Pour l'Institut Montaigne, la transition énergétique passera par les efforts du secteur du bâtiment

Alexandre Boero Contributeur
11 août 2019 à 17h30
0
ville-bâtiments.png
© Pixabay

Pour satisfaire à la volonté de la France d'une neutralité carbone d'ici 2050, l'Institut Montaigne est convaincu qu'il faudra passer par la rénovation énergétique des bâtiments.

Le projet de loi Energie et Climat, voté le 25 juillet en commission mixte paritaire au Sénat, a fixé l'objectif de neutralité carbone de la France à l'horizon 2050, comme le souhaite le gouvernement. Cet objectif doit passer par la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l'optimisation de la consommation d'énergie, ce qui implique, comme on peut s'en douter, un effort de tous les secteurs. Mais le projet de loi n'aborde pas vraiment la question de la rénovation thermique. Or, « le secteur du bâtiment occupe une place essentielle si l'on veut se donner les moyens d'atteindre les objectifs annoncés », prévient l'Institut Montaigne.

En l'état actuel des choses, la neutralité carbone pour 2050 est inenvisageable

Le groupe de réflexion français, dans son rapport sur la rénovation énergétique publié au mois de juillet, rappelle très justement que le bâtiment représente 43 % de la consommation d'énergie finale en France. À lui tout seul, il compte près du quart des émissions de gaz à effet de serre. Si le secteur se positionne derrière celui des transports, il devance l'industrie, l'agriculture et la production d'électricité, rien que ça. Ce qui renforce l'importance de porter une part significative de l'effort sur le bâtiment.



Pour encourager le secteur, l'État dépense déjà environ cinq milliards d'euros par an, tout dispositifs confondus, pour rénover le parc immobilier existant. Mais cela reste largement insuffisant. Entre 2009 et 2016 par exemple, on a noté une baisse de la consommation d'énergie du parc immobilier de seulement 1%. Une goutte d'eau.

Concrètement, à ce rythme, la neutralité carbone en 2050 est inenvisageable. Pourtant, des solutions existent pour accélérer la rénovation énergétique des bâtiments.

Encore loin de l'objectif annuel des 500 000 rénovations énergétiques

L'Institut Montaigne s'est intéressé à la différence entre l'offre, existante nous le disions, et la demande, qui n'augmente pas. Les maîtres d'ouvrage, à qui revient la charge d'entreprendre les travaux de rénovation énergétique, rencontrent nécessairement des obstacles. Le premier étant la rentabilité. Pour les propriétaires, copropriétaires ou mairies, les obstacles sont liés aux finances, à la mésentente entre copropriétaires, au manque d'information ou d'accompagnement. Non, la rénovation énergétique des bâtiments n'est pas vue comme un investissement intéressant. Il faut donc la rendre attractive.

institutmontaigne-publications-renovation-energetique.png
© Institut Montaigne

Pour cela, la collaboration entre les pouvoirs publics et les acteurs privés paraît nécessaire. Il est dans leur intérêt d'investir le champ de la rénovation énergétique. Le think thank invite ainsi le secteur à « encourager la massification des rénovations énergétiques en prêtant attention au parcours client », et à se rapprocher de l'objectif minimum des 500 000 rénovations énergétiques par an (seulement 265 000 par an à l'heure actuelle).

Le projet de loi Energie et Climat, pas si inutile pour la rénovation énergétique ?
« Le présent projet de loi a le mérite de passer par une phase explicative rendant obligatoire dès 2022 a réalisation d'un audit énergétique en cas de vente ou de location d'une passoire thermique. L'obligation de réaliser des travaux d'amélioration de la performance énergétique des passoires thermiques n'arrivera qu'en 2028. Celle-ci sera assortie de mécanismes contraignants qui seront définis en 2023 dans le cadre d'une programmation quinquennale de l'énergie. Cette-dernière sera accompagnée d'une feuille de route quinquennale de la rénovation énergétique des bâtiments ». Institut Montaigne, rapport Rénovation énergétique : chantier accessible à tous, juillet 2019.


Le regroupement de diverses étapes en une seule et même offre, pour simplifier des démarches

Pour favoriser la rénovation énergétique, le groupe de réflexion propose de minimiser les efforts pour le client, en regroupant notamment les démarches administratives, la demande des aides et le choix des artisans sous une même offre, vendue ensuite par l'entreprise au client. Mais l'émergence d'offres packagées doit reposer sur la mobilisation du privé et du public.

L'Institut Montaigne propose notamment de nommer un médiateur de la rénovation énergétique, dans le cas d'un habitat individuel, qui renforcerait la confiance des particuliers et pourrait traiter les litiges entre ces derniers et les artisans. Dans les copropriétés, rétablir le vote à la majorité simple concernant les travaux d'efficacité énergétique en copropriété pourrait aussi favoriser la rénovation énergétique.

Source : Institut Montaigne
2 réponses
3 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Les camions électriques Volvo sont désormais en vente (et bientôt sur nos routes)
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau
Facebook active la caméra et le micro des iPhone en permanence sans en avertir les utilisateurs

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top