On y est. Pour sauver une patiente l'organe est livré par drone

05 mai 2019 à 18h41
0
Aéroport Gatwick drones

En attente d'une transplantation depuis huit ans, une patiente de 44 ans a pu recevoir son nouveau rein par drone en l'espace de cinq minutes.

C'est à 1 heure du matin dans la nuit du 19 avril qu'un petit drone a atterri sur le toit de l'hôpital universitaire du Maryland pour livrer un rein à une patiente. Une transplantation qui a pu sauver la vie à cette femme de 44 ans et qui a montré l'aide précieuse que pouvaient représenter les drones dans le transport d'organes. Un transport qui, question de vie ou de mort des patients, se doit d'être le plus rapide et le plus direct.

Le transport, « l'une des étapes les cruciales et complexes dans la transplantation d'organe »

Projet commun de chercheurs de l'Université du Maryland, de son école de médecine et de la fondation Living Legacy, ce drone transporteur d'organes pourrait représenter le moyen de transport « le plus rapide, le plus sûr et le moins cher » dans la livraison d'organes, selon CNN.

Baptisé « l'Uber des organes » par le New York Times, le drone a parcouru 4,5 km en cinq minutes pour livrer le rein à l'hôpital dont le transport représente « l'une des étapes les cruciales et complexes dans la transplantation d'organe ». Les livraisons sont actuellement assurées par des sociétés privées qui, même par avion ou hélicoptère, peuvent faire face aux embouteillages. Pour le Dr. Joseph R. Scalea, à la tête de ce projet, « après avoir été extraits, les organes deviennent moins sains à chaque seconde » et rappelle le cas alarmant d'un rein livré en 29 heures en Alabama.

Une législation qui progresse petit à petit

Si cette livraison a pu être rendue possible grâce à une autorisation exceptionnelle des autorités et à la coopération de la police pour des mesures de sécurité, la législation ne risque pas bouger d'un iota d'ici quelques années, selon le Dr. Joseph R. Scalea. Pourtant, en reliant directement les hôpitaux entre eux et même les aéroports, ces drones pourraient économiser des heures et des milliers de dollars aux patients, le coût moyen d'une livraison étant de 5 000 $.

La législation n'est pas pour autant obtuse face aux drones. Google vient justement d'obtenir les autorisations nécessaires pour commercialiser ses services de livraison de drone en Virginie et en Australie. Sa filiale Wing Aviation peut même livrer des médicaments dans les banlieues nord de Canberra, en Australie. Espérons que les résultats soient suffisamment concluants pour inclure définitivement les drones dans la livraison d'organes.

4 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Journée de la communauté Clubic.com : c'était samedi, c'était comment ?
Le géant de la réservation hôtelière Booking quitte lui aussi le navire Libra
Fortnite avalé par un trou noir... en pause avant un nouveau chapitre ?
M6 victime d'une cyberattaque affectant l'ensemble des employés du groupe
L'énergie renouvelable est la principale source d'électricité au Royaume-Uni
Blocage du porno au Royaume-Uni : c'est la débandade
Le Vatican va lancer un chapelet connecté !
Blizzard allège la peine infligée au joueur ayant soutenu les manifestations de Hong Kong
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Un important site de contenus pédophiles tombe : 300 arrestations dans 38 pays

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top