Audiovisuel public : Arte veut rester en marge de France Télé et Radio France

08 avril 2019 à 07h01
8
arte-logo.png

Face au possible regroupement de France Télévisions, de Radio France, de l'INA, de France Médias Monde et d'Arte en holding, la chaîne franco-allemande affirme sa position.

Le joyeux monde de la télévision publique tel qu'on le connaît affronte de sérieuses turbulences. Outre la suppression de redevance audiovisuelle potentielle, proposée par le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin au président de la République et au Premier ministre, une grande réforme se prépare : celle de l'audiovisuel public. Cette dernière, qui sera probablement présentée en juillet par le ministre de la Culture Franck Riester en Conseil des ministres, suscite la vive inquiétude de la chaîne culturelle Arte.

Une réforme économique

Le gouvernement étudierait la possibilité de réunir l'ensemble des entreprises de l'audiovisuel public, c'est-à-dire France Télévisions, Radio France, l'INA, France Médias Monde et Arte, sous un holding qui permettrait à l'État de réaliser de nouvelles économies. Cela aurait pour conséquence la création d'un conseil d'administration, lui aussi commun, qui aurait tout pouvoir pour nommer les dirigeants de chacune de ces entreprises et pour décider de la répartition des différents budgets.

Cette option n'est tout bonnement pas privilégiée par Arte. Nos confrères des Échos nous apprennent en effet que Peter Boudgoust, le président d'Arte GEIE (Groupement Européen d'Intérêt Économique, détenu par Arte France et Arte Deutschland) a pris sa plume pour écrire à Franck Riester le mois dernier. Pour lui, il y aurait une incompatibilité avec les dispositions du traité fondateur de la chaîne franco-allemande.

Arte redoute que son indépendance soit mise à mal

Le principe même du holding pourrait en effet remettre en cause l'indépendance statutaire et éditoriale de la chaîne, qui est selon son propre traité responsable de la « réalisation des programmes [...], la gestion du budget [...], sous la surveillance et le contrôle » d'Arte France et Arte Deutschland. « La direction et la gestion [...] des sociétaires relèvent de leur seule responsabilité », peut-on lire.

Du côté de la chaîne, on craint aussi de mettre en péril son avenir au cas où Arte serait intégrée aux autres groupes. Ce n'est pas la première fois qu'Arte fait face à un projet d'intégration. En 2000, la chaîne était parvenue à obtenir gain de cause, alors qu'un projet voulait l'incorporer au groupe France Télévisions. Du côté du ministère de la Culture, le principe d'un holding ne serait « pas acté ».

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

L'IA a plus la cote que la blockchain auprès des grandes entreprises, selon une enquête
Fenix, le navigateur expérimental de Mozilla, a désormais son dark mode
Volvo S60 hybride rechargeable : les commandes sont ouvertes en France
Windows 10 donne (enfin) le choix d'installer ses mises à jour quand on le souhaite
LEGO SPIKE Prime, le nouveau kit robotique destiné à l'éducation
Baromètre télécoms T4 2018 : revenus des opérateurs en baisse, plus de très haut débit
Toyota a créé un robot spécialisé dans les paniers de basket à 3 points
Windows 10 utilisé par plus de deux tiers des joueurs Steam
Insolite : il met un Raspberry Pi dans son clavier Raspberry Pi
Haut de page