Avec un nouveau procédé en 12 nm 12LP+, GlobalFoundries assure faire (presque) aussi bien que le 7nm

0
GlobalFoundries.jpg

Proposer des performances et une efficacité énergétique proches du procédé en 7 nm de TSMC, mais avec une simple amélioration d'un node 12 nm existant. C'est le créneau qu'a choisi l'américain GlobalFoundries.

Technologiquement en retard face à son concurrent taïwanais (avec lequel il est d'ailleurs en procès depuis peu), le fondeur basé à Santa Clara annonçait ce mardi la mise à disposition prochaine de son process 12LP+ FinFET. Il s'agit là d'une nouvelle itération de son protocole 12LP, pensée pour proposer des performances et une efficacité énergétique proches du 7 nm... sans les coûts de production que ce node implique chez TSMC.


Une densité de transistors accrue à hauteur de 15% par rapport au 12LP

Avec son protocole 12LP+, GlobalFoundries évoque notamment une augmentation de 20% des performances ou une diminution de 40% de la consommation par rapport au process 12LP, et ce en fonction de ce que choisiront ses clients pour leurs puces. On apprend par ailleurs que cette révision permet d'augmenter de 15% la densité de transistors. Pour rappel, le procédé 12LP permettait déjà 15% de densité supplémentaires et 10% de performances en plus par rapport au node 16/14 nm employé jusqu'alors par GlobalFoundries.

Tom's Hardware pointe en outre le fait que les améliorations annoncées par le fondeur pour le 12LP, puis le 12LP+, correspondent peu ou prou à celles annoncées par TSMC, lorsque le groupe passait de son procédé de gravure en 16 nm, au 10 nm, puis à l'actuel 7 nm.

Les avantages du 7nm pour moins cher : la nouvelle doctrine de GlobalFoundries

Fier de cette avancée, GlobalFoundries assure qu'elle lui permet de concurrencer efficacement le 7 nm proposé par la concurrence, tout particulièrement sur le plan tarifaire. « En tant que technologie 12nm avancée, notre solution 12LP+ offre déjà à nos clients une majorité des avantages de performance et de puissance qu'ils s'attendent à obtenir avec un procédé en 7nm », lit-on d'un communiqué publié par le groupe . « Mais leurs coûts en NRE (ingénierie non récurrente) seront en moyenne deux fois moins élevés. Une économie significative », est-il indiqué.

GlobalFoundries, qui souhaite s'imposer sur le secteur de l'IA et sur les processeurs dédiés au Cloud, assure avoir déjà plusieurs clients pour son procédé en 12LP+. Ce dernier devrait arriver sur le marché sur la seconde moitié de 2020 et débuter sa production de masse en 2021.

Source : Tom's Hardware
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page