Test Amazfit Neo : la montre connectée (un peu trop) rétro

Johan Gautreau
Expert objets connectés
27 mars 2021 à 18h18
3
Test Amazfit Neo © Amazfit
© Amazfit

Amazfit continue son bombardement de nouveautés pour 2021. La marque asiatique est plus agressive que jamais, multipliant les sorties à un rythme effréné. Au milieu des GTR 2e, GTS 2 Mini et autres dérivés se balade la petite Neo, une montre connectée au look rétro qui ne laissera pas indifférent les amateurs de technologie « à l’ancienne ».

Amazfit Neo
  • Le design rétro
  • L’écran LCD lisible en toutes circonstances
  • L’autonomie vraiment énorme
  • La simplicité d’utilisation
  • Le prix très bas
  • Pas de GPS, pas de SpO2, pas de NFC...
  • Seulement trois profils sportifs
  • Manque de fonctions connectées
  • Rétro-éclairage trop puissant et pas réglable
  • Montre trop pauvre en fonctionnalités...

Commercialisée au tarif plus qu’abordable de 35€, l’Amazfit Neo se place comme une concurrente directe – et interne – du traqueur d’activité Amazfit Band 5, lui-même dérivé du Xiaomi Mi Band 5 et aussi vendu à 35€.

Sauf que la smartwatch chinoise est totalement unique en son genre, ne ressemblant à rien de ce qui est proposé dans le catalogue d’Amazfit. Exit le boîtier des modèles GTS similaire à l’Apple Watch. Exit aussi les fonctions sportives les plus poussées comme le suivi du SpO2. Amazfit taille large afin de réduire le prix de la Neo à peau de chagrin. La formule est-elle la bonne ? C’est ce qu’on vous propose de voir dans ce test.

Amazfit Neo : spécifications techniques

De nos jours, même le matériel à moins de 50€ est bien pourvu en matière de capteurs et fonctionnalités. Preuve en est avec l’Amazfit Band 5 qui intègre non seulement un écran AMOLED, mais aussi l’assistant vocal Alexa et le suivi du SpO2 dans un boitier minuscule commercialisé à 35€ seulement.

Présentation Amazfit Neo © Amazfit
© Amazfit

Si on pouvait espérer la même approche avec la smartwatch Neo, il n’en est malheureusement rien. La fiche technique de cette tocante connectée au style rétro se montre très dépouillée :

  • Écran 1.2’’ FSTN
  • Bluetooth 5
  • Capteur cardiaque BioTracker PPG
  • Étanche 5 ATM
  • Batterie 160 mAh – Environ 28 jours d’autonomie
  • Dimensions : 40.3 x 41 x 11.7 mm – 32 grammes

Amazfit joue la carte du minimalisme : pas de GPS, pas de capteur de SpO2, pas de NFC, pas d’assistant vocal… La Neo serait-elle aussi passéiste que le laisse entendre son look ?

Malgré tout, on appréciera le fait que la smartwatch soit étanche à 5 ATM, ce qui évitera de la noyer en cas de chute accidentelle dans un liquide. Attention quand même : aussi étanche soit-elle, l’Amazfit Neo n’est pas conçue pour la natation. Elle ne gère que trois sports, à savoir la marche, la course à pied et le cyclisme. On est loin de la polyvalence d’un Mi Band, même d’ancienne génération. Ce parti pris minimaliste sera toutefois à même de séduire les utilisateurs qui ne veulent pas s’encombrer de trop de fonctionnalités. Pour ça, la Neo est parfaite.

Design

C’est sans nul doute le design qui est la plus grosse réussite de l’Amazfit Neo. Dès le premier coup d’œil, la petite montre connectée nous fait faire un bond de 30 ans dans le passé, à la glorieuse époque des Casio. Impossible de ne pas éprouver un brin de nostalgie en portant cette tocante. Tout comme la Garmin Instinct à sa façon, ce côté rétro ne laisse pas indifférent.

Amazfit Neo - Comparaison Garmin © Johan Gautreau
Neo et Instinct : deux smartwatches qui surfent sur la vague rétro.

On retrouve ainsi ce look rectangulaire qui ravivera les souvenirs de bon nombre de personnes. Tout est fait pour ressembler aux vénérables ancêtres, de l’écran LCD au boitier en plastique. Seul le capteur cardiaque BioTracker PPG – de première génération – si cher à Amazfit indique que nous sommes bel et bien sur une montre de 2021.

Amazfit Neo - Capteur © Johan Gautreau

Le boîtier arbore quatre gros boutons. Les deux du côté droit sont dédiés à la navigation vers le haut ou le bas. Les deux autres à gauche permettent de valider une sélection ou revenir en arrière. Un appui long sur le bouton SELECT allume ou éteint la Neo. La même action sur le bouton BACK enclenche le rétro-éclairage. Pas de risque de vous perdre dans un système complexe, l’Amazfit Neo est d’une simplicité enfantine à manipuler.

Amazfit Neo - Boutons © Johan Gautreau

Malgré le look « tout plastique » de l’ensemble, la smartwatch asiatique semble très solide. Le seul point noir est l’impossibilité de changer le bracelet sans outil adapté, il n’y a pas de fixation rapide comme sur l’Amazfit GTS.

Écran

Qui dit montrée connecté rétro dit forcément écran LCD. La Neo arbore ainsi une dalle de 1.2’’ parée de gros chiffres indiquant l’heure en permanence. La dalle reste toujours allumée et parfaitement visible en plein soleil, à l’instar des écrans transflectifs mais sans couleurs et avec moins de détails.

Amazfit Neo - Design © Johan Gautreau

L’affichage est scindé en deux grandes parties : l’heure en bas, toujours affichée. Au-dessus, on a la date du jour – au format US malheureusement – et les données physiques qu’il est possible de faire défiler avec les boutons situés sur la tranche droite de la montre connectée. Comme sur la Garmin Instinct, la bulle en haut à gauche de la dalle affiche une icône indiquant la fonction utilisée actuellement.

Vous pouvez basculer entre une dizaine d’écrans comme le nombre de pas, le rythme cardiaque, la distance parcourue, etc. Difficile de faire plus simple, un seul bouton suffit !

Amazfit Neo - Mode NPD © Johan Gautreau

Comme tout écran LCD, celui de l’Amazfit Neo s’appuie sur un rétro-éclairage – légèrement bleuté, à l’ancienne – pour rester lisible en pleine nuit. Il s’active automatiquement en soulevant le poignet ou en appuyant quelques secondes sur le bouton BACK. 

Amazfit Neo - Écran © Johan Gautreau

On remarque toutefois un gros défaut dans ce système d’éclairage : la luminosité n’est pas réglable. En pleine nuit, on en prend littéralement plein les yeux. Ce rétro-éclairage est bien trop puissant en l’état, ce qui fait qu’on le laisse vite de côté le soir venu…

Système d’exploitation

Dans le paragraphe précédent, nous avons déjà eu un aperçu du fonctionnement de l’Amazfit Neo. Son utilisation est on ne peut plus simple du fait de ses capacités limitées. En fait, il s’avère que vous devrez passer par l’application Zepp depuis le smartphone pour gérer plus en profondeur les options de la smartwatch rétro.

En l’occurrence, la montre connectée chinoise fait plus office d’afficheur basique que de contrôleur annexe pour votre smartphone. Vous ne pourrez donc pas répondre à vos SMS, faire sonner votre smartphone en cas de perte ni même contrôler la lecture de la musique depuis le poignet. Même en cas de réception d’une notification, vous ne verrez pas le contenu du message. Vous aurez juste un bip – la Neo n’a pas de vibreur – et « +1 » pour seul affichage. Le minimalisme poussé à son paroxysme…

Pour tout dire, les boutons du flanc gauche ne serviront à rien d’autre que le changement du mode Ne Pas Déranger et le contrôle du chronomètre. La montre peut aussi vous afficher plusieurs fuseaux horaires. Vous l’aurez compris, on est sur quelque chose de très basique, à des lieues de ce que propose le Mi Band 5 pour ne citer que lui.

Fonctions sportives

Car malgré son look old-school, la belle n’en oublie pas de garder quelques fonctions modernes, à commencer par un capteur de rythme cardiaque. Il s’agit ici du modèle BioTracker PPG conçu par Amazfit et embarqué sur la plupart de ses montres connectées, du moins les plus âgées. En effet, l’Amazfit Neo hérite de la première génération de ce capteur et non pas de la seconde qui est embarquée sur la GTS 2 ou encore la GTR 2.

Amazfit Neo - Activité © Johan Gautreau
Voici le seul écran disponible lors d’une session de course...

Vu le prix très bas de la smartwatch, il faut faire l’impasse sur le suivi de l’oxygénation dans le sang ainsi que l’électrocardiogramme, de même que le GPS. La Neo reste très basique dans son approche sportive. La preuve : il n’y a que trois profils sportifs et il faut passer par l’application pour lancer le suivi d’une activité. Impossible de le faire depuis le poignet. Ce sont de très grosses limitations qui risquent de rebuter les sportifs qui pratiquent d’autres sports que la marche, la course ou le vélo…

Au niveau de la qualité des relevés, c’est pourtant pas mal. Ci-dessous, on voit que l’Amazfit Neo a un tracé du rythme cardiaque très similaire à celui de la Garmin Instinct. En dehors de quelques petites chutes de rythme de temps à autre, la smartwatch rétro se débrouille pas trop mal. Elle a néanmoins tendance à sous-estimer les valeurs la plupart du temps, avec des écarts de 5 à 10 bpm selon les situations. Mais vu son prix, on peut difficilement lui reprocher ça, surtout que le Mi Band 5 souffre du même genre d’approximations.

Amazfit Neo - Graphique Instinct © Johan Gautreau
Le relevé de l’Instinct...
Amazfit Neo - Graphique Zepp © Johan Gautreau
... et celui de la Neo.

Comme toujours, une fois votre session terminée, vous pourrez voir vos exploits dans l’application Zepp avec de nombreux graphiques. L’ensemble souffre encore de traductions approximatives et de menus redondants. Mais c’est moins flagrant que sur les modèles plus évolués de la marque car il y a peu de paramètres à gérer pour la Neo et peu de relevés physiques.

Amazfit Neo - Graphique 1 © Johan Gautreau
Amazfit Neo - Graphique 2 © Johan Gautreau

Pour résumer, je pense qu’on peut comparer l’Amazfit Neo aux traqueurs d’il y a quatre ou cinq ans. Elle est plus précise mais fournit au final à peu près autant de données. Ça suffira pour un amateur qui veut se lancer dans le monde du sport connecté, mais ça n’ira pas plus loin malheureusement.

Fonctions connectées

Voici une partie qui va aller très vite là aussi. L’Amazfit Neo est certainement la smartwatch la plus pauvre en fonctionnalités de la marque asiatique. Et ce n’est pas peu dire quand on sait à quel point Amazfit a du retard sur ses concurrents dans le domaine…

Il sera donc impossible de contrôler la musique du smartphone et de répondre à vos SMS. Vous pourrez quand même voir la météo, du moins la plage de température de la journée. La petite montre rétro n’affiche pas la température actuelle sur votre position, ce qui fait perdre pas mal d’intérêt à la fonction météo.

Amazfit Neo - Météo © Johan Gautreau

Le petit écran se révèle vite limité, ne permettant même pas d’afficher le contenu des notifications reçues. Comme je le précisais plus haut, il faut se contenter d’un « +1 » quand un message arrive. La seule indication un peu utile est l’icône dans la bulle qui varie selon le type de notification. Et encore, c’est là aussi limité à cinq icônes différentes…

L’Amazfit Neo propose quand même quelques petits trucs sympas comme un chronomètre ou l’affichage de plusieurs fuseaux horaires. C’est mieux que rien !

Autonomie

Pour le moment, il faut bien avouer que l’Amazfit Neo est loin de m’avoir emballé. Heureusement, elle a un dernier atout dans sa manche qui pourra faire pencher la balance en sa faveur : une autonomie énorme de presque un mois !

L’absence de GPS et de capteurs complexes, un écran LCD peu gourmand font de la petite tocante rétro un véritable monstre d’endurance. En une semaine de test, mon exemplaire de prêt aura perdu seulement 23% de batterie. Rares sont les smartwatches à avoir une si bonne autonomie. Ou alors il faut taper dans des tarifs bien plus élevés pour se procurer des modèles comme l’excellente Honor Watch GS Pro  avec pas moins de trois semaines d’autonomie.

Amazfit Neo - Chargeur © Johan Gautreau

Pour la recharge, il faudra passer par le socle propriétaire fourni dans la boîte. Il a une forme de pince qui vient se placer au dos de la montre connectée. Un détrompeur évite de se tromper de sens lors du branchement. Il faut environ 1h30 pour faire le plein de la batterie, ce qui est infime comparé au temps d’utilisation possible avec une seule charge. Si vous exécrez les smartwatches qui doivent passer à la recharge tous les jours, vous allez adorer la Neo !

Amazfit Neo : le verdict de Clubic

La Neo est rétro aussi bien dans son aspect que ses fonctionnalités. Ne vous attendez donc pas à une smartwatch digne de l’inspecteur Gadget au sein d’un boîtier Casio, on en reste loin. Tout ce minimalisme risque de rebuter pas mal d’utilisateurs : seulement trois profils sportifs, pas de GPS, pas de SpO2, presque aucune fonction connectée… L’Amazfit Neo ressemble plus à un traqueur d’activité d’il y a quelques années qu’à une smartwatch moderne comme il en existe tant sur le marché actuel.

En dehors du look rétro et de l’autonomie énorme, on peut donc difficilement conseiller l’Amazfit Neo surtout quand on peut trouver le Mi Band 5 bien plus évolué exactement au même prix. Espérons que la seconde génération de Neo sera mieux pensée, car il y a quand même de l’idée et il faut bien avouer que ce petit vent de nostalgie qu’elle fait souffler sur nos poignets est loin d’être désagréable !

Amazfit Neo

6

L’Amazfit Neo est aussi rétro que le laisse supposer son look. Elle manque de pas mal de fonctions pour se démarquer. Très minimaliste, on la conseillera avant tout pour son prix très bas et sa grande autonomie.

Les plus

  • Le design rétro
  • L’écran LCD lisible en toutes circonstances
  • L’autonomie vraiment énorme
  • La simplicité d’utilisation
  • Le prix très bas

Les moins

  • Pas de GPS, pas de SpO2, pas de NFC...
  • Seulement trois profils sportifs
  • Manque de fonctions connectées
  • Rétro-éclairage trop puissant et pas réglable
  • Montre trop pauvre en fonctionnalités...

Design et finitions 8

Écran 8

Fonctions sport 4

Fonctions connectées 1

Autonomie 10

Montre connectée : Clubic compare pour vous les meilleurs modèles du moment pour vous guider dans votre achat.
Lire la suite

Modifié le 07/06/2021 à 11h17
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
4
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Marre de rayer l'objectif photo de votre smartphone ? Samsung va utiliser le Gorilla Glass DX pour le protéger
Google dévoile accidentellement de nouvelles fonctionnalités de son application photo
OnePlus Nord 2 officiel : le retour musclé du
L'OPPO Watch 2, sous ColorOS, sera annoncée le 27 juillet
Les batteries MagSafe d'Apple peuvent être utilisées pour charger les AirPods
Samsung Galaxy Z Fold 3 et Z Flip 3 : c'est confirmé, la conférence aura lieu le 11 août prochain
Un smartphone Google avec zoom optique x5 ? C'est vers le Pixel 6 XL qu'il faudrait se tourner selon cette dernière rumeur
Samsung Galaxy Z Flip 3 : des specs fuitent sur Geekbench
Samsung Exynos 2200 : une bombe graphique propulsée à l'AMD RDNA2 6 cœurs
Xiaomi remplace Apple au deuxième rang des constructeurs de smartphones
Haut de page