TV+

Quoiqu'il en soit, et plus objectivement, on peut souligner que les personnages ont une importance augmentée par rapport au roman, ce qui se justifie par le format de série pour plateforme, mais qui se fait tout de même aux dépens des échanges et des mouvements de la société décrits par Asimov. Pour plus de détails, n'hésitez pas à lire notre critique complète ; et quoi qu'il en soit on vous encourage bien sûr à vous faire votre propre avis, tant que cela ne vous empêche de lire ou de relire le Cycle original !

Foundation
  • Vous aimez la grande science-fiction
  • Vous voulez en prendre plein les yeux
  • Les adaptations qui prennent des libertés ne vous dérangent pas

Foundation n'est pas une mauvaise série. Mais la première saison de cette adaptation de l'œuvre hautement complexe d'Asimov n'est, sans grande surprise, pas parfaitement satisfaisante. Malgré une débauche de moyens impressionnante, force est de constater, que l'on soit connaisseur ou non des romans originaux, qu'il n'est pas évident de rentrer dans la série et de se sentir investi dans son récit. L'espoir reste heureusement permis pour la suite.

Foundation n'est pas une mauvaise série. Mais la première saison de cette adaptation de l'œuvre hautement complexe d'Asimov n'est, sans grande surprise, pas parfaitement satisfaisante. Malgré une débauche de moyens impressionnante, force est de constater, que l'on soit connaisseur ou non des romans originaux, qu'il n'est pas évident de rentrer dans la série et de se sentir investi dans son récit. L'espoir reste heureusement permis pour la suite.

Big data et analyses prospectives

Analyse de situations économico-politico-sociales, statistiques, prévisions, communication, mais aussi cybernétique… Tous ces thèmes émanent de ce récit des années 40 comme un écho pour venir graviter autour d'une expression actuelle, bien spécifique : le « big data ».

Avant d'expliciter le lien entre psychohistoire et big data, commençons par tenter de comprendre sommairement cette affaire.

« Big data », quésaco ?

S'il existe bien des traductions françaises du terme « big data », avec « mégadonnées » ou encore « données massives », l'anglicisme reste l'expression la plus largement utilisée, mais sait-on vraiment à quoi elle correspond ? Il faut avoir conscience que la définition reste entourée d'imprécision et peut varier selon le contexte ou le domaine qui l'emploie. Certains experts font par ailleurs une distinction entre le sens du terme au singulier ou au pluriel.

Globalement, quand on parle de big data, on fait référence à une gigantesque quantité de données numériques, mais aussi à la façon de les rendre signifiantes. Depuis l'explosion d'Internet, les données en tout genre (textes, images, vidéos, informations de connexion, signaux GPS, transactions, etc.) se sont multipliées d'une façon ahurissante. Dans le même temps, la capacité à les stocker et à les exploiter se sont développées à une vitesse folle, au point que les big data constituent désormais un enjeu économique si important qu'il semble même difficile à conceptualiser.

big data

Depuis l'apparition des premiers véritables ordinateurs au XXe siècle, l'avènement du PC domestique, puis l'ère d'Internet et l'accélération des réseaux sociaux, le nombre de données échangées a augmenté en un temps record. Ces toutes dernières années, on entend même parler de zettaoctet pour quantifier le nombre de données qui circulent dans le monde via Internet, une unité de mesure qui correspond à 1021 octets, qu'il n'est guère aisé de se représenter. Une expansion faramineuse qui a évidemment été rendue possible par l'émergence des nouvelles technologies de stockage et de traitement des données.

Les journalistes du New York Times utilisent le terme big data dès la fin des années 90. […] il leur permet en effet de qualifier les réseaux que les grandes entreprises de télécommunication installent, à ce moment, sur le sol américain. Ils parlent de « big data networking players », une expression que l’on pourrait traduire par : acteurs des réseaux de mégadonnées. À la fin des années 90, le terme big data est donc déjà une manière de représenter l’ensemble des données qui circulent à travers les réseaux de télécommunication.


Jean-Sebastien Vayre, Des machines à produire des futurs économiques : sociologie des intelligences artificielles marchandes à l’ère du big data, Hal archives ouvertes, 2016.

La notion de big data existe depuis environ 25 ans, elle est dépendante de l'évolution des TIC - Technologies de l'Information et de la Communication - qui elles-mêmes sont indissociables du développement des réseaux de télécommunication.

En 2008, l'expression « big data » fait la une de Nature, la revue scientifique de référence, puis de Science en 2010. En peu de temps, des revues spécialisées sont créées comme Big Data & Society (2013), tandis que les milieux académiques ne tarderont pas à prendre au sérieux ce nouvel élan : en 2014 s'ouvre notamment à New-York un institut de recherche dédié, le Data & Society Research Institute. D'ailleurs le terme « big data » ne tarde pas à avoir sa page Wikipedia (2010) et à partir de 2011, les internautes, et donc le grand public, effectuent de plus en de recherches à ce sujet.

data center
Un data center

Dans une tentative de définir le big data, Doug Laney introduit des 2001 le principe des « 3 V » qui correspond au classement des donnés par des algorithmes. Le premier V, le critère principal, est celui de volume, soit la quantité des données. Le second renvoie à la vélocité, c'est-à-dire la fréquence à laquelle les données sont générées et conservées ; pour être exploitables, les données doivent ainsi être datées et utilisables dans une quasi immédiateté. Le troisième V correspond à la variété, les big data recouvrant en effet des données particulièrement hétérogènes (les contenus textes, images, musique mais aussi des données RFID, données mobiles, de flux et tant d'autres).

D'autres spécialistes complèteront cette définition en y ajoutant le critère de véracité et celui de valeur. La véracité correspond à la fiabilité des données : certaines étant collectées sans être structurées, il est important de prendre en compte une potentialité d'erreurs, de fausses informations ou encore de propos injurieux qui peuvent se glisser dans les données et qui ne peuvent pas être réutilisées telles quelles. La valeur concerne tout simplement la rentabilité financière des données, qui peut être extrêmement élevée, mais aussi leur valeur politique.

Le Big Data consiste à chercher des modèles dans des données à faible densité d'information, à en extraire des faits nouveaux ou de nouvelles relations entre des faits.

Autrement dit, le Big Data consiste à créer, en exploratoire et par induction sur des masses de données à faible densité en information, des modèles à capacité prédictive. Les résultats de ces modèles à capacité prédictive peuvent être exploités soit de manière automatique, soit pour décision.

Pierre Delort, Le Big Data, « Big Data : concepts et définition », 2015.

Grâce à des outils statistiques de haut niveau, le big data permet donc d'accéder à des résultats prospectifs pertinents dans plusieurs domaines scientifiques (par exemple la météorologie ou encore la médecine), mais également, et même surtout, dans les champs culturels, politiques et bien entendu commerciaux.

En effet, en traitant foule de données, les mathématiques et notamment les statistiques, aidées de l'intelligence artificielle et du machine learning, révèlent des modèles pouvant être utilisés pour anticiper des situations et prendre des décisions. Eh bien… nous y sommes ! Le principe est le même que celui de la psychohistoire, qui s'appuie sur des données massives (rappelons que la psychohistoire ne peut fonctionner qu'à grande échelle et non sur quelques individus isolés), qui modélise la façon dont, en l'occurrence, la société évolue et qui, de plus, interroge la manière de traiter les résultats - on pense à Hardin et à son intuition de ne pas appliquer les théories de façon automatique mais d'en discuter, de prendre des décisions (ce qui lui permet de dépasser les déterminismes).

Tout comme dans la fiction d'Asimov, dans la réalité, science et politique sont intimement liées et le big data est aujourd'hui un enjeu de société. En 2011 déjà, John Markoff expliquait au New York Times que certains chercheurs américains pensaient que le big data révéleraient « les lois sociologiques du comportement humain — leur permettant de prédire les crises politiques, les révolutions et d'autres formes d'instabilité sociale et économique, tout comme les physiciens et les chimistes peuvent prédire les phénomènes naturels ». Le journaliste spécialisé en sécurité numérique faisait d'ailleurs lui-même référence à Asimov et à la psychohistoire dans son article.

Big Data

Reste que le big data soulève beaucoup d'interrogations sur l'avenir de notre société, notamment en termes de préservation de la vie privée, de gouvernance, et de contrôle des populations. Comme dans la fiction les données collectées et leur utilisation engendre un pouvoir non négligeable ; aussi, quels que soit les apports du big data dans l'anticipation de certains phénomènes, les questions éthiques méritent plus que jamais une place au centre du débat public…

Foundation
Foundation
Séries
date de sortie : 24-09-2021
Voir la fiche produit
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
15
12
justepourlefun
" La série restitue globalement l’essence de l’oeuvre d’Asimov" …ben, non, justement, la série ne restitue que dalle et piétine sans vergogne l’oeuvre d’Asimov.
Augusto
Mouais. L’article et le fond sont intéressants, j’ai notamment appris qu’Asimov faisait partie de Mensa, et plein d’autres trucs sur la psychohistoire, qui me confortent assez dans l’idée que des psychohistoriens et des climatologues seraient vachement plus à leur place sur les trônes occupés par les lobbys.<br /> Vraiment bon article. Sauf le passage sur la série apple qui est un viol de l’œuvre écrite.
Bibifokencalecon
Sur ce point, je suis en accord. La série est intéressante mais a sa propre vision et suit ses propres développements (histoire, personnage, etc.). Il y a du bon et du moins bon. En tant que fan d’Asimov, cela m’a beaucoup dérangé mais j’ai fini par y faire abstraction : se détacher de l’oeuvre originelle et suivre la version TV.<br /> Pour Asimov, même si j’adore le cycle Fondation (moins les derniers volumes ceci dit), je préconise davantage le cycle des Robots qui est un recueil de nouvelles et de romans.<br /> Pour les liens entre la Psychohistoire et le Big Data, si les 2 reposent sur un concept général similaire (l’accumulation et l’interprétation automatisée de données à travers le temps afin d’aider les humains à prendre des décisions éclairées), la Psychohistoire insiste davantage sur la sociologie et les motivations / impacts psychologiques non-visibles des événements historiques, et comme décrit dans les romans, limitatif dans sa prédictibilité car ne prenant en compte que ce qui est «&nbsp;conscient&nbsp;» et basé sur les lois de statistiques et de probabilité.<br /> Asimov étant lui même un scientifique de formation et un polymathe, ses scénarios reposent toujours sur des théories ou postulats scientifiques afin de donner une crédibilité originelle à ses histoires.
g-m1n1
Intéressant article.<br /> Ne connaissant pas du tout les livres (comme sûrement 95% du public), j’ai bien apprécié la série. Déjà voir un tel budget sur une série, c’est plaisant.<br /> Un peu compliqué parfois à se repérer dans le temps, mais j’attends la saison 2 avec intérêt.
Martin_Penwald
Le principal problème de la série est la conformation à un narratif très américanisé :<br /> L’existence de bébêtes agressives justifie le fait que tout le monde a un flingue<br /> Le dénouement, qui voit l’unification de Terminus, Anacréon et Thespia, dépend de l’existence d’une superarme unique. Ça simplifie grandement l’intrigue et est digne de tous ces flims hollywoodiens dans lesquels l’ennemi est anéanti dès qu’un système central est détruit.<br /> Le besoin d’établir un lien de parenté entre Dornick et Hardin. C’était déjà douteux dans 《 L’Empire Contre-Attaque 》<br /> L’histoire suit une poignée de personnages principaux qui sont essentiels à l’intrigue, avec Salvor Hardin dans le rôle d’une élue quasi-christique. On rentre encore une fois dans les codes hollywoodiens.<br /> Toujours dans le côté religieux, la notion d’âme existe et prend part activement à une sous-intrigue, histoire de contenter le chrétien moyen. Même la religion principale est décrite comme ayant 3 déesses n’en formant qu’une. Pénible d’encore se faire matraquer de religiosité dans une série de science-fiction.<br /> Et ça, ça n’a rien à voir avec le respect ou non de l’œuvre d’Asimov. Moi, je n’aime pas, mais chacun ses goûts.<br /> Ensuite viennent les problèmes liés à l’œuvre elle-même.<br /> Le construct de Seldon est conscient lors de la fin de crise, ce n’est pas un message pré-enregistré, donc ses prévisions n’en sont pas.<br /> La résolution de la crise dépend de quelques individus, ce qui va à l’encontre même des prémisses de la psychohistoire. Ça va être dur de faire une suite cohérente avec le Mulet.<br /> Daneel qui tue froidement. Non, je refuse de croire que c’était essentiel à la survie de l’humanité, en particulier parce que les pouvoirs et connaissances qu’il a héritées de Giskaard lui ont permis de concevoir les bases de la psychohistoire.<br />
Gweegoo
Il y a quand même un point de différence entre la psycho histoire et le big data qui me semble important: le big data n’est « que » basé sur les données liées à un usage de machines ou appareils électroniques, et sans non plus pouvoir connaître la représentativité du nombre d’individus réels étudié (pour des questions de confidentialité).<br /> Cela constitue quand même 2 gros biais statistiques lorsqu’on prétend à prédire le comportement humain.<br /> Il me semble que le big data devrait plutôt être un domaine où sous ensemble de la psycho histoire.
rexxie
Le héros unique hollywoodien est là pour faire naître et nourrir un sentiment d’impuissance face à la possible solidarité, faire oublier la puissance des individus qui agissent de façon concertée. Le citoyen reste donc passif et attend un messie au lieu de mettre l’épaule à la roue avec ses voisins.<br /> On le voit dans le succès du communisme participatif de la Chine face au communisme passif de l’URSS… et dans l’apathie consumériste de l’Amérique habilement conditionnée, qui se laisse mener, cancer qui a gagné tout l’occident et plus.<br /> Mais un petit groupe d’individus suffit souvent à noyauter un système. Ça se fait malheureusement trop souvent pour le corrompre que pour l’améliorer.<br /> Autant de facteurs qui devront être pris en compte dans la psycho-histoire. Y a du boulot !
ld9474
Bonjour,<br /> en fait oui et non. Si vous partez du «&nbsp;principe&nbsp;» général que l’histoire se répète vous pouvez à partir d’une très très très grosse base de données prédire des évènements. Ainsi il doit être possible de dire quand cela s’est produit, dans X% des cas tel autre évènement s’est produit. En fait la big data sert à entrainer une IA qui sera en mesure de prédire les évènements. C’est notamment comme cela que va fonctionner le cross selling sur un site eCommerce: Vous achetez tel produit? Je sais que dans 90% des cas vous acheterez tel autre produit, parce que complémentaire ou parce que simplement l’IA va constater que le comportement des acheteurs est comme cela. Je ne suis pas un spécialiste de la BI mais il me semble qu’aujourd’hui nous n’avons pas assez de puissance de calcul pour en arriver à prédire des évènements historiques et que très certainement la masse de données necessaire est trop importante. Mais demain?
Gweegoo
Ça marche peut-être sur du cross selling car l’expérience est entièrement digitale. Mon point est qu’on ne peut pas considérer l’histoire de la même manière car elle n’est pas concrètement vécue à travers les machines.<br /> Les données de la (grosse) base de données ne parlent pas de l’histoire des hommes. Elles ne parlent que de ce qu’ils font sur leur ordinateurs, tel, internet … mais ce n’est quand même pas un « enregistrement » de l’histoire réelle.<br /> Mon point est que le big data pourrait théoriquement être de la psycho histoire mais que dans les faits, les données meme conséquentes que le big data analyse ne sont pas des données historiques au sens où on enregistre tous les mouvements des hommes pour anticiper le ou les suivants.
ld9474
On est d’accord. C’est le manque de données qui fait que ce n’est aujourd’hui pas possible. Si on prend des évènements plus globaux et plus simples à analyser, on sait par exemple qu’après une guerre il y a un boom des natalités, en général aussi un boom économique etc. Finalement ca un algorithme est capable de le prévoir. Là où c’est plus compliqué c’est de modéliser l’irrationalité du comportement humain. Ceci étant ce serait le cas que ce serait flippant.
justepourlefun
Rien ne peut prévoir le Covid, de Gaule, la bombe A, Hitler, Internet, les attentats du WTC, Gandhi, Galilée, Newton ou Pasteur, la survenue d’un cancer, la désintégration d’un atome radioactif, Dieu joue au dés avec l’Univers ou pas, mais il n’y a pas de tendance sur les populations humaines, de la chute de Rome à la découverte de l’Amérique
EnLighter
Merci pour ce bel article.
benben99
Bravo pour cet article de qualité digne de Clubic avant l’achat par M6
Nmut
Je ne suis pas tout à fait d’accord.<br /> La Covid, c’était prévisible, ce n’est pas pour rien que les gouvernements simulent des pandémies depuis maintenant une cinquantaine d’années. Statistiquement avec les déplacements de population de plus en plus banals, ça devait arriver. C’est le «&nbsp;quand&nbsp;» qui était inconnu, il y a eu plusieurs «&nbsp;alertes&nbsp;» ces 20 dernières années.<br /> Hitler en lui-même n’est pas prévisible, mais a posteriori, on voit bien que l’Allemagne était une cocotte minute qui montait en pression. Hitler était le détonateur mais il y aurait eu autre chose.<br /> Pour Galilée, même chose, les avancées de la science faisait «&nbsp;revenir&nbsp;» les découvertes de l’antiquité, c’était le «&nbsp;moment&nbsp;» plus que la personne qui a compté.<br /> La désintégration d’un atome n’est pas prévisible mais on s’en fout. Ce qui compte c’est la statistique globale et on peut ainsi calculer l’énergie et contrôler une centrale nucléaire! <br /> Le découverte de des Amériques était inéluctable, la navigation étant de plus en plus performante et la concurrence des économies européennes poussant a toujours plus de conquêtes.<br /> En fait on peut faire le parallèle avec la météo. On peut difficilement prédire avec précision la température sur une petite ville à 5 jours, mais c’est précis sur un département, on peut aussi le faire à 1 mois sur un pays avec une précision correcte, et sur la Terre entière avec une très bonne précision sur des mois. Et même avec une marge d’erreur assez faible sur plusieurs dizaines d’années. Bref, même si on ne peut pas prédire avec précision des faits particuliers, on sait calculer des statistiques globales précises.<br /> J’ajoute que quand on dit que l’histoire est un éternel recommencement, ce n’est pas qu’une expression dénuée de sens, il y a des schémas qui se répètent.
justepourlefun
Bonjour Nmut, je comprends mais je n’adhère pas.(sauf pour l’atome évidemment <br /> Je crois plutôt en l’effet papillon, à la théorie du chaos, et même du hasard, le monde serait différent sans certains hommes ( ou femmes), je parle de personnes qui influencent irrémédiablement l’ordre des choses, en bien ou en mal. Bien sûr, la découverte de l’Amérique, du télescope ou des bactéries aurait eu lieu, mais ailleurs, à un autre moment ( 100 ans plus tard?), l’explosion de l’Allemagne suite à l’humiliation de 1918 et la crise de 1929 aussi, mais sans hitler, je suis convaincu que l’histoire aurait pris une toute autre direction, et c’est valable pour ceux que j’ai cité et bien d’autres. La crise des missiles à Cuba…tellement d’exemples, l’attentat de Sarajevo, Napoléon, général<br /> à 24 ans qui arrive peu après la Révolution… Je te rejoins seulement sur les tendances lourdes de type réchauffement climatique, consommation des ressources de la planète, destruction de l’écosystème mondial. Là, je crois que la Nature elle-même va se charger de remettre le monde en place…
Nmut
Effectivement ton point de vue se tient.<br /> Malheureusement on ne pourra probablement pas savoir si tu as raison avant beaucoup d’années…
ld9474
Je suis globalement d’accord, cependant il y a un courant de fond qui est prédictible. Si je prends l’exemple d’Hitler, lui seul ne serait pas arrivé à ses fins. Ca a sans doute été un moteur ou un catalyseur, très certainement son éloquence a joué mais si la personne Hitler n’avait pas existé je ne suis pas convaincu que l’Histoire aurait été fondamentalement différente.
justepourlefun
Je crois qu’on est tous d’accord sur l’inéluctabilité d’une explosion en Allemagne et la soif de revanche des vaincus de 1914. Mais par exemple, si c’est un hitler alternatif qui dirige, pas sûr par exemple que celui-là attaque l’URSS , et là, je ne suis pas sûr que le film se finisse de la même manière. Et il y a les millions de morts dans les camps, qui, du coup, restent vivants et écrivent à leur tour une autre histoire ! Peut-être qu’il n’y a plus de création d’Israël, et ainsi de suite… Non, vraiment, je suis fan d’Asimov et de Fondation ( les livres, pas la série )mais je reste convaincu qu’un seul peut faire la différence, je crois que Jésus serait d’accord avec moi <br /> Bonne journée
ld9474
justepourlefun:<br /> Mais par exemple, si c’est un hitler alternatif qui dirige, pas sûr par exemple que celui-là attaque l’URSS , et là, je ne suis pas sûr que le film se finisse de la même manière. Et il y a les millions de morts dans les camps, qui, du coup, restent vivants et écrivent à leur tour une autre histoire ! Peut-être qu’il n’y a plus de création d’Israël, et ainsi de suite…<br /> Qui écrit le livre?
Voir tous les messages sur le forum

Derniers articles

Financez vos achats informatiques grâce à cet outil ultra pratique !
Remplacer Soyouz, une tâche incroyablement difficile
Pourquoi la capsule habitée Starliner n'est-elle toujours pas en service ?
Comment accéder simplement au Darkweb ?
Créer un site Web : combien ça coûte ?
Maintenant qu'Artemis I a décollé, découvrez sa mission !
À la découverte des missions sur la station spatiale chinoise
De Twitter à Mastodon : tout comprendre sur le réseau social décentralisé
Accessibilité des smartphones : un défi de taille pour les géants Google et Apple
Avec Friendship 7, John Glenn devient le premier Américain en orbite
Haut de page