🔴 Soldes : jusqu'à - 70% sur le high-tech 🔴 Soldes d'hiver : jusqu'à - 70% sur le high-tech

Droit à l'oubli dans Google : déjà plusieurs plaintes reçues, bientôt une procédure en ligne

16 mai 2014 à 16h26
0
La décision de la CJUE concernant le droit à l'oubli au sein de Google n'aura pas tardé à faire réagir certains internautes européens. L'entreprise a déjà reçu plusieurs requêtes, et travaille déjà sur un système d'automatisation pour mieux les gérer.

00FA000006813166-photo-google-logo-gb-sq.jpg
Les prédictions du fondateur de Wikipédia Jimmy Wales sont déjà en train de se réaliser : selon la BBC, Google a déjà reçu plusieurs demandes de suppressions de résultats au sein de son moteur de recherche, pour des motifs discutables. Ainsi, le média explique que parmi les demandeurs, on trouve « un ex-politicien qui cherche à se faire réélire et qui a demandé la suppression de liens mettant en cause son comportement », « un médecin qui veut que des commentaires négatifs de patients soient retirés des résultats » et « un homme reconnu coupable de possession de clichés pédophiles qui veut faire disparaître les évocations de sa condamnation ».

De telles demandes mettent en avant la délicate tâche qui attend Google en matière d'arbitrage : comment réellement définir les demandes qui sont justifiées et celles qui ne le sont pas ? La décision de la CJUE estime que la suppression est justifiée lorsque « les droits fondamentaux de la vie privée et de la protection des données à caractère personnel » sont mis en péril. Mais entre la violation de la vie privée et le droit à l'information, la frontière risque d'être mince dans de nombreux cas.

Une procédure en ligne dès fin mai

« Il s'agit d'une collision entre le droit à l'oubli et le droit de savoir. Du point de vue de Google, il y a un équilibre. Nous estimons, après avoir examiné cette décision, que l'équilibre est rompu » déclarait en milieu de semaine Eric Schmidt, tandis que Jimmy Wales, commentant la situation, estimait que Google allait avoir beaucoup de travail pour gérer les suites de cette décision de justice. Selon le New York Times, l'entreprise serait actuellement en train de concevoir un dispositif qui permettra aux internautes de demander la suppression de liens les concernant. Google ne cache pas que la mis en place d'une telle procédure est compliquée : « Dès que nous aurons concrètement déterminé son fonctionnement, ce qui peut prendre plusieurs semaines, nous en informerons nos utilisateurs  » a déclaré un porte-parole à la presse. On imagine qu'un arbitrage sera effectué par l'entreprise pour déterminer si oui, ou non, la demande de suppression est justifiée.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Yezz présente le Monaco 4.0 et le Billy 4.0, deux smartphones sur WP8.1
Chromebook : Google étend de 12 mois les mises à jour sur Chrome OS
Les objets connectés ne sont pas toujours ceux que l’on croit
Infos US de la nuit : Jumei réussit son entrée en Bourse, Pinterest valorisé à 5 Milliards de dollars,
Revue de Web : l'iMac résiste-t-il à une arme anti-tank ?
<b>Joyeux Noël</b>
EFF : palmarès des sociétés protégeant le mieux la vie privée des internautes
2014 : l'année noire pour Mozilla et Firefox ?
Orange prêt à étudier le rachat de Bouygues Telecom
SFR RED : Un forfait illimité avec 5 Go de data pour 10 euros par mois
Haut de page