Les achats in-app rapportent plus que les apps

Thomas Pontiroli
01 juin 2016 à 09h22
0

Le modèle économique de l’application mobile oscille entre achat à l’acte, achats intégrés et publicité. Selon Gartner, c’est clairement le deuxième – ou le freemium – qui rapporte le plus.


Dans le business mobile, l'heure est au mélange des genres entre gratuit et payant. Les applications payantes, nous dit le cabinet Gartner, ont de moins en moins la cote. Le temps des applis à 79 centimes sur l'App Store d'Apple semble loin. Possible frein au téléchargement, le prix est rayé, et l'application offerte... Du moins, son contenant. Le contenu est bel et bien de plus en plus payant, accessible en option ou par paliers dans les jeux.


Chaque trimestre, les mobinautes dépensent en moyenne 9,20 dollars en achats intégrés aux applications, contre 7,40 dollars pour les applis payantes. Une façon pour eux de tester la marchandise avant d'aller plus loin, dit le cabinet. Quelque part, le freemium redonne une seconde vie au « shareware » (partagiciel, ou contribuciel). Au-delà de vouloir faire tester une application, dans certains jeux, ce modèle est parfois inhérent à sa mécanique.

Des revenus récurents

L'achat in-app est un phénomène qui concerne majoritairement les jeunes générations (18-34 ans). Mais pour ne pas flouer les plus jeunes, un encadrement strict du freemium est nécessaire. En février 2014, la Commission européenne avait pointé du doigt ces contenus présentés comme gratuits, alors qu'ils contiennent des éléments payants. Et en novembre 2014, Apple avait troqué le bouton « Gratuit » pour « Obtenir » dans son App Store.


08458930-photo-app-mobile-gartner-2016.jpg
Dépenses mobiles sur 3 mois (achats en bleu, in-app en vert) - Crédit : Gartner


Pour Stéphanie Baghdassarian, directeur de recherche chez Gartner, « une bonne approche pour les éditeurs consiste à proposer plusieurs fonctionnalités supplémentaires (payantes) conduisant à des transactions le long du cycle de vie de l'application, de sorte que l'utilisateur peut se créer une appli à la carte, mais aussi avoir le choix de payer un package global pour avoir l'ensemble des fonctionnalités ». Pour l'éditeur, l'avantage de ce modèle est qu'il permet de multiplier les possibilités de générer des revenus, un peu comme un abonnement.


Le phénomène « fat fingers »

De cette façon, leur chiffre d'affaires est moins tributaire des lancements de nouvelles versions de leur application, mais est lissé sur l'ensemble de l'année. C'est cet avantage que recherchent aussi les éditeurs de logiciels qui passent de la licence logiciel classique à l'abonnement à un service (software-as-a-service).

Quoiqu'il en soit, le modèle du freemium semble bien plus porteur pour les éditeurs que la publicité : deux tiers des répondants à l'étude indiquent ne jamais cliquer dessus. Quant aux clics effectivement comptabilisés par les régies, il faudra les pondérer fortement : selon une étude de Retale, 60 % des clics sur les bannières mobiles sont accidentels. Le même genre d'étude conduit en France par Bonial a conclu à un taux de clic accidentel de 89 % !


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Un chercheur lance une pétition pour rendre gratuits les articles liés au réchauffement climatique
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Des équipes d'Amazon chargées de scruter les images des caméras de surveillance de la marque
Pour Michel Mayor, prix Nobel de physique 2019, l'humanité ne migrera pas sur d'autres planètes
Blizzard demande leur carte d'identité aux pro-manifestants de Hong Kong pour supprimer leur compte
LDLC.com à nouveau élu Service Client de l'Année 2020
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Xavier Niel défend le projet Libra... dans lequel il a investi
Dyson laisse tomber son projet de voiture électrique
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top