Test Sennheiser CX 400BT TW : l'austérité technologique, en contrepartie d'un son royal

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
02 décembre 2020 à 18h05
5

Chemin assez atypique qu’est celui de Sennheiser dans l’univers des écouteurs True Wireless , plutôt luxueux et haut de gamme, mais pas au sommet de la technologie. Ainsi, bien que très convaincants sur le confort, la fabrication et la partie sonore, les Momentum TW 2 se voyaient plombés par une réduction de bruit active pour la moins faiblarde, et une autonomie presque décevante. N’étant pas là pour corriger les défauts mais condenser les qualités dans une version plus accessible, sans ANC, les Sennheiser CX 400BT TW proposent une expérience moins luxueuse, mais tout aussi ambitieuse d'un point de vue sonore. Un tueur dans cette gamme de prix ? Ou juste un modèle à la traine ?

Sennheiser CX 400BT TW
  • Un son au-dessus du lot
  • Très bonne isolation passive
  • Commandes complètes
  • Pratiquement aucune fonction annexe
  • Pas de certification IP ni de multipoint
  • Autonomie moyenne

Un peu moins de luxe, plus adapté aux poches

La forme des CX 400BT TW n’est pas fondamentalement différente de celle des Momentum TW 2. Pas spécialement compacts, mais assez
élégants, ils affichent un dos est un peu plus épais et plus anguleux. Ce dos s'achève par une surface laquée plutôt réussie, tranchant avec l’aluminium tourbillonnant auquel la marque nous a habitués. La partie interne (les écouteurs étant construits en deux parties distinctes), canule et fond bombé, reste totalement identique à celle des Momentum TW 2.

Sennheiser CX 400BT TW
Le dos est moins large sur les Momentum TW 2 (haut) que sur les CX 400BT TW (bas), sans que cela soit énorme en pratique

Rien à dire sur la fabrication en elle-même, sans jeu ni réelle faiblesse. Les écouteurs sont relativement denses, l’enveloppe mate (excepté le dos) n’étant pas trop salissante. Le seul petit reproche est à faire à la boite de charge, moulée dans un plastique particulièrement léger, à peine digne d’un milieu de gamme, et également plus salissant que les écouteurs. Au
moins, la charnière n’a pratiquement aucun jeu, à défaut d’inspirer une
confiance totale.

Ce boîtier de recharge/transport est, heureusement, plus compact que celui des Momentum TW 2. Loin de la taille mini des AirPods Pro ou des Jabra 75 T, il peut enfin se glisser dans une poche (pas trop étroite), ce qui était difficile sur les autres Sennheiser.

Sennheiser CX 400BT TW

La recharge passe par sa prise USB-C, un petit bouton permettant d’indiquer le niveau de charge des écouteurs, s’affichant sur une led à trois couleurs, vert, orange ou rouge. Dommage de faire une fois de plus
l’impasse sur la charge à induction, de plus en plus présente chez la
concurrence.

 Un exemple de confort et d’isolation

Plus semi-intra que véritables intra-auriculaires (canule rentrant dans l’oreille), les Sennheiser CX 400BT TW sont presque aussi confortables que leurs ainés. Une fois le bon embout trouvé, la tenue est excellente, sans que les écouteurs ne paraissent intrusifs. Un petit bémol, selon les morphologies d'oreilles, vient du dos un poil plus large que sur les
Momentum TW 2. Chez certaines personnes, cet embonpoint amène une légère pression sur le contour de l'oreille, créant une petite gêne sur les longues sessions. Dans l'ensemble, nous sommes sur quelque chose de très correct, même si inférieur à des références type Jabra 75T.

Sennheiser CX 400BT TW
Lequel est lequel ? Même canule et donc isolation passive à peu près semblable entre les CX400BT (gauche) et les Momentum TW 2 (droite)

On ne conseillera pas les CX 400BT pour un usage sportif. Premièrement, il n’y a pas de système de retour sonore, ce qui nous coupe un peu trop du monde. Deuxièmement, et assez gênant à notre goût, l’absence de certification IP, ce qui est assez anormal à un tel tarif. D'autant plus
étrange que les Momentum TW 2 étaient certifiés IPX4.

Ces derniers ne brillaient pas par leur isolation active, mais l’isolation passive (crée par les embouts et la canule) était une vraie réussite, suffisamment efficace très légèrement atténuer les basses-fréquences, et attaquer déjà sensiblement les médiums. Ici, le constat est le même, une
isolation passive suffisante pour la plupart des cas, extrêmement efficace dans les aigus, ne s'effondrant que face aux bruits ronronnant.

Une ergonomie simple et légèrement repensée

En l’absence de réduction de bruit active, les commandes des CX 400 BT deviennent plus simples. Elles reposent toujours sur l’utilisation d’une surface tactile, assez large, placée sur le dos laqué de chaque écouteur.
Indépendant l'un de l'autre, chaque zone peut se voir ainsi assigner une
fonction spécifique pour une, deux, trois tapes, ou un appui long.

Par défaut, les contrôles sont :

  • Écouteur gauche : Pause/lecture pour 1 tape ; morceau précédent pour 2 tapes ; aucune fonction pour 3 tapes ; diminution du volume avec un appui long
  • Écouteur droit : Appel à l’assistant vocal du smartphone pour 1 tape ; morceau suivant pour 2 tapes ; pas de fonction pour 3 tapes ; augmentation du volume avec un appui long
Sennheiser CX 400BT TW

A l’instar de la plupart des modèles, une petite latence est perceptible entre l’appui (signalé par un léger bip) et l’action. Ce retard n’est pas le signe d’une lenteur des commandes, mais plutôt de la latence en audio, coupant la musique immédiatement sur le smartphone, mais composant avec le délais d’envoi vers les écouteurs, incompressible. A ce titre, les
Sennheiser sont loin d'avoir une latence exemplaire. Cette latence étant
compensée par la très grande majorité des applications vidéo, cela n'est pas très grave en pratique.

Pour le reste, les commandes sont assez précises, même s’il est nécessaire d’appliquer le doigt sur une surface conséquente.

Notons tout de même, sur les CX 400BT TX, l’absence de capteur optique. Les écouteurs ne permettent ainsi pas de couper et remettre la musique, si enlevés ou replacés dans l’oreille. Ce manque est là-aussi assez étrange pour un produit à 200 euros.

Une application, toujours aussi sérieuse

Pas aussi complète que l’application Sony Headphones Connect, référence du genre, ou même que l’application MySound+ de Jabra, Smart
Connect de Sennheiser reste excellente.

Sennheiser CX 400BT TW

Très épurée, l’application permet quelques réglages divers, ou d'effectuer des mises à jour. Notre test s'est effectué sur la version 2.11.0 du firmware

L'égaliseur maison de Sennheiser reste disponible avec les CX 400BT TW. Assez précis même si un peu déroutant, il s'articule autour d'une sorte
de « point d’équilibre », sur lequel la signature sonore va venir se régler. Un égaliseur graphique est également présent, mais ne prenant en compte que trois grandes bandes de fréquences (basses, médiums, aigus), autant dire presque inutile.

Sennheiser CX 400BT TW

Enfin, l’application permet de personnaliser les commandes. Le peu de fonctions disponibles ne permet pas d’aller extrêmement loin, mais
suffisamment pour être complet sur la navigation et le réglage de volume. Que demande le peuple.

La bonne vieille stabilité de connexion

Sennheiser reste encore et toujours sur une connexion maître-esclave, et non en sniffing (l’un interceptant le flux de l’autre), lequel serait plus efficace et moins énergivore. Ici, la connexion se fait à partir de l'écouteur
droit, utilisable seul, ou relayant le signal sur l'écouteur gauche. Ce n'est
pas une surprise, mais Sennheiser n'intègre toujours pas une connexion
multipoint.

Sennheiser CX 400BT TW

Ces soucis mis à part, la connexion est tout à fait stable et la portée plus que correcte, le modèle ne coupant le son que dans les conditions vraiment extrêmes.

Sennheiser, via sa puce Bluetooth 5.1, conserve le trio de codecs SBC, AAC et AptX, ce qui demeure le maximum possible à l’heure actuelle, sur True Wireless (à part quelques codecs plus exotiques).

Autonomie

Annoncée à 7 h en simple charge, l'autonomie est, pour ne pas changer les habitudes Sennheiser, un peu surévaluée. En pratique, nous avons atteint 5 h50 en AAC, et 4 h 30 en AptX, un score moyen. Le boitier de recharge permet d'ajouter un peu moins de 2 cycles.

Un son doux et haut de gamme

L’une des forces des Sennheiser CX 400BT TW est d’avoir repris les transducteurs dynamiques de 7 mm équipant les Momentum TW 2. Ces
haut-parleurs permettaient déjà de rivaliser avec des ténors comme les Sony WF-1000xm3, pour une signature assez différente, bien à eux.

Sennheiser CX 400BT TW

Nous n’allons pas tourner autour du pot, les CX 400 BT n'ont pas dénaturé les qualités de ces transducteurs. Il n’y a pas, comme avec les WF-SP800N (utilisant les mêmes HP que les WF-1000Xm3), de baisse de qualité technique par rapport aux écouteurs plus chers. 

Le son reste donc extrêmement maitrisé, marqué par des basses légèrement mises en avant, un peu plus rondes que percutantes (mais
suffisamment puissante), très équilibrées (sans vrais écarts), et bien
enveloppantes, sans aucune lenteur. Les médiums, assez neutres, font place à des aigus un peu plus oscillants.

Sennheiser CX 400BT TW

C'est sur cette gamme de fréquences qu'apparait une légère scission avec les Momentum TW 2. Ces derniers attaquaient les aigus par un petit pic, laissant place à un creux perceptible autour des fréquences les plus « agressives », pour revenir à un certain équilibre sur le reste des fréquences.
Un caractère légèrement atypique, mais pas désagréable du tout.

Ici, les CX 400BT TW empruntent un autre chemin, en étant encore plus équilibrés sur les basses/médiums et le début des aigus, s'enfonçant
ensuite dans un creux encore plus marqué, peut-être un peu trop diront certains. Cela se traduit par des voix un peu plus en retrait et, pour les amoureux des styles vocaux, par un léger voile sur l'écoute, plus ou moins perceptible selon les morceaux. Il ne faudra clairement pas choisir ces écouteurs pour du chant lyrique.

Autre différence, un pic assez sec pointe le bout de son nez vers les 8-10 kHz, mettant en avant des instruments type cymbales, tout en réhaussant le niveau de détail. Sauf sur quelques morceaux, ce choix est assez bénéfique, ouvrant un peu plus la scène sonore qui, à l'image des Momentum TW 2, est étonnement large pour des écouteurs.

Sennheiser CX 400BT TW

 Même si très proches, nous pourrions dire que les Momentum TW 2 sont un peu plus à l'aise sur les styles rapides, et plus équilibrés sur les voix. Les CX 400BT TW sont un peu plus détaillés, mais surtout, tout aussi
brillants techniquement, et encore moins agressifs. Dans les deux cas, ces
modèles permettent déjà de profiter d'une excellente qualité sonore à volume faible ou modéré.

En synthétisant, nous avons des écouteurs plus équilibrés que la moyenne des True Wireless, pas forcément plus chauds, mais moins tranchants,
moins agressifs, plus vinyliques s'il fallait faire une analogie. La mode est à
la signature en V, boostant les basses et les haut-médiums ou aigus, ce que ne font pas vraiment les écouteurs de Sennheiser, si n'est en trichant légèrement sur un pic précis.

L'objectif de la marque semble réussi, puisqu'il est difficile de trouver meilleur techniquement, dans cette gamme de prix, et même au-delà. Il y a plus percutant, plus basseux, plus clinquant, mais trouver une signature aussi maîtrisée relève de l'exploit. La qualité des transducteurs fait clairement la différence, et le réglage du son assez intelligent. 

Sennheiser CX 400BT TW

L'égaliseur de l'application permet de récupérer assez facilement les aigus s'étant égarés dans le creux de la signature, mais n'est malheureusement pas assez précis pour ne pas déborder sur les autres fréquences. Si Sennheiser pouvait nous pondre un égaliseur graphique digne de ce nom, en complément de son égaliseur maison, cela serait un gros plus.

 L’avis de Clubic sur les Sennheiser CX 400BT TW

Difficile de faire l’impasse sur l’austérité technologique des écouteurs de Sennheiser. Il ne faut ainsi pas compter sur une certification IP, multipoint, capteur optique, connexion droite/gauche indépendante, recharge induction, la marque n'envoie pas du rêve pour un produit à 200€. Mais, si nous considérons les CX 400BT TW pour ce qu’ils veulent être, à savoir des écouteurs confortables et audiophiles, le pari est totalement réussi. Sennheiser emprunte des chemins de traverse, s'adressant à une partie non-négligeable des utilisateurs.

Sennheiser CX 400BT TW

8

Pas de réduction active et pratiquement aucune fonction avancée, les Sennheiser CX 400BT TW sont plutôt austères. Mais la très bonne isolation passive, les commandes complètes, et surtout la qualité sonore vraiment excellente pour cette gamme de prix, font que le produit reste tout à fait recommandable.

Les plus

  • Un son au-dessus du lot
  • Très bonne isolation passive
  • Commandes complètes

Les moins

  • Pratiquement aucune fonction annexe
  • Pas de certification IP ni de multipoint
  • Autonomie moyenne

Fabrication 7

Ergonomie 8

Isolation 7

Autonomie 6

Qualité sonore 9

Modifié le 24/12/2020 à 13h32
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
5
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Téléviseurs 8K, un marché de niche ? Plus de 50 modèles ont été certifiés au 1er semestre 2021
Galaxy Buds 2 : des specs et le prix des écouteurs Samsung ont fuité en ligne
LG met à jour sa gamme d'intra sans-fil avec les TONE Free FP à nettoyage UV
Samsung profiterait du CES 2022 pour dévoiler les premiers téléviseurs QD-OLED
Bang & Olufsen lance Beoplay EQ, des écouteurs True Wireless à réduction de bruit
Nothing ear (1) : les mystérieux et très attendus écouteurs transparents se dévoilent enfin
Course de drones : un algorithme parvient à battre deux pilotes
Routeur Wi-Fi 6, écran gaming WQHD, écouteurs... Xiaomi annonce 5 nouveaux produits
Les nouveaux AirPods pourraient être lancés en même temps que l'iPhone 13
Ear (1) : l'application des futurs écouteurs de Nothing est disponible sur le Play Store
Haut de page