Empreinte carbone numérique : de la fibre optique à la 4G, d'un extrême à l'autre

Alexandre Boero Contributeur
24 octobre 2019 à 13h59
0
Fibre optique
© Shutterstock.com

L'Arcep s'est intéressée aux impacts environnementaux des réseaux du numérique, et plus particulièrement aux technologies utilisées par les opérateurs.

En France, les émissions de gaz à effet de serre (GES) des opérateurs de télécommunications sont dues, en majorité, à la consommation électrique de leurs réseaux. Cette consommation énergétique pèse lourd sur les factures des entreprises puisqu'on estime qu'elle représenterait entre 15 et 20 % des coûts d'exploitation. L'Arcep, qui vante les mérites des réseaux les plus « récents », veut inciter les opérateurs à améliorer leur efficacité énergétique.

La fibre optique, bien moins gourmande en énergie que l'ADSL et le réseau téléphonique fixe

Le réseau d'accès constitue la plus grosse part du coût énergétique des échanges réseaux des opérateurs (80 % des consommations énergétiques du réseau de Free provenaient du réseau d'accès en 2017, à titre d'exemple). Aujourd'hui, plusieurs réseaux cohabitent : le cuivre (ADSL, VDSL), le câble, la fibre optique et le réseau cellulaire (pour les mobiles).


S'agissant d'abord des réseaux fixes, l'Arcep précise que la fibre optique consommerait, en moyenne, un peu plus de 0,5 Watt par ligne. C'est trois fois moins que l'ADSL, qui consomme 1,8 W/ligne, et surtout, quatre fois moins que le RTC (2,1 W), le réseau téléphonique fixe. Malgré l'explosion des usages, on note ainsi, avec le temps, un réel gain de consommation.

GES-opérateurs.jpg
Les émissions de carbone des opérateurs de télécommunications français ont diminué peu à peu, après le pic de 2014 (Source : Arcep)

La 4G consomme plus d'électricité que la fibre, l'ADSL et les lignes fixes réunies

Qu'en est-il maintenant des réseaux cellulaires ? Leur consommation, contrairement aux réseaux fixes, dépend foncièrement des usages. On mesure ainsi leur consommation en kWh par giga-octet de données transmises. Selon l'un des acteurs auditionnés par le régulateur, elle s'élèverait à 0,6 kWh/Go. On estime alors, pour une consommation mensuelle moyenne de 6,7 Go, qu'un utilisateur lambda 4G consommerait autour de 50 kWh d'électricité chaque mois. Ce qui est conséquent.


En effet, l'utilisation du réseau mobile 4G dépasse très largement celle d'une ligne fibre optique (5 kWh), d'une ligne ADSL (16 kWh) et même d'une ligne RTC (19 kWh).

Se pose ainsi la question du maintien, à terme, des technologies cuivrées ou mobiles anciennes, qui fournissent le même service aux utilisateurs mais avec une consommation énergétique plus importante et des débits moindres.

Source : Arcep
Modifié le 24/10/2019 à 14h16
12 réponses
9 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
L'iran coupe à son tour Internet pour enrayer les révoltes populaires
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Alain Damasio, Ken Loach... 111 assos et intellectuels se lèvent contre Amazon
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top