Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique

06 avril 2020 à 08h37
40
covid-19-monde.jpg
© Pixabay

Clubic a souhaité prendre le pouls de la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 dans des deux pays les plus touchés au monde.

Le 3 avril, le monde a franchi le cap du million de personnes officiellement testées positives au coronavirus, le nombre total de cas réels étant évidemment bien plus important et, surtout, difficile à déterminer. Parmi les pays les plus touchés et meurtris par le Covid-19, on retrouve l'Iran et, plus proche de la France géographiquement, l'Espagne. Pour savoir comment est vécue la pandémie dans ces pays, savoir si ces derniers sont suffisamment équipés et connaître l'impact du numérique et des réseaux sociaux sur place, au sein de territoires aux régimes bien différents, nous avons interrogé deux spécialistes, Hamid Enayat pour l'Iran (1) et Juan Jose Dorado pour l'Espagne (2).


1. L'Iran, dans le piège du régime

En Iran, le nombre de décès officiel a dépassé les 3 000 au début du mois d'avril, pour plus de 50 000 infectés. « Le nombre réel de victimes a dépassé les 13 600 », nous indiquait en début de semaine Hamid Enayat, spécialiste iranien basé en Europe. Une preuve du gouffre entre l'officiel et l'officieux. « Les statistiques que l'on véhicule dans les médias concernant l'Iran sont les statistiques officielles annoncées par le régime et sont très loin de la réalité. Comme il a menti au sujet du crash de l'avion ukrainien en février, le régime iranien ment également au sujet de l'impact de Covid-19 en Iran », explique le journaliste, qui collabore avec Media Express Press Agency.

« Une négligence intentionnelle, qui a conduit à un désastre sanitaire majeur »


En Iran, le virus s'est d'abord introduit à Qom, une ville située à 150 km au sud-ouest de la capitale Téhéran, avant de se propager dans toute la Perse. Les vols de la compagnie aérienne Mahan Air consistant en des allers-retours entre l'Iran et différentes villes chinoises comme Pékin, Shangai, Wuhan, Shenzhen et Guanzhou, ont contribué à répandre le virus.

« De nombreux éléments indiquent que le régime iranien était conscient de la situation au moins deux semaines à un mois avant l'annonce officielle de l'introduction du virus, c'est-à-dire à partir du 20 février avec la mort de deux personnes à Qom », précise Hamid Enayat. Sauf que le 21 février avaient lieu les élections législatives en Iran, une « négligence intentionnelle qui a conduit à un désastre sanitaire majeur », déplore l'analyste, alors que les autorités, notamment le président Hassan Rohani, avaient été mises au courant des dangers de l'épidémie.

« Le régime a refusé l'aide en équipement et en technologie proposée par de nombreux pays démocratiques »


Concernant les équipements, le régime a refusé l'aide en équipement et en technologie proposée par de nombreux pays démocratiques. De même qu'il a refusé le soutien de Médecins sans frontières (MSF). L'association s'était rendue dans le pays avec suffisamment d'équipements pour bâtir un hôpital de campagne à Ispahan. Les dirigeants iraniens ont « refusé son aide et affirmé qu'ils n'en avaient pas besoin et l'ont enjoint de partir », nous révèle Hamid Enayat. « Au cours des quarante dernières années, le régime iranien a dépensé une grande partie des ressources et des richesses du pays pour promouvoir son influence et l'instabilité dans la région. Cela a fait que notre pays est à la traîne dans tous les domaines, y compris les infrastructures et le système de santé ».


Pas ou peu d'équipements, refus de toute aide extérieure... l'Iran avance-t-elle sur le pan des recherches, au moins ? « Pas du tout », nous dit notre expert. Et « les masques, gants et autres équipements sanitaires nécessaires sont actuellement thésaurisés par les entreprises liées aux Gardiens de la Révolution, qui représentent le bras armé de l'ayatollah Khamenei ». Il en est de même pour le système de santé. Dans un pays où plus de 75 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, où le chômage explose (plus d'un million de chômeurs avec la crise du coronavirus, et des millions d'autres qui devraient les rejoindre), « seuls les Gardiens de la Révolution et leurs affiliés (4 % de la population !) peuvent bénéficier de services médicaux ».

« Le régime iranien a prétendu que les réseaux sociaux étaient responsables de la diffusion de fausses informations »


« Alors qu'il a été révélé récemment que les équipements médicaux tels que les masques, les gants et les désinfectants envoyés par d'autres pays ont été vendus sur le marché noir par des sociétés liées aux Gardiens de la Révolution, il est vain de parler de l'existence d'un système médical digne de ce nom en Iran », détaille Hamid Enayat.


La République islamique d'Iran est telle que l'influence des réseaux sociaux en devient très importante. « Vous pouvez suivre l'actualité de différentes villes sur les médias sociaux de façon assez efficace. Les statistiques les plus précises sont accessibles sur ces derniers. De nombreux médecins et infirmières, dont certains ont perdu la vie dans la lutte contre le Covid-19, ont fait connaître la vérité sur ces plateformes pour informer le public des dangers qui les visent. Ils donnent des conseils à la population et aident les gens à se protéger ».

Mais le régime iranien a prétendu que les réseaux sociaux étaient responsables de la diffusion de fausses informations, ce qui a entraîné l'arrestation de nombreuses personnes, que l'on pourrait qualifier de lanceurs d'alerte(s), qui informaient la population.

« Seuls les Gardiens de la Révolution et leurs affiliés peuvent bénéficier de services médicaux »


Le coronavirus n'est en tout cas pas parti pour réconcilier les Iraniens avec le régime. « Tous les gouvernements ont déclaré la guerre contre le coronavirus, mais il semble qu'Ali Khamenei a déclaré la guerre contre son propre peuple. N'est-ce pas étrange que le commandant en chef des forces armées iraniennes soit nommé à la tête du QG de la lutte contre le coronavirus ? », se demande Hamid Enayat. Sur place, les observateurs redoutent un désastre sanitaire qui échapperait au contrôle du régime et aboutirait à une rébellion urbaine, première possibilité. La seconde consisterait en une répression redoublée pour contrôler momentanément la situation. Mais dans tous les cas, les Iraniens remontés demanderont tôt ou tard des comptes aux dirigeants, « perçus comme responsables de l'aggravation dramatique de la crise et du nombre élevé de morts ».

gel-masque-gants.jpg
© Pixabay


2. L'Espagne, l'un des symboles d'une Europe mal préparée

L'Espagne, de son côté, est le quatrième pays le plus touché en nombre de cas avec un total de 120 000 personnes testées positives et plus de 11 000 morts, ce qui en fait la deuxième nation la plus meurtrie au monde après l'Italie.

Sur place, on hésite entre deux possibilités, pour déterminer la manière dont est véritablement arrivé le virus dans le pays. Juan Jose Dorado, correspondant pour un groupe de presse espagnol à Paris et accessoirement amateur de foot, nous indique qu'il se pourrait que le premier cas soit arrivé « du côté de Valence, le lendemain du match aller de Champions League contre l'Atalanta Bergame. La veille, le 19 février, plusieurs centaines de supporters avaient fait le déplacement en Italie, et on pense que c'est par là que l'un des premiers cas est entré sur le territoire ». La deuxième souche proviendrait d'un groupe de touristes italiens qui aurait quasiment en même temps débarqué aux Îles Canaries.

« L'Espagne n'a pas pris au sérieux la situation quand les choses ont commencé à empirer »


Un peu comme ce qui est reproché à la France, l'Espagne a pris son temps, bloquée au départ par des considérations économiques et politiques. « Le 8 mars, journée internationale de la femme, était une date très importante », nous explique Juan Jose Dorado. « L'Espagne a retardé l'échéance, en étant plus dans la réaction que dans l'action. Elle n'a pas vraiment pris au sérieux la situation quand les choses ont commencé à mal tourner ».


Mais depuis, la peur des chiffres et l'état d'alerte décrété le 14 mars, équivalent à un confinement quasi-total, ont changé la perception des Ibériques. En Espagne, « les sorties pour se promener ou pour pratiquer une activité physique ne sont pas autorisées, et ce depuis le début. Et si vous faites vos courses, votre ticket de caisse doit faire foi. Quant aux promenades des animaux de compagnie, il faut vraiment être à côté de chez soi », détaille le journaliste.

Concernant les équipements dans les établissements hospitaliers, Juan Jose Dorado reconnaît que « le système hospitalier français est mieux préparé que le système hospitalier espagnol », tout en rappelant que « l'Espagne n'est pas un pays sous-développé dans le domaine médical ». Chacun a accès à la médecine de l'autre côté de la frontière. « Les Espagnols ne paient pas de consultation ». Comme d'autres pays d'Europe, la péninsule ibérique a assisté, impuissante, à la privatisation de nombreux hôpitaux, et à un certain manque de personnel et équipement. Mais une fois la crise considérée, tout s'est accéléré. Le 22 mars, le Premier ministre Pedro Sanchez annonçait la livraison de plus d'un million de masques pour les professionnels de santé et les patients, ainsi que 52 000 personnels de santé supplémentaires. « Des commandes des masques sont vite arrivées, 650 000 tests rapides ont été distribués il y a plus d'une dizaine de jours. Mais il manque de respirateurs. La voie de l'impression 3D commence à être explorée pour combler certains manques, cela n'est évidemment pas suffisant », tempère le spécialiste de l'Espagne.


« L'explosion des connexions est plus due au streaming vidéo et au gaming qu'au télétravail ! »


Plusieurs hôpitaux de campagne ont été montés, dont l'un au centre des expositions de Madrid. Si la saturation est une réalité, le manque de main d'œuvre a pu être au moins un temps absorbé par le fort contingent d'infirmières et infirmiers, « l'Espagne étant le pays qui en exporte le plus depuis des dizaines d'années », n'oublie pas le correspondant. Et les militaires participent à l'effort et notamment à la désinfection. Certains ont même été formés, en amont, pour aider lors de catastrophes qui toucheraient la population civile.

À l'instar des Iraniens, les Espagnols s'emparent-ils des réseaux avec le confinement sur fond de coronavirus ? Oui, évidemment. D'autant plus que « l'Espagne est un pays très divisé », rappelle Juan Jose. « Il y a ceux qui reprochent à l'Espagne d'avoir attendu le 9 mars pour prendre des décisions pour ne pas gâcher le 8 mars. Deux ministres qui sont allés aux manifestations sont d'ailleurs aujourd'hui positifs au coronavirus. Le point additionnel : c'est la situation en Catalogne, où le président Quim Torra entre en confrontation avec l'Espagne, reprochant un non-respect du confinement ».

« L'Espagne n'est pas un pays sous-développé dans le domaine médical »


Au-delà des considérations politiques, les Espagnols sont extrêmement inventifs sur les plateformes sociales. Et ces derniers, qui respectent bien les mesures de confinement (mieux que les Français, selon nos confrères espagnols), passent également beaucoup de temps sur les plateformes de streaming, Disney+ très récemment, et manette en main. « Les opérateurs en Espagne ont assisté à une explosion des connexions Internet et à un engorgement des réseaux, mais paradoxalement, ce n'est pas à cause du télétravail mais à cause du streaming vidéo et du gaming », s'amuse le journaliste.

Et comme en France, les grandes plateformes numériques telles que Facebook et YouTube ont consenti à proposer une qualité vidéo moindre à leurs utilisateurs, pour écarter tout risque de saturation des réseaux.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
40
17
Confined-at-Home
Je vous invite à lire cet excellent article pris portant dans la presse de grande consommation (pour ceux qui ne parlent pas espagnol, Chrome propose une assez bonne traduction):<br /> blogs.20minutos.es<br /> Por qué hay motivos para el optimismo si en España ya hay un 15% de población...<br /> Allá por los años 90, cuando hacía mi tesis en inmunología, tuvimos de sabático en el laboratorio a uno de los inmunólogos más reputados del mundo, el profesor Melvin Cohn, del Instituto Salk. Si me propusiera aquí repasar sus méritos científicos,...<br /> Ce qui est important est dans la seconde moitié de l’article, lorsque l’auteur développe le fait que la seule protection viendra de l’immunité, or que 2 sources de possibles:<br /> Vaccin qui mettra entre 12-18 mois et immunité naturelle.<br /> L’Espagne serait au alentour de 15% de contaminés ce qui les favorise dans le temps. Puisque nous allons ou risquons de subir des vagues cycliques d’epidemies.<br /> Donc wait and see, avant de juger sur quelques semaines, il serait préférable d’attendre que le risque épidémique (traitement curatif et/ou préventif) soit maîtrisé et que les solutions Médoc et/ou vaccins soient disponibles en grand nombre.<br /> Pour le moment en Europe nous pataugeons dans la semoule, et même l’Allemagne avec ses masques et respirateurs par millier risque de traverser des périodes difficiles tant que le vaccin ou traitement ne seront pas disponibles.<br /> En bleu ci-dessous les périodes de confinement, en orange les décès…<br /> GraficoICL.jpg1184×767 208 KB<br /> Enfin la source scientifique est Imperial College London, la publication est en pdf ici:<br /> imperial.ac.uk<br /> Imperial-College-COVID19-NPI-modelling-16-03-2020.pdf<br /> 757.32 KB<br />
BraveHeart
"le système hospitalier français est mieux préparé que le système hospitalier espagnol "…en même temps, ce n’est guère difficile comme exploit…<br /> "le manque de main d’œuvre a pu être au moins un temps absorbé par le fort contingent d’infirmières et infirmiers, « l’Espagne étant le pays qui en exporte le plus depuis des dizaines d’années "…oui, comme en France où ils ont été confinés à des tâches annexes administratives lorsqu’on a vu le gouffre immense entre les infirmiers français et les espagnols…la presse nationale, curieusement, après avoir annoncé en fanfare l’arrivée des IDE espagnols, ne s’est guère épanchée sur leur retour au bercail la queue entre les jambes…
BraveHeart
en même temps, ils se rassurent comme ils peuvent…
Confined-at-Home
BraveHeart:<br /> en même temps, ils se rassurent comme ils peuvent…<br /> Sommes nous si différents, le coq est notre emblème ?<br /> BraveHeart:<br /> « l’Espagne étant le pays qui en exporte le plus depuis des dizaines d’années "…oui, comme en France où ils ont été confinés à des tâches annexes administratives lorsqu’on a vu le gouffre immense entre les infirmiers français et les espagnols<br /> Cette problématique n’est pas spécifique à la vague d’infirmière volée économiquement à l’Espagne, mais un grand nombre de représentants du corps médical issu de l’importation économique ne tient pas la route.<br /> Attention, je ne parle pas de nationalité, mais de la localisation des universités où ils ont effectué leurs externats et internats.<br /> Parfois certains ont moins de connaissances en anatomie qu’un croque-mort après 5 années de pratique.
Beaubarre
Rigolo cet article qui parle plus du gouvernement iranien que du Coronavirus
BraveHeart
attention, pour les infirmières espagnoles elles ont été recrutées à cause du sous-paiement notoire des infirmières françaises…en clair, on s’est dit qu’on allait exploiter de la main d’oeuvre encore plus servile,ceci à de seules motivations bassement économiques libérales…malheureusement le niveau technique n’était pas du tout le même, ce qui fait qu’on ne les a plus laissés s’approcher des patients, leur confiant des tâches administratives le temps que les contrats arrivent à leur fin…elles étaient dangereuses pour les patients…tout du moins dangereuses car on leur confiait les compétences des IDE françaises, compétences qu’elles ne maitrisaient pas du tout…dans plusieurs pays européens, les « infirmières » sont ce que l’on appelle aide-soignantes en France…c’est le médecin qui injecte, pose les perfusions, fait les prélèvements sanguins…les infirmiers français et nord américains (US+ Canada) sont réputés être les meilleurs, et c’est pour cela qu’ils sont convoités…
AlexLex14
Je comprends mais peu importe le sujet que tu abordes sur l’Iran, il faut un minimum rappeler le contexte géopolitique particulièrement compliqué
soum_is
Concernant les équipements, le régime a refusé l’aide en équipement et en technologie proposée par de nombreux pays démocratiques<br /> Par contre l’aide de la dictature chinoise, non<br /> https://news.cgtn.com/news/2020-02-29/China-delivers-first-batch-of-medical-supplies-to-Iran-OtyUa6M4Cs/index.html<br /> http://www.xinhuanet.com/english/2020-03/14/c_138877556.htm<br /> https://global.chinadaily.com.cn/a/202003/04/WS5e5ee871a31012821727c0ef.html<br /> Ce que ne dis pas l’auteur de cet article (on le comprend) , c’est que nombres d’iraniens ont beaucoup de problème respiratoires dû à l’empoisonnement qu’ils ont subit pendant la guerre Iran-Irak (armes bactériologique fournies par les démoncraties) ,ce qui explique le nombre élevé de morts dû au couillonavirus en Iran.
PierreKaiL
Bonjour Alexandre, j’aurai bien aimé que l’article parle de l’Allemagne qui arrive à maintenir très peu de décès comparé au reste du monde, et aussi de l’Italie qui visiblement est le plus mal loti plutôt que tous ces paragraphes sur le régime Iranien. Mais bon l’article est quand même intéressant, comme d’habitude
AlexLex14
Hum effectivement, ça rejoint un peu ce que l’on dit sur le système de santé réservé à une minorité (4%) de la population.
AlexLex14
Salut Pierre,<br /> J’aurais bien aimé faire un sujet plus large, je te l’avoue, mais déjà qu’ici ont un peu « hors-série », un peu éloigné de la ligne edito de Cluclu… J’ai préféré me concentrer sur 2 pays en particulier, diamétralement opposés dans leur politique, leur culture, leur dev technologique.<br /> Le but de ce papier était de faire ressortir les différences au niveau technologique entre les deux, tout en resituant le contexte pour ces derniers.
soum_is
Mes informations et celles que je donne indique exactement le contraire de ce que vous affirmer dans votre article ,mais vous avez raison, ça rejoint « un peu ».<br /> Et bien sur, vous omettez sciemment d’indiquer que l’Iran est sous embargo des USA depuis au moins 40 ans (ce qui contredit votre affirmation « LE RÉGIME A REFUSÉ L’AIDE EN ÉQUIPEMENT ET EN TECHNOLOGIE PROPOSÉE PAR DE NOMBREUX PAYS DÉMOCRATIQUES » ) et que ces derniers,donc les USA, ont refusé un allégement des sanctions pour aider l’Iran à vaincre le couillonavirus<br /> U.S. – 20 Mar 20<br /> U.S. to Iran: Coronavirus won't save you from sanctions<br /> The United States sent Iran a blunt message this week: the spread of the coronavirus will not save it from U.S. sanctions that are choking off its oil revenues and isolating its economy.<br />
carinae
Ha tiens intéressant ça … je ne m’étais jamais posé la question des types de postes dans le médical. Il y a tant de différence que ça entre nous et les autres pays ?<br /> Je ne suis pas dans le médical mais il y a plein de domaines où on est sensé être parmi les meilleurs du monde… Et pourtant j’ai toujours l’impression qu’on est a la traîne… Y compris dans le médical ou il faut bien dire …que vu l’état de l’économie on c’est bien raté quand même …
carinae
Le cas effectivement est intéressant … D’après ce que j’ai cru comprendre il y aurait plusieurs facteurs qui auraient joué. Ils étaient mieux préparés, ils ont été touché après les autres ce qui leur a permis de prendre desuite les mesures nécessaires, la population touchée a la base était plus jeune, ils ont certainement mieux modélisé la pandémie ce qui leur aurait permis de s’adapter rapidement… Mais a priori pour beaucoup de médecins il y aurait quand même un problème de chiffres car ils ne comptabiliseraient pas les décès comme les autres…(dixit des spécialistes… Bon en même temps si c’est les mêmes qui nous disaient que c’était une petite grippe et que notre secteur médical était bien préparé…)
AlexLex14
AlexLex14:<br /> J’aurais bien aimé faire un sujet plus large, je te l’avoue, mais déjà qu’ici ont un peu « hors-série », un peu éloigné de la ligne edito de Cluclu… J’ai préféré me concentrer sur 2 pays en particulier, diamétralement opposés dans leur politique, leur culture, leur dev technologique.<br /> Le but de ce papier était de faire ressortir les différences au niveau technologique entre les deux, tout en resituant le contexte pour ces derniers.<br /> Hello <br /> J’omets sciemment ? J’omets rien du tout l’ami…<br /> Pour être très clair, je colle ici ce que j’ai écrit un peu plus haut <br /> "J’aurais bien aimé faire un sujet plus large, je te l’avoue, mais déjà qu’ici ont un peu « hors-série », un peu éloigné de la ligne edito de Cluclu… J’ai préféré me concentrer sur 2 pays en particulier, diamétralement opposés dans leur politique, leur culture, leur dev technologique.<br /> Le but de ce papier était de faire ressortir les différences au niveau technologique entre les deux, tout en resituant le contexte pour ces derniers."<br /> Resituer le contexte ne signifie pas faire tout l’historique du pays. Ni entrer dans des débats politiques, on n’est pas là pour ça… Si tu veux qu’on parle plus largement du régime iranien ou de géopolitique en général, on peut le faire en PV si tu veux même si je vais essayer de profiter un petit peu de mon week-end tout de même <br /> D’ailleurs, bon w.e. à toi ainsi qu’à toutes et tous
PierreKaiL
Bonjour carinae, merci pour ces facteurs à prendre en compte effectivement, pour les chiffres justement, comme en France il n’y a pas de dépistage même chez les personnes décédées, je reste très étonné des résultats Allemand, cela sera intéressant de savoir pourquoi à un moment
max_971
Si la Chine n’avait pas caché certaines choses, on aurait peut-être pris ça au sérieux dès le départ.<br /> La première phase, les pays ne prennent pas au sérieux parlant d’une « grippette », ce qui favorise la dissémination du virus.<br /> Deuxième phase, on se réveille mais trop tard car le virus a bien circulé.<br /> Troisième phase, on essaye de rattraper les choses mais ça ne sert à rien car le mal est fait, il faudra attendre que tous les contaminés guérissent spontanément ou meurent (malheureusement).<br /> Faites vos courses une fois par mois et pas chaque semaine.<br /> Laver vos courses à l’alcool à brûler (90°) et les légumes et fruits à l’eau savonneuse.<br /> PS : l’alcool réagit avec le virus pour le détruire, le savon enveloppe le virus pour l’évacuer dans vos canalisations.
Ramba
Bonjour,<br /> Pour la partie sur l’Iran, permettez moi de réagir. Loin de moi l’envi de prendre position en faveur du gouvernement, soyez-en certain.<br /> Je me sens obligé de réagir car plusieurs informations sont fausses.<br /> Oui la gestion au départ a été terrible et a ainsi favorisé le propagation du virus dans le pays. Oui le nombre de cas ne reflète pas la vérité (mais où est-ce cas?). Oui une partie de l’argent public est investi à des fins qui ne font pas l’unanimité.<br /> Mais l’auteur affirme dans cet article que « seuls les Gardiens de la Révolution et leurs affiliés (4% de la population !) peuvent bénéficier de services médicaux. » c’est totalement faux et je n’arrive pas à comprendre comment vous avez pu croire ça. De plus, ces dernières années de nombreux hôpitaux ont été construits dans les provinces avec des unités de soins intensifs, avec des respirateurs pour les malades.<br /> Au sujet de l’intervention de l’aide de MSF (équipe venant de la France), vous qui dites vouloir contextualiser la situation, vous auriez pu parler de l’histoire du sang contaminé dans les années 80-90 pour comprendre pourquoi l’aide française n’est pas la bienvenue. Par contre, l’aide japonaise, coréenne et chinoise a été très bien accueillie. De plus, cette semaine, via le mécanisme Instex, du matériel allemand, français et anglais est arrivé en Iran.<br /> Pour finir, renseignez au sujet de l’OMPI que vous citez ici. Sachez qu’en Iran cette organisation ne représente absolument pas une figure d’opposition légitime (parmi la population) et que ce qu’ils disent est totalement biaisé. Ce qu’ils ont fait au peuple iranien pendant la guerre Iran-Irak est bien resté en mémoire par la population.<br /> Heureusement la population, se méfiant de tout ce qu’elle peut entendre, est responsable et fait attention.
carinae
Je ne connais pas trop le dossier mais j’ai cru comprendre que MSF avait reçu les autorisations avant de se voir renvoyer dans leur 22.<br /> Quant au sang contaminé… C’était il y a 30ans… S’ils en sont restés la c’est bien dommage pour eux…il s’agit de leur vie après tout et … vu le nombre de morts… Sans compter que le virus venant de chine la méfiance devrait plutôt être de ce côté … Mais bon dans ce type de problème en principe toute aide est sensée être la bienvenue…
carinae
Si justement… a prendre avec des pincettes mais il semblerait qu’en France des tests soient pratiques lors des décès suspects contrairement aux Allemands. Mais même avec ça le compte n’y est pas… Certainement aussi qu’en France on est bien plus touchés qu’eux et que les chiffres le laisse penser…
PierreKaiL
Peut être que maintenant les tests sont systématiques après un décès dû à un arrêt du coeur mais il y a encore peu ce n’était pas le cas à ce que j’ai pu lire et entendre de personne que je connais qui ont eu des décès de proche. Je pense aussi qu’en France on est plus touché que ce que les chiffres veulent laisser penser mais cela n’a pas l’air, ou moins l’air, d’être le cas en Allemagne. Selon mes informations, ils pratiquent plus de dépistages qu’ici depuis le début.
BraveHeart
Les différences sont énormes, c’est pour cela que les infirmiers sont très recherchés, en Suisse comme au Québec par exemple…pour les médecins, idem…je ne vais pas dire que ce sont les meilleurs, mais ils étaient pendant très longtemps considérés comme dans les meilleurs mondiaux…pour les médecins car on ne peut pas considérer un universitaire qui fait 50 % de temps en plus (dans plusieurs pays, il fallait un Bac +6 , Bac +9 en France comme jouant dans la même cour…idem pour les infirmiers, dans plusieurs pays, pas forcément défavorisés, c’est le médecin qui fait les prises de sang, les pansements, les infirmiers ne font rien en artériel, les français font partie des rares à y avoir eu le droit…en fait, ce sont les prérogatives des aide-soignants (nursing, etc…) qui sont englobées sous le vocable « infirmier » dans d’autres pays…<br /> Si les médecins humanitaires ont hérité du nom de « french doctors », ce n’est pas un hasard: les professions de santé en France avaient une réputation mondiale…mais on a tout bradé…
sebzuki
« (mieux que les Français, selon nos confrères espagnols) » ça serait pas mal de ne pas propager ce qui est de l’ordre de la supposition…<br /> En effet, je doute fortement que ce genre de remarque soit accompagnée de factuel ^^
BraveHeart
Le hic, c’est que l’alcool n’est pas virucide
pseritz
Alors pour info, tout le monde a accès aux soins en Iran et d’ailleurs ils sont plutôt bons.<br /> Ensuite, tout le monde peut se faire dépister. Le test n’est pas remboursé mais est abordable pour la majorité de la population.<br /> Dans certaines villes les hôpitaux sont pleins mais des hôtels et des stades sont réquisitionnés. Ils ont le matériel et le personnel pour s’occuper des patients. Dans les pharmacies ça fait belle lurette que les employés sont (en général) pourvus de masques et même de (je ne sais pas comment on appel ça) visières de protection.<br /> Et oui, le gouvernement ment sur le nombre de morts.
pseritz
Et en complément de mon précédent message (qui après 30 minutes n’apparaît pas sur le forum) les régions administratives ferment ou filtrent fortement leurs frontières.<br /> J’ai trouvé une vidéo d’un policier qui tire calmement dans les pneus d’un conducteur de voiture lors d’un contrôle, estimant que le citoyen se déplaçait inutilement et trop souvent.<br /> Voilà pour l’ambiance.<br /> Même s’ils ne sont pas confinés les Iraniens font plutôt preuve de bon-sens et restent assez chez eux.
nnay07
Sauf qu’en dépit des opinions exprimées, le système de santé espagnol est reconnu comme faisant parti des meilleurs du monde (rapport OMS, Bloomberg,…). C’est par ailleurs assez typique de la part de la part des espagnols de systématiquement se sous-estimer.<br /> Je vis en Espagne depuis plus de 20 ans et je peux témoigner des faits.<br /> Face au coronavirus, la France n’est pas mieux lotie que l’Espagne, il n’y a que quelques jours d’écart entre l’avancée de l’infection des deux pays.<br /> Quand au sujet de l’article, côté technologie, l’Espagne n’a pas fait grand chose, sinon mettre en place une app d’aide au diagnostic pour dé-saturer le numéro des urgences.
max_971
Je croyais que de l’alcool à 90° avait un effet sur le virus. <br /> Pas sur les mains mais sur les surfaces.
julla0
Toute l'Europe.eu<br /> Les dépenses de santé en Europe<br /> Les dépenses de santé varient très fortement d'un Etat membre de l'Union européenne à l'autre. Quels sont les pays qui consacrent le plus d'argent en produits et services de soins ?<br />
julla0
L’alcool a un effet sur le virus.
BraveHeart
Oui, il a une action mais inconstante…c’est pour cela que ce n’est pas un virucide au sens où on l’entend, son action est incomplète…pire, il n’agit pas du tout sur les virus nus type Hépatite A ou entérovirus, mais peut détruire des virus type Ebola…c’est pour cela que les SHA (solutés hydro alcooliques comprennent de l’alcool du glycérol (effet émollient pour la peau) et autre chose, comme des peroxydes par exemple, ou de la chlorhexidine, leur action se complète…l’avantage principal de l’alcool c’est sa rapidité d’action.<br /> Après, si on en manque rien n’empêche de prendre par exemple de l’eau de cologne ou de la javel en dépannage (je parle pour les mains, bien évidemment).
cirdan
Bonjour,<br /> Merci pour l’article. Choisir l’Iran n’est pas facile pour parler de ce sujet, il y a tellement de censure qu’on n’en est réduit qu’à des supputations. Déjà nos régimes démocratiques ont du mal avec certaines vérités, alors les régimes autoritaires… Bref…<br /> Tout ça pour vous suggérer de vous intéresser au pays qui, en ce moment, est le plus digne d’intérêt sur la question : la Corée du Sud. La manière qu’ils ont de gérer la crise est surement la plus intelligente qui soit et une bonne manière de concilier les problèmes économiques et sanitaires actuels : fermeture des écoles et des crèches mais tous les commerces sont ouverts et les gens vaquent librement à leurs occupations en plus de ne pas fermer leurs frontières. Par contre, personne ne sort sans masque, tests de dépistage massifs et (c’est là où ça peut vous intéresser) pistage et suivi par smartphone. De cette manière, le nombre de nouveaux cas est « lissé » et le système médical n’a jamais été débordé.<br /> C’est ce qui rend cet exemple-là spécialement digne d’intérêt.<br /> Bon après-midi à tous.
BraveHeart
On a aussi prétendu que le système de santé français est le meilleur, ce qui fait rire tous les professionnels de santé français…
jvachez
On parle de foot dans cet article mais jamais personne ne parle des conséquences du match OL - Turin ? Il y a comme une censure là dessus !
pemmore
ce qui étonne c’est la bien meilleure situation du Portugal pourtant d’une culture quasiment identique à l’Espagne.<br /> Donc les espagnols aussi se sont payé le coup du match de foot, je connaissais déjà le truc de la manif des femmes, donc 2 trucs vs réunion évangélique et municipales chez-nous.<br /> Du coup je pense que dans nos républiques européennes nous devrions avoir une procédure de destitution dans des cas exceptionnels comme quand De Gaulle a viré Coty, sinon on étaient bons pour 20 ans de dictature. Je sais pas ou ils l’ont trouvée mais la Merkel elle a assuré!<br /> Visiblement le Portugal a échappé à des réunions imbéciles en temps de pandémie.
Blackalf
pemmore:<br /> ce qui étonne c’est la bien meilleure situation du Portugal pourtant d’une culture quasiment identique à l’Espagne.<br /> RTBF Info – 5 Apr 20<br /> Coronavirus : pourquoi le Portugal semble épargné ?<br /> Focus sur le Portugal, pays qui semble beaucoup moins touché par la crise du Covid-19 que de nombreux autres pays...<br />
pemmore
A propos d’alcool, une anecdote (à ne pas suivre) Mon grand-père était mécanicien auto il s’est trouvé au front en 1914 puis vite retiré, et occupé à dépanner tout ce qui pouvait rouler.<br /> Puis vers epernay ils tombent de nuit sur un montrueux bombardement et rentrent se cacher dans les caves de Mumm.<br /> Un Angevin dans une cave de délicieux champagne le grand daron se prend une cuite carabinée, il se réveille 2 jours après :t’as attrappé la grippe espagnole c’est le champagne qui t’as sauvé la vie lui dit le docteur.<br /> L’alcool à 12/13° ne ferait pas de mal à un virus? J’attend le résultat des tests.
AlexLex14
Je ne sais pas si il y a une censure mais… je suis d’accord avec toi sur ce match, qui a dû avoir certaines conséquences.
BraveHeart
Le Portugal a eu un énorme avantage car non seulement leur gouvernement a vite réagi, mais la population aussi,en se confinant ou tout du moins en prenant des mesures de distanciation bien avant la crise européenne…solidaires, les portugais le sont plus que les espagnols, la pauvreté apprend bien des choses comme la cohésion…mais ce qui est intéressant, c’est la réaction du gouvernement, soins gratuits pour les SDF, un peu comme ces décisions de limiter l’entassement carcéral, cela évite la propagation de la maladie.
BraveHeart
Ce qui expliquerait pourquoi la Bretagne est fort peu touchée !! <br /> Le Gorafi.fr Gorafi News Network<br /> Confinement – La région Bretagne échange en urgence ses stocks de pâtes...<br /> Alors que la France entière fait des stocks de nourriture en vue du confinement, la région Bretagne a d’autres priorités : les stocks d’alcool.<br />
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le veilleur d'écran[s] S03E01 📺 Kingdom : la série de zombies qui va droit à la carotide
Pas de format numérique pour l'E3 2020... IGN prend la relève avec le Summer of Gaming
Forfait mobile : RED relance son offre star 60 Go à 12€
Bon plan VPN : 3 offres immanquables pour ce nouveau week-end de confinement
Xiaomi Redmi Note 8 : l'excellent smartphone à moins de 150€
· S | F · Cette semaine, votre chronique se dédouble avec Gemini Man
COVID-19 : D-Wave met sa puissance de calcul quantique au service de la recherche
L'imprimante HP Envy Photo 6220 à moins de 50€, une offre immanquable !
AMD, Xiaomi, Orange, Microsoft 365 et faillite de OneWeb : le récap' des actus tech de la semaine
Haut de page