Les vélos en libre-service Ofo ne roulent déjà plus à Paris

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 20 décembre 2018 à 07h01
ofo vélos paris.jpg

Seulement un an après leur mise en service dans la capitale, les vélos jaunes en free floating Ofo sont déjà en pause et ne circulent plus.

Paris et les vélos en libre-service, ça n'est définitivement pas une histoire d'amour. Après les ratés de Gobee Bike et oBike, les bicyclettes Ofo sont en train de disparaître. L'entreprise chinoise a annoncé sur son compte twitter français, lundi, que son service est « malheureusement en pause. ». À Paris, Ofo possédait une flotte de 2 500 vélos en libre-service, sans borne d'attache, qui aujourd'hui n'est plus active.

Le vélo en free floating n'est pas assez rentable

Plusieurs clients ont désespérément constaté que leur abonnement à renouvellement automatique n'avait pas été reconduit. En octobre 2018, dix mois après son arrivée dans la capitale, le service Ofo se targuait d'avoir atteint le million de trajets. L'entreprise s'était même liée à la RATP via un partenariat permettant la mise à disposition de ses vélos auprès des usagers du tramway T3a à un tarif faible.

Mais les efforts d'Ofo auraient été vains, et la branche française semble payer le prix de la politique du siège chinois de la société, qui pourrait mettre un terme à ses activités à l'international, dont les retombées économiques sont loin d'être satisfaisantes. En attendant, Ofo a lancé un appel sur les réseaux sociaux pour rapatrier les vélos qui traînent encore dans la capitale.



Alexandre Boero
Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
keyplus

trop de dégradation ca peut pas etre rentable en france
il faut d’abord reformer notre systeme judiciaire ubuesque et ultralaxiste

narco

seulement a paris ce genre de choses dans d’autre grande ville ca fonctionne très bien.

marc6310

La mentalité de merde Française n’est pas adapté à ce genre de service en libre service. Les gens sont obligés de dégrader, casser tout ce qu’il leurs est mis à disposition.

exoje

Cette ville est un zoo (sans connotation raciste), tant qu’il n’y aura pas d’amendes sévères pour dégradations, il n’y aura pas d’éducation. C’est valable pour les mineurs comme ça les parents se bougeront peut-être le cul au lieu de négliger leurs enfants. Il faut secouer les gens sinon ils ne sont pas capables de comprendre, on a l’impression de vivre dans un pays de débile mentale. Tous les jours je voie des gamins entrains de voler et dégrader des vélibs là où j’habite (Paris)…

calexico-man

Genre c’est juste à cause de ça que leur service ne marche pas… Dégradation ou pas, les vélos de ces différentes compagnies sont tellement pourris, qu’après 6 mois dehors ils deviennent inutilisables…

carinae

oui enfin quand je vois a Toulouse le nombre de vélos en libre service qui boient la tasse au fond de la Garonne ou du Canal de Midi … je suis pas sur que ça soit typiquement Parisien … et ne parlons pas bien sur de ceux qui atterrissent en Roumanie …

carinae

clair … suffit de voir ce qui s’est passé avec les gilets jaunes … Vélo, voiture, scooter … tout y est passé …

bmustang

avec une passoire comme l’europe… j’imagine un peu le nombre de vélos vendu pour de la ferraille et du juteux business que rapporte à ces voyous ! Le msg de OFO en dit long

Popoulo

Et c’était aussi les gilets jaunes qui pillaient les magasins n’est-ce pas ? Mouaich…

ddrmysti

Bah euh… Oui. Les gens voudraient s’imaginer qu’ils ont à faire à des chevaliers blancs luttant pour le droit, unis et sélectionnés. Mais là réalité est la même que pour la loi travail, avec probablement quelques nobles penseurs, et surtout des gens qui ne voient que leur intérêt, et qui se vantent de leurs actes sur internet tout en se revendiquant de la cause car “tout casser, c’est notre façon de nous exprimer et de monter notre mécontentement”.
Mais bon, ils vont tout casser, sauf ce qui leur appartient, parce que bon, faut pas abuser hein, lutter et montrer son mécontentement ok, mais faudrait pas non plus que ça ai des répercutions sur eux, leur confort et leur mode de vie.