#deletefacebook : à part SpaceX, qui a quitté le réseau ?

0
Depuis deux semaines, Facebook tremble sur ses fondations : le scandale Cambridge Analytica a révélé une certaine légèreté du réseau social dans la protection des données personnelles de ses usagers. Facebook fait tout pour restaurer la confiance, mais doit faire face à la menace des désabonnements. #deletefacebook : petit saignement ou hémorragie ?

D'Elon Musk à Playboy, quelques grands noms ont initié le mouvement.

#deletefacebook

Le mot d'ordre est apparu dans les heures suivant les premières révélations des quotidiens The Guardian et The New York Times. Le premier à ouvrir le feu n'est pas n'importe qui : Brian Acton, fondateur de WhatsApp, devenu milliardaire en revendant sa messagerie en 2014 à... Facebook ! Dès le 21 mars, il appelle à quitter le réseau. Militant de la défense de la vie privée et du chiffrement des données, Brian Acton ne digère pas ce qu'il considère comme une trahison de Facebook.

Dans la foulée, un internaute a mis Elon Musk au défi sur Twitter de fermer la page de SpaceX. « Je ne savais pas qu'on en avait une. Je vais le faire », a répondu l'entrepreneur avant de joindre le geste à la parole. Rebondissant sur l'histoire, un journaliste de Vice l'incite à faire de même pour la page de Tesla. Elon Musk s'exécute à nouveau. Mais sa page personnelle est toujours active à ce jour...




Un mouvement marginal

SpaceX et Tesla sont à ce jour les plus gros coups médiatiques du mouvement #deletefacebook. Il a été suivi également par le précurseur de la presse érotique Playboy, qui a supprimé sa page le 28 mars. Mais la page de Playboy France existe toujours.

On peut enfin ajouter la charge anti-Facebook de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, qui republie malicieusement un vieil échange avec Mark Zuckerberg, dans lequel le fondateur de Facebook se montre peu respectueux de ses usagers.

Mais hormis ces quelques noms, il faut bien le dire : il n'y a pas (encore) eu de vague massive de fermetures de comptes Facebook. Beaucoup de vélléités exprimées, sur Twitter notamment, mais peu de passages à l'acte.

Un sondage mené le week-end dernier aux Etats-Unis par la société d'investissement Raymond James révèle que si 80 % des personnes interrogées se disent préoccupées par l'usage que fait Facebook de leurs données, 48 % d'entre elles ne comptent pas réduire leur activité sur le réseau social. 45 % déclarent vouloir faire plus attention, mais seulement 8 % envisagent de cesser de se connecter. C'est une victoire objective pour Facebook qui, en 14 ans, s'est imposé comme une structure maîtresse du net grand public.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
Il y a maintenant 300 satellites Starlink au-dessus de nos têtes
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
L'Arctique révèle deux millions de points chauds de méthane, selon un rapport de la NASA

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top