iPhone 7 : pourquoi Tim ne voulait plus de jack ?

Par
Le 08 septembre 2016
 0
C'était pronostiqué, puis c'était officiel : le nouvel iPhone est dépourvu de prise casque. Mais qu'est-ce qui a pris Tim (Cook) de supprimer le jack ? Quelles sont les implications immédiates et futures ? Voici notre avis sur la question.

Est-ce du courage - comme revendiqué par Apple - ou de la témérité que de faire disparaître la prise casque d'un smartphone ? En tout cas, cette transition restera dans les annales.

D'abord parce qu'on voit mal Apple faire marche arrière sur les prochaines générations d'iPhone (et d'iPad). Ensuite, parce que cette décision s'inscrit dans la philosophie de la marque, consistant à se débarrasser progressivement de tout item matériel pouvant laisser sa place au dématérialisé et à tendre vers une forme de minimalisme numérique.

Les lecteurs optiques des Mac ? Terminé, il y a iTunes pour s'approvisionner en médias. Le stockage ? Apple a été le premier à enterrer la disquette, tandis que ses iPhone sont longtemps restés à 16 Go de base. De toute façon, il y a iCloud. Et aujourd'hui, c'est le jack qui trinque.

 

Ainsi, la manoeuvre étonne moins qu'elle ne détonne, Apple étant un des rares fabricants à bouder la prise casque, avec Lenovo (Moto Z) et le chinois LeEco (le vrai pionnier). L'annonce détone également dans le sens où elle fait du bruit et permet à Apple de revêtir le costume d'un visionnaire "courageux", en avance sur son temps et la concurrence. Si on exclut le Moto Z de Lenovo et les trois smartphones jackless de LeEco, est-ce l'ensemble du marché qui va prendre cette direction ?

01a4000008545028-photo-moto-z.jpg
01a4000008545026-photo-leeco-le-max2.jpg

Le Moto Z de Lenovo et le Le Max2 de LeEco, deux smartphones sortis avant l'iPhone 7, déjà sans prise jack

Avant de répondre à cette question, décryptons les raisons officielles et celles officieuses qui ont guidé Apple, et détaillons les répercussions de cette stratégie sur l'utilisateur de tous les jours. En termes de bénéfices pour l'utilisateur, rien ne nécessitait d'évincer la prise casque : l'expérience audio qu'offrira un iPhone 7 sera la même que sur un iPhone 6s. Le Bluetooth existe depuis belle lurette, tandis qu'une panoplie de casques recourant à la connectique propriétaire Lightning d'Apple a déjà commencé à se constituer, peu après que la connectique est apparue.

01a4000008545032-photo-philips-fidelio-m2l.jpg
01a4000008545034-photo-sony-mdr-1adac.jpg

Le Fidelio M2L de Philips et le MDR-1ADAC de Sony sont deux casques Lightning sortis depuis un an et demi.

Aussi, la disparition de la prise casque se traduit avant tout par une contrainte, la restriction des possibilités pour les futurs possesseurs d'iPhone 7. Certes Apple mise sur un développement rapide des gammes de casques Lightning, et sur l'offre Bluetooth existante qui aurait dépassé (en valeur) celle des modèles filaires (source NPD) aux Etats-Unis en juin 2016, mais en volume - compte-tenu du delta entre le prix moyen des casques Bluetooth et de ceux filaires - c'est encore le bon vieux jack qui règne. Pour les réfractaires, Apple a prévu un adaptateur lightning / jack, fourni gratuitement (une autre innovation chez Apple ?) avec l'iPhone 7 et le 7 Plus. Mais il faudra juger de la qualité du DAC miniature intégré dans l'adaptateur et de la commodité du dispositif à l'usage.

08545036-photo-adaptateur-lightning-jack.jpg

L'adaptateur Lightning vers jack 3,5 mm, offert avec les nouveaux iPhone et vendu à part à 9 euros

Les arguments objectifs ne se bousculent pas au portillon : un gain de place squattée en partie par le Taptic Engine ou d'autres composants ? Une étanchéité renforcée avec un orifice en moins ? Pas très convaincant... Quant à la volonté de pousser le marché vers des standards de qualité plus élevés, nous l'avons déjà dit : ôter la prise casque n'était pas nécessaire. Rappelons que l'intérêt du Lightning en audio, c'est de court-circuiter le convertisseur numérique-analogique (DAC) du smartphone pour remettre le flux numérique sans dégradation au DAC (et à l'étage d'amplification) du casque audio compatible.

01f4000008545038-photo-iphone-7-taptic-engine.jpg

Il ne restait peut-être plus assez de place pour un jack ?

En tablant sur le fait que les fabricants mettront dans leurs casques des composants audio de meilleure qualité que ceux présents dans les smartphones (ce qui n'est pas bien compliqué), on doit pouvoir observer une amélioration de la restitution, et surtout accéder à des formats HD (96 ou 192 KHz). Seulement pour les 99% des gens qui écoutent du MP3, de l'AAC ou tout autre format compressé en streaming, faire la différence entre un bon casque filaire branché sur jack et un modèle Lightning ne sera pas chose aisée... A l'inverse, un casque Lightning va s'alimenter sur la batterie de l'iPhone (parfois sur sa propre batterie mais c'est plus rare) et donc réduire son autonomie. Et il devient impossible d'écouter de la musique au casque et de recharger en même temps (sauf à utiliser le nouveau dock).

Un jack parti trop tôt pour rien ? Oui et non. Déjà, il faut rappeler que le jack au format 6,35 mm a été inventé en 1878. Son pendant miniature (3,5 mm) est apparu dans la deuxième moitié du XXe siècle, notamment avec l'essor des postes de radio. La technologie a donc bien vécu, tourner la page ne serait pas une aberration.

08545040-photo-histoire-du-jack-audio.jpg

Des opératrices des télécommunications, réalisant les connexions à la main avec des jack, pendant la Seconde Guerre mondiale

Mais revenons à nos moutons. Si Apple cherche effectivement à forcer la main, espérant former une boucle vertueuse entre demande des consommateurs et offre des fabricants, c'est aussi un peu pour forcer le destin, se creuser sa place avant que d'autres ne l'occupent. En effet, la fiche mini jack des casques semble se diriger inéluctablement vers une évolution numérique. Il faut rappeler que certains acteurs de l'audio proposent déjà des casques USB (Sony et JBL) et qu'Intel oeuvre clairement pour que le standard de connectique numérique de demain soit l'USB type-C. Le potentiel technique de l'USB Type-C, sa généralisation dans les smartphones Android et ordinateurs modernes et la capacité d'Intel à influer sur les nouvelles technologies rendent cette perspective on ne peut plus réaliste. Il apparaît alors plus exact de dire qu'Apple prend les devants d'un mouvement en marche plutôt qu'il n'innove. On peut aussi imaginer que la marque à la pomme prépare le terrain pour une évolution possible de son service Apple Music, qui s'étofferait d'un catalogue musical Haute Résolution...

08545044-photo-intel-type-c.jpg

Les grands projets d'Intel pour l'USB Type-C et l'audio, révélés lors de l'IDF cette année

Il ne reste donc que l'appât du gain pour expliquer rationnellement ce virage « technologique » : faire disparaître le jack, c'est pour Apple l'occasion d'augmenter les ventes de casques Lightning et donc ses bénéfices. Soit au travers des royalties, soit via la filiale Beats rachetée en 2014. Soit encore avec ses AirPods au tarif déraisonnable de 179 euros. Pour l'utilisateur, ce choix aura donc un coût. Puisque les royalties qu'Apple fait payer aux tiers pour tout usage « certifié MFI » de ses technologies propriétaires sont inévitablement répercutées sur le client final. Et quoi qu'il en soit, les casques Lightning ou USB Type-C sont naturellement plus chers puisqu'ils embarquent de l'électronique en plus (DAC et amplification) et parfois leur propre batterie. Les constructeurs de casques, qui se frottaient déjà les mains depuis que Dr Dre a initié la mode du casque à prix décomplexé en 2008, ont encore de beaux jours devant eux.

08545046-photo-airpods.jpg

Les AirPods, vendus la bagatelle de 180 euros !!!


Pour ceux que cette nouvelle stratégie n'effraie pas, sachez que les précommandes des iPhone 7 sont désormais ouvertes :


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top