Licences 4G : Bouygues évoque le brouillage de la TNT (màj)

27 juin 2011 à 10h35
0
Bouygues aurait saisi le Conseil d'Etat afin de contester la procédure d'attribution des licences mobiles 4G. L'opérateur met en avant des tests effectués prouvant que les fréquences 4G peuvent, dans certains spectres, brouiller la TNT.

00FA000003943292-photo-logo-rh.jpg
Bouygues contesterait certaines modalités techniques dans l'attribution des licences 4G (très haut débit mobile). Selon le quotidien Le Figaro, l'opérateur aurait saisi le Conseil d'État afin de déterminer clairement si ces fréquences peuvent brouiller la TNT (Télévision numérique terrestre). La haute juridiction administrative devra donc se prononcer d'ici le 14 juillet prochain.

En Avril dernier, l'Arcep avait déjà mis sur la table de tels exemples de brouillage entre les fréquences sur certains spectres rencontrés lors de tests en région. Le régulateur avait relativisé les choses en nous expliquant que si ce brouillage existe bel et bien, il ne concernerait qu' « entre 150 000 et 500 000 TV en France ».

De son côté, Bouygues met en avant les coûts que pourraient représenter la résolution de ces brouillages. Selon l'opérateur, cette facture pourrait atteindre entre 500 millions et 1,7 milliard d'euros. Du coup, il remet clairement en cause l'appel d'offres portant sur les licences mobiles 4G.

Pour rappel, l'Arcep a donné récemment le « La » de ces appels d'offres en dévoilant le calendrier de l'attribution des fréquences 4G. La date limite de dépôt des dossiers de candidatures auprès du régulateur des Télécoms a été fixée pour la bande 2,6 GHz au 15 septembre 2011 à 12h, et pour la bande 800 MHz au 15 décembre à 12h. L'Arcep attribuera ensuite les fréquences de la bande 2,6 GHz à l'automne 2011 et celles de la bande 800 MHz début 2012. A moins qu'un éventuel report de ce calendrier ne vienne bouleverser ces échéances...

Mise à jour : Sur son profil Twitter, le cabinet d'Eric Besson a tenu à réfuter les accusations de Bouygues en estimant que ces brouillages ne concernent qu'une « partie infime des cas ». Par contre, le ministre de l'Economie numérique ne précise pas exactement le nombre de foyers visés par ce brouillage dans les zones de tests ou encore le spectre de fréquences mis en cause.

(Version initiale publiée à 9h19)
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Actualités récentes

6 mois, 2,5 Tb/s de données : Google dévoile une attaque DDoS extrême 3 ans après
GM va faire rouler des voitures autonomes sans conducteur à San Francisco
BMW déploie une grosse mise à jour et offre Android Auto à plus de 750 000 propriétaires
Raspberry Pi : une carte d'extension offre la 5G au mini-ordinateur
Le disque dur externe Western Digital 2 To à moins de 70€ 🔥
Microsoft aide une ONG à nettoyer les océans grâce au machine learning
Bon plan antivirus : Norton 360 Deluxe passe sous la barre de 35€
En Chine, Auchan cède sa filiale SunArt à Alibaba pour 3 milliards d'euros
Test Amazfit ZenBuds : des écouteurs pour dormir sur ses deux oreilles
L'opérateur RED by SFR casse les prix sur ses forfaits mobiles 4G
scroll top