Quel est le prix de l'Hadopi ?

01 juillet 2010 à 16h00
0
Le coût de la loi Hadopi a toujours nourri des interrogations. Il faut préciser que dès les premiers débats, la question de la somme que couterait la mise en place d'un système de traque des internautes qui téléchargent était centrale. Entre le budget de l'Hadopi et son coût estimé, la part des FAI et des ayants-droits, chacun doit mettre la main à la poche...
00FA000003275672-photo-le-logo-de-l-hadopi.jpg

Début 2009, le premier à mettre les pieds dans le plat est le CGTI (Conseil général des technologies de l'information), un organe rattaché au ministère des Finances. Dans un rapport, l'entité estime que la loi va couter à l'Etat 70 millions d'euros sur trois ans. Remis au ministère de la Culture, le rapport est aussitôt dénoncé par le ministre d'alors Christine Albanel.

Très rapidement, le ministère s'empresse de démentir pour publier ses propres chiffres. L'ex-ministre donne alors sa version en estimant que le coût de la loi sera de 10 millions d'euros par opérateur. A la louche, le coût total de l'Hadopi serait donc de 10 millions d'euros par FAI, tout au plus....

A l'heure actuelle, les FAI ne commentent que très peu sur les coûts et leurs obligations de donner l'identité d'un internaute à l'Hadopi après qu'un procès-verbal soit dressé contre lui. Seule l'association-FAI, FDN (French data Network) reste sur sa position en estimant ne pas être : « connecté à la Hadopi pour identifier les adresses IP ». Rien de plus.

Pourtant certains hommes politiques comme Hervé Féron (SRC) demandaient des chiffres concrets. Repris par le site owni.fr, le député questionnait la haute autorité ainsi : « Quel sera le coût de l'identification des adresses IP ? Les barèmes sur les réquisitions judiciaires en matière d'internet n'existent pas encore mais dans le code de procédure pénale, le tarif applicable à l'identification d'un abonné ADSL est de 8,50 euros. Si l'on table, comme les majors de la musique et du cinéma, sur 50.000 identifications quotidiennes, cela ferait 425.000 euros par jour, soit plus que les subventions octroyées annuellement à la production cinématographique, que la Hadopi est censée défendre ! ».

Cet argument a ensuite été repris par Jean-Claude Larue, délégué général du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs (Sell). Il considère que « pour surveiller 100 titres et collecter 25 000 adresses par jour, la facture s'élève à 35.000 euros par mois, soit 420.000 euros par an. »

Reste le consommateur (en un mot). L'internaute se trouve imbriqué dans cette équation à trois inconnues. Comme la répété Marie-Françoise Marais, la présidente de l'Hadopi, chaque acteur de la filière devra mener sa propre politique en matière de lutte contre le téléchargement. Puisque le budget de l'Hadopi se situe lui, entre 6,7 et 10 millions d'euros par an, chacun va donc tenter de tirer dans tous les sens, en fonction de son portefeuille.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
La Chine ouvre la plus grande station-service d'hydrogène au monde
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
Un faux câble de charge iPhone permet de pirater le PC ou le Mac qui s'y connecte
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top