L'éditeur de Candy Crush Saga revendique les droits des termes "candy" et "saga"

0
L'éditeur King.com, qui exploite notamment le jeu social à succès Candy Crush Saga, voit d'un mauvais œil que des concurrents utilisent les mots « candy » et « saga » dans les titres de leurs applications. L'entreprise a déposé le terme « candy » aux Etats-Unis, et cherche à s'approprier le mot « saga » dans le domaine du jeu vidéo.

00FA000007097082-photo-candy-crush.jpg
Les utilisateurs de Facebook peuvent difficilement passer à côté des notifications envoyés par les joueurs de Candy Crush Saga : ce jeu de puzzles qui consiste à aligner des bonbons pour les faire disparaître est l'un des succès les plus fulgurants de l'éditeur King.com. Ce dernier, conscient du potentiel du titre, est bien décidé à le protéger farouchement des concurrents qui chercheraient à surfer sur son succès en sortant un titre approchant... ou pas.

En février 2013, King.com avait ainsi déposé une demande auprès du bureau des marques des Etats-Unis, pour s'approprier le terme « candy » - « bonbon » en français - dans le domaine des jeux vidéo, mais aussi, plus étonnant, des vêtements. Le 15 janvier 2014, la demande a été approuvée : résultat, des dizaines de développeurs proposant sur l'App Store des applications comportant le mot « candy » reçoivent actuellement des plaintes de la part de l'éditeur.

Les développeurs doivent prouver à King.com que leur application ne porte pas préjudice à Candy Crush Saga, sans quoi ils sont contraints de mettre hors ligne leur jeu en vue d'en modifier le titre. « Beaucoup de développeurs sont frustrés, car la situation semble totalement ridicule » explique Benny Hsu, développeur de All Candy Casino Slots, à Gamezebo. Ce dernier s'est frotté au service juridique de King, plutôt intransigeant.

Cependant, selon le juriste Martin Schwimmer, l'éditeur n'est pas nécessairement dans son bon droit et les développeurs visés par sa démarche ne devraient pas hésiter à faire appel à un avocat pour se défendre. Mais, de son côté, Benny Hsu est résigné. « De nombreux développeurs, dont moi-même, n'ont pas les moyens de se battre... j'ai l'intention de changer le nom de mon application si c'est la seule chose à faire. »

La saga continue

Mais « candy » n'est pas le seul mot sur lequel King.com souhaite mettre le grappin : l'éditeur a déposé, en décembre dernier, un avis d'opposition auprès du bureau des brevets américains. Sa cible ? Le jeu de stratégie The Banner Saga, financé par Kickstarter et sorti uniquement sur PC début 2014.

Le titre du studio indépendant Stoic n'a absolument aucun rapport avec Candy Crush Saga, si ce n'est qui l'utilise le mot « saga » dans son titre : King.com, qui possède 13 marques déposées incluant « saga » dans leurs intitulés, estime que le jeu de Stoic n'est pas autorisé à utiliser ce terme.

01C2000007099476-photo-the-banner-saga.jpg
The Banner Saga, aucun rapport avec Candy Crush Saga, et pourtant...

Aucun des deux partis n'a pour l'heure fait de commentaire concernant cette affaire, toujours en cours, alors que The Banner Saga est désormais disponible sur Steam. Si l'autorité américaine donnait raison à King.com, Stoic pourrait cependant être forcé de changer le nom de son jeu.

La démarche de King.com n'est pas nouvelle dans le petit monde de la propriété intellectuelle : on se souvient notamment de Zynga qui avait attaqué l'éditeur français Kobojo pour l'utilisation du terme « ville » sorte de marque de fabrique de Zynga, qui exploite notamment Farmville.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Texas Instruments ne rassure pas et supprime 1100 postes
Yahoo! rachète et ferme Sparq, spécialiste du marketing mobile
SSD : comment Toshiba va-t-il utiliser OCZ ?
Satisfaction de la clientèle : Apple se fait doubler par Samsung, Sony et Microsoft
Patrick Pailloux, le patron de l'ANSSI prend la direction technique de la DGSE
BlackBerry : une touche d'orgueil un peu risquée ?
Deux casinos de Las Vegas mais aussi eBay se mettent au Bitcoin
Bruxelles : l'amende de Google à 150 000€ n'était qu'une broutille
Infos US de la nuit: le phénomène des phablettes, la boulette d'Expedia, l'ironie de HBO
Bouygues : roaming sans surcoût en Europe dans un forfait à 29,99 euros
Haut de page