Ceatec 2012 : chez Nissan, la voiture conduit seule et se surveille au smartphone

Par
Le 04 octobre 2012
 0
Comme Google, Nissan s'intéresse au concept de l'automobile sans chauffeur. Au Ceatec, le japonais présentait cette semaine son premier prototype du genre. Capable de circuler ou de se garer toute seule et connectée en LTE, la NSC 2015 dispose également d'interfaces permettant de la contrôler ou de la surveiller à distance.

En retard à un rendez-vous ? Descendez de votre voiture, et dites-lui de se débrouiller pour trouver seule une place de parking. Une fois libéré de vos obligations, consultez sa position à l'aide de votre smartphone, et profitez en pour vérifier que personne ne rôde autour d'elle. Si tel était le cas, ne prenez pas le risque de vous la faire voler : déclenchez plutôt l'alarme. À en croire Nissan, le scénario évoqué ci-avant pourrait devenir réalité d'ici quelques années. Au Ceatec, le Japonais a dévoilé cette semaine un premier prototype, baptisé NSC 2015, incarnant cette vision de l'automobile connectée et autonome.

01cc000005444393-photo-nissan-nsc-2015.jpg

La NSC 2015, dont le nom laisse supposer que Nissan espère un développement finalisé d'ici trois ans, se présente comme une version modifiée de la Leaf, l'une des voitures électriques du constructeur. Nouveauté la plus marquante, qui à chaque démonstration fait se masser la foule autour de la piste de démonstration installée dans l'un des halls du Ceatec : la capacité de la voiture à se conduire toute seule, sans que personne n'occupe son habitacle.

Pour ce faire, le système embarqué exploite une panoplie de capteurs déterminant la position de la voiture sur la route et la présence d'obstacles éventuels. Pilotée par GPS, elle exploite les caméras installées sur ses quatre côtés pour mieux se situer et suivre sans faille le marquage au sol. La large bande blanche d'un Stop entraîne ainsi sans coup férir l'arrêt temporaire du véhicule.

La réalité étant ce qu'elle est, Nissan ne semble pas parti pour lancer ses prototypes sillonner les routes de l'archipel, mais cette conduite automatique doit selon lui permettre de se faire amener sa voiture devant son domicile, ou d'obtenir que celle-ci réalise automatiquement les manoeuvres qui lui sont nécessaires pour se garer. Dans les faits, le constructeur vise plus une démarche d'assistance au conducteur que le réel fonctionnement autonome du véhicule.

01cc000005444407-photo-nissan-nsc-2015.jpg

Les fonctions connectées de la NSC 2015 vont d'ailleurs dans ce sens. Reliée au réseau par le biais d'une liaison LTE, celle-ci sait en effet communiquer avec son propriétaire par l'intermédiaire de son smartphone. Via une application dédiée, on pourra donc démarrer la voiture, mettre en route le chauffage, transférer des contenus au système multimédia embarqué, etc. De façon moins anecdotique, on peut également accéder à une vue complète de l'environnement immédiat de la voiture. Les images capturées par les différentes caméras qui l'équipent sont en effet réunies pour former une vue panoramique à 360 degrés, au sein de laquelle on pourra se déplacer du bout du doigt.

Intérêt de cette fonction ? Si un rôdeur traîne un peu trop longtemps à proximité de votre auto, celle-ci déclenche une alerte en direction de votre téléphone. Vous êtes alors invités à consulter la vue panoramique pour, éventuellement, déclencher l'alarme à distance afin de fuir l'importun.

01cc000005444411-photo-nissan-nsc-2015.jpg

Tout ou partie de ces technologies devraient à moyen terme prendre place dans les voitures de Nissan.

Doucement mais sûrement, la NSC 2015 fait son tour de piste, avant de se garer seule.
On retrouve l'habitable de la Leaf, avec un volant orné d'une série de LED qui s'allument en cas de conduite automatique.
Vue de l'extérieur, la NSC 2015 n'est autre que la Nissan Leaf déjà vendue au Japon. Capteurs et caméras sont intégrés à la carrosserie.
Comme sur toute voiture électrique, la jauge d'essence est remplacée par une courbe de charge.
Installée dans l'un des halls du Ceatec, la NSC 2015 constitue sans doute l'une des attractions phare du salon cette année.
Le grand angle a ses limites, mais les caméras embarquées permettent d'observer l'environnement immédiat.
L'application mobile associée propose par ailleurs la reconstitution d'une vue de dessus.
Lorsque quelqu'un passe trop de temps à côté de la voiture, le propriétaire peut demander à être averti.
Les caméras permettent alors de se faire un avis sur le rôdeur présumé. Celui-ci porte une capuche : il ne peut donc s'agir que d'un vil malandrin.
On choisira donc de déclencher l'alarme pour le faire fuir...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités Ceatec

scroll top