Vers un statut pour protéger les lanceurs d’alertes ?

04 mars 2015 à 17h33
0
Julian Assange, Edward Snowden, André Robert ou encore Hervé Falciani sont autant de « lanceurs d'alertes » pour qui la divulgation des informations qu'ils détenaient a bouleversé leur vie. Malgré les risques pris par ces personnes, leur protection juridique reste faible.

Pour garantir une meilleure protection de ces lanceurs d'alertes, plusieurs organisations et collectifs (CGT, Pila, Transparency international, La Quadrature du Net...) adressent une lettre à l'attention du président de la République. Elles en appellent à François Hollande afin que des mesures soient prises en la faveur de ces informateurs.

0190000007007932-photo-edward-snowden.jpg


La missive explique que « cette intégrité leur a coûté leur carrière, leur emploi, et a bouleversé leur vie personnelle. Beaucoup d'entre eux, des années après les faits qu'ils ont signalés, sont toujours sans emploi ni revenus et ont toutes les peines du monde à assurer leur défense dans le cadre des multiples procédures judiciaires intentées contre eux. Les lanceurs d'alerte isolés sont bien sûr les plus fragilisés ».

« Pot de terre contre pot de fer »

Le collectif insiste sur le fait que ces lanceurs d'alertes sont, en règle générale, seuls face à des organisations professionnelles, aux ramifications parfois internationales. « Les lanceurs d'alerte, pourtant au service de l'intérêt général, sont laissés seuls face à des groupes d'intérêts puissamment organisés. C'est le pot de terre contre le pot de fer », précise la missive.

C'est pourquoi le collectif demande à ce qu'une loi-cadre soit applicable à l'ensemble des secteurs afin que leur identité soit préservée. Il souhaite également qu'une agence puisse être chargée de « recueillir, de traiter les alertes et d'assurer une publication annuelle des données » ou même de bénéficier d'un fonds spécialement doté pour ce type d'initiatives.

0190000007935357-photo-we-are-the-leaks.jpg


Loi Macron, le faux-pas de la France

Lors des débats parlementaires portant sur la loi Macron, une disposition a été particulièrement critiquée. Le texte prévoyait de consacrer un principe général, à savoir le secret des affaires, dans chaque société. L'idée était alors de pouvoir pénaliser toute sortie d'information lorsque cette dernière possède une valeur économique.

Précisément, l'article 64 du projet de loi prévoyait de punir d'une peine allant jusqu'à 375 000 euros d'amende et 3 ans de prison toute personne qui prend connaissance, révèle ou détourne une information protégée. La proposition ciblait donc nommément les personnes qui font fuiter des informations en dehors du domaine de leur entreprise.

L'article a par la suite été modifié et la partie du texte concerné n'a pas été adopté par les élus. Toutefois, les représentants estiment qu'en France, les règles sont trop confuses ou trop peu protectrices des personnes.

0190000007578365-photo-emmanuel-macron-ministre-de-l-economie-de-l-industrie-et-du-num-rique.jpg


Le maquis des règles françaises

A ce jour, plusieurs textes permettent de protéger une personne lorsqu'elle souhaite diffuser des informations internes, en dehors de son cadre professionnel. Ces règles sont toutefois très strictes et concernent par exemple des faits de corruption. Un second texte de 2008 se cantonne à l'industrie pharmaceutique.

En 2012, la législation fait preuve d'ouverture et s'adresse aux personnes chargées d'une mission de service public lorsqu'elles dénoncent un conflit d'intérêt. Ce n'est qu'une année plus tard que les témoins de crimes ou de délits durant leur travail peuvent bénéficier d'une protection. Cette dernière ne peut cependant être invoquée qu'après un éventuel licenciement de la personne qui a diffusé les informations.

Si les protections des lanceurs sont actuellement minces, l'Europe prépare une directive visant, au contraire, à renforcer le secret des affaires. Le texte doit être étudié le 7 mai prochain et vise à sanctionner l'utilisation d'informations internes lorsqu'elles sont réalisées à des fins commerciales. Par extension, cet argument pourrait être invoqué à l'égard des journalistes ou d'écrivains ou de personnes qui, indirectement, tirent avantage de ce type de publications.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Facebook active la caméra et le micro des iPhone en permanence sans en avertir les utilisateurs
Sonic le Film : après la polémique, le hérisson bleu dévoile son nouveau look
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Le saviez-vous ? Il n’a mis que 16 secondes pour résoudre un Rubik's Cube les yeux bandés

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top