SandForce SF-2000 : jusqu'à 500 Mo/s pour les futurs contrôleurs pour SSD

08 octobre 2010 à 10h30
0
SandForce a dévoilé ce que l'avenir nous réserve en matière de SSD en annonçant hier une nouvelle génération de contrôleurs. Ces nouveaux SandForce de la famille SF-2000 font un bond en avant par rapport à leurs prédécesseurs.

00F0000003624542-photo-contr-leur-sandforce.jpg

Ils adoptent tout particulièrement l'interface Serial ATA à 6 Gb/s et en tirent pleinement parti. Le taux de transfert séquentiel peut effectivement atteindre 500 Mo/s en lecture et en écriture, ou 60 000 IOPS (opérations par seconde) en accès aléatoire sur des transferts de 4 Ko.

En outre, ils prennent désormais en charge les dernières puces mémoire de toutes sortes, reposant sur des procédés de fabrication en 20 ou 30 nm.

SandForce a donc annoncé avoir débuté la production des contrôleurs SF-2600, SF-2500 et SF-2300, réservés aux entreprises et même aux militaires. Aucune information n'a en revanche été communiquée quant au renouvellement du contrôleur grand public, le déjà très bon SF-1200. Il devrait toutefois offrir des performances comparables, puisque les modèles pour entreprises se distinguent principalement par des fonctions de sécurité.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Sélection Clubic VPN 2019

Les actualités récentes les plus commentées

Comparatif 2019 : quel est le meilleur smartphone ? (MàJ Juin)
Netflix augmente ses tarifs en France dès aujourd'hui
Volkswagen garantira les batteries de l'ID.3 pendant 8 ans : une première
Steam ajoute un tag « LGBTQ+ » et ouvre un hub dédié à ces contenus
Un outil destiné aux forces de l'ordre capable de déverrouiller quasiment tous les smartphones
Sommet européen des 20 et 21 juin : objectif zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2050 ?
Une pétition demande à Netflix de déprogrammer Good Omens... une série produite par Amazon
Le Raspberry Pi 4 est là : trois configurations jusqu'à 4 Go de RAM (et un kit desktop)
AMD : le Ryzen 7 3800X mettrait à mal les Core i9-9900K d'Intel sur GeekBench
La mémoire informatique universelle pourrait révolutionner la consommation des data centers
scroll top