L'écran qui s'auto-répare vient d'être inventé

le 19 décembre 2017
 0
Une équipe japonaise vient d'élaborer un prototype d'écran qui, une fois cassé, s'auto-répare par une simple pression des doigts.

Pour la première fois, un écran cassé se reconstitue à température ambiante



Un écran de smartphone qui se répare tout seul ? Cela n'existe pas encore sur le marché, mais un produit de ce type a déjà été élaboré dans un laboratoire. Le matériau miracle, le verre à base de polyéther-thiourées, a été découvert par Yu Yanagisawa, étudiant à l'université de Tokyo, lorsqu'il préparait une glue. Les matériaux capables de se réparer existent certes déjà, mais pour ce faire, ils nécessitent d'être chauffés à 120 degrés voire plus. La découverte de Yu Yanagisawa est unique, dans le sens où son verre se régénère grâce à une pression de doigt pendant 30 secondes et ce, à température ambiante. Quelques heures plus tard, le verre retrouve toute sa robustesse d'avant.

Jusqu'ici, on croyait que la robustesse mécanique et la capacité d'un écran à s'auto-réparer étaient impossibles à concilier dans un même appareil. Dans un polymère, les chaînes sont fortement soudées les unes aux autres (gage de robustesse de l'écran), mais la diffusion moléculaire est très faible, ce qui empêche les liens entre les molécules de se reconstituer lorsque l'écran est cassé. La thiourée, en revanche, forme des liaisons en zigzag sans pour autant provoquer de cristallisation superflue.

01F4000008781790-photo-smartphone-l-cran-cass.jpg


Les écrans auto-réparables, un rêve de scientifiques et fabricants de smartphones



La découverte faite par Yu Yanagisawa a fait son chemin dans la prestigieuse revue Nature. Depuis, le jeune homme enchaîne des moments de gloire, comme son interview à NHK, la radio et télévision japonaise publique, dans laquelle il a déclaré : « J'espère que le verre réparable deviendra un nouveau matériau écologique qu'on pourra éviter de jeter une fois cassé ».

Ce n'est pas la première fois qu'un polymère a été proposé par la communauté scientifique en guise d'écran auto-réparable. Par le passé, des chercheurs à l'université de Californie ont élaboré un polymère capable de s'étirer jusqu'à 50 fois sa taille et réparer les fissures en l'espace de 24 heures. Et en 2015, LG a intégré au dos de ses smartphones G Flex 2 une substance capable de réparer de petites fissures.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
Grâce à ses IA, Microsoft veut aider à lutter contre le changement climatique
Tencent envisagerait de produire son propre smartphone gaming
scroll top