Une seconde usine d'éoliennes en mer va être construite au Havre

le 03 mars 2019
 0
parc éolien mer.jpg
Pixabay

Le mastodonte de l'éolien offshore, Siemens Gamesa, a annoncé avoir déposé un permis de construire pour une nouvelle usine d'éoliennes.

En suspens depuis quatre années après sa vente par Areva, qui s'était retirée du marché, le projet du second parc éolien est enfin sur le point d'aboutir, et Le Havre devrait donc bien avoir son usine d'éoliennes, après la signature d'un permis de construire valable pour « un complexe industriel » dédié à « l'énergie éolienne offshore ». Le document a été déposé le 25 février au Havre en présence du PDG de Simens Gamesa, Filippo Cimitan, et du maire de la ville normande, Luc Lemonnier.

Les premières machines opérationnelles dès 2021


Directement implanté dans l'avant-port havrais, le site, qui devrait contribuer à la création de 750 emplois directs et indirects, produira des turbines, des nacelles et des pales. Des travaux préparatoires ont déjà débuté sur une zone de 36 hectares qui devrait accueillir ses premières machines dès 2021, des éoliennes de 8 mégawatts (MW) équipées de pales de 81 mètres de long.

Les éoliennes sont destinées aux futurs parcs de Dieppe-Le Tréport en Seine-Maritine, de Saint-Brieux, dans les Côtes-d'Armor, et d'Yeu-Noirmoutier (en Vendée), les deux premiers étant exploités par l'industriel énergétique français Engie et le dernier par la société Ailes Marines, détenue à 70 % par l'entreprise espagnole Iberdrola.

Un trou de 23 millions d'euros à combler


Mais les partisans du projet ne font qu'apercevoir le bout du tunnel, car ils n'y sont pas encore. Il manque en effet la bagatelle de 23 millions d'euros, alors que 140 millions d'euros sont nécessaires à l'adaptation de la friche. Le plan de financement est pour l'heure encore discuté entre l'État et les collectivités locales.

« Aujourd'hui, on continue car on commence à avoir une visibilité sur le marché français, même si on souhaiterait plus d'ambition étant donné le potentiel offshore en France, le deuxième en Europe », a lancé Filippo Cimitan. À bon entendeur.

Modifié le 04/03/2019 à 15h07
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

#Rediff | Comparatif 2019 : quelles sont les meilleures enceintes pour PC ?
Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
Grâce à ses IA, Microsoft veut aider à lutter contre le changement climatique
scroll top