La Copie privée passera devant le Conseil constitutionnel (màj)

15 février 2012 à 17h17
0
Les représentants des industriels siégeant à la Commission pour la Copie privée semblent avoir mis leurs menaces à exécution. Selon Edition Multimédi@, un recours devant le Conseil constitutionnel a bien été déposé ce vendredi pour contester la dernière loi sur « la rémunération pour copie privée ».

00FA000002212642-photo-conseil-constitutionnel.jpg
En décembre, un nouveau système de collecte de la redevance pour copie privée a été mis en place pour les professionnels. Ils doivent désormais effectuer des demandes de remboursement lorsqu'ils font l'acquisition d'un support de stockage ou de tout appareil permettant de conserver des données. Sur le fond, les professionnels ne sont donc plus soumis à la taxe mais sur la forme ils doivent tout de même la payer pour ensuite en demander le remboursement.

Selon Edition Multimédi@, les représentants des industriels considèrent que ce système est contraire aux dernières décisions de justice. Ils estiment que : « Cette loi impose aux professionnels d'acquitter une rémunération pour copie privée dont le droit communautaire interdit pourtant qu'ils puissent être débiteurs ». En effet, le Conseil d'Etat avait exonéré les « produits acquis par des professionnels dans un but autre que la copie privée ».

Les industriels ont également prévu de saisir la Cour de Justice de l'Union européenne puisqu'ils considèrent que la loi entre en conflit avec une décision de ce tribunal. En octobre 2010, la CJUE avait décidé d'exempter de la taxe les professionnels dans son arrêt Padawan.

Vers un calcul du préjudice subi par les ayants droit

A l'appui de leur argumentation, les industriels regrettent que le système de calcul de la redevance se fonde aujourd'hui sur la capacité de stockage des appareils et non sur l'usage réel des consommateurs. Ils souhaitent que les prochains barèmes de taxation reposent sur le manque à gagner des ayants-droit du fait de la copie privée.

C'est pourquoi ils militent en faveur de la modification des méthodes de calculs afin qu'elles prennent en compte les préjudices réels subis par les ayants droits du fait du droit à la copie privée. Selon nos informations, l'écart entre ces deux méthodes de calcul serait de l'ordre de 100 millions d'euros. Dans cette logique, le préjudice effectivement subi par les ayants droits serait donc largement inférieur au montant total prélevé à l'heure actuelle... Pour étayer leurs arguments, les industriels devraient apporter de nouvelles données chiffrées lors d'une conférence qui devrait avoir lieu à la fin du mois.

Mise à jour :

La question prioritaire de constitutionnalité a bien été déposée vendredi devant le Conseil d'Etat. Même si la plupart des représentants des industriels soutiennent le dépôt de cette QPC, le Simavelec a émis seul ce recours. L'organisation rappelle que la justice européenne a décidé d'exonérer les professionnels du paiement de la taxe alors que le système actuellement en vigueur leur demande de la payer pour ensuite être remboursés.

Par contre, il faudra attendre encore quelques mois avant de savoir à quelle date sera effectivement saisi le Conseil constitutionnel (qui recevra la QPC du Conseil d'Etat).

Version initiale de l'article publié le10/02/2012
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Gears 5 : 640 jours de ban pour des ragequit à répétition...
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Linky : une étude de l'ANFR ne relève aucune exposition anormale aux ondes radioélectriques
Le Conseil constitutionnel confirme que l'huile de palme n'est pas un biocarburant

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top