L'entreprise russe qui veut mettre des publicités en orbite a un premier client : PepsiCo

le 16 avril 2019 à 08h55
0
Satellite

Alors que le projet de StartRocket d'envoyer en orbite des publicités paraissait lunaire à son annonce en janvier, la startup aurait enfin un premier client : PepsiCo.

Mais jusqu'où ira la publicité ? Alors que l'espace public est déjà saturé de publicités en tous genres - jusqu'à des dizaines de milliers de stimuli par jour -, la startup russe StartRocket a eu la bonne idée de s'éloigner de la Terre pour envoyer les publicités dans le grand vide de l'espace. Si le projet devient bel et bien réalité, PepsiCo pourrait lancer ses premières bannières en orbite d'ici 2021.

Un logo Pepsi dans l'espace en 2021 ?


Vous avez toujours rêvé de voir le logo de Pepsi scintiller parmi les étoiles ? StartRocket pourrait enfin faire de ce rêve - ou de ce cauchemar - une réalité. Grâce à ses nano-satellites, baptisés CubeSats, la startup pourrait permettre à Pepsi de vanter les mérites de sa boisson énergisante « Adrenaline Rush » au cœur d'une « campagne visant à lutter contre les stéréotypes et les discriminations à l'encontre des gamers ».

Loin d'être une blague, Olga Mangova, porte-parole de PepsiCo Russie, a confirmé ce partenariat auprès du site Futurism en ajoutant que les « panneaux publicitaires en orbite représentent une révolution sur le marché de la communication ». Une révolution qui pourrait même démarrer dès 2021.

De la Terre à la Lune : StartRocket ne peut pas échapper à la loi


D'un point de vue technique, ces CubeSats pourraient graviter entre 400 à 500 km d'altitude, aux côtés de l'ISS (environ 400 km d'altitude), et rendre visibles les messages publicitaires pendant environ six minutes, trois à quatre fois par jour.

Un projet ambitieux sur le papier, mais qui ne manquera pas de se heurter à des barrières de taille. Si les CubeSats posent un problème de pollution visuelle et d'éthique, on peut se demander si StartRocket obtiendra l'autorisation nécessaire pour envoyer ses satellites en orbite. Le Traité de l'Espace ratifié en 1967 prévoit que « les activités non-gouvernementales dans l'espace, comprenant la Lune et les corps célestes, doivent obtenir l'autorisation préalable, puis la surveillance permanente de l'État membre concerné par le traité ». Reste à voir si le Kremlin acceptera ou non de se porter garant d'un tel projet qui stationne toujours à sa phase de financement.

Modifié le 16/04/2019 à 11h06
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top