Quand Bolloré menace de fermer Canal+

0

« À Dieu ne plaise, mais notre activité de fabrication de chaînes ne marche pas et cela pourrait s'arrêter. » Vincent Bolloré, actionnaire majoritaire de Canal+, n'a pas mâché ses mots lors de l'assemblée générale de Vivendi, jeudi 21 avril. La chaîne cryptée devrait perdre plus de 400 millions d'euros en résultat opérationnel cette année, une situation que le président du conseil de surveillance veut redresser, ou il fermera la chaîne.

En février, le groupe reconnaissait pour la première fois un recul du nombre de ses abonnés (218 000 en six mois, soit -3,2 %), alors que le taux de désabonnement s'est hissé de 14,5 % en 2014 à près de 15 % en 2015, soit 850 000 résiliations au total - hors recrutements. Des problèmes que Vivendi imputait à l'époque à l'ancienne direction, mais qu'il doit affronter de face aujourd'hui, avec des concurrents féroces dans la fiction et le sport.

Rivalité avec Netflix

Ce sont ces programmes qui justifient que l'on s'abonne à Canal. Or sur la fiction, le marché est partagé entre un nombre grandissant d'acteurs forts, comme Netflix et Amazon. Ces rivaux ont eu pour conséquence de faire « s'envoler les prix des droits ». Sur le sport, le qatari BeIN Sports lui cause du tort depuis sa création en 2012, avec la diffusion du championnat de football français et la Ligue des Champions, en encore le basket américain.



0258000008067028-photo-canal-le-cube-s.jpg
Le Cube S « 100 % Internet » lancé en juin 2015 - Crédit : Canal+.


Dans le groupe Canal+, Canal Overseas, Studiocanal, CanalSat et D8 et D17 sont dans le vert, mais pas la chaîne gratuite iTélé, dont la perte passera de 20 à 24 millions d'euros cette année, ni les chaînes payantes de Canal+, endettées à 1 milliard d'euros. Vincent Bolloré est formel : Canal+ « n'obtiendra pas de Vivendi, dont 70 % du capital est détenu par des fonds étrangers, de mettre indéfiniment "la main à la poche" ». Mais il dit investir.

Moins de fêtes à Cannes

Pour regagner des abonnés, Vivendi a déboursé 1,5 milliard d'euros pour diffuser son rival BeIN Sports (contre 50 millions par an à Eurosport par exemple), mais il doit renoncer à l'exclusivité pour des raisons d'antitrust. Autrement dit, il ne sera pas obligatoire de s'abonner à Canal pour profiter de BeIN, qui restera indépendant.


« On parle beaucoup de nos programmes en clair mais nos abonnés ont droit, avec ce qu'ils payent mensuellement (40 euros !), d'avoir accès en priorité à des programmes inédits et intéressants », souligne Vincent Bolloré. Les chantiers : le sport avec BeIN, la création de films et séries avec Studio+, des « choix » assumés et des émissions (investissement dans la société de production Banijay créée par Stéphane Courbit).

Voilà pour les investissements. À côté, la nouvelle organisation mise en place par le dirigeant va devoir veiller aux dépenses « exagérées ». Par exemple, pique le milliardaire, il a été décidé « ne pas dépenser les millions d'euros habituels au Festival de Cannes » et couper « les dépenses de fêtes et chambres avec vue sur mer ».


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
Des ingénieurs tentent de battre le record de vitesse terrestre avec un véhicule zéro émission
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Selon Gary Kasparov, l'intelligence artificielle fera disparaître 96% des emplois
Linky : un bug à plus de 14 000 euros pour un habitant de Quimper
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€
Coronavirus : la Chine surveille WeChat et Twitter pour faire taire les critiques

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top