Test Motorola Moto G8 : un smartphone endurant mais à l'écran médiocre

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
04 mai 2020 à 18h00
0
La note de la rédac
Motorola est omniprésent en ce deuxième trimestre 2020. Après l'annonce de son retour sur le segment du très haut de gamme avec les Motorola Edge à paraître prochainement, et conjointement à la sortie du Moto G8 Power que nous testions la semaine dernière, le constructeur sino-américain lance le Moto G8 : une version plus abordable du G8 Plus sorti en fin d'année dernière.

Oui, ça fait un paquet de références d'un coup. Mais pour simplifier tout cela, rappelons simplement que le Moto G8 qui nous intéresse aujourd'hui représente un modèle intermédiaire du milieu de gamme Motorola. Un de ces smartphones qui, sur le papier, n'excelle dans rien, mais n'échoue nulle part.

Seulement, et nous allons le voir très vite, la fiche technique de ce Moto G8 fait état de quelques étrangetés qui paraissent difficilement justifiables en 2020.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Le Motorola Moto G8 est déjà disponible au prix de 219€.

Motorola Moto G8 : la fiche technique

Motorola est très à l'aise sur l'entrée et le milieu de gamme. Au point de se permettre de multiplier les références — quitte à brouiller les pistes. Ainsi le Moto G8 s'intercale quelque part entre le Motorola One Action, le G8 Plus et le G8 Power. On s'y perd un peu, mais laissons parler la fiche technique pour voir de quoi il retourne exactement.

Le Motorola Moto G8, c'est :

  • Écran : LCD IPS de 6,4 pouces (19,5:9) affichant une définition HD+ de 1560 x 720 pixels (268 ppi, 60 Hz) et couvrant environ 83% de la surface avant

  • SoC : Snapdragon 665 (11 nm) avec processeur octo-core (4x 2,0 GHz + 4x 2,1,8 GHz) et GPU Adreno 610

  • Mémoire vive : 4 Go

  • Stockage interne : 64 Go (extensible via microSD) en eMMC 5.1

  • Batterie : 4 000 mAh, recharge standard jusqu'à 10 W en filaire

  • Étanchéité : non certifié

  • Prise jack 3,5 mm : Oui

  • Audio : Un seul haut-parleur

  • Appareils photo arrière :
    • capteur 16 MP (1/2,8", photosites de 1,12 µm, ƒ/1,7) équivalent 25 mm
    • 8 MP (1/4.0", photosites de 1,12 µm, ƒ/2.2) ultra grand-angle équivalent à 13 mm
    • 2 MP macro (1/5.0", photosites de 1,75 µm, ƒ/2.2)

  • Vidéo : 2160p@30fps, 1080p@30/60fps, 1080p@30fps (EIS)

  • Appareil photo avant : 8 MP ( photosites de 1,12 µm, ƒ/2,0)

  • Capteur d'empreintes : Oui, à l'arrière

  • Recharge inversée : Non

  • Double SIM : Oui

  • Compatible 5G : Non

  • Connectivité : Wi-Fi 802.11 b/g/n, Bluetooth 5.0, NFC
  • Dimensions : 161,3 x 75,8 x 9 mm pour 188 grammes

  • OS : Android 10

  • Coloris : Pearl White ou Neon Blue

  • Prix : 219€

Plus abordable que les Moto G8 Plus et G8 Power, le G8 opère ses coupes budgétaires sur des critères essentiels. Ainsi, le smartphone n'affiche qu'une définition HD+ sur une diagonale de 6,4 pouces. Ça pique. D'autant plus injustifiable que le Moto G7 sorti l'an dernier profitait d'une définition Full HD+.

Du reste, il affiche une batterie de capacité moindre par rapport au G8 Power et ne profite pas de recharge rapide. Il troque aussi un capteur photo avant de 16 mégapixels pour 8 mégapixels.

Dans sa boîte, le Moto G8 s'accompagne d'un adaptateur secteur 10W et de son câble USB-C, d'un kit piéton de piètre qualité et d'une coque de protection en silicone transparent.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Design : un appareil moins inspiré que son prédécesseur

Motorola rentre dans le rang. C'est en tout cas ce qui nous saute au visage lorsque l'on découvre le G8 — visuellement moins intéressant que le G7 l'an passé.

Si l'on peut se réjouir que l'écran occupe une surface plus étendue (grâce à l'écran percé au détriment d'une « goutte d'eau »), le placement des appareils photo au dos du smartphone rappelle bien trop les autres références du marché pour que le G8 se démarque.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Ce trio de capteurs déborde à peine du châssis, ce qui ne gêne donc aucunement lorsque le smartphone est posé à plat.

Comme le Motorola G8 Power que nous testions la semaine dernière, le dos en plastique du G8 est extrêmement sensible aux traces de doigt. Par chance, le modèle « Neon Blue » que nous a prêté Motorola est moins soumis à ce penchant que ne l'était l'exemplaire noir du G8 Power.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

S'il est particulièrement léger, le Moto G8 dispose d'un beau gabarit. De quoi ravir les amateurs de grand écran, bien que — nous le verrons plus tard — la qualité de la dalle n'est pas au rendez-vous.

Motorola reste fidèle à son capteur d'empreintes digitales, toujours intégré sous son logo à l'arrière du terminal. Un choix on ne peut plus raisonné tant ce dernier fonctionne de façon optimale.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

On retrouve aussi avec plaisir un port jack 3.5 mm sur la tranche haute du smartphone. Sur ce modèle en revanche, un seul haut-parleur se charge du rendu audio. Nous y reviendrons plus en détail dans notre chapitre dédié.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

La tranche droite de l'appareil regroupe la réglette de volume et le bouton d'allumage, lequel est revêtu d'un très léger striage qui permet de le sentir sous le doigt.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic


Écran : une définition HD+ impardonnable

Qu'est-ce qui est donc passé par la tête de Motorola ? Proposer, en 2020, un smartphone doté d'un écran HD+ est quelque chose que l'on pensait réserver à Apple. La différence étant que l'écran de l'iPhone SE est excellent. Pas celui du Moto G8.

Le choix du constructeur américain est d'autant plus discutable que, nous l'avons dit, le Moto G7 disposait d'une dalle Full HD+ ! Pourquoi ce rétropédalage grotesque ? Pour ajouter un troisième capteur photo à l'arrière du téléphone ? La belle affaire.

Motorola Moto G8 test
L'écran du Moto G8 n'affiche qu'une définition 720p © Pierre Crochart pour Clubic

Du reste, l'écran du Moto G8 n'est vraiment pas satisfaisant. S'il ne souffre d'aucun problème tactile majeur (il répond parfaitement aux commandes et n'affiche pas de latence rédhibitoire), sa calibration donne beaucoup de jeu aux teintes froides qui ne font vraiment rien pour apaiser nos yeux déjà fatigués par la faible densité de pixels.

Côté luminosité, nous ne trouverons rien de particulier à redire. Nous ne nous attendions pas à mieux, mais il faudra éviter une exposition en plein soleil pour parvenir à lire du texte. Le contraste, en revanche, est beaucoup trop faible pour rendre justice à n'importe quel contenu qui s'affichera sur votre écran.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Malheureusement, Motorola offre peu de latitude aux utilisateurs pour corriger les défauts de l'écran. Si nous avons bien le choix entre trois modes d'affichage (naturel, contrasté, saturé), seul ce dernier semble avoir un quelconque effet sur l'écran. Il a de fait notre préférence, même s'il n'est pas rare que la saturation en fasse beaucoup trop et ne vienne ruiner d'autant plus le plaisir de visionnage.

Dommage, surtout avec une si belle surface d'affichage. Rappelons que, pour 30€ de plus, le Moto G8 Power propose une définition Full HD+, du son stéréo et une batterie de 5 000 mAh. De quoi relativiser le côté « accessible » de ce Moto G8.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Audio : rien de transcendant

On le rappelle juste au-dessus : le G8 ne propose qu'un seul et unique haut-parleur, là où son cousin le G8 Power offre du son stéréo. De bonne facture, de surcroît. Une coupe budgétaire qui se ressent bien entendu sur l'expérience globale.

Néanmoins, le haut-parleur de ce G8 n'est pas forcément vilain. Il produit un son relativement puissant qui pourra faire l'affaire lors de quelques parties de jeu vidéo ou l'écoute de stories sur Instagram. Le volume sonore est suffisant si vous vous trouvez à proximité, mais n'espérez pas substituer ce G8 à l'utilisation d'une enceinte externe ne bonne et due forme. Le son n'est pas d'excellente qualité, et rend difficilement justice aux basses.

Motorola Moto G8 test

La prise jack délivre quant à elle une puissance honorable, mais accorde beaucoup trop d'importance à notre goût aux basses ; les autres parties du spectre paraissant comme littéralement écrasées. Un déséquilibre que l'on retrouvera également en connectant un casque Bluetooth, et qui nous fait finalement conclure que le G8 ne sera pas un grand ami des audiophiles.

Interface : un Android stock avec applications Motorola

Motorola ne dispose pas (encore ?) de sa propre surcouche. Quand il n'utilise pas Android One sur sa gamme dédiée, il se contente d'Android Stock sur le reste de ses téléphones, et c'est tant mieux.

Livré ici avec Android 10 et la mise à jour de sécurité du 1er mars 2020, le Moto G8 profite d'une interface simple et intuitive. Les applications peuvent venir se ranger dans un tiroir, ou s'entasser les unes à la suite des autres à la manière d'iOS. Le choix (ou les deux) est laissé à l'utilisateur.

Motorola Moto G8 test

Profitant d'un mode censé apaiser les yeux à la nuit tombée et d'un mode sombre (non programmable, dommage), le Moto G8 dispose aussi de la navigation gestuelle qui rappelle beaucoup les derniers Google Pixel.

Côté bloatwares, le G8 vient chargé de l'application dédiée Moto. Celle-ci représente en réalité une sorte de hub qui permet de paramétrer davantage son téléphone.

Motorola Moto G8 test

De nombreux gestes sont notamment disponibles, et permettent de faciliter l'édition de captures d'écran, de retourner son téléphone sur une table pour déclencher le mode Ne Pas Déranger ou encore de bénéficier de conseils divers. Une addition bienvenue, qui sait se faire discrète.

Un Game Mode est également au menu. Mais ne vous attendez pas à booster les performances du SoC en jeu. Il permet simplement d'avoir accès à quelques fonctionnalités simples comme le mode Ne Pas Déranger, les captures d'écran ou de pouvoir verrouiller la luminosité de l'écran.

Enfin, le mode « Écran aperçu » se superpose à l'écran de verrouillage du téléphone et permet plus d'interaction avec ses notifications. On pourra par exemple répondre directement à ses messages, sans avoir à déverrouiller son téléphone. Pratique, mais pas forcément très sécurisé selon les situations.

Motorola Moto G8 test

Performances : des résultats similaires au G8 Power

Du côté des performances, le G8 s'en tire très bien. En réalité, il profite du même bagage technique que le G8 Power, et repart ainsi avec des résultats très proches de ce dernier sur notre batterie de tests.

Sur AnTuTu Benchmark, le G8 obtient 173 847 points. Un score qui le rapproche donc du Redmi Note 8T, sorti en fin d'année dernière.

Motorola Moto G8 test

Que ce soit sur Geekbench, Androbench (pour le stockage), PCMark ou 3DMark, les Motorola G8 et G8 Power sont au coude à coude. Le Motorola G8 Plus, également équipé d'un Snapdragon 665 et de 4 Go de RAM, bénéficie de résultats semblables.

Motorola Moto G8 test

Autrement dit, malgré son côté « Lite » vis-à-vis de son modèle, le Moto G8 n'a pas à rougir de la concurrence au sein de sa propre gamme.

Le smartphone est réactif, et le multitâche ne lui pose pas de problème particulier. Jouer est bien entendu possible, mais il vaudrait mieux réserver son usage à des titres soit datés, soit peu gourmands en ressources. Call of Duty Mobile se lance par défaut en graphismes « moyens » et peine à tenir les 60 images par seconde. On choisira de rogner sur la qualité pour gagner en stabilité. De toute façon, l'écran HD+ n'est pas en mesure d'afficher beaucoup de détails.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Autonomie : le haut du panier

Les principales différences entre le Moto G8 et le Moto G8 Power sont : la définition de l'écran et la capacité de la batterie. HD+ et 4 000 mAh sur notre modèle de test, contre Full HD+ et 5 000 mAh sur le G8 Power.

Et, croyez-le ou non, mais ces deux composantes s'équilibrent presque parfaitement. Autant l'écrire dès maintenant : le Moto G8 est un monstre d'endurance.

Sur le test du G8 Power, nous calculions une autonomie totale de 31h pour 11h écran allumé. Pour un temps d'affichage similaire de 11h54, le G8 a cette fois rendu les armes en 24h chrono.

Motorola Moto G8 test

Pour traduire cela en des termes plus prosaïques, le Motorola G8 est le compagnon idéal des utilisateurs qui recherchent avant tout l'autonomie sur un smartphone. Même les utilisateurs les plus gourmands pourront tirer 1 journée et demie de la batterie de ce G8, quand les plus efficients ne passeront à la case recharge que les 2 ou 3 jours.

Dommage que le G8 échappe à la recharge « rapide » à 15 W dont profite le G8 Power (encore une concession...). Ici, nous serons limités à 10 W, et il faudra donc 2h20 pour voir passer l'accu de 0 à 100% d'autonomie. En 30 minutes, le smartphone avait récupéré 27% d'énergie seulement. Mieux vaut prendre son temps.

Photo : sans (trop) de fausses notes

Si le Moto G8 semble afficher quatre modules photo en son dos, il n'en est rien. Seuls trois sont utilisables : le capteur principal de 16 mégapixels, l'ultra grand-angle de 8 mégapixels, et le dernier dédié à la macro de 2 mégapixels. Le dernier orifice logeant en réalité le module de mise au point laser.

Aussi on retrouve une configuration qui rappelle trait pour trait celle du Moto G8 Power — exception faite du téléobjectif, absent ici (ce n'est pas une grosse perte).

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

On s'attend donc à des résultats similaires. Qui ne sont pas si mal, brisons le suspens immédiatement. En dépit d'un capteur faiblement défini (et très petit, 1/2.8"), le Moto G8 parvient à restituer des scènes intéressantes en pleine journée.

Quand la lumière est bonne, bonne, bonne

En journée, et de préférence en extérieur, le Moto G8 remplit parfaitement son office. À défaut de fourmiller de détails (on évitera de zoomer dans l'image), les clichés sont très bien exposés et la clarté est judicieusement ajustée par le micrologiciel du téléphone pour rendre des images bien nettes.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Les couleurs sont naturelles, bien qu'à peine trop saturées. Rien de très gênant ; à ce niveau, cela permet simplement de « magnifier » le rendu.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Lorsque la dynamique de la scène est forte, on sent le G8 vaillant qui essaie tant bien que mal de rééquilibrer les hautes lumières et les ombres afin d'homogénéiser tout ça. Un pari souvent réussi, même s'il n'est pas tout à fait au niveau de smartphones plus onéreux, cela va de soi.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Un ultra grand-angle qu'il vaut mieux regarder de loin

Tout comme sur le G8 Power, le module ultra grand-angle du G8 n'est pas formidable. Certes, il permet d'obtenir un angle de vision de 118°, mais l'absence de détails au sortir du centre de l'image est catastrophique.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Si la distorsion est plutôt bien corrigée par le logiciel, le vignettage nous apparaît parfois trop important. Dans tous les cas, les textures sont mal rendues et on s'abstiendra en tout temps de zoomer dans l'image pour l'inspecter en détail. Ce n'est pas beau à voir.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Saluons malgré tout la continuité des couleurs entre le capteur ultra grand-angle et le grand-angle, qui n'est pas aussi mauvaise qu'on aurait pu le craindre.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Un mode macro toujours aussi gadget

Alors qu'il aurait pu préférer un écran Full HD+ ou un son stéréo, Motorola a opté pour... un module photo dédié à la macro. Et au vu de ses caractéristiques, on ne s'attend à rien de transcendant.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Ce minuscule capteur (1/5.0 » !) de 2 mégapixels seulement est là pour faire de la figuration, rien de plus.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Le plus gros souci étant finalement l'autofocus qui a toutes les peines du monde à comprendre quel est le sujet de l'image. Une mise au point capricieuse, qui plus est très facilement perturbable à cause du vent ou de tout autre élément perturbateur.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Autrement dit, si vous parvenez à obtenir un cliché à peu près joli, nous ne vous recommandons pas de le sortir de votre téléphone pour l'admirer sur grand écran. Même sur l'écran 720p du G8, le vernis s'écaille bien vite.

Des portraits aléatoires

Les différents constructeurs essaient de se dépatouiller comme ils peuvent pour proposer un véritable mode portrait, quel que soit le prix du smartphone. Et même les modèles les plus onéreux ont parfois du mal à fournir une solution convaincante.

Le Moto G8 ne fait ni mieux, ni pire que le Moto G8 Power. Le flou (bokeh) est plutôt agréable à l'œil et, par défaut, ne paraît pas trop forcé. Bien sûr, le logiciel laisse passer de nombreuses mèches de cheveux entre les mailles du filet. Mais rien de dramatique.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Mieux : même en contrejour, le G8 parvient à arbitrer judicieusement entre récupération des détails en haute lumière et exposition du visage. C'est plutôt réussi.

Le module photo avant, de 8 mégapixels seulement, n'est pas aussi heureux dans l'exercice. Les clichés manquent de détails, et le lissage est important. Le détourage est là encore particulièrement aléatoire, quelles que soient les conditions de lumière.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Aucun mode nuit au programme

Comme c'était le cas sur le G8 Power, le Moto G8 n'embarque aucune fonction logicielle permettant des photos en basse luminosité ou de nuit.

Mis à l'épreuve d'une rue peu éclairée à la nuit tombée, le Moto G8 délivre logiquement des clichés très bruités, qui manquent de détails.

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Motorola Moto G8 test
© Pierre Crochart pour Clubic

Toujours impressionnant en vidéo

Côté vidéo, nous sommes enfin toujours aussi satisfaits de la qualité de la stabilisation (disponible en 1080p30 seulement, dommage). On regrette cependant un aspect « à-coups » légèrement plus prononcé encore que sur le G8 Power (peut-être un souci d'optimisation logiciel ?). Néanmoins l'EIS parvient à compenser votre démarche pour peu que vous avanciez prudemment.

En outre, le G8 est aussi capable de filmer en 4K jusqu'à 30 images par seconde. Un mode ralenti est également disponible, mais culmine à 120 images par seconde seulement.

Motorola Moto G8 : l'avis de Clubic

Le Motorola G8 est un objet étrange, qui est maladroitement assis entre deux très belles chaises. Intercalé entre le Motorola One Action et le Moto G8 Power (pour rester chez le constructeur), le Moto G8 nous semble aligner les concessions injustifiables pour une simple économie de 30€ par rapport à ce dernier.

Voyez plutôt : écran HD+ au lieu de Full HD+, son mono plutôt que stéréo, batterie 4 000 mAh plutôt que 5 000 mAh rechargeable à 15 W. Tout cela, pour une ridicule économie de 30€.

Bien sûr, en s'abstenant de le comparer, le Moto G8 est un bon smartphone « d'entrée de milieu de gamme ». Il est performant, très endurant et fournit de bons résultats en photo en pleine journée. Mais on ne peut décemment pas conseiller de le préférer au G8 Power qui fait tout cela en beaucoup mieux encore.

Motorola Moto G8

Les plus
+ Suffisamment performant pour les usages courants
+ Excellente autonomie
+ Les photos en pleine journée...
Les moins
- Écran 720p seulement...
- Design moins inspiré que le G7
- Pas de son stéréo
- ... Les photos le reste du temps
- Des compromis techniques énormes pour une économie de 30€ seulement
Design
Écran
Performances
Autonomie
Photographie
3


Test réalisé à partir d'un smartphone prêté par le constructeur
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
L’ONU tire le signal d’alarme sur la production massive de batteries de voitures électriques
Freebox Pop: retrouvez toutes les annonces présentées ce mardi !
Emmanuel Macron débarque sur... TikTok, pour féliciter les lauréats du bac 2020
Démarchage téléphonique : le parlement donne son feu vert contre les appels abusifs... ce qu'il faut retenir
Tesla : le niveau 5 d'autonomie des véhicules, le plus élevé, serait bientôt atteint, d'après Elon Musk
Far Cry 6 confirmé par Ubisoft, la présentation programmée au 12 juillet
Le réalisateur de God of War en faveur d'une hausse du prix des jeux sur PS5 et Xbox Series X
YouTube : préparez-vous à voir davantage de publicités
L'Union européenne mise sur le développement d'un hydrogène propre
scroll top