L'éditeur King attaque un groupe de rock toulousain en justice (màj)

05 mai 2014 à 14h36
0
Mise à jour : la procédure judiciaire vient d'être annulée, précise sur sa page Facebook le groupe Bubblies. « Notre avocat vient de nous annoncer que King.com suspendait la procédure INPI sans possibilité de la relancer » expliquent ses membres. La médiatisation de l'affaire ainsi que le soutien de nombreux internautes aura donc rapidement payé. King n'a, de son côté fait aucun commentaire concernant l'issue de cette affaire.


Après s'être attaqué à certains développeurs, l'éditeur King en a désormais après un groupe de rock français. La raison : le nom de ce dernier serait trop proche de celui d'un jeu de l'entreprise.

00FA000007340606-photo-bubblies.jpg
King s'est déjà illustré ces derniers mois en attaquant en justice plusieurs développeurs de jeux, notamment Stoic et Runsome, sous prétexte que le nom de leurs jeux rappelaient trop celui de Candy Crush Saga. Une situation qui s'est résolue plus ou moins à l'amiable début avril, mais ce n'est pas pour autant que King a abandonné l'idée de protéger ses jeux fétiches.

La preuve avec cette nouvelle affaire, dans laquelle l'éditeur menace de poursuites le groupe de musique toulousain Bubblies. « Nous faisons l'objet d'une attaque juridique, de la part du plus gros éditeur de jeux vidéo flash en ligne" KING.com" (Candy Crush). Leur but est de nous déposséder de notre nom car ils ont une saga qui s'appelle (Bubble Witch) » explique le groupe sur son site Internet. En somme, King estime que le nom Bubblies se rapproche trop de celui de son jeu Bubble Witch et peut induire les internautes en erreur.

Un groupe Facebook a été mis en place pour permettre de suivre l'évolution de l'affaire en détails, mais également pour démontrer, preuves à l'appui, que le groupe existe depuis bien plus longtemps que King, à savoir une vingtaine d'années. En plus de jouer de la musique, le groupe propose, depuis 2001, des jeux en flash sur son site. C'est sans doute là que le bât blesse pour King, qui n'hésite donc pas à menacer un groupe qui n'a aucun moyen de lutter contre une telle attaque. « Le combat s'annonce difficile et coûteux pour nous. Nous mettrons d'ici peu en place une logistique de soutien, car nous n'avons bien sûr pas les moyens de lutter seul contre ce géant ! » explique Bubblies.

L'affaire fait d'ores et déjà grand bruit dans les médias : outre un coup de pub pour le groupe qui recueille de plus en plus de soutien, la situation devrait à nouveau faire du tort à la réputation de King, déjà bien égratignée par les attaques précédentes. Il n'y a plus qu'à attendre la réponse de l'éditeur.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

PersonalAudio revendique ses brevets sur la création du podcast
Asus PB287Q : un moniteur Ultra HD à 700 euros
Amazon connecte le panier du client à Twitter
Bon plan : la liseuse Kindle Paperwhite 3G pour 100 euros
Le site de location de voiture Drivy lève 8 millions d'euros
Télécoms : la situation du marché s'est dégradée, estime la FFT
Cartographie : la plateforme Here prochainement disponible sur iOS et Android ?
Pour les experts en sécurité, les accéléromètres permettent de suivre les utilisateurs
Pékin sanctionne Sina pour du contenu X sur fond de censure
Stephen Hawking met en garde face aux dangers de l'intelligence artificielle
Haut de page