Test JBL Club 700BT : élégant et autonome sans nous ruiner

Nerces
Spécialiste Hardware et Gaming
01 juillet 2020 à 12h08
1
Le JBL Club 700BT est le moins cher des casques haut de gamme du constructeur. S'il reprend certains éléments du Club One - le grand frère - il s'en démarque aussi avec des choix dictés par le besoin de faire des économies... mais pas seulement.

La gamme Club est incontestablement le haut du panier chez JBL. Elle se décompose en trois modèles allant du 700BT au One en passant par le 950NC. Il y a quelques jours, nous vous proposions le test du plus onéreux et nous enchaînons maintenant avec le « premier prix » de la gamme. Le Club 700BT se négocie effectivement environ 150 euros, soit deux fois moins que le Club One. Un écart d'abord rendu possible par la disparition du système de réduction de bruit.

JBL Club 700BT
Simple, mais efficace et d'une rare élégance © Nerces pour Clubic

Fiche technique du JBL Club 700BT

Moins coûteux ne veut pas dire « au rabais » et le 700BT - au même titre que l'ensemble de la gamme Club - se distingue ainsi par la qualité de ses finitions sur lesquelles nous ne manquerons pas de revenir. Notons également que le 700BT conserve l'un des atouts majeurs des Club : la possibilité de fonctionner aussi bien en Bluetooth qu'en filaire... ce que l'on appelle aujourd'hui une fonctionnalité, alors que cela devrait être la norme.

Le JBL Club 700BT, c'est :
  • Type de casque : supra-auriculaire
  • Transducteur : haut-parleurs dynamiques de 40 mm
  • Sensiblité : 100 dB SPL à 1 kHz / 1 mW
  • Impédance : 32 ohms
  • Réponse en fréquence : 16 Hz - 40 kHz (passif) / 16 Hz - 22 kHz (actif)
  • Microphone : oui, 2
  • Connexion : filaire (jack 3,5 mm) ou Bluetooth 5.0
  • Spatialisation : non, stéréophonie
  • Autonomie : 50 heures
  • Logiciel : oui, JBL Headphones
  • Poids : 283 grammes
  • Prix et disponibilité : disponible, à 149 €

Au moment de tester le Club One, nous estimions que la fiche technique était finalement « assez classique ». Sans surprise, il en va de même pour celle du 700BT qui s'inspire beaucoup de son grand frère. On est toutefois surpris de voir que la fréquence en réponse couvrirait une plage un tout petit peu plus importante sur le 700BT que sur le One, notamment dans les graves avec une descente jusque 16 Hz. Notons également un changement au niveau des oreillettes (supra plutôt que circum pour le One) et, de fait, un allègement important du casque (283 grammes).

JBL Club 700BT
Griffé JBL, l'arceau central assure un bon maintien général © Nerces pour Clubic


Élégance, finitions et confort

À réception du carton du Club 700BT, on ne sent pas immédiatement la descente en gamme par rapport au Club One. Le packaging est très proche et la boîte coulisse de la même manière... mais c'est alors que la différence saute aux yeux : tandis que le Club One est livré dans une robuste boîte rigide pour son rangement / son transport, le Club 700BT est calé dans un insert en plastique. En réalité, JBL propose bien un élément de rangement / transport, mais il s'agit d'une simple housse autrement moins luxueuse et rassurante. Cela dit, c'est aussi un accessoire nettement moins cher alors pour qui n'a pas besoin de la boîte rigide...

En revanche, dès lors que l'on tient le casque entre les mains, on sent bien que JBL s'est ingénié à garder un haut niveau de finition, et ce, malgré la division du prix par deux. Le plastique est peut-être un peu plus présent que sur le Club One, mais l'arceau central profite d'une solide base en métal pour assurer un maintien aussi bon que sur le Club One. En revanche, le cuir disparaît pour laisser la place à un revêtement plastique de bon aloi, mais sans doute moins durable. Rien à redire par contre sur la mousse - peut-être un peu moins dense - qui assure un confort très appréciable une fois le casque sur le sommet du crâne.

JBL Club 700BT
L'oreillette gauche concentre les réglages de « connexion » © Nerces pour Clubic

Soulignons également la présence - toujours très appréciée - de charnières montées sur rotule. L'angle de rotation est d'environ 25°, suffisant pour que l'on glisse / ajuste le casque sans peine. Hélas, nous serons plus critiques sur le choix des oreillettes, mais notez bien qu'il s'agit d'une question de goût. JBL a effectivement opté pour un modèle supra-auriculaire. Entendez par là que les oreillettes viennent reposer sur les pavillons de nos oreilles plutôt que les englober. Certains utilisateurs préfèrent, mais ce n'est clairement pas notre cas. Nous n'apprécions pas d'avoir ainsi les oreilles « écrasées » et l'échauffement nous semble plus perceptible.

JBL Club 700BT
Alors que l'oreillette droite centralise les contrôles de volume © Nerces pour Clubic

Autre défaut du supra-auriculaire : une stabilité sensiblement moindre dès lors que l'on « agite » la tête. Le Club One était impérial à ce niveau, le Club 700BT s'en sort avec les honneurs, mais le type d'oreillettes n'aide pas, c'est indiscutable. En revanche, le poids général du casque est nettement inférieur à celui du Club One. Il faut ici compter sur à peine plus de 280 grammes et la différence se ressent nettement une fois le casque enfilé. Sur des sessions d'écoute « relax » dans le canapé du salon, ce n'est pas critique, mais au quotidien, dans les transports par exemple, c'est important.

Terminons cette présentation générale du Club 700BT en évoquant les accessoires livrés par JBL. Sans surprise, ils sont moins nombreux, mois variés que sur le Club One. Nous avons déjà parlé de la petite housse, jolie mais pas aussi pratique qu'une boîte rigide. À côté de cela, on retrouve donc un câble auxiliaire (jack 3,5 mm, 1m de long) doté d'une télécommande / micro pour utilisation avec un smartphone notamment. JBL livre également l'indispensable câble de recharge au format USB (USB-A vers USB-C), mais... c'est tout. Il fallait bien faire quelques économies et les adaptateurs livrés avec le Club One sont donc passés à la trappe.

JBL Club 700BT
JBL a conservé les charnières rotatives du Club One © Nerces pour Clubic

Plus de 55 heures d'autonomie

Nous l'avons dit, l'ensemble de la gamme Club se distingue avant tout par sa capacité à fonctionner aussi bien en mode filaire que sans fil. Le Club 700BT profite donc de cette polyvalence qui, à notre avis, devrait constituer la norme de sorte que même lorsque la batterie est passée de vie à trépas, le casque est encore bon à quelque chose. Pour le filaire, on doit hélas faire avec un câble peut-être un peu court pour un usage domestique : un mètre de long, c'est évidemment pensé pour les déplacements en extérieur, au quotidien.

Côté Bluetooth, JBL exploite depuis déjà quelque temps la version 5.0 de la norme et le Club 700BT ne fait évidemment pas exception. Techniquement, le Bluetooth 5.0 autorise une meilleure connexion, sur une plus grande distance et avec un meilleur débit. Hélas, JBL semble malgré tout se limiter au codec AAC et son plafond de 250 kbps. Dommage. En revanche, nous avons pu juger de la meilleure portée de la norme avec une connexion sans problème sur plus de 20 mètres. Enfin, il est bon de souligner qu'il reste possible d'appairer deux appareils en même temps afin de travailler sur l'ordinateur, tout en restant en mesure de prendre un appel sur le smartphone.

En plus de la connexion Bluetooth standard de votre téléphone, JBL propose une application dédiée baptisée Headphones. Celle-ci impose que la géolocalisation du téléphone soit activée. Pénible. Pour le reste et sans qu'il soit question de fonctionnalités époustouflantes, elle assure l'essentiel. Elle gère un duo indispensable pour exploiter son casque confortablement : Ambiant Aware et TalkThru. Le premier accentue les bruits environnants afin de ne pas être coupé du monde lorsque la situation l'exige alors que le second permet de tenir une conversation agréable avec quelqu'un sans avoir à retirer le casque.

JBL Headphones
JBL Headphones se montre simple, mais pas simpliste © Nerces pour Clubic

Par ailleurs, l'application intègre un efficace égaliseur disposant de plusieurs préréglages. Certains sont liés à la nature des morceaux écoutés quand d'autres sont davantage dans l'air du temps : ils auraient été préparés par des DJ de renom afin d'apporter une touche « tendance » à votre écoute. Sinon, rien que de très classique sur cette application qui affiche, bien sûr, le niveau de batterie du casque. Il est d'ailleurs bon de préciser que, ce n'est pas toujours le cas, les spécificités avancées par le constructeur ne sont pas seulement respectées, elles sont dépassées.

Officiellement, le Club 700BT est effectivement capable de tenir 50 heures en mode Bluetooth. Dans les faits, nous avons été en mesure d'écouter autour de 55 heures avant que le casque n'implore sa recharge. Une performance que l'on peut mettre sur le compte du bas volume utilisé - nos petites esgourdes sont sensibles - mais qui n'en demeure pas moins de très bon niveau. Petit regret cependant, JBL ne semble pas avoir reconduit la charge rapide du Club One qui autorise deux heures d'écoute après seulement 15 minutes de recharge. Tant pis.

JBL Club 700BT
« C'est comme le Port-Salut, c'est écrit dessus » © Nerces pour Clubic

Écoute agréable, rendu équilibré

Le design est réussi et les fonctionnalités sont au rendez-vous, mais au final, ce qui compte vraiment quand on achète un casque du niveau du Club 700BT, c'est bien la qualité de restitution audio. En un mot comme en cent, nous n'avons pas été déçus et même s'il reste un cran en-dessous du Club One testé il y a peu, ce « petit » modèle fait plus que correctement le job. De manière générale, nous sommes d'abord satisfaits par la très faible coloration proposée. L'ensemble garde une neutralité de bon aloi, qu'il sera toujours possible d'altérer via l'égaliseur.

De manière plus détaillée, il convient de souligner une légère tendance à surexposer les graves, mais sans que cela soit pénible. JBL ne cède pas à la mode - pas si nouvelle d'ailleurs - qui veut qu'on étouffe les fréquences par de grosses basses. Non, sur l'ensemble des graves et des bas médiums, le 700BT sait rester sobre. On note tout de même un certain creux autour des 5 kHz et une légère exagération autour des 7-8 kHz avant un nouveau creux sur les aigus. Là non plus, rien de catastrophique, mais les plus mélomanes pourraient y trouver à redire.

Sélection audio

Reste que dans la majorité des situations, le Club 700BT est un concurrent sérieux, un casque à la musicalité intéressante. Il se montre parfaitement à l'aise dans les transports, au quotidien, mais peut également permettre de passer un agréable moment d'écoute, tranquille dans le salon. Puisqu'il faut trouver à redire, soulignons tout de même un petit manque de « peps » du côté des graves et sur nos morceaux test favoris - Angel de Massive Attack et Iieee de Tori Amos - cela saute « aux yeux », sans être rédhibitoire, entendez-nous bien.

Notez bien que tout ce que nous venons de dire concerne une écoute filaire. En effet, le principal écueil du Club 700BT, nous l'avons déjà évoqué : JBL se contente du codec AAC en Bluetooth. Un choix évidemment contestable pour un produit aussi bien destiné à des utilisateurs iOS qu'Android. Un choix encore plus contestable alors que JBL vante l'Hi-Res Audio. Difficile avec des débits de 250 kbps. Nous aurions bien sûr souhaité un passage vers l'AptX ou l'AptX HD (au moins 352 kbps) à défaut de pouvoir directement viser le LDAC. Dommage.

Enfin, un petit mot pour s'éloigner du monde musical et évoquer la compatibilité du Club 700BT avec l'Assistant Google et Amazon Alexa. Là, JBL se conforme au cahier des charges propres à chacun des systèmes, mais permet une utilisation très intuitive, sans mettre la main au téléphone. En effet, l'oreillette gauche permet l'activation du service préalablement configuré via l'application Headphones de JBL. Simple, mais efficace.

JBL Club 700BT
© JBL

JBL Club 700BT : l'avis de Clubic

Dans un registre sensiblement différent du Club One, JBL signe avec le 700BT une autre réussie. Une réussite que nous ne retiendrons pas à titre personnel à cause d'un choix de conception qui ne saurait cependant avoir un impact majeur sur la note finale : nous n'apprécions guère le supra-auriculaire, mais il a la préférence de certains utilisateurs. De manière plus objective, on regrette forcément un choix technologique de JBL : celui de se limiter au codec AAC alors que le Bluetooth 5.0 permet tellement mieux. Heureusement, il est reste possible d'exploiter de la connexion filaire, dans le confort de son canapé pour profiter au mieux des qualités audiophiles du 700BT. Un casque homogène, plus neutre que la moyenne et qui ne souffre que d'un léger creux dans les médiums sans trop de conséquences. Élégant, confortable et capable d'un rendu audio plutôt flatteur, le 700BT est un modèle solide à défaut d'être exceptionnel.

JBL Club 700BT

7

Les plus

  • Design réussi, finitions de qualité
  • Fonctionne en filaire et en Bluetooth
  • Rendu audio relativement neutre
  • Application pratique, avec égaliseur
  • Très bonne autonomie (+55h)

Les moins

  • Supra-auriculaire pas très confortable
  • Isolation phonique partielle
  • Bluetooth limité au codec AAC
  • Densité des contrôles

Qualité audio7

Ergonomie8

Design8

Construction7


Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
2
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Shuttle annonce un nouvel ordinateur fanless tout-en-un en Intel Core i3
Samsung lance des SSD de 8 To pour PC (et pour pas si cher en plus !)
Death Stranding : la version PC supportera le DLSS 2.0 de NVIDIA
Une TV LED 4K UHD 65
Bon plan Samsung : la tablette tactile Galaxy Tab A 10,1
Netflix propose désormais une période d'essai de sept jours
Nintendo veut étirer le cycle de vie de la Switch pendant très longtemps
Un document Intel confirme l'arrivée du socket LGA1700 pour les processeurs Alder Lake
Akira, référence de l'animé japonais et de la SF, s'offre un coffret de légende
Apple Arcade : la sortie de plusieurs jeux annulées pour cause de repositionnement stratégique
Haut de page