Comparatif des meilleures cartes mémoire (2020)

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
18 novembre 2020 à 14h29
0

Objet incontournable au quotidien, les cartes mémoires sont absolument partout. Rien ou presque n'y échappe, nos appareils ont besoin d'elles pour augmenter, ou simplement se doter d'un espace de stockage.

Choix de la rédac'

SanDisk Extreme PRO

Choix de la rédac'

  • Vitesse d'écriture entre 90 et 30 Mo/s minimum
  • Débit en lecture au dessus du standard UHS-I
  • Résistance / Endurance
Top du top

SanDisk Extreme

Top du top

  • Large choix de capacités
  • Certifiée A2
  • Garantie 10 ans
Rapport qualité/ prix

ProGrade Digital UHS-II

Rapport qualité/ prix

  • Parfait pour la haute résolution
  • Qualité de fabrication
  • Performances en lecture et écriture

Malgré leur utilité, il reste cependant assez rare que les cartes mémoires soient vendues avec les appareils qui en nécessitent une. Et c'est tant mieux, car cela nous permet de choisir avec précision la ou les cartes qui correspondent le mieux à nos équipements et usages.

Déclinées aujourd'hui sous trois formats courants - Secure Digital (SD), Compact Flash (CF, CFExpress) et XQD pour les appareils photo Reflex - les cartes mémoires ne sont toutefois pas toujours évidentes à choisir, d'où la nécessité de ce guide d'achat qui va vous permettre de déchiffrer les différents pictogrammes et les informations techniques qui y sont associées.

Smartphones, tablettes tactiles, appareils photo, baladeurs audiophiles, drones, consoles portables, action-cams et ainsi de suite ; les cartes mémoires sont leurs compagnons indispensables pour y stocker les données que génèrent ces équipements. Parmi cette considérable liste d'appareils, les cartes SD sont également un très bon support pour installer et faire tourner un système d'exploitation, comme c'est le cas avec le fameux Raspberry Pi.

C'est justement sur les cartes SD et microSD que se penche notre comparatif avec une sélection de 6 modèles qui devraient répondre à une bonne partie des besoins. Mais le marché comprend des centaines voire des milliers de références et notre comparatif ne peut s'avérer exhaustif pour couvrir la totalité des usages. À ce titre, nos conseils d'achats en bas de page devraient logiquement vous orienter pour trouver votre bonheur dans cette jungle mémorielle.

Les meilleures cartes SD

Plutôt que de voir ce comparatif comme une simple sélection d'articles, ce sont ici des gammes de produits de différents fabricants que nous avons voulu mettre en avant pour leur rapport qualité/prix autant que pour leurs performances. En ce qui concerne les cartes au format SD, nous avons choisi 3 gammes qui répondent bien aux besoins des photographes et autres vidéastes. Elles sont malgré tout polyvalentes et équiperont sans problème d'autres types d'appareils. Toutefois, le prix des modèles axés sur le haut de gamme réserve ces cartes à des usages professionnels.

1. SanDisk Extreme PRO

SanDisk Extreme PRO Choix de la rédac
  • Vitesse d'écriture entre 90 et 30 Mo/s minimum
  • Débit en lecture au dessus du standard UHS-I
  • Résistance / Endurance
Prix, performances et capacités

La gamme Extreme Pro est un très bon choix pour la plupart des usages qui demandent un débit soutenu en écriture, photographes et vidéastes y trouveront donc leur compte jusqu'en 4K, même si à cette résolution certains opteront pour de meilleures performances selon leurs équipements.

Prix, performances et capacités

La gamme Extreme Pro est un très bon choix pour la plupart des usages qui demandent un débit soutenu en écriture, photographes et vidéastes y trouveront donc leur compte jusqu'en 4K, même si à cette résolution certains opteront pour de meilleures performances selon leurs équipements.

Avec sa gamme Extreme Pro, SanDisk propose 5 cartes SDXC disposant de capacités de stockage de 64, 128, 256, 512 Go et 1 To. La carte la moins onéreuse est quant à elle un modèle SDHC de 32 Go, offrant des débits sensiblement inférieurs, même si elle propose les mêmes garanties que les cartes SDXC de cette gamme. Nous avons choisi de mettre en avant ces cartes pour leur bon rapport qualité/prix vu les performances autorisées.

Fonctionnant sur une interface UHS-I, les cartes Extreme Pro affichent les certifications C10, U3 et V30. Ce sont surtout les deux dernières qui nous intéressent ici puisqu'elles indiquent une classe de vitesse UHS et vidéo garantie pour un minimum de 30 Mo/s en écriture, ce qui commence à être convenable pour la capture de photographie en RAW, mais aussi pour de la vidéo Full HD et même pourquoi pas sur la définition 4K.

Si ces indications garantissent un seuil minimal d'écriture sous lequel la carte ne descendra pas, les cartes Extreme Pro sont toutefois capables de monter jusqu'à 90 Mo/s en écriture. Enfin, la vitesse de lecture atteint ici les 170 Mo/s grâce à une technologie propriétaire de SanDisk qui lui permet de dépasser le seuil initialement fixé par l'interface UHS-I (104 Mo/s).

2. Lexar Professional 1667x

Lexar Professional 1667x Un bon compromis
  • Tarifs concurrentiels / Garantie à vie
  • Interface UHS-II
  • Débits garantis à 60 Mo/s minimum en écriture
Tarifs alléchants et performances honorables

Les cartes SD Lexar Professional 1667x constituent une entrée en gamme très alléchante pour les photographes, ainsi que pour les vidéastes qui sont en mesure de se contenter d'un débit variant entre 60 et 120 Mo/s en écriture. Ce tarif intéressant ne se fait cependant pas sans compromis ; si la vitesse d'écriture semble correcte, bon nombre d'utilisateurs indiquent que les débits annoncés en lecture sont rarement atteints.

Tarifs alléchants et performances honorables

Les cartes SD Lexar Professional 1667x constituent une entrée en gamme très alléchante pour les photographes, ainsi que pour les vidéastes qui sont en mesure de se contenter d'un débit variant entre 60 et 120 Mo/s en écriture. Ce tarif intéressant ne se fait cependant pas sans compromis ; si la vitesse d'écriture semble correcte, bon nombre d'utilisateurs indiquent que les débits annoncés en lecture sont rarement atteints.

Déclinées en 3 exemplaires (64, 128 et 256 Go), les cartes Lexar Profesionnal SDXC 1667x s'imposent parmi les modèles à interface UHS-II les plus abordables du marché. Regardons de plus près ce qu'elles nous proposent.

Sur le papier, les cartes 1667x de Lexar possèdent bien des atouts. Garantie à vie, cette gamme se démarque d'abord par son prix bas et se positionne comme une alternative sérieuse entre les gammes 1000x et 2000x du fabricant. Théoriquement capable d'atteindre un débit en lecture de l'ordre de 250 Mo/s, force est de constater que ces cartes sont extrêmement compétitives face à des concurrents de marque, mais aussi à la série 2000x pour laquelle il faut compter un tarif quasi double.

Affichant les classes de vitesse C10, U3 et V60, les cartes Lexar 1667x garantissent un débit minimal de 60 Mo/s en écriture, vitesse qui peut varier et atteindre jusqu'à 120 Mo/s dans le meilleur des cas. Pour profiter de ces débits, en lecture comme en écriture, il est naturellement nécessaire de disposer d'un appareil et lecteur de cartes supportant l'UHS-II. Malgré tout, ces cartes sont rétrocompatibles avec l'UHS-I, mais il ne faudra alors pas compter sur de tels débits.

3. ProGrade Digital

ProGrade Digital UHS-II Pour les pros
  • Parfait pour la haute résolution
  • Qualité de fabrication
  • Performances en lecture et écriture
La gamme idéale pour les professionnels

Utilisées dans des milliers d'appareils électroniques, la carte microSD est le pendant miniature de la carte SD. Pour autant, cela ne signifie pas qu'elle n'est pas capable de grandes choses. À vrai dire les deux standards sont théoriquement identiques et seule la taille change. La microSD est donc très polyvalente puisqu'en plus d'équiper un immense nombre d'objets du quotidien, elle convient également à la vidéo et à la photographie. Néanmoins c'est son format qui lui cause du tort dans ces deux domaines, notamment car elle est plus facile à égarer et plus sensible à la casse.

La gamme idéale pour les professionnels

Utilisées dans des milliers d'appareils électroniques, la carte microSD est le pendant miniature de la carte SD. Pour autant, cela ne signifie pas qu'elle n'est pas capable de grandes choses. À vrai dire les deux standards sont théoriquement identiques et seule la taille change. La microSD est donc très polyvalente puisqu'en plus d'équiper un immense nombre d'objets du quotidien, elle convient également à la vidéo et à la photographie. Néanmoins c'est son format qui lui cause du tort dans ces deux domaines, notamment car elle est plus facile à égarer et plus sensible à la casse.

Fondée par Wes Brewer, qui est notamment passé par SanDisk puis chez Micron pour développer Lexar (avant que la filiale ne soit vendue à une société chinoise), ProGrade Digital est une entreprise jeune qui dispose toutefois d'une large expérience dans le domaine des solutions de mémoire flash à destination des professionnels.

Sur le marché depuis 2018, ProGrade Digital ne possède pour le moment qu'une gamme de produits assez peu variée par rapport à ses concurrents. Des produits qui se concentrent cependant sur le haut de gamme, avec des cartes rapides et performantes qui ciblent avant tout les photographes et vidéastes professionnels et passionnés.

Nous avons donc affaire ici à une gamme de cartes qui proposent des performances hors-normes. On observe par ailleurs que la couleur est clairement affichée puisque la vitesse de lecture comme la vitesse d'écriture maximale sont indiquées sur la carte. Profitant d'une interface UHS-II, ces trois cartes (64, 128 et 256 Go) signées ProGrade font en effet la promesse de débits maximaux très élevés avec 300 Mo/s en lecture, presque autant en écriture avec 250 Mo/s. Ces valeurs sont idéales pour la vidéo en 4K et plus, ou encore pour la photographie en rafale au format RAW, bien que souvent la mémoire tampon de l'appareil continuera d'être sollicitée. Affichant la classe de vitesse V90, ces cartes ne descendent jamais sous le seuil des 90 Mo/s en écriture, ce qui garantit des prises de vues sans aucune perte d'image même en 4K.

Les meilleures cartes microSD

Utilisées dans des milliers d'appareils électroniques, la carte microSD est le pendant miniature de la carte SD. Pour autant, cela ne signifie pas qu'elle n'est pas capable de grandes choses. À vrai dire les deux standards sont théoriquement identiques et seule la taille change. La microSD est donc très polyvalente puisqu'en plus d'équiper un immense nombre d'objets du quotidien, elle convient également à la vidéo et à la photographie. Néanmoins c'est son format qui lui cause du tort dans ces deux domaines, notamment car elle est plus facile à égarer et plus sensible à la casse.

4. SanDisk Extreme

SanDisk Extreme Rapport qualité / prix
  • Large choix de capacités
  • Certifiée A2
  • Garantie 10 ans
Une carte abordable et efficace pour smartphone

La gamme Extreme de SanDisk ne déroge pas à la règle du fabricant : les performances sont assurées, tout comme la fiabilité des produits qui sont par ailleurs garantis sur une période de 10 ans. Bien entendu il sera toujours possible de trouver moins cher ailleurs, notamment auprès de fabricant inconnu au bataillon, mais les performances et la durabilité risquent alors de ne pas être au rendez-vous. Une série de cartes efficaces pour être utilisée sur nos smartphones et autres consoles de jeux.

Une carte abordable et efficace pour smartphone

La gamme Extreme de SanDisk ne déroge pas à la règle du fabricant : les performances sont assurées, tout comme la fiabilité des produits qui sont par ailleurs garantis sur une période de 10 ans. Bien entendu il sera toujours possible de trouver moins cher ailleurs, notamment auprès de fabricant inconnu au bataillon, mais les performances et la durabilité risquent alors de ne pas être au rendez-vous. Une série de cartes efficaces pour être utilisée sur nos smartphones et autres consoles de jeux.

Preuve encore une fois de la grande variété de cartes chez Sandisk, le fabricant ne propose pas moins de 7 cartes microSD avec sa gamme Extreme. Parmi elles, 6 microSDXC sur des capacités allant de 64 Go à 1 To et profitant de performances tout à fait correctes.

Comptant parmi les rares gammes de cartes SD à proposer des capacités de stockage allant jusqu'à 1 To, les cartes SanDisk Extreme sont parfaites si vous souhaitez privilégier la capacité, avec un prix au Go plus que raisonnable, plutôt que la vitesse. Cela ne signifie pas que la gamme Extreme n'est pas performante : la vitesse de lecture peut atteindre ici 160 Mo/s, alors que la vitesse d'écriture peut monter quant à elle jusqu'à 90 Mo/s. Dans les faits, cela ne sera évidemment pas toujours le cas selon vos usages, mais on retrouve les classes de vitesses U3 et V30, certifiant que le débit en écriture ne tombera jamais sous le seuil des 30 Mo/s ce qui est acceptable pour bien des activités.

On y retrouve également la certification A2, ce qui indique que la gamme Extreme est particulièrement adaptée aux opérations répétées d'écriture et de lecture de petits fichiers, elle est donc idéale pour garantir un minimum de performances pour y installer des applications, sur smartphone par exemple.

5. Samsung Evo Plus

Samsung Evo Plus Polyvalente
  • Bonnes performances globales
  • Résistance et durabilité
  • Garantie 10 ans
La carte à tout faire

Les Evo Plus sont les cartes à tout faire de Samsung ! Leurs honnêtes performances autorisent des activités relativement polyvalentes, mais le plus important point fort est sans conteste la durabilité qui laisse penser qu'elles répondent à bien plus de situations face à des cartes concurrentes souvent bien plus fragiles.

La carte à tout faire

Les Evo Plus sont les cartes à tout faire de Samsung ! Leurs honnêtes performances autorisent des activités relativement polyvalentes, mais le plus important point fort est sans conteste la durabilité qui laisse penser qu'elles répondent à bien plus de situations face à des cartes concurrentes souvent bien plus fragiles.

La réputation de Samsung n'est plus à faire sur le marché des cartes mémoires, la gamme Evo Plus étant sans doute un best-seller parmi les cartes microSD. Disponible en version SDHC de 32 Go et SDXC de 64, 128, 256 Go et 512 Go, ces cartes sont parfaites pour augmenter la capacité de stockage d'un smartphone ou un laptop, mais aussi pour d'autres usages grâce à de bonnes performances.

On ne présente plus les cartes Evo Plus de Samsung, elles occupent le devant de la scène depuis déjà plusieurs années et restent aujourd'hui parmi les meilleures solutions pour les smartphones, appareils photo numériques et autres action-cams. Outre ces performances avec 100 Mo/s en lecture et 90 Mo/s en écriture, qui autorisent notamment l'enregistrement de vidéo en 4K grâce à l'UHS-I Class 3 (U3), Samsung a également pensé que ces activités demandent souvent des cartes résistantes qui ne vont pas s'altérer.

La gamme Evo Plus embarque ainsi plusieurs certifications qui montrent que ces cartes peuvent être exposées à certains aléas, ce qui la rend idéale pour être utilisée avec des appareils comme les caméras Go Pro, les drones ou encore les smartphones étanches. On retrouve une température de fonctionnement entre -25 et 85 °C, une étanchéité certifiée IEC 60529 et IPX7, mais aussi une résistance aux rayons X et au champ électromagnétique jusqu'à 15 000 Gauss. Enfin, comme chez SanDisk, Samsung nous gratifie d'une garantie de 10 ans, une belle assurance quant à la qualité de ses produits et face à des concurrents qui peinent à proposer des garanties de plus de 3 ou 5 ans.

6. Samsung Pro Endurance

Samsung Pro Endurance Pour la vidéo surveillance
  • Cartes idéales pour dashcam et vidéosurveillance
  • Une endurance de 43 800 h (modèle 128 Go)
  • Résistance aux aléas de l'environnement
La carte pour enregistrer des flux en continu

Bâties sur les mêmes critères de résistance que les gammes Evo Plus et Pro Plus, les cartes Pro Endurance sont conçues pour être utilisées dans des conditions peu favorables (eau, températures, champ magnétique, etc.). Supportant des charges de travail continues sur de longues périodes, les Pro Endurance maintiennent une vitesse d'écriture très stable et offrent de bonnes performances pour les équipements susmentionnés.

La carte pour enregistrer des flux en continu

Bâties sur les mêmes critères de résistance que les gammes Evo Plus et Pro Plus, les cartes Pro Endurance sont conçues pour être utilisées dans des conditions peu favorables (eau, températures, champ magnétique, etc.). Supportant des charges de travail continues sur de longues périodes, les Pro Endurance maintiennent une vitesse d'écriture très stable et offrent de bonnes performances pour les équipements susmentionnés.

Comme son nom l'indique, la gamme Pro Endurance de Samsung cible un marché bien précis qui diffère des cartes précédemment citées. Plutôt que de favoriser la vitesse, les cartes Pro Endurance sont conçues pour supporter un important et constant flux d'écriture de données.

La majorité des gammes de cartes SD des grands fabricants se concentre aujourd'hui à proposer des capacités de stockage et des performances toujours plus hautes. Ici, Samsung nous propose une gamme de cartes microSD quelque peu différente, d'abord car elle contient seulement trois versions (32, 64 et 128 Go), mais aussi car elle se contente d'une classe de vitesse U1. Dans les faits, les Pro Endurance ne sont bien sûr pas des cartes lentes, la vitesse de lecture pouvant atteindre 100 Mo/s, tandis que la vitesse d'écriture plafonne à 30 Mo/s, mais l'accent a davantage été mis sur leur endurance et leur résistance.

Il s'agit en effet de la gamme de cartes « longue durée » par excellence, idéale pour enregistrer et écraser des données en continu, elle se destine à équiper des appareils tels que les caméras extérieures, de tableau de bord, de vidéosurveillance et ainsi de suite. Un peu juste pour la 4K, elle est cependant largement suffisante pour des enregistrements en Full HD (720 ou 1080p). Elle promet une endurance d'enregistrement Full HD de 43 800 heures pour le modèle de 128 Go et 26 290 heures pour le modèle de 64 Go. Ces chiffres correspondent par ailleurs aux durées respectives de garantie de ces cartes, 5 ans pour la première et 3 ans pour la seconde (et 2 ans pour la microSDHC de 32 Go).

Comment choisir votre carte mémoire ?

Quel format pour ma carte mémoire ?

Le marché de la carte mémoire a beaucoup évolué depuis ses débuts et de nombreux formats de cartes ont été laissés sur le côté en raison de leur caractère obsolète. Bien que le choix d'une carte mémoire reste délicat pour le néophyte, les consommateurs s'y retrouvent globalement beaucoup plus facilement aujourd'hui puisque la carte SD est le leader incontesté de ce marché.

Une grande variété de cartes mémoires qui se réduit aujourd'hui à seulement quelques formats

Les cartes MMC (MultiMedia Card), SM (SmartMedia Card), xD (XD-Picture Card), ou encore les Memory Stick de Sony ont progressivement été abandonnées ; une bonne nouvelle pour les utilisateurs puisqu'il s'agit essentiellement de formats propriétaires. À l'heure actuelle, nous avons maintenant le choix entre le format SD, le CF et CFExpress, ainsi que le XQD, ces derniers étant davantage plébiscités par les photographes professionnels. Finalement, même dans le domaine de la photographie la carte SD gagne allègrement du terrain ces dernières années.

Depuis l'apparition de la carte SD en 1999, deux formats dérivés ont été développés avec les cartes MiniSD en 2003, puis microSD en 2005. Ces deux formats ont avant tout été conçus pour équiper des appareils mobiles, comme les smartphones et appareils photo numériques, le format MiniSD est cependant passé à la trappe en faveur du microSD, utilisé aujourd'hui sur une grande majorité d'appareils.

Hélas, selon l'appareil auquel vous désirez adjoindre un espace de stockage, vous ne choisirez pas le format de la carte mémoire pour la simple raison que la majorité des appareils électroniques sont conçus pour accueillir un seul format de carte. Néanmoins, ce qu'il y a de positif avec le format SD, c'est que vous pouvez choisir une microSD et utiliser un adaptateur pour l'insérer dans un appareil qui ne prend en charge que le format initial, adaptateur qui est très souvent fourni à l'achat d'une carte.

Faut-il choisir une carte SD, SDHC ou SDXC ?

Qu'il s'agisse du format SD ou microSD, les cartes sont d'abord classées en plusieurs familles selon leur capacité de stockage.

Comme le montre le tableau ci-dessous, on distingue ces familles de cartes par leur pictogramme, logiquement présent sur chaque modèle acheté. Le standard SD ou SDSC (Standard Capacity) correspond ainsi à des cartes disposant d'un espace de stockage allant jusqu'à 2 Go, le standard SDHC (High Capacity) entre 2 et 32 Go, le standard SDXC (Extended Capacity) entre 32 Go et 2 To et enfin des capacités de stockage hors-norme pour le dernier né des standards, le SDUC (Ultra Capacity), allant de 2 To à 128 To ! Notons toutefois qu'il s'agit d'une valeur théorique, pour le moment de telles cartes SDUC ne sont pas encore commercialisées. Pour l'heure, 512 Go semble être la limite que les constructeurs se sont fixée, seuls certains d'entre eux, comme Sandisk et Micron, s'étant essayé à produire des modèles de 1 To.

© SD Association

Les possibilités en matière d'espace de stockage, comme de débit, évoluent en effet très rapidement, à l'instar des SSD et d'autres technologies de stockage.

Reste malheureusement que tous les appareils ne sont pas compatibles avec les derniers standards de la SD Association. Pour vérifier la compatibilité d'une famille de carte avec un appareil, il est nécessaire de se référer à son manuel d'utilisation. Les produits les plus anciens risquent en effet de ne pas prendre en charge le standard SDXC, ce qui signifie qu'il faut se contenter d'une carte dont la capacité de stockage est inférieure à 32 Go sur ces modèles.

Comment déterminer la capacité de stockage de ma carte mémoire ?

La capacité de stockage d'une carte dépend en premier lieu de l'appareil et de sa compatibilité avec les différentes familles de cartes (voir ci-dessus), ainsi que de l'usage que vous souhaitez en faire.

À titre d'exemple, la prise de vidéo (notamment en 4K) requiert un espace de stockage conséquent. Il en va de même pour la photographie, par exemple pour la capture de photos en rafale, mais tout dépend de la résolution de votre capteur et du format des images que capturez, les fichiers RAW demandant bien plus d'espace que les fichiers JPG. Toujours en ce qui concerne la photo et la vidéo, il faut également bien déterminer vos besoins, à savoir si vous allez régulièrement transférer vos images sur votre ordinateur, ou un Cloud ; lors de longs voyages, cela n'est pas forcément évident.

Le tarif demandé pour une carte SD varie très fortement, notamment selon sa capacité de stockage et ses performances en termes de débit en lecture et en écriture. L'idéal est donc de trouver le meilleur rapport performances / prix selon vos usages.

Vitesses de lecture et d'écriture : des valeurs cruciales

Vous seul connaissez finalement vos besoins en matière de capacité de stockage, mais qu'en est-il des débits en lecture et en écriture ?

En règle générale, seul le débit en lecture est annoncé de manière (plus ou moins) claire par le fabricant, le débit en écriture étant indiqué par sa valeur minimale par les biais des différentes classes représentées par une lettre (un C, un U ou un V) dans laquelle vient se placer un chiffre (C4, 6, 10 / U1 , 2, 3), comme nous le montre le tableau ci-dessous.

Penchons-nous d'abord sur la vitesse de lecture. C'est cette donnée qui détermine la vitesse maximale à laquelle la carte SD sera capable de copier des fichiers vers votre ordinateur. Elle s'exprime soit en Mo/s, ce qui a le mérite d'être clair, soit avec un « X » précédé par un chiffre. Cette seconde manière d'exprimer la vitesse de transfert demande un petit calcul mental, car 1 X équivaut à 0,15 Mo/s, cela signifie que si vous avez une carte 600X sa vitesse de lecture maximale sera de 90 Mo/s, une carte 800X équivaut à 120 Mo/s et ainsi de suite.

S'il est toujours agréable de pouvoir copier le plus rapidement possible nos fichiers depuis la carte SD, c'est finalement la vitesse d'écriture qui nous semble la valeur à scruter avec le plus d'attention. D'abord pour ne pas acquérir une carte trop véloce et donc beaucoup plus couteuse, mais aussi car selon vos usages la vitesse d'écriture est déterminante. Le débit en écriture est en effet crucial pour certaines activités, par exemple la capture de vidéos en 1080p (Full HD) qui nécessite au minimum 10 Mo/s en écriture, ou encore 30 Mo/s pour de la vidéo 4K.

© SD Association

Pour s'y retrouver, la SD Association a mis en place trois classes, qui garantissent la vitesse d'écriture minimale d'une carte, et non maximale comme c'est le cas avec la vitesse de lecture. Pour éviter d'épiloguer, rien ne vaut mieux que le tableau ci-dessus qui nous détaille les spécificités des différents pictogrammes.

La SD Association a malgré tout proposé une nouvelle certification à partir de 2016 avec les classes A1 et A2. Développées en particulier pour garantir des performances des applications sur smartphone, ces deux classes nous indiquent un nombre d'IOPS (input/output operations per second) minimum aussi bien en lecture qu'en écriture aléatoire, comme le montre le tableau ci-dessous.

© SD Association

Les chiffres restent cependant assez modestes puisqu'ils se cantonnent à un seuil minimal de 10 Mo/s en écriture séquentielle. Il est donc nécessaire de continuer à bien regarder les autres classes et certifications pour un usage autre que celui d'étendre la mémoire interne d'un smartphone ou encore d'installer des jeux Nintendo Switch ou autre.

L'interface : une histoire de bus

Aux sigles que nous avons déjà décryptés vient s'ajouter celui de l'interface de la carte. Il s'agit du bus utilisé par la carte, autrement dit de la version de son connecteur. Six interfaces ont ainsi vu le jour depuis les années 2000, d'abord avec le « Default Speed » autorisant des débits de l'ordre de 12,5 Mo/s, puis High Speed en 2004 avec 25 Mo/s, pour déboucher ensuite sur l'Ultra High Speed (UHS-I) et les versions qui l'ont suivie (UHS-II, UHS-III) avec des débits respectifs allant jusqu'à 104 Mo/s, 312 Mo/s, puis 624 Mo/s pour le dernier.

L'interface du bus est normalement indiquée sur la carte par un chiffre romain, I, II ou III pour les interfaces UHS. Si aucun de ces chiffres n'est présent sur la carte, alors celle-ci utilise une version antérieure et sera donc bien moins rapide. Les dernières versions de cette interface sont compatibles avec les appareils et lecteurs utilisant des interfaces antérieures, seulement le débit sera bridé si par exemple votre carte dispose d'un bus UHS-II et que vous la placez dans un appareil utilisant un connecteur UHS-I. Finalement, les seuls soucis d'incompatibilités avec les cartes SD sont dus aux différentes familles de capacités, comme nous l'avons expliqué dans le paragraphe dédié.

©SD Association

Avec une interface autorisant des débits à 624 Mo/s, nous avons déjà là de sérieuses performances, mais la SD Association ne va pas s'arrêter en si bon chemin. Comme nous l'avons vu avec le standard SDUC, le futur est déjà là avec des cartes SD de nouvelle génération qui vont littéralement exploser les compteurs en termes de capacité de stockage, mais aussi de vitesse de transfert. La SD Association a en effet annoncé la norme SD Express, pour les cartes SD comme microSD. L'interface utilisera alors le PCI Express et la technologie NVMe, pour des débits annoncés allant de 985 Mo/s à 3940 Mo/s, rien que ça !

Modifié le 26/11/2020 à 17h32
0
0
Partager l'article :

Pourquoi nous faire confiance ?

Pour vous, Clubic sélectionne puis teste des centaines de produits afin de répondre aux usages les plus courants. De la qualité pour tous et à tous les prix, voilà notre objectif ! En savoir plus

Haut de page