La police utilise massivement la localisation GPS de Google pour rechercher des suspects

17 avril 2019 à 21h40
7
Google Maps

Les autorités américaines effectuent de plus en plus de demandes de géolocalisation auprès du moteur de recherche. La police peut ainsi avoir accès à la position d'un appareil et peut éventuellement repérer un individu grâce à son smartphone.

Ce n'est un secret pour personne : Google conserve l'historique des positions d'un smartphone connecté à ses services durant une longue période de temps. Ces informations permettent au moteur de recherche de proposer des annonces personnalisées à ses utilisateurs, selon leurs destinations.

L'historique de positions est devenu un outil de recherche pour les policiers

Mais cette immense base de données, appelée SensorVault en interne, intéresse de plus en plus les forces de l'ordre américaines. Selon des informations obtenues par le New York Times, les demandes formulées auprès de l'entreprise californienne ont « fortement augmenté », jusqu'à 180 demandes en une seule semaine.

Google, soumise à un mandat, n'a d'autre choix que de communiquer ces informations. En premier lieu, la société fournit des données anonymisées, ne donnant que les positions GPS d'un smartphone. En fonction des avancées de l'enquête et des demandes de la justice, Google va également donner les informations associées au compte visé par la procédure.

Une utilisation jugée peu fiable et dangereuse

Pour autant, les informations données sont imprécises. Elles ne donnent que la position d'un appareil à un instant T et ne permettent pas de suivre à la trace un utilisateur. De plus, la localisation permet seulement de savoir qu'un accès à un compte Google a été effectué dans une zone géographique, mais pas que le propriétaire du compte s'y trouvait.

Ce type de pratique pose question auprès des défenseurs des libertés individuelles. Ces dernières s'inquiètent de la conservation et de la protection de ces données par les services de police. Les forces de l'ordre pourraient, dans le pire des cas, garder sur leurs serveurs les informations de citoyens non protégées et accessibles à un groupe de personnes non habilitées.

Pire encore, se baser uniquement sur cet historique pourrait constituer une accusation à tort de personnes innocentes, qui auraient eu le seul tort d'utiliser le compte Google d'un proche recherché.

Source : Engadget

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
7
0
Blues_Blanche
Le monde à l’envers. Les défenseurs… blabla… ne s’inquiétant pas que des entreprises plus riches que beaucoup d’états gardent la position des personnes sans aucun contrôle, ni aucune transparence, mais s’inquiètent pour la police d’un pays démocratique, donc encadré et décidé par les citoyens. PTDR
NOXteam
rien compris à ton com
Rumpelstiltskin
Normal , même quand on désactive les options , à chaque redémarrage de Windows , Google fait de nouveau chier avec les accords de confidentialité , c’est emmerdant !
PierreKaiL
Arrêtes de supprimer le cookie “google.com” ou crée toi un compte gmail et tu n’auras plus ce message à chaque redémarrage de windows.
Faisduvelo
Arrête d’utiliser Google comme moteur de recherche, c’est encore plus simple.
Saulofein
Trois questions:<br /> Est-ce que Google a d’autres choix que de fournir ces informations a la police?<br /> Est-ce que cela n’est pas possible avec les FAI de retrouver la position d’un téléphone?<br /> Est-ce mal que l’on puisse retrouver des suspects?<br />
pjc
Ca peut aussi servir à se contruire un alibi, ou indice à décharge, avec un complice qui ballade et utilise votre smartphone loin de vous…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

La série The Witcher devrait sortir sur Netflix au dernier trimestre 2019
Intel se retire du marché des modems 5G pour smartphones
Salon Auto de Shanghai - Après la Peugeot e-208 électrique, voici la Peugeot 508 hybride
#PictureEarth : la NASA organise un challenge photo pour le Jour de la Terre
E3 2019 : les principales rumeurs et annonces attendues pour l'événement
Resident Evil 3 : Capcom semble nous réserver une surprise !
On dénombre déjà 60 nouveaux smartphones Android sortis en 2019
Le prochain macOS pourrait permettre d’utiliser un iPad comme écran externe
EA : une faille de la plateforme Origin expose les joueurs aux pirates
À la surprise générale, Apple et Qualcomm ont trouvé un accord à l’amiable
Haut de page