Découverte de 71 nouvelles espèces en 2019 !

Aymeric Pontier
Spécialiste environnement
03 février 2020 à 09h46
0
Nouvelles espèces en 2019
© Académie des sciences de Californie

L'année 2019 s'est achevée il y a peu. Et comme les précédentes, elle a révélé son lot de surprises et de découvertes en matière de biodiversité. En tout, 71 espèces animales et végétales ont pu être identifiées pour la première fois : geckos, araignées, plantes, fourmis, etc.

L'arbre de la vie sur Terre est loin d'avoir été entièrement recensé par Sapiens. Sur les 8,7 millions d'espèces qu'il est supposé contenir, seule une toute petite partie est aujourd'hui connue. Nombreux sont les territoires sur Terre qui demeurent peu ou pas explorés. Cependant, même les lieux très visités peuvent révéler des espèces non encore repérées !


Quels sont les nouveaux visages de la biodiversité ?

Parmi les êtres vivants qui sont venus rejoindre l'arbre biologique en 2019, on compte 17 espèces de poissons, 15 geckos, 8 plantes à fleur, 6 limaces de mer, 5 arachnides, 4 anguilles, 3 fourmis, 3 scinques, 2 raies, 2 guêpes, 2 mousses, 2 coraux, et enfin 2 lézards.

Cette « moisson » est moins fournie que celle de l'année 2018, au cours de laquelle 229 espèces nouvelles avaient été découvertes ; elle reste néanmoins conséquente. Hélas, plusieurs des nouvelles espèces découvertes sont déjà considérées en danger d'extinction.

C'est le cas de spécimens de geckos et de lézards endémiques d'habitats très restreints. À titre d'exemple, Kuniesaurus albiauris, un lézard qui vit uniquement sur l'île des Pins en Nouvelle-Calédonie, est menacé par des fourmis rouges invasives qui sont arrivées sur place il y a 50 ans.


Elles étaient parfois présentes dans nos assiettes

Certaines espèces de ce cru 2019 ont été découvertes sur le terrain, voire redécouvertes, au cours d'expéditions. C'est le cas de la fleur blanche Trembleya altoparaisensis, qui avait été cueillie une fois il y a plus de 100 ans par le botaniste Auguste François Marie Glaziou mais n'avait jamais été revue depuis. Elle a pu être observée à nouveau, dans le parc national de Chapada dos Veadeiros au Brésil.

D'autres espèces ont pu être mises en évidence après une analyse ADN ou une étude morphologique plus poussée qu'autrefois. C'est ainsi que des chercheurs se sont aperçus que des raies vendues sur les marchés coréens n'appartenaient pas à l'espèce commune Dipturus chilensis, mais correspondaient en réalité à une nouvelle espèce similaire Dipturus lamillai. Une constatation de laquelle émerge d'ailleurs la nécessité d'analyser les plantes et animaux vendus dans le commerce, pour s'assurer qu'ils n'appartiennent pas à des espèces rares.

Par ailleurs, plusieurs nouvelles espèces de poissons ont été découvertes dans les récifs tropicaux du globe, et la limace de mer Madrella amphora dans l'océan Pacifique. De même que Lola konavoka, une araignée translucide vivant dans les cavernes de Croatie, et une étrange familles d'araignées mexicaines qui s'enterrent à l'intérieur de fourmilières.

Source : Académie des sciences de Californie, LCI
Modifié le 03/02/2020 à 10h01
6
7
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
L’iPhone 12, livré sans chargeur ni écouteurs ?
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera
scroll top