Empreinte carbone numérique : de la fibre optique à la 4G, d'un extrême à l'autre

24 octobre 2019 à 13h59
12
Fibre optique
© Shutterstock.com

L'Arcep s'est intéressée aux impacts environnementaux des réseaux du numérique, et plus particulièrement aux technologies utilisées par les opérateurs.

En France, les émissions de gaz à effet de serre (GES) des opérateurs de télécommunications sont dues, en majorité, à la consommation électrique de leurs réseaux. Cette consommation énergétique pèse lourd sur les factures des entreprises puisqu'on estime qu'elle représenterait entre 15 et 20 % des coûts d'exploitation. L'Arcep, qui vante les mérites des réseaux les plus « récents », veut inciter les opérateurs à améliorer leur efficacité énergétique.

La fibre optique, bien moins gourmande en énergie que l'ADSL et le réseau téléphonique fixe

Le réseau d'accès constitue la plus grosse part du coût énergétique des échanges réseaux des opérateurs (80 % des consommations énergétiques du réseau de Free provenaient du réseau d'accès en 2017, à titre d'exemple). Aujourd'hui, plusieurs réseaux cohabitent : le cuivre (ADSL, VDSL), le câble, la fibre optique et le réseau cellulaire (pour les mobiles).


S'agissant d'abord des réseaux fixes, l'Arcep précise que la fibre optique consommerait, en moyenne, un peu plus de 0,5 Watt par ligne. C'est trois fois moins que l'ADSL, qui consomme 1,8 W/ligne, et surtout, quatre fois moins que le RTC (2,1 W), le réseau téléphonique fixe. Malgré l'explosion des usages, on note ainsi, avec le temps, un réel gain de consommation.

GES-opérateurs.jpg
Les émissions de carbone des opérateurs de télécommunications français ont diminué peu à peu, après le pic de 2014 (Source : Arcep)

La 4G consomme plus d'électricité que la fibre, l'ADSL et les lignes fixes réunies

Qu'en est-il maintenant des réseaux cellulaires ? Leur consommation, contrairement aux réseaux fixes, dépend foncièrement des usages. On mesure ainsi leur consommation en kWh par giga-octet de données transmises. Selon l'un des acteurs auditionnés par le régulateur, elle s'élèverait à 0,6 kWh/Go. On estime alors, pour une consommation mensuelle moyenne de 6,7 Go, qu'un utilisateur lambda 4G consommerait autour de 50 kWh d'électricité chaque mois. Ce qui est conséquent.


En effet, l'utilisation du réseau mobile 4G dépasse très largement celle d'une ligne fibre optique (5 kWh), d'une ligne ADSL (16 kWh) et même d'une ligne RTC (19 kWh).

Se pose ainsi la question du maintien, à terme, des technologies cuivrées ou mobiles anciennes, qui fournissent le même service aux utilisateurs mais avec une consommation énergétique plus importante et des débits moindres.

Source : Arcep
Modifié le 24/10/2019 à 14h16
12
9
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Le Xiaomi Redmi Note 9 Pro 128 Go à prix choc pour les Hottes Days chez AliExpress
Xpeng P7 Wing : la berline chinoise électrique de luxe qui veut détrôner la Tesla Model S
RED by SFR : le forfait mobile 100 Go au prix de celui de 80 Go 🔥
Offrez une montre connectée Huawei Watch GT pour moins de 100€ sur Amazon
Bons plans de Noël : 7 offres à saisir chez Cdiscount avant le Black Friday
OneWeb, le concurrent de Starlink, renaît de ses cendres
Idée cadeau pour Noël : ces Hauts-Parleurs 2.1 Logitech Z333 à prix Black Friday chez Amazon
Black Friday Week : le TOP des bons plans high-tech à saisir ce lundi soir
Bon plan Fnac : deux SSD Samsung en promotion avant le Black Friday
Test iPad Air (2020) : à deux doigts de passer Pro
Haut de page