🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT ! 🔴 LE BLACK FRIDAY EN DIRECT !

Test Sony SRS-XB13 : la mini-enceinte Bluetooth qui ne fait pas plouf

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
13 juillet 2021 à 15h12
0
Sony SRS XB-13
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Dernière d'une série de minuscules enceintes Bluetooth résistantes à l'eau, la SRS XB13 de Sony est très proche de la précédente XB12, tout en essayant d'en moderniser certains aspects. Prêt à se mouiller, ce
produit à 50 euros n'est pas le moins cher du genre, mais peut compter sur une certaine maîtrise du son miniaturisé.

Sony SRS-XB13
  • Compacte et bien finie
  • IP67
  • Autonomie très correcte
  • Son assez maitrisé pour la taille
  • Appairage stéréo
  • Trop peu de différences avec la XB12
  • Pas de fonction annexe
  • Pas d'application dédiée

Petite mais costaud

Dans un format habituellement réservé aux enceintes Bluetooth vraiment « gadget », la Sony XB13 surprend de par sa qualité, relativement bonne. Si l'enceinte reste très légère, elle conserve une certaine densité générale, ce qui confère un sérieux à l'ensemble, malgré une orientation estivale et festive assumée.

La forme est assez simple. Nous avons affaire à un cylindre de 74,5 mm de diamètre pour 94,5 mm de hauteur, très légèrement anguleux, principalement en polymère, avec une grille métallique sur le sommet, et une base disposant d'une triple ouverture et d'un fond en silicone antidérapant. Proche du sommet, une petite encoche intègre une dragonne en tissu, laquelle peut se placer au poignet ou s'attacher à n'importe quelle lanière de sac, par exemple.

Sony SRS XB-13
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Près de la base, une zone siliconée abrite les cinq boutons de contrôle, ainsi qu'une encoche refermable cachant la prise de recharge USB-C.

Sans être absolument révolutionnaire, ni au sommet des produits à moins de 50 euros, l'enceinte de Sony trouve sa place dans la moyenne haute, en cela qu'elle est assez robuste. Le revêtement n'est siliconé que sur une simple portion, contrairement à la Bose Soundlink Micro (plus chère), et on ne retrouve pas d'éléments métalliques propres à certains modèles plus haut de gamme. Reste que la Sony supporte assez bien les chocs, et tient parfaitement en cas d'immersion. En effet, la XB13 est certifiée IP67, ce qui permet toutes sortes de tortures aquatiques (tant que le clapet du port USB-C est bien fermé).

Sony SRS XB-13
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

L'occasion de rappeler que si le modèle résiste aux immersions, le Bluetooth n'est absolument pas un protocole fait pour ce milieu. Quelques centimètres sous l'eau suffisent pour que le signal décroche et que la connexion se perde.

La taille de la Sony SRS-XB13 est vraiment idéale pour la saisie et le transport. L'enceinte rentre dans tous les petits sacs et parfois même dans les (grandes) poches. La petite dragonne n'a rien de révolutionnaire, mais reste assez bien pensée, et plutôt simple à accrocher et décrocher. Par certains détails de conception, le nouveau modèle de Sony est encore un peu plus agréable, un peu plus premium (toutes proportions gardées) que la précédente XB12. Toutefois, les différences restent maigres.

Sony SRS XB-13
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

En bref, un produit au-dessus de la moyenne, assez simple mais sérieux. Pour ne pas altérer son côté festif, cette enceinte est disponible dans six coloris, les tons restant sobres.

Pas d'application, mais quelques bonnes idées

Sans surprise, la SRS-XB13 n'a pas pour vocation de fonctionner avec une application dédiée, type Sony Music Center. L'enceinte est simplement Bluetooth, sans option sonore ni disposition lumineuse.

Cela ne l'empêche pas de se doter de quelques fonctionnalités. La première d'entre-elles est la possibilité d'utilisation en kit main-libres. Certes ce mode n'a rien d'incroyable niveau technique, mais une utilisation en milieu calme ou modérément bruyant passe plutôt bien en pratique, de quoi ne pas avoir besoin de basculer entre casque et enceinte pour un appel.

Autre petit avantage, surtout pour les amoureux de cette petite enceinte, la possibilité d'un appairage stéréo avec une deuxième SRS-XB13, l'une s'occupant du canal gauche, l'autre se chargeant logiquement du canal droit. Un petit plus sur le papier, et sans doute le moyen d'améliorer largement l'impression d'espace sonore. Nous n'avons pas pu tester ce mode (une seule enceinte de test), nos constatations s'arrêteront donc là.

Sony SRS XB-13
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Sans surprise, la connexion Bluetooth (puce Bluetooth 4.2) est assez simple. La portée est plutôt bonne, excédant sans difficulté les 10 mètres
promis, voire encore un peu plus en extérieur. La gestion des codecs se limite alors au SBC et AAC, ce qui est plus que logique pour une enceinte portable. Les gains avec du LDAC (Sony ayant largement tourné le dos aux codecs Qualcomm) seraient franchement minimes voire inexistants, cela au prix d'une endurance plus faible et d'une stabilité moindre.

Comme tout produit Bluetooth qui se respecte, la latence, importante de base, est compensée dans la plupart des applications vidéo de smartphones.

Les commandes sont extrêmement classiques, avec une disposition des 5 boutons dans cet ordre :

  • Bouton d'allumage/extinction : il fonctionne par un appui court pour les deux actions. Si aucun appareil déjà connecté n'est à proximité, l'enceinte passe automatiquement en mode appairage. Notons que Sony intègre le Google Fast Pair, ce qui permet d'afficher une invite de connexion, sans avoir à passer dans les réglages Bluetooth (bien pratique).
  • Bouton d'appairage Bluetooth : nécessaire pour un appairage standard
  • Bouton lecture/pause : permet la lecture et la pause par une simple pression, et fait également office de bouton multifonction de navigation, deux pressions pour la piste suivante, trois pressions pour le début de piste et piste précédente
  • Les deux boutons de volume

Définitivement rien de révolutionnaire, Sony s'aligne ici sur à peu près toutes ses enceintes Bluetooth waterproof, comme la plus haut de gamme SRS-XB33.

Autonomie dans la bonne moyenne

Annoncée à 16 heures, l'autonomie n'est pas stratosphérique mais plutôt importante pour un produit de cette taille. Néanmoins, celle-ci dépend fortement du volume sonore. Avec nos tests, les 16 heures sont effectivement atteintes si l'on reste dans un volume sonore très modéré.

En poussant un peu plus sur le potard, ce qui arrive vite avec ce produit peu puissant, la performance tombe plus généralement autour des 12 heures d'autonomie environ, voire moins. Un chiffre déjà respectable, suffisamment pour ne pas trop regarder le chronomètre. La recharge passe évidemment par de l'USB-C.

Un son pas si timide pour sa taille

La taille et la puissance limitées de l'enceinte font que, bien évidemment, il n'y a pas de miracle sur la reproduction sonore, en particulier dans le bas du spectre.

Sony SRS XB-13
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

Ici, Sony intègre une architecture sonore assez classique : un unique haut-parleur de 46 mm (au sommet) est secondé par un radiateur passif (placé à la base) avec structure de dispersion ouverte en deux tiers de cercle environ.

Commençons par un petit paradoxe : le niveau de basses est déjà très élevé pour un produit aussi compact, mais faible malgré tout, en tous cas pour ressentir le côté vraiment vibrant d'une musique. Ce niveau n'est certes pas élevé, mais les 100 Hz voire 80 Hz sont encore existants, ce qui n'est clairement pas le cas chez tous les concurrents du genre.

Sony SRS XB-13
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

À ce titre, Sony réussit une fois de plus dans ce qui fait sa force, le modèle ne déborde pratiquement jamais, conserve un niveau technique tout à fait bon sur l'ensemble (même écourté) du spectre. Les bas-médiums sont légèrement mis en avant, ce qui permet de garder un peu de puissance, les aigus se tiennent assez bien, ne sont pas trop agressifs. Et le modèle sature et explose en distorsions seulement à partir des haut volumes.

Ainsi, la SRS-XB13 se comporte comme une bonne petite enceinte portable, qui assure les fonctions qu'on lui demande. L'exemple des basses est assez parlant, puisque l'enceinte conserve le même niveau, peu importe (ou presque) la surface sur laquelle elle est posée ou sa position.

Sony SRS XB-13
© Guillaume Fourcadier pour Clubic

On peut donc se dire que le pari est globalement réussi. Mais si la Sony est au-dessus de la moyenne, elle est également caractéristique de la limite des modèles de petite taille. Un produit pas beaucoup plus volumineux, comme la Bose Micro (presque une exception dans le genre), va bien plus loin dans les basses, même si son prix n'est déjà plus le même. La Sony correspond au meilleur entre-deux, lequel n'évolue pas énormément d'un point de vue sonore.

Ainsi, la SRS-XB13 est presque une copie conforme (un peu plus maitrisée dans les basses) de la SRS-XB12, sans réelle avancée technique, un défaut notable, d'autant que le prix de cette dernière a déjà largement diminué.

Sony SRS-XB13 : l'avis de Clubic

7

Petite, assez autonome, agréable à l'usage, la Sony SRS-XB13 est une bonne enceinte nomade et waterproof. Néanmoins, les avancées par rapport à la génération précédente, à commencer par le son, sont faibles. Un modèle à cheval entre deux mondes donc.

Les plus

  • Compacte et bien finie
  • IP67
  • Autonomie très correcte
  • Son assez maitrisé pour la taille
  • Appairage stéréo

Les moins

  • Trop peu de différences avec la XB12
  • Pas de fonction annexe
  • Pas d'application dédiée

Construction 8

Ergonomie 7

Autonomie 7

Qualité Sonore 7

Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Derniers tests

Test TCL 55C635 : un téléviseur abordable qui marque des points
Test Mate 50 Pro : Huawei peut-il encore se hisser parmi l'élite ?
Test Microsoft Surface Laptop 5 : élégant, plus puissant… mais indécrottable
Test Corsair EX100U : un minuscule SSD externe performant à emporter partout
Test JBL Bar 1000 : séance de rattrapage pour la barre de son avec enceintes d’effets détachables
Test DJI Avata : le drone FPV plus accessible que jamais
Test Trust GXT 981 Redex : légère en poids et en prix, des atouts suffisants ?
Test Apple iPad Pro M2 : une mise à jour qui vaut son prix ?
Test LG Gram 14 (2022) : un kilo seulement… mais quoi d’autre ?
Test Acer Aspire Vero 15 (2022) : un laptop écolo qui ne fait pas encore suffisamment envie
Haut de page