Test Marshall Monitor II ANC : Le casque audio de la maturité

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
17 mars 2020 à 16h50
0
La note de la rédac
Grand nom de l'ampli guitare, Marshall s'est depuis presque 10 ans diversifié dans le domaine du casque audio (et des enceintes Bluetooth/wifi) grâce au fabricant suédois ZoundIndustries, avec des hauts et des bas. Des design toujours 100% Marshall, mais un son tantôt équilibré tantôt à la limite de la caricature. Sommet de la gamme, la série Monitor n'était pourtant pas jusqu'alors la plus réussie. Une structure un peu rigide, pas (encore) de réduction de bruit, un son agréable, mais très dépendant de la morphologie du porteur. Loin d'être une simple itération, ce nouveau Monitor II ANC promet ainsi d'être une remise à plat. Nouveau son, nouvelle ergonomie, réduction de bruit, prix en conséquence (300 euros). De quoi rejoindre l'armée de jolis casques ratés, ou de s'affirmer comme une vraie réussite.

Un design presque égal, un confort nouveau

Pour qui ne serait pas un spécialiste de la marque ou des casques audio, le Monitor II ANC ressemble à son prédécesseur Monitor Bluetooth. Des coques ovales avec revêtement vinyle, une structure en métal, et une excellente finition générale.

Si déjà la finition semble monter d'un léger cran avec le Monitor II ANC, quelques petites touches viennent même casser la routine. Premièrement, la casque passe enfin à des coques pivotantes à 180°. En plus d'une structure ne prenant plus aucune place une fois repliée sur elle-même, nous bénéficions enfin d'une certaine souplesse une fois sur la tête.

Marshall Monitor II ANC (14).jpg

La structure rigide des premières versions du Monitor était un très gros défaut pour qui n'avait pas la tête "idéale". Les coussinets n'étaient pas, en permanence, scellés sur l'oreille, ainsi le port devenait un peu plus désagréable, l'isolation et les basses facilement en retrait. Ici, absolument aucun problème, le Monitor 2 ANC s'adapte à toutes les formes de crane. L'arceau a également été légèrement repensé, encore plus ovale qu'avant. Cette disposition permet de davantage épouser la forme (standard) d'une tête qu'un modèle arrondi.

Seule bémol, le poids plus important que les modèles Sony ou Bose, XX g. Au final, nous sommes pourtant dans du très bon, quand les anciens monitor étaient seulement moyens : Les coussinets ont été épaissis et le serrage est réduit, l'arceau reste bien rembourré, le système de pivot permet enfin de ne pas se soucier de la position des branches. Sans faire aussi bien que les Bose Headphones 700 ou que le Sony WH-1000xm3, le Marshall Monitor II ANC est un excellent élève, même pour les porteurs de lunettes.

Marshall Monitor II ANC (4).jpg

Terminons sur le packaging, un peu chiche. Alors que le modèle Mid ANC venait avec une housse semi-rigide assez qualitative, ce casque n'est livré qu'avec une pochette souple en tissu, protégeant de la poussière, mais pas tellement plus. Un manque que la marque justifie par le côté entièrement pliable du produit, moins exposé aux chocs. Pas d'adaptateur pour prise avion, mais la marque livre un câble spiralé de très bonne qualité, ainsi qu'un câble USB-C standard.

Acheter Marshall Monitor II A.N.C. sur Son-Video
Acheter Marshall Monitor II A.N.C. sur Amazon

Une étonnante ergonomie

Personne n'a encore trouvé la recette magique pour les contrôles sur un casque. Bose ou Sony combinent navigation tactile perfectible et boutons, d'autres comme les Sennheiser Momentum 3 ou Focal Listen Wireless utilisent un système tout en bouton assez frustrant, Marshall propose une alternative intelligente.

Marshall Monitor II ANC (6).jpg

À première vue pas de bouton, et pourtant. La petite touche dorée de la coque droite est un joystick à 4 directions et cliquable, que les utilisateurs Marshall connaissent depuis les anciennes versions Bluetooth. Celui-ci permet d'à la fois être complet et précis sur la navigation et le réglage de volume, tout en ne prenant que peu de place. À l'usage, il faut bien avouer que ce modèle moins technologique que chez Bose ou Sony à la mérite d'être simple et totalement au point. L'allumage et l'appairage passent également par ce bouton multifonction.

Le Monitor II ANC apporte une nouvelle touche très bien pensée, en dissimulant totalement 2 autres boutons à l'arrière des branches de chaque coque. À gauche un bouton ANC, permettant d'alterner entre les différents modes. À droite un bouton M, permettant soit de basculer entre 3 égaliseurs prédéfinis dans l'application dédiée (un normal et 2 personnalisables), ou un appel à un assistant vocal, soit Google Assistant soit l'assistant défini en natif.

Marshall Monitor II ANC (12).jpg

Rien à dire sur l'ergonomie donc, le produit propose autre chose que la concurrence et le réussit parfaitement.

Une application déjà très honnête

Le produit n'étant pas encore sorti à l'heure où nous écrivons ce test, seule une version Beta dev de l'application dédiée Marshall était disponible. Mais mise à part quelques rares plantages et quelques petites choses pas encore implémentées, tout était fonctionnel.

Marshall Monitor II ANC (22).jpg

Au démarrage, l'application détecte le casque sans aucune manipulation nécessaire. Un onglet principal (un peu vide) se présente alors, affichant l'état du casque, son niveau de batterie à 10% de précision, un petit onglet égalisation et un onglet ANC.

À gauche, une barre de menu totalement inutile renvoyant vers les paramètres de l'application, à savoir uniquement l'abonnement à une newsletter et une demande de partage de donnée. Pour le reste, un renvoi vers la boutique Marshall, une aide et un à propos. Cette application étant une "pré-version", elle ne sera pas forcément représentative de la version finale.

Marshall Monitor II ANC (23).jpg

Le petit onglet égalisation fonctionne en 3 réglages prédéfinis, le premier étant réservé au "son Marshall", qu'on ne peut ni déplacer ni régler. Les 2 suivants peuvent être réservés pour l'un des 7 égaliseurs prédéfinis, ou un mode personnalisable. Notons que l'égaliseur utilise un fonctionnement paramétrique en 5 bandes. On peut constater son bon fonctionnement, même s'il reste assez timide, le visuel que donne l'égalisation rock ou métal donne l'impression que nous allons faire un bon V à la truelle, en pratique le changement n'est pas immense. De quoi légèrement modifier le caractère du casque donc, mais pas tellement plus. Rappelons qu'une égalisation peut rapidement faire exploser la distorsion de certaines fréquences.

J'aime quand un casque se connecte sans accroc

Très bon point sur la connectivité. Le modèle ne nous a pour ainsi dire jamais posé de problème de connexion ou de stabilité. Ce dernier point n'est sans doute pas sans lien avec la présence de l'unique codec SBC (le seul obligatoire). Adaptif et pouvant donc rapidement baisser en bitrate au besoin, il reste stable mis à part dans quelques cas extrêmes.

Marshall Monitor II ANC (25).JPG
merci à @chibipaul pour me laisser utiliser sa vilaine trogne

Difficile de comprendre pourquoi, ne serait-ce que d'un point de vue marketing, le Monitor II ANC ne propose que ce modèle. Une petite vérification de la puce utilisée pourrait donner une partie de la réponse, mais en désossant (en douceur) le casque on s'aperçoit que celle-ci est une CSR/Qualcomm QCC5124, référence étant largement marketée pour l'AptX, l'AptX HD voire l'AptX Adaptive. La seule raison valable demeure dans l'autonomie, forcément meilleur avec du SBC. Mais pourquoi dans ce cas avoir fait l'impasse sur du AAC, encore supérieur à ce niveau ?

Terminons sur une note de bonheur, avec la présence du multipoint. Il est ainsi possible de connecter le casque en profil musique sur 2 sources à la fois. La lecture sur l'un des appareils coupe le flux de l'autre, et ainsi de suite, sans avoir besoin de se déconnecter de l'un ou de l'autre. Une solution faisant cruellement défaut au Sony Wh-1000xm3 ou à des True Wireless comme les Airpods Pro.

Autonomie de petit chameau

L'autonomie est annoncée à 30 h en Bluetooth avec réduction de bruit (ou mode Retour de Son), et 45 h en mode Bluetooth seul.

À l'usage nous n'avons pas eu de tels chiffres, mais pas loin : 28 h 30 en Bluetooth + ANC, 44 h en Bluetooth seul. Quoiqu'il en soit, ces chiffres sont déjà très bons, un usage modéré permet de tenir une ou deux semaines sans recharger.

Des micros qui isolent et savent à peu près parler

On s'en doute un peu, Marshall n'a pas les années de R&D de Sony et Bose en matière d'isolation active. Même à 300 euros on ne s'attend donc pas à de tels miracles. Cela se confirme plutôt dans les faits.

Le Monitor II ANC propose ce qu'on peut appeler un bon rendu, voire un très bon rendu si l'on prend en compte les fréquences vraiment déterminantes, autour des 100 Hz et plus. Le modèle n'est pas dans le peloton de tête, mais propose une approche tout à fait correcte et largement assez bonne dans la majorité des cas.

Marshall Monitor II ANC (24).jpg

Soyons honnêtes, le Sony WH-1000Xm3 reste très loin en termes de performance. Ce dernier réduit les bruits à plus basses fréquences, et de manière bien plus prononcée. Le Marshall arrive à atténuer de près de 15 dB en moyenne, quand le Sony plafonne à 30. À l'écoute le constat est sans appel, mais l'avance du Japonais est telle qu'il n'y a guère que le B&W PX7 ou le Bose Headphone 700 pour ne pas paraître vraiment en retrait. Si cette option est réglable en intensité, il n'y a pour le moment aucune différence entre le niveau 10% et le niveau 100%, ce qui est peut-être un défaut de la pré-version de l'appli.

Le mode Retour sonore, ou Transparency, est plutôt correct. Son seul défaut est de sabrer assez largement les aigus. Nous avons alors une impression d'étouffement, mais une certaine cohérence dans l'écoute. Nous sommes à des années-lumière de ce que fait le Bose Headphone 700, mais le résultat reste plus agréable que celui assez déplorable du Sony. Notons que ce retour sonore est réglable lui aussi, et fonctionnel cette fois.

Constat assez proche pour la qualité du micro en appel. Soyons clairs, rien de bien fou. La qualité est à peine correcte, là encore un peu meilleure que celle du Sony (et encore), avec une atténuation des bruits extérieurs un peu supérieure, mais une certaine difficulté à rendre correctement la voix en milieu bruyant. Le vent, tout autant qu'avec le Sony, est son pire cauchemar.

Un son à l'équilibre, ou presque

Une chose frappe immédiatement, le Monitor II ANC suit plutôt les traces du précédent modèle. Pas de gros V qui tache, mais un rendu étonnamment équilibré pour un casque ANC. Si vous aimez la signature extrêmement ronde du Sony WH-1000xm3 ou du Sennheiser Momentum 3, fuyez.

Marshall Monitor II ANC (16).jpg

Néanmoins, cette sorte d'équilibre n'existe vraiment que d'un point de vue global. Pour faire simple, pratiquement tout le spectre (excepté passé les 10 kHz, toujours particuliers) audio est contenu dans une petite fenêtre de 10 dB. Mais à l'intérieur, on remarque quelques pointes et quelques creux. Le casque une légère accentuation dans les basses, mais suffisamment mesurée pour que cela passe comme équilibré. Les petites déviations sont plus à chercher dans les haut-médiums, marqués par une petite mise en avant, mais surtout un ou deux pics. À l'oreille le Marshall met en avant les guitares et les voix. La signature est alors assez claire, mais pas agressive ni criarde, rien qui ne la rende désagréable sur tel ou tel style, pas même ce qui est métal ou électro pêchu.

Les aigus se tiennent dans un mouchoir de poche, ni en retrait ni trop en avant, ce qui leur permet de garder un certain naturel. Notons quand même qu'ils ne sont pas totalement réguliers ni fabuleux de qualité. Pas trop artificiels à l'oreille, ils bénéficient surtout des errements de la concurrence dans cette gamme de fréquences.

Marshall Monitor II ANC (9).jpg

Le casque est un passe-partout. Assez puissant, avec des basses bien tenues (il y a tout de même mieux), une certaine pointe lui permettant d'être assez tranchant sans être trop agressif. La scène sonore et le niveau de détails sont tout à fait dans ce qui l'on demande dans cette gamme de prix.

Pour comparer avec Sony WH-1000Xm3 : Ce dernier sonne très sombre, presque voilé en comparaison, même si le transducteur semble techniquement au-dessus. À l'inverse, le Bose Headphone 700 a quelques similitudes. Un brin plus prononcé dans les basses, il met aussi légèrement en avant ses haut-médiums pour tenter de rendre une copie claire.

Marshall Monitor II ANC (20).jpg

La qualité de ses réglages et, il semblerait, l'utilisation d'un nouveau transducteur, permettent au produit de faire mieux que ce qui était proposé sur le Monitor Bluetooth, cela malgré une signature très semblable. Le mode Bluetooth seul (ANC off) est marqué par une petite baisse du niveau de basse. L'écoute est alors un peu plus timide, un choix qu'on pourra toujours rehausser avec les égaliseurs.

L'avis de Clubic sur le Marshall Monitor II ANC

Sans doute le casque de la maturité pour Marshall, le Monitor II ANC réussi presque tout ce qu'il entreprend. Bien fini et confortable, ergonomique, très autonome et doté d'une sonorité très polyvalente, ce modèle est une vraie alternative aux ténors du marché. Pas aussi technologique que les Sony ou les Bose, il propose d'autres arguments.

Marshall Monitor II ANC

Les plus
+ Excellente construction
+ Ergonomie atypique mais très réussie
+ Autonome
+ Son équilibré et personnalisable
+ Multipoint
Les moins
- Unique codec SBC
- ANC en dessous des Meilleurs
Construction
Confort
Ergonomie
Isolation
Son
4.5

Acheter Marshall Monitor II A.N.C. sur Amazon
Acheter Marshall Monitor II A.N.C. sur Son-Video
Modifié le 19/03/2020 à 15h59
2
3
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
Les employés de Facebook s'insurgent contre le refus de Zuckerberg de censurer les posts de Donald Trump
ITER : le premier élément du Tokamak est installé
scroll top