Pulse Contest : les startups françaises qui se sont démarquées

11 juin 2014 à 15h57
0
Organisé conjointement par le constructeur Huawei et l'association La Cuisine du Web, le concours Pulse Contest a réuni une vingtaine de jeunes pousses françaises avec à la clé 300 000 euros qui seront partagés entre les entrepreneurs aux projets les plus innovants dans les domaines du big data, des objets connectés et de la ville intelligente. Partenaire de cet événement, Clubic Pro revient sur la remise des prix qui s'est déroulée hier soir.

Les auditions du Pulse Contest se sont déroulées les 13 et 14 mai dernier sur le campus universitaire de Lyon et c'est à l'Hôtel de ville, en compagnie du maire, que s'est déroulée la remise des prix.

00C8000007424531-photo-dataiku.jpg
00C8000007424533-photo-feetme.jpg
00C8000007424535-photo-monpotager-com.jpg

Gauche : Dataiku - Centre: FeetMe - Droite : MonPotager.com. Crédits : @LePulseContest


Le big data : Dataiku



Derrière le terme très vague big data se cache toute une chaine de compétences faisant appel à divers emplois et à plusieurs spécialistes en mathématiques, en statistiques, en technologies et en pratiques commerciales. Ces derniers doivent en outre manipuler eux-mêmes plusieurs types de logiciels. Le processus est donc complexe et onéreux pour l'entreprise.

Fondée en 2013 par des anciens d'Exalead et d'Apple, la société Dataiku a convaincu le jury et se positionne donc comme la grande gagnante de cette catégorie. Dataiku commercialise la plateforme Data Science Studio laquelle dispose d'une interface relativement simple de prise en main et permet de faire des opérations de transformation, d'effectuer des croisements entre diverses sources ou encore de créer des axes temporels tout en proposant aux entreprises clientes de concevoir leurs propres modèles d'analyse.



Les sociétés AnyFetch et ClickOn arrivent respectivement en seconde et troisième place. AnyFetch propose de simplifier la recherche interne en entreprise avec un module capable de s'interfacer avec divers services en ligne. La société met à disposition une couche universelle distribuée en open source sur laquelle peuvent venir se greffer divers connecteurs tiers selon les usages de la société cliente. De son côté, ClickOn s'intéresse à l'analyse des spots publicitaires et a conçu une technologie de reconnaissance de vidéos en temps réel ultra rapide d'une cinquantaine de chaines télévisées associée à une plateforme décisionnelle autonome. Celle-ci sera utilisée pour retourner de la publicité ou des messages contextuels sur les terminaux mobiles de l'utilisateur.

Les objets connectés : FeetMe



La société FeetMe a séduit le jury pour sa dimension médicale et pratique. Au coeur de ce projet, l'équipe souhaite résoudre un problème méconnu : les pieds des personnes souffrant de diabètes. Atteints de neuropathie diabétique, ceux-ci peuvent présenter de petites lésions à peine perceptibles par les malades. Celles-ci peuvent se transformant en ulcères voire mener à l'amputation.

Pour détecter ce type de problème, FeetMe a conçu une semelle dotée de micro capteurs connectés. En cas de détection d'un corps étranger sous la plante des pieds, une notification sera envoyée sur le smartphone. FeetMe travaille en outre avec divers spécialistes pour leur fournir cette semelle en tant qu'outil d'analyse permettant de détecter les conséquences d'une surpression observée par les capteurs.



RedBird et Lima ont obtenu les second et troisième prix de cette catégorie. RedBird commercialise une offre de services associée à l'utilisation de drones civils. Elle se positionne donc entre les constructeurs et les clients finaux. De la topographie à la géomatique en passant par la télédétection, Redbird cible plusieurs marchés : les réseaux de transports et d'énergie, les travaux publics mais également l'agriculture de précision. Pour sa part, Lima a mis au point un petit boitier doté d'un port Ethernet à raccorder à sa box Internet et d'une prise USB sur lequel se greffera un disque dur. Les développeurs ont conçu une couche d'abstraction logicielle remplaçant directement le système de fichiers virtuel sur Windows, OS X et Linux. Le disque en réseau sera ainsi d'emblée reconnu par les applications installées sur les ordinateurs et se présentera sous la forme d'un espace de stockage unifié.

La ville intelligente : MonPotager.com



La tendance est aux produits frais et locaux et c'est précisément sur ce marché que s'est positionné le service MonPotager.com. Face à la multiplication des AMAP, la société apporte une dimension ludique et propose aux internautes de louer virtuellement une parcelle de terrain de 15 à 150m2 puis d'y planter les fruits et légumes de son choix. Ces produits seront ensuite livrés lorsqu'ils seront prêts.

Principalement implémentée à Paris et à Lyon, MonPotager.com souhaite étendre ses activités et rappelle que 80% de la population française est concentrée dans les villes et que le panier moyen par personne et par an en fruits et légumes est de 250 euros.



En seconde place de cette catégorie nous retrouvons Ecoxinel développé par la société Green Power Solutions. L'objectif est de fournir aux consommateurs une idée claire de leur consommation électrique grâce à un aimant de frigo disposant de codes couleur pour les tarifs variables du jour et du lendemain. L'interface peut être pilotée directement depuis le smartphone et propose d'émettre une alerte en cas de consommation anormalement élevée. Ecoxinel dispose d'un jeu d'API que les éditeurs tiers pourront exploiter pour concevoir leurs propres applications. AgoraEnergy cible pour sa part les institutions municipales et souhaite optimiser la collecte des points d'apport volontaires, par exemple pour le dépôt des bouteilles de verre usagées. Pour ce faire, elle emploie des capteurs connectés sur le réseau professionnel SigFox. Ces données seront transmises sur un tableau de bord en mode SaaS depuis lequel il sera possible de mesurer l'état de remplissage d'un conteneur et donc d'optimiser l'itinéraire de la collecte.


La remise des prix



  • Dataiku, FeetMe et MonPotager.com recevront 50 000 euros chacun ;
  • AnyFetch, RedBird et Ecoxinel recevront 30 000 euros chacun ;
  • ClickOn, Lima et AgoraEnergy recevront 15 000 euros chacun.

Notons que 15 000 euros supplémentaires ont été adressés à Lima pour le prix spécial Presse attribué par Clubic Pro, Acteurs de l'Economie et les Echos.

A lire également :

Pulse Contest : les startups françaises font leur pitch à Lyon cette semaine
Pulse Contest : retour sur la seconde journée des auditions des start-ups
Clubic Valley : la Webexpo photo &vidéo dédiée aux entrepreneurs


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top