Fleur Pellerin : le transfert de la Hadopi au CSA n’est plus au programme

24 septembre 2014 à 11h26
0
Le projet de fusionner une partie des tâches de la Hadopi au CSA n'a pas le soutien de Fleur Pellerin. La nouvelle ministre de la Culture estime que la question n'est plus à l'ordre du jour.

00FA000007291710-photo-fleur-pellerin-ministre-de-la-culture-et-de-la-communication.jpg
Fleur Pellerin prend le contrepied de l'ancienne ministre de la Culture, Aurélie Filippetti. Dans une entrevue accordée au quotidien Le Monde, elle précise que le passage d'une partie des activités de la Hadopi au CSA n'est pas d'actualité. « Pour moi, cette question institutionnelle ne préoccupe plus grand monde aujourd'hui », précise-t-elle.

Pour rappel, cette idée avait été développée depuis la remise du rapport Lescure. Celui-ci proposait de transférer une partie du pouvoir de la Hadopi vers le CSA, l'organe de régulation de la télévision. Le document envisageait d'alléger le dispositif de la riposte graduée et de le confier à une nouvelle autorité.

Aurélie Filippetti avait alors soutenu cette position en rappelant que l'activité de la Commission de protection des droits de la Hadopi (l'organe chargé d'étudier les dossiers des internautes ayant reçu un e-mail puis une lettre de l'autorité) contenait des « aspects pédagogiques ». Ainsi, un transfert de cette autorité vers le CSA permettrait « d'affermir et moderniser le champ de compétence du CSA pour lui donner les moyens de se pencher sur les questions actuelles ».

Toutefois, cette passation doit se faire par le moyen d'une loi. Sur ce point, la nouvelle ministre de la Culture se heurte aux mêmes considérations que l'ex-locataire de la rue de Valois. Fleur Pellerin rappelle ainsi que « pour changer le statut de la Haute Autorité, qui surveille et réprime le téléchargement illégal, il faudrait passer par la loi ». Une entreprise longue et fastidieuse qui devrait donc être abandonnée.

En revanche, Fleur Pellerin a tenu à préciser que son objectif est désormais de s'attaquer à la contrefaçon commerciale. La Hadopi a justement remis un rapport sur la question dans lequel elle indique vouloir conduire plusieurs actions allant du recensement des plateformes de téléchargement direct et de streaming aux mesures visant leurs financements.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
L’iPhone 12, livré sans chargeur ni écouteurs ?
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top