Silvercrest STSK C3 : que valent les Airpods de Lidl ?

Guillaume Fourcadier
Spécialiste Audio
15 octobre 2020 à 19h00
19

Annoncés sur une pleine page dans le catalogue hebdomadaire de l'enseigne Lidl, les écouteurs True wireless Silvercrest STSK C3, que tout le monde appelle « les Airpods de Lidl », seront vendus à 25 € dès ce lundi 19 octobre.

Habituellement, cette marque affiche des rapports qualité-prix plutôt impressionnants, mais est-ce toujours le cas ici ?

De la recharge induction à moins de 25 €

Ces écouteurs Lidl sont du genre bouton, sans aucun embout et donc sans aucune isolation. C'est leur design en tige, repris d'un autre modèle bien connu, qui leur confère l'image de « clones » des Airpods. Pourtant, nous sommes loin de purs sosies. D'un noir satiné, les écouteurs Lidl disposent d'une tige plus anguleuse, surmontée d'un petit bouton de contrôle.

La fabrication est plutôt honnête, surtout pour cette gamme de prix. Les
Silvercrest STSK C3 ne donnent pas une impression de plastique ultra léger et creux, et l'assemblage ne souffre d'aucun jeu majeur. Il ne faudra certes pas y regarder de trop près, mais nous sommes déjà un peu au-dessus du « clone d'Airpod » standard, tel qu'on pourrait en trouver dans la jungle aliexpress.

La boite, elle, est un peu plus décevante, en particulier son couvercle proche du plastique des surprises kinder. La base est pourtant assez bien finie, puisque recouverte d'un revêtement mat antidérapant.

Trois petite diodes permettent d'indiquer l'état de charge du boitier, qui intègre une connectique USB-C, et qui est, surtout, compatible avec la recharge à induction. Nous avons pu tester rapidement cette fonction, sur une base de recharge Belkin tout à fait classique (5W), ce qui nous a permis de constater que cette recharge est bien fonctionnelle. Un bon point pour les « Airpods Lidl ».

Fonctions limitées, mais autonomie et connectivité acceptables

Les écouteurs Lidl disposent d'un système de diodes à deux couleurs : rouge ou blanc.  En charge, les écouteurs s'allument en rouge
dans la boite. Une fois chargée, cette lumière passe au blanc. Hors de la
boite, les écouteurs passent automatiquement en mode appairage (s'il s'agit d'une première connexion, ou qu'aucun smartphone connu n'est à proximité), ou se connectent, allumant alors la diode blanche.

Nous n'avons étonnamment rencontré aucun problème d'appairage, ce qui ne semble pas avoir été le cas de tous les testeurs. Les écouteurs ont
assez vite capté le signal, et sont resté plutôt stables, malgré quelques sauts de son lors de nos tests. Surtout, les écouteurs peuvent fonctionner en mode mono, peu importe le côté utilisé, ce qui n'est pas si courant.

Le bouton, présent sur chaque écouteur, proposent quelques fonctionnalités mineures : un clic pour play/pause ; deux clic pour appeler le dernier numéro (étrange et plus ennuyeux qu'autre chose) ; un appui long pour aller à la piste suivant. Pas d'appel à un assistant vocal n'est visiblement prévu. Enfin, un appui prolongé sur les deux côtés permet, au cas où, de forcer l'extinction ou l'allumage des écouteurs.

À l'usage, le produit se révèle très correct, surtout pour un « clone d'Airpods ». Le seul vrai élément gênant, assez typique des modèles Bluetooth bas de gamme, est le clignotement régulier (toutes les 10 secondes) de la LED blanche présente sur la tige.

Le confort est plutôt correct, même si les Silvercrest STSK C3 prennent plus de place dans l'oreille que les Airpods, et leur tenue est suffisamment bonne pour un usage sportif, type footing.

Enfin, nous ne pouvons pas faire l'impasse sur l'autonomie de ces écouteurs, assez surprenante, puisque s'établissant entre 5 heures 30 minutes et 5 heures 45 minutes suivant nos différents tests. On ne parle pas ici d'un score stratosphérique, mais tout de même au-dessus de ce que promettent les Airpods et donc clairement dans le haut du panier pour un clone.

Un son de clone

Côté son, soyons clairs : les écouteurs Lidl ne sonnent pas tellement mieux que n'importe quel clones d'Airpods dans sa gamme de prix. Et sans surprise, seul le codec SBC est supporté.

Techniquement, le modèle ne va donc clairement pas très loin, et, même si leurs caractéristiques ne sont pas catastrophiques, ces écouteurs n'ont pas les qualités que l'on pourrait attendre d'un produit Silvercrest.

À titre de comparaison, les écouteurs filaires de la marques, commercialisés à 5 € l'année dernière, étaient bien plus convaincants à ce niveau là.

Le principal défaut vient ici des aigus, très en retrait, et ce quelle que soit la position des écouteurs dans l'oreille. De fait, sans même parler de technicité du transducteur, la scène sonore est très étriquée, et le manque de détails est assez flagrant, rendant l'écoute toujours un peu « boueuse », voire molle. Dommage, car le produit évitait au moins le principal défaut des clones, à savoir, la sonorité criarde.

Au moins, ici, l'écoute n'est pas agressive, et reste encore assez intelligible. Néanmoins, il ne faut pas compter sur ces écouteurs pour
reproduire un beau chant lyrique ou du classique. À ce niveau-là, les Silvercrest STSK C3 sont à l'exact opposé des Xiaomi Earphones 2 Basic, qui mettant clairement les aigus en avant (un peu trop).

Pour les basses et les bas-médiums, tout dépend. À la mesure, en les calant parfaitement, ces « Airpods Lidl » peuvent donner l'impression d'une signature totalement exagérée dans le bas du spectre, ce qui ne se vérifie pas à ce point à l'écoute. Contrairement aux Airpods, ou à des écouteurs comme les OnePlus Buds, les écouteurs Silvercrest sont extrêmement dépendants de leur placement dans l'oreille, et de la morphologie du porteur.

En bleu et en rouge, la mesure des écouteur Lidl, suivant leur positionnement (le rouge étant plutôt mal positionné, l'impression générale étant un peu entre les deux signatures) ; en vert, les Xiaomi mi Earphones 2 Basic. Peu importe la quantité de basses, les aigus restent sensiblement en retrait

Dans le cas de notre testeur, le niveau de basses a paru relativement stable, avec une pointe dans les bas-médiums, mais peu d'extension
au final. En tournant légèrement les écouteurs, ce niveau de basses devient bien plus important.

Dans un cas comme dans l'autre, même si les basses permettent aux écouteurs ne pas proposer un son ennuyeux - leur qualité étant acceptable et la distorsion plutôt contenue -, leur reproduction reste assez molle, et manque d'ampleur.

Au final, qu'est ce que cela donne ? Un son qui n'a rien d'horrible, suffisamment correct pour un début d'écoute musicale si on n'est pas trop regardant sur la qualité sonore. Ces Silvercrest ne tombent pas dans un trop plein d'agressivité, ou une anémie basseuse, ce qui est déjà pas mal…Difficile toutefois de payer plus pour une si maigre qualité sonore, même en tenant compte de leur qualité de True Wireless.

Ces écouteurs sont donc à réserver aux genres simples, à la dynamique réduite, ou à l'usage podcast ou YouTube. Pour quelques euros de plus, les Xiaomi mi True Wireless Earphones 2 Basic sont clairement plus riches techniquement, bien que sans induction et un peu plus imposants.

 Conclusion

Profitant d'une fabrication très acceptable, d'une connectivité intéressante, de la recharge à induction, et d'une autonomie frisant les 6 heures, les écouteurs Lidl Silvercrest STSK C3 commençaient plutôt bien leur conquête de l'entrée de gamme avec un bon rapport qualité-prix.

Toutefois le son, sans être totalement décevant, ne suit pas les bonnes habitudes de la marque et reste à peine moyen, même pour 25 €.

Modifié le 15/10/2020 à 19h09
19
13
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

L'Ubisoft Club et Uplay fusionnent pour devenir Ubisoft Connect
Windows 10 20H2 (octobre 2020) : dates, nouveautés, tout savoir sur la mise à jour
L'éditeur Devolver Digital rachète Croteam (Serious Sam)
PayPal va proposer des paiements en crypto-monnaies dès 2021
Fortnite : le patch 14.40 réduit considérablement l'espace disque nécessaire
Le chargeur Apple MagSafe fonctionne aussi sur le Galaxy Z Fold 2 et le Google Pixel 5
DxO dévoile PhotoLab 4 : de nouveaux outils et du deeplearning au service de vos photos
Dropbox lance son offre Famille à 19,99€/mois
Ghost of Tsushima : une suite déjà en préparation ?
Essai du Range Rover Autobiography P400e : l’hybridation royale
scroll top