Cambridge Analytica cesse toutes ses activités

Alexandre PAULSON
03 mai 2018 à 10h20
0
La société britannique de conseil politique spécialisée dans l'analyse de données n'aura pas résisté au scandale de la collecte de millions de profils Facebook. Elle a fait le choix de se saborder en annonçant mercredi 2 mai au soir avoir entamé une procédure d'insolvabilité au Royaume-Uni.

Une procédure de faillite aux Etats-Unis devrait rapidement suivre. Cambridge Analytica a vu tous ses clients la fuir depuis les révélations mi-mars sur le siphonnage de Facebook.

Victime « d'accusations infondées »



Tel un vampire, Cambridge Analytica n'aura pas résisté longtemps à sa brutale mise en lumière. La société de conseil politique, accusée d'avoir collecté et exploité sans avoir recueilli de consentement les profils d'au moins 87 millions de profils Facebook a choisi, mercredi 2 mai, de cesser immédiatement toutes ses activités.

Si elle met fin à ses jours, la compagnie ne dévie toutefois pas de sa ligne de défense. A lire son dernier communiqué, Cambridge Analytica serait même victime d'accusations infondées : « Malgré les efforts de l'entreprise pour rectifier les faits, elle a été calomniée pour des activités qui non seulement sont légales, mais aussi largement acceptées comme faisant partie intégrante de la publicité en ligne dans les domaines politique comme commercial [...] Le siège mené par la couverture médiatique a éloigné presque tous les clients et fournisseurs », écrit-elle.



Donald Trump, le Brexit...



Lâchée par tous, Cambridge Analytica est aussi attaquée par Facebook. Le réseau social assure avoir été abusé, et avoir toujours ignoré que les datas collectées au travers d'un innocent test psychologique rémunéré étaient en fait détournées pour élaborer et diffuser des messages politiques favorables au candidat Donald Trump.

Cambridge Analytica nie avoir oeuvré sur les réseaux sociaux pour faire élire l'actuel locataire de la Maison Blanche. Suspendu depuis, son directeur général, Alexander Nix, s'en vantait pourtant en privé, comme l'a révélé la chaîne britannique Channel 4. L'affaire est depuis entre les mains de plusieurs autorités. Elle a valu une audition devant le Congrès américain du patron de Facebook, Mark Zuckerberg. La Chambre britannique des Communes souhaite aussi l'entendre, car Cambridge Analytica aurait également exploité les profils de citoyens britanniques pour influencer leur vote lors du référendum en 2016 sur le Brexit.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top