Convention citoyenne pour le climat : le président de la République envisage un référendum

Aymeric Pontier
Expert environnement
14 janvier 2020 à 09h34
0
Convention citoyenne pour le climat

Vendredi soir, le président de la République Emmanuel Macron a dialogué avec 150 citoyens tirés au sort pour proposer des mesures pour lutter contre le changement climatique, dans le cadre de la Convention citoyenne pour le climat animée par le Conseil économique, social, et environnemental (CESE).

Lancée en octobre 2019, la Convention citoyenne pour le climat est composée d'une assemblée de citoyens tirés au sort pour formuler des propositions pour agir contre la crise climatique. Ceux-ci auditionnent des experts du climat, des acteurs économiques et des représentants associatifs, pour évaluer le coût de leurs propositions et leurs effets sur le climat. Dans le cadre de leurs travaux, ils sont assistés par l'Ademe, le Haut Conseil pour le climat, ainsi que par un comité de juristes.


Un référendum pour valider les mesures proposées par les citoyens ?

Le 10 janvier 2020, le Président Emmanuel Macron s'est rendu pour la première fois à une réunion de travail de cette assemblée afin d'échanger avec les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat, mise en place dans le contexte de ce que l'on peut appeler la « crise des gilets jaunes ».

Les membres de la Convention lui ont demandé ce qu'il comptait faire de leurs propositions, remises d'ici le début du mois d'avril, pour réduire de 40 % les émissions de gaz à effet de serre de la France d'ici 2030 par rapport au niveau de 1990.

Interrogé à plusieurs reprises sur l'organisation d'un référendum pour faire valider les mesures par l'ensemble de la population, le Président s'est dit « ouvert » à cette éventualité, pour une partie des propositions tout au moins : « Je pense qu'il faut, sur quelques mesures, en appeler à un référendum, qui permettra de partager avec tout le monde la préoccupation sur le sujet », a-t-il affirmé. Tout en s'engageant à soumettre les autres propositions « sans filtre », au Parlement.

Dans les deux cas, validation par référendum ou par le Parlement, Emmanuel Macron propose la mise en place d'un « mécanisme » permettant aux 150 citoyens de suivre l'application des mesures. Toutefois, il se réserve le droit « de ne pas être d'accord » avec certaines d'entre elles.

La taxe carbone : une erreur de jugement, un retour sous conditions

Concernant la hausse de la taxe carbone, qui fut à l'origine du mouvement des gilets jaunes, le président de la République a reconnu « une erreur ». Plus tard au cours du débat, il a précisé sa pensée : « Ce que je n'avais pas assez vu, c'est l'impact social sur des citoyens qui travaillent et vivent dans des endroits où il y a peu de transports collectifs ».

Plusieurs citoyens membres de la Convention redoutent une reprise de la hausse de la taxe carbone, voire un possible rattrapage. Ne niant pas une telle possibilité à l'avenir, Emmanuel Macron a voulu indiquer les conditions qui devront être prévues le cas échéant : « L'acceptabilité d'une telle taxation, si elle est remise sur la table, n'est soutenable que si elle prévoit des mécanismes pour accompagner à la fois les plus modestes et ceux qui en sont les victimes ».

Libre-échange, écocide, plastique... Les réponses du Président

De nombreux autres sujets ont été abordés au cours des deux heures d'échange. Sur une éventuelle reconnaissance du crime d'écocide, une proposition rejetée par le Parlement, le Président a répondu qu'il s'agissait d'un « travail qui n'a de sens qu'au niveau international ».

Au sujet de la compatibilité entre le modèle économique actuel et la transition écologique, il a critiqué un capitalisme d'accumulation tout en disant « croire dans l'économie de marché », compatible selon lui avec l'écologie. Il a ajouté qu'il fallait réformer l'économie mondiale de manière à intégrer la « composante climatique et environnementale », pour éviter une « crise profonde ». Concernant de futurs accords commerciaux, le Président a rappelé sa position : « La France aura toujours cette ligne : pas d'accord commercial avec un pays qui ne respecte pas l'Accord de Paris ».

Une intervenante a par ailleurs critiqué l'interdiction du plastique à usage unique en 2040, date qu'elle juge « lointaine ». Ce à quoi Emmanuel Macron a répondu qu'il était impossible de passer du jour au lendemain à un monde sans plastique : « Si vous me dites d'interdire les bouteilles en plastique dans six mois, c'est infaisable. On a des milliers de nos concitoyens qui travaillent dans ce secteur, on a une industrie qui existe, on ne peut pas leur dire du jour au lendemain que leur travail n'existe plus ».



Source : Conseil Economique Social et Environnemental
Modifié le 14/01/2020 à 11h07
4
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
Taxation du numérique : après une discussion Macron/Trump, la taxe provisoirement suspendue
HP désactive vos cartouches d’encre à distance en cas de résiliation à son service d’abonnement
Démarchage téléphonique : plusieurs associations lancent une pétition pour y mettre fin
Réforme de l'audiovisuel : du cinéma chaque jour de la semaine sur les chaînes gratuites ?
La police va pouvoir extraire toutes les données de vos smartphones en 10 minutes chrono
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Kaamelott : un premier teaser et une date de sortie avancée pour le film
Netflix se bat contre Disney+ à coup de Google Trends : The Witcher y exploserait The Mandalorian
Découvrez en vidéo le face-à-face Drako GTE vs Tesla Model S P100D

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top